The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    #5 Les mots et leur pouvoir

    Partagez
    avatar
    Laegwing

    Messages : 370
    Date d'inscription : 01/04/2014
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Bosmer
    Guilde(s): Museum (alliée)
    Alliance: Domaine Aldmeri

    #5 Les mots et leur pouvoir

    Message par Laegwing le Mar 30 Sep - 15:29

    Les archives du Maître du Savoir #5


    Il est temps de dépoussiérer un autre volume de nos archives ! Aujourd’hui, Télenger l’artificier aimerait partager avec vous sa dernière théorie, qui vous fera certainement réfléchir au pouvoir du langage. Il développe les liens entre son postulat et l’enchantement, et répond à quelques-unes de vos questions à ce sujet. [...]


    Télenger l'Artificier a écrit:LE POUVOIR DES MOTS
    Par Télenger l’Artificier

    Les langages de Tamriel seraient-ils davantage qu’un moyen de communication pratique ? Au fil de mes études, notamment dans le cadre de mes recherches actuelles sur les mystérieuses pierres runiques, un thème sous-jacent s’est dessiné, évoquant un lien explicite entre le langage et la magie. La fréquence de ces croisements est trop grande pour qu’on l’ignore. Le fait même d’exprimer des idées en mots est-il une invocation ? Je présente ici les preuves qui pourraient soutenir cette position certes radicale, dans l’espoir que les exarques de la Tour de cristal se piquent de les soutenir ou de les réfuter.

    Commençons par les runes d’enchantement. Chacune est marquée d’un symbole composé de plusieurs syllabes. Seule, une rune est inerte, mais son potentiel magique se libère lorsqu’on la combine avec d’autres runes selon une syntaxe appropriée. La forme complète, l’expression entière, active la magie. Il n’est même pas nécessaire d’en comprendre pleinement le langage pour accéder au pouvoir qu’il abrite… il n’existe pas assez de mots (connus, du moins) pour en faire un outil de communication, mais l'étude des glyphes et de la combinaison des runes, rend possible une maîtrise suffisante pour l’employer. Ce langage est indubitablement lié de manière fondamentale aux énergies magiques, quoique son origine demeure un mystère.

    Permettez-moi un aparté pour les futurs étudiants de l’enchantement. Ne vous découragez pas si vous trouvez une rune que vous êtes incapable de déchiffrer. Seule la répétition de mots ou de phrases que vous aurez appris, et l’extraction de runes comprises dans d’autres glyphes, vous permettront de maîtriser les runes les plus complexes. Soyez patients, et collaborez avec d’autres étudiants pour créer et déconstruire des glyphes, et ainsi gagner une compréhension supérieure de leur interaction et de leur signification.

    Le langage, notamment le langage écrit, et aussi capital pour les Altmers. Non seulement il nous permet de préserver notre histoire, mais il capture et définit en outre notre fière lignée, et permet à chaque Mer de connaître sa place dans la hiérarchie. Rien d’étonnant à ce que la société altmer soit la plus ordonnée et structurée de tout Tamriel : telle est la volonté de Xarxès en personne. Les prêtres-érudits du scribe divin, cet ordre si secret, transmettraient à leurs membres une langue antique, oubliée de tout autre. Dans les « Conversations avec les invocateurs d’Étymon » d’Hélaaméril, un scribe anonyme parle à demi-mot de tomes entiers capables de produire des goûts, des odeurs et des images dansantes, et de textes que quiconque peut lire, même les analphabètes. À en croire Hélaaméril, ce serait là une autre forme de magie linguistique.

    Envisagez ce qui peut même paraître ordinaire : le discours d’un grand général à la veille de la bataille, qui inspire à ses troupes des exploits incroyables ; les chants d’un grand barde qui suscitent les émotions les plus vives, les mots apaisants d’une mère pour son enfant. Trouve-t-on des soupçons de magie dans chaque expression quotidienne de notre volonté à travers le langage, oral ou écrit ? Il semble possible qu’un vestige de pouvoir antérieur à l’Aube demeure en nous, amenuisé par le temps. D’autres signes semblent confirmer cette idée à travers l’histoire de Tamriel, bien trop nombreux pour les mentionner ici. Je me fais une joie de pouvoir bientôt débattre de cette théorie auprès de mes pairs.



    TÉLENGER L’ARTIFICIER RÉPOND À VOS QUESTIONS :


    Araeynir Fireheart a écrit:J’ai toujours été fasciné par l’enchantement et les pierres d’âme en particulier. Est-il possible d’utiliser les âmes contenues dans ces pierres pour autre chose que l’alimentation des sorts et enchantements ? Pourrait-on extraire cette âme et la manipuler hors de la pierre. L’intention de Molag Bal semble bel et bien être d’utiliser le pouvoir de la magie des âmes… pourquoi ne pas en faire autant ?
    – Araeynir Fireheart

    Télenger l’Artificier : « Bien que les études sur la capture et la manipulation des âmes soient à l’heure actuelle très nombreuses à la surface de Tamriel, en tant qu’Altmer, je ne puis en conscience cautionner ces expériences, qui dans les Îles du Couchant auraient été à juste titre interdites et reléguées au rang de la nécromancie la plus infâme. Je vous conseille de tourner le feu qui brûle en votre cœur vers des poursuites plus nobles. »


    Marola Éponine a écrit:Je suis une humble mage de bataille brétonne, qui n’a que très récemment entrepris d’apprendre l’enchantement. Ma quête des runes est lente, malgré l’assistance d’un fournisseur. Je me retrouve souvent à court de runes d’aspect. Pour y faire pendant, mes paquetages débordent de runes d’essence. Je possède un certain nombre de runes de puissance, mais elles dépassent de loin ma compréhension. Avez-vous quelque conseil à me procurer pour apprendre plus rapidement cet art ?
    – Marola Éponine

    Télenger l’Artificier : « Ah, jeunes Brétons, parfois talentueux mais toujours si pressés ! Mon conseil serait de chercher la compagnie d’autres personnes dotées des mêmes centres d’intérêt, pour former une société d’entraide… une guilde des enchanteurs, en quelque sorte. Ainsi, vous pourrez étudier simultanément différentes approches, et tous bénéficier du savoir qui en découlera. Vous pourrez aussi vous échanger des runes. »


    Salagar Feynn a écrit:J’ai lu avec grand intérêt votre rubrique sur « L’Énigme des pierres runiques », qui est certainement le pensum le plus détaillé sur ce fascinant sujet. J’aimerais en apprendre davantage sur les mots associés aux runes. À quelle langue appartiennent-ils ? J’ai connaissance de la théorie présentée par Nolin le Multicolore, selon qui les pierres runiques seraient le résultat d’une expérience ayléide. Et pourtant, en ayléide, « feu » se dit « Molag », tandis que la rune du feu se nomme « Rakeipa ». Quelle est votre opinion personnelle sur l’origine des pierres runiques ?
    – Salagar Feynn, guilde des mages d’Abondance

    Telenger l’Artificier : « Quelle question fascinante. J’y ai moi-même consacré de longues heures de recherche. L'étude des runes indique qu’elles sont constituées de répétitions, chacune exprimée sous forme d’une syllabe verbale. Ainsi « Jora », la rune mineure qui se traduit par « Développer », combine les deux entailles inclinées que nous connaissons sous le nom de « Jo » et « Ra ». L’ajout de « Je » donne « Jejora », la rune signifiant « Élever ».

    « Le nom des runes forme donc clairement un langage cohérent, quoique limité. La question est de savoir de quel langage il s’agit. C’est là que les réponses viennent à nous manquer, car ce langage runique ne semble dérivé d’aucune culture historique ou antérieure à l’Aube. Ma théorie préférée est que ce langage fut inventé de toutes pièces par quelque enchanteur de l’Aube, qui ne laissa d’autres traces de son existence que les pierres runiques présentes dans tout Tamriel. »


    Autres lectures :


    Télenger l'Artificier a écrit:L'ÉNIGME DES PIERRES RUNIQUES
    Par Télenger l'Artificier

    L'origine des pierres runiques mystiques que l'on trouve dans Tamriel est obscure et incertaine. Même leur nature et leur composition matérielle font l'objet de débats animés parmi les sages de la tour de cristal. Le vénérable Ancirinque, sapiarche de la Mythohistoire, assure que certains passages ardus du journal de Torinaan indiquent que les pierres runiques étaient déjà là lorsque le Primarin arriva de l'ancienne Aldmeris. Toutefois, Nolin le Multicolore, sapiarche de l'Enchantement, oppose qu'elles remontent au début de l'ère Méréthique, et sont les conséquences imprévues d'une expérience ratée d'un sorcier ayléide.

    Quelle que soit la vérité sur leurs origines, après des générations d'étude par les meilleurs esprits magiques de l'archipel du Couchant, leurs différentes propriétés ont toutes été identifiées, et leur utilité pour l'enchantement d'armes, d'armures et de bijoux est claire. À des fins de classification générale, elles se répartissent en trois catégories, que nous autres mages modernes avons appelées Puissance, Aspect et Essence.

    Pour les enchantements, ces trois types de pierres runiques peuvent être envisagées comme complémentaires d'un point de vue mystique, car ce n'est qu'en combinant une pierre de chaque catégorie qu'un enchanteur peut créer un « glyphe », nom par lequel nous désignons la substance magique qui sert à conférer une propriété magique à un objet.

    Toutefois, si nous savons employer ces pierres runiques pour créer des objets magiques, l'énigme demeure : que sont-elles ? Nous avons baptisé leurs trois catégories habituelles Puissance, Aspect et Essence… mais qu'est-ce que cela signifie ? Même le grand Phariiz l'Antique, qui leur a donné ces noms, même lui, lorsqu'on lui demanda ce qu'ils signifiaient, se contenta de hausser les épaules et de répondre : « Ce sont les noms qui me semblent corrects. »

    Même l'existence de ces trois types de pierres runiques cause un débat, car cela semble contredire le théorème d'Anu-Padu, qui postule la dualité de la fondation de l'Aurbis. Camilonwe de Lillandril assurait qu'il ne pouvait pas n'en exister que trois types, et a passé les deux derniers siècles de sa vie à chercher le quatrième type, convaincu que la classification juste imposait que ces entités apparaissent par paires doubles. Il ne trouva jamais cette « pierre runique quarte », qu'il nommait Célérité, mais il soutint jusqu'au bout que sa théorie était correcte.

    Camilonwe avait-il raison ? Les pierres runiques de Célérité existent-elles, mais dans un état de réalité qui les rend imperceptibles aux mortels ordinaires ? Pour l'heure, nul ne peut répondre à cette question.

      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 23:22