The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Partagez
    avatar
    Tulkhas

    Messages : 16
    Date d'inscription : 19/11/2013
    Age : 21

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s):
    Alliance:

    [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Tulkhas le Mar 19 Nov - 21:35

    Nom: Indoril (Tar-Palantir devient mon nom rapidement, vous saurez vite pourquoi...)
    Prénom: Tulkhas

    Race: Dunmer

    Spécialité: Destruction, Illusion, épée à deux mains (mage de guerre)

    Histoire: Tulkhas Indoril est né d'Alvor Indoril, conseiller à la Grande Maison Indoril, chef de la sixième famille Indoril, et de Serila, officier dans l'armée Indoril. Serila ma mère, périt à la guerre contre Akavir, quant à Alvor... J'ai grandit entre les murs de Longsanglot et de l'Académie de Fortdhiver en Bordeciel, me spécialisant dans la magie de la destruction et de l'illusion, ma haine vis à vis d'Almalexia grandissant au fil des ans car je la tient pour responsable de la mort de Serila. A l'heure actuelle, Tulkhas Indoril, autrement dit: moi, vit à Longsanglot.

    Intérêts: Je suis fasciné par le mystère des Dwemers et il constitue mon principal centre d'intérêt et de recherches...

    Caractère: Cynique, posé mais pouvant avoir son sang de Dunmer qui bouillonne si on m'agace trop...

    Liens familiaux: Alvor Indoril, mon père, est un conseiller de la grande Maison qui lui vaut son nom et chef de la sixième famille de cette même Maison, lui et moi n'avons plus qu'un très lointain lien de parenté avec l'Hortator Indoril Nérévar, maître de la Grande Maison Indoril, et ancien roi de Dunmereth... Serila,ma mère, est, enfin était Indoril par alliance et par une trace infime du sang de Nérévar, elle est tombée au combat. Sinon j'ai plusieurs cousins plus ou moins éloignés dans la famille Indoril.

    Après cette présentation... place au premier chapitre de mon histoire...


    _________________
    Tulkhas Tar-Palantir
    "Dans des contrées lointaines, au sombre temps troublé, un monde désaxé sombrait dans ses excès..."
    avatar
    Tulkhas

    Messages : 16
    Date d'inscription : 19/11/2013
    Age : 21

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Tulkhas le Mar 19 Nov - 21:41

    Prologue

       
    Les évènements relatés commencent quelques années avant la Guerre des Alliances

    [ 2 Ère, An 518, 21 Sombreciel ]

      « Tulkhas ! Peux-tu aller chercher des renseignements à la bibliothèque ? C'est à propos de tes recherches sur les Dwemers... Demande un Elfe Noir à la robe blanche ornée de fils d'or.
    - D'accord, je serai de retour en fin de journée. Quels livres dois je chercher ? Répond l'intéressé.
    - Se sont des livres à propos des Dwemers ; « Traité des lois des Dwemers », « Les Chroniques de Nchuleft », C'est un des membres de la bibliothèque qui m'a dit de t'envoyer là-bas, il pense que ces livres peuvent être intéressants.
    - Entendu, à ce soir Fadren »
    Le jeune Elfe Noir quitte la demeure où il réside avec quelques membres de la Grande Maison Indoril, dans le quartier des Manoirs de Longsanglot. Tulkhas est un Dunmer, à la peau sombre et aux yeux de braises comme ses semblables. Ses cheveux mi-longs tombant sur ses épaules sont rabattus en arrière, de sorte que son visage mince soit dégagé. A son front repose une couronne d'argent ornée d'un saphir. Il porte une robe de mage blanche, où une dague de verre repose, contre son flanc. Tulkhas traverse les rues animées de la capitale de Morrowind, cité du Palais des Rois et du Temple d'Almalexia, déesse parmi le Tribunal. La bibliothèque de Longsanglot se trouve dans le même quartier de la ville, c'est un bâtiment luxueux, haut de plusieurs étages et culminant les habitations environnantes. Le jeune Dunmer qui n'a que vingt-cinq ans, salut les autres membres de sa Maison d'un geste de la main et entre dans le lieu où plusieurs centaines d'années de savoir reposent.

     Il arrive dans un hall gardé par plusieurs gardes de ses Mains, gardiens du Temple et soldats-mages d'élite au service des Tribuns Almalexia, Vivec et Sotha Sil. Un Elfe-Noir à peine plus jeune que Tulkhas s'avance vers lui.
    « Bonjour Tulkhas, c'est Fadren qui t'envoie ? Interroge t'il.
    - Salut à toi Selvos, en effet, il m'a dit que tu avais des livres sur le passé Dwemer, quelque part dans cette bibliothèque...
    - Suis moi, ils sont dans une des réserves. »
    Les deux Dunmers montent un escalier en colimaçon, puis après avoir marché dans les couloirs de la bibliothèque ils débouchent dans une pièce sentant le renfermé. L'endroit pourrait sembler rangé au vu des étagères remplies de livres, des deux bureaux de bois polis au milieu de la pièce, et des coffres entreposés dans le fond de la pièce. Mais ce qui frappe en entrant, se sont les piles de livres qui viennent briser l'aspect solennel du lieu. Tulkhas ferme les yeux, prend une grande bouffée d'air et pénètre dans la pièce.
    « Désolé pour le désordre, personne ne range les réserves, et je ne suis employé qu'à renseigner les visiteurs, peut-être qu'un jour je viendrais mettre de l'ordre... Les deux livres sont dans le premier coffre, entre les trente-six leçons de Vivec et les Homélies de Sainte Almalexia.
    - Merci, je vais me débrouiller... Répond Tulkhas en étudiant la réserve.
    - Si tu as besoin je suis à côté, j'aide un novice du Temple à propos du Pèlerinage des Sept Grâces. »

     Selvos sort en laissant son congénère seul face aux tours de livres. Ce n'est pas la première fois que Tulkhas affronte la bibliothèque de Longsanglot, il retrousse les manches de sa robe et se dirige vers le coffre indiqué. Il en retire deux livres aux pages jaunies, les couvertures représentent plusieurs symboles écrits dans la langue des Nains et des Altmers.
    Il s'approche du bureau, pousse une pile de livres, saisit un siège et se penche sur le premier. Il s'agit d'un récit racontant la mort d'un seigneur Dwemer. Le livre est écrit en Altmer mais Tulkhas s'efforce de déchiffrer les phrases écrites il y a bien longtemps par un Haut-Elfe qui n'avais pas ressentit le besoin d'écrire lisiblement.
    Tulkhas a appris à lire et parler toutes les langues de Tamriel à l'Académie des Mages de Fortdhiver, capitale de Bordeciel. Il y est resté durant cinq ans, une fois passé maître dans la Destruction et l'Altération, il revint en Morrowind pour suivre l'enseignement des armes lourdes dans la cité Rédoran d'Ald-Ruhn en Vvardenfell. Une fois son apprentissage accomplit Tulkhas fut nommé seigneur de la Grande Maison Indoril et représentant de son conseil. C'est ainsi qu'à vingt ans il accomplit sa première mission d'ambassadeur auprès des Nordiques, peuple fier et guerrier de Bordeciel, pour négocier plusieurs traités de paix. Il bâtit une réputation d'ambassadeur renommé et d'orateur hors pair, car négocier avec ces Humains n'est pas toujours chose facile. Revenu à Longsanglot il y a un an, il se pencha sur le mystère de la disparition des Dwemers, sujet qui l'obsède encore.

     Après avoir déchiffré les « Chroniques de Nchuleft » et maudit une bonne dizaine de fois l'auteur, Tulkhas va le reposer dans le coffre, songeant revenir plus tard pour en faire une copie. En se redressant après avoir reposé le livre Tulkhas se prend les pieds dans une des innombrables piles de livres. Il trébuche et tombe sur les étagères en voulant s'y raccrocher. Le bois vieux de plusieurs années craque sous son poids et il se retrouve par terre après avoir pris sur la tête une bonne moitié de l'histoire Dunmer et provoquer un vacarme qui aurait réveillé sa mère reposant dans un tombeau situé à plusieurs lieux de la ville.
    « Tout va bien ? Crie Selvos du couloir,
    - Oui, enfin il faudra certainement que tu avances ton projet de rangement de cette réserve... Lui répond Tulkhas en se redressant péniblement.
    - J'arrive je termine mon explication et je te rejoins. »
    Tulkhas frotte son habit poussiéreux quand il aperçoit un rouleau dans un renfoncement, cachette recouverte par les livres avant que le Dunmer ne détruise tout un pan d'étagères. Il saisit le rouleau, celui ci est cerclé de métal à chaque extrémité, il n'a jamais vu ce genre de parchemin auparavant, son cuir est impeccable, comme s'il venait d'être fait.

     Tulkhas ouvre le parchemin et soudain, sa vue se brouille, plusieurs images apparaissent sous ses yeux, ces images bougent, comme s'il se trouvait parmi elles, les visions montrent des batailles sur les flancs d'un Volcan, une cité avec en son centre une tour blanche s'élevant au dessus des nuages, le ciel est noir et un personnage tend les bras vers le ciel. Puis l'esprit de Tulkhas est envahi par les images, il n'a plus aucune idée du monde extérieur, des images de guerres entre Nordiques et Dunmers, il voit Morrowind déchirée entre les Grandes Maisons en proies à la guerre civile, puis les visions remontent le temps, la guerre toujours présente entre Dunmers, mais cette fois-ci, ceux-ci luttent contre les Impériaux, Une autre vision s'impose, il distingue les membres du Tribunal autour du cadavre d'un Dunmer. Puis des Dwemers organisent des processions devant un gigantesque machine. Enfin, C'est un peuple marchant à travers les territoires de Tamriel, avec à leur tête un Elfe à la peau dorée qui va le front fier face au vent, Tulkhas reconnaît une des images de Saint Véloth. Puis une voix s'élève dans sa tête et scande dans une langue qui lui est totalement inconnue : « Tulkhas Tar-Palantir, tiriant ui in Barad, in Daw gala... ».
    Il s'écroule alors sur les livres, Selvos qui a entendu un cri provenant de la pièce voisine se précipite dans la réserve. Il voit Tulkhas inanimé, étendu sur le sol, tenant dans sa main un parchemin...

    ****************

      Tulkhas se réveille dans une chambre éclairée par la lumière du jour, il reprend peu à peu ses esprits, quelqu'un est assis près de lui, il tourne la tête et voit une personne habillée d'une longue cape noire, une capuche couvrant son visage.
    « Heureux de vous voir revenu parmi nous Tulkhas. Selvos ! Venez par ici, il s'est réveillé. » Dit la personne encapuchonnée. Selvos accourt dans la chambre,
    « Seigneur Tulkhas, quel plaisir de te revoir, nous pensions que tu avais fini par rendre l'âme, cela fait bientôt deux mois que tu as été ramené ici, aux soins de ce noble soigneur.
    - Où sont les autres membres de ma famille ? Demande Tulkhas,
    - J'ai demandé à Selvos de leur dire que vous étiez partit pour Vvardenfell après une découverte très surprenante.
    - Mais... Qui êtes vous ? Que fais-je ici ? Et pourquoi mentir à ma famille ?
    - Après que tu ais perdu connaissance je suis descendu dans la rue pour demander de l'aide, il est venu, me disant qu'il pouvait t'aider et que je devais lui faire totalement confiance. Je ne sais plus trop mais il m'a paru être honnête et j'ai donc accepté de le conduire jusqu'à ton corps. Répond Selvos
    - Disons que je sais être très persuasif... Dit la personne vêtue de noir, à sa main un anneau doré brille dans la lumière matinale. Il reprend ;
    - Vous avez regardé à travers un Parchemin des Anciens, un puissant artefact provenant de lieux encore plus éloignés que les royaumes de l'Oblivion. J'ai pu par ma magie vous aider à combattre les lésions de votre esprit, et ainsi j'ai pu préserver vos facultés visuelles. Peu de gens survivent à un tel choc...
    - Je pense devoir vous remercier alors, mais vous ne m'avez pas répondu, qui êtes vous ?
    - Je vous le dirais plus tard, lorsque vous aurez fait vœux d’allégeance envers moi.
    - Pardon ?! Je suis seigneur de la Grande Maison Indoril, ambassadeur Dunmer auprès des nations étrangères, mage de l'Académie de Fortdhiver, je me dois de vous dire merci, mais vous n'avez aucune autorité sur moi, seul un membre de la Maison Indoril peut prétendre être le supérieur hiérarchique d'un autre membre de cette même Maison !
    - Vous pouvez partir, vos affaires sont rangées dans l'armoire en face de vous.
    - Merci pour tout mais je m'en vais, Selvos tu viens ?
    - J'arrive ! »
    Les deux Dunmers sortent de la maison après s'être préparés, du dehors la maison n'a rien d'exceptionnel, une habitation au milieu d'autres...

     Arrivé chez lui, Fadren l'accueille avec le sourire,
    « Bienvenue Tulkhas, comment s'est passé ton séjour en Vvardenfell ?
    - Oh ! Disons que j'ai été plutôt déçu de mes découvertes, rien de nouveau, mais je ne perds pas espoir. Ment Tulkhas
    - Je crois aussi en toi, tes recherches aboutirons un jour, j'en suis sur.
    - J'aimerais rester dans mon bureau pour étudier les résultats de mes recherches.
    - Bien sur, nous ne déjeunerons que dans deux heures. »
    Tulkhas monte des escaliers ornés de tapisseries aux couleurs de Longsanglot et Indorils, puis arrive dans son bureau. Il s'assoit à sa table, Selvos qui l'accompagne depuis qu'ils sont sortis de la maison du guérisseur, s'assoit en face de lui.
    « Que s'est il passé lorsque tu as ouvert ce parchemin ? Demande Selvos
    - J'ai vu bien des choses, très étranges...
    - Ton sauveur m'a expliqué que ces Parchemins des Anciens permettent de voir l'avenir, le passé, ce qui peut-être ou aurait pu être, ce qui pourra arriver...
    - C'est donc un artéfact très imprécis, je n'ai plus que des bribes de souvenirs, des guerres, des peuples... C'est très flou... »
    Tulkhas sens alors quelque chose dans la poche intérieur de sa robe, un bout de parchemin, il le sort et le lit ; « -Tulkhas Tar-Palantir, tiriant ui in Barad, in Daw gala- C'est mots ont une signification... Si tu veux la connaître rejoint moi sur la place Brindisi Dorom. » Tulkhas tend le morceau de cuir à Selvos qui le lit.
    « Je ne comprends pas, qu'est ce que ça signifie ?
    - Moi même je n'en sais rien, mais cette personne le sait... La phrase du début, je m'en souviens : après avoir regardé dans le Parchemin elle n'a pas cessée de retentir dans ma tête.
    - Que tu le veuilles ou non, il en sait beaucoup plus que nous, allons le voir.
    - De toute façon il ne peut rien nous faire, la place grouille de soldats.
    - Qu'est il advenu du Parchemin ? Demande tout à coup Tulkhas
    - Je n'en sais rien, je l'avais mit de côté puis en revenant le soir de ton accident je ne l'ai pas retrouvé.
    - Tant pis, on le cherchera une autre fois. Allons retrouver notre inconnu. »

    ****************

     Ils quittent le manoir pour se diriger vers la place Brindisi Dorom, place construite en l'honneur du Duc Dorom qui mourut lors d'une attaque de Mehrunes Dagon, quelques siècles plus tôt. Ils arrivent sur la place pavée, une statue d'Almalexia pourfendant le Daedra s'élève au milieu, encerclée par une fontaine. Sous un arbre est assis l'individu habillé de noir. Il semble profiter de l'air ambiant, lorsque Tulkhas et Selvos s'approchent, il ne se tourne même pas vers eux, restant tourné vers la statue de la Déesse.
    « Nous voici, j'attends des explications maintenant. Ma patience à ses limites. Déclare Tulkhas.
    - Voici la signification de cette phrase qui t'a échappée une nuit lorsque je te veillais, « Tulkhas, Celui qui Voit au Loin, observe toujours la tour, la nuit s'étend... », j'ai mis beaucoup de temps à comprendre la signification de ces mots... Répond l'être encapuchonné.
    - Tulkhas Tar-Palantir... Dit l'intéressé en réfléchissant.
    - Comprends-tu la signification de ces mots ? Lui demande son interlocuteur.
    - De quelle tour parle t'on ?
    - Je n'en suis pas sur... Mais en tout cas, je suis sur que ma traduction est exacte.
    - Mais cela ne correspond à aucune langue connue ! Comment avez vous pu le traduire ? Quel est ce langage ?
    - Cette langue provient de temps immémoriaux, d'un monde fort éloigné du notre et pourtant similaire. Un monde dont nos Dieux n'ont même pas connaissance.
    - Et vous, vous l'avez cette connaissance, qui êtes vous ?!
    - Je suis ton sauveur, observe mieux mon anneau. »
    Tulkhas se penche vers la bague que porte l'individu encapuchonné, et il se met à blêmir.
    « Par Azura ! Vous êtes...
    - Oui, mais l'heure n'a pas sonnée, acceptes tu de me faire serment d’allégeance, toi et Selvos ?  Coupe le sauveur de Tulkhas.
    - Je m'incline devant votre puissance et jure de vous servir, Seigneur. » Annonce l'ambassadeur Indoril en mettant un genou à terre, Selvos l'imite. Puis après s'être relevés, leur nouveau maître se lève à son tour.
    Le personnage enlève son capuchons pour laisser apparaître son visage sombre, aux yeux rougeoyants.
    « Je vous suis autant dévoué que vous le serez envers moi, nobles Dunmers, je ne vous oublierai pas. Tulkhas Tar-Palantir et Selvos Llaren, tels sont vos noms depuis l'Aube du jour et tels ils resteront jusqu'au Crépuscule de votre vie...»


    (A partir d'ici, Tulkhas Selvos et leur seigneur voyagent à travers Morrowind et Vvardenfell : durant dix ans ils exploreront, et étudieront le territoire des Elfes Noirs. Puis leur maître Dunmer disparaît pendant quarante-cinq ans. Enfin ils se retrouvent tous à Longsanglot et quatre ans plus tard, ils vont vivre au Quartier Étranger de la cité flottante de Vivec.)

    ****************


    [ 2 Ère, An 578, 19 Semailles ]

     
    L'aube se lève sur Vvardenfell, la ville de Vivec s'éveille, les marchands installent leurs échoppes, les patrouilles d'Ordonnateurs prennent la relève de ceux qui auront veillés à la tranquillité de la ville durant son sommeil, les guildes s'animent... La ville se compose de neufs pyramides émergeant de l'eau. Le pylône le plus au nord se nomme le Quartier Étranger, quartier où tout les nouveaux arrivants résident, où les guildes siègent. Celui le plus au sud est le Palais de Vivec, fondateur de la cité, et membre du Tribunal.
      C'est dans le Quartier Étranger, que se réveille Tulkhas Tar-Palantir Il est vêtu de sa robe de mage bleu, qui masque son armure de verre, armure légère résistant à toutes les lames.
    « Tu es réveillé ? Lui demande Selvos son ami et son second,
    - Je crois bien, allons voir comment se porte notre seigneur. » Dit Tulkhas avant de joindre les gestes à la parole.
      Ils sortent de la chambre, traversent un couloir éclairé par des lampes fixées au plafond diffusant une lumière douce et reposante, puis ils entrent dans une chambre. La pièce est décorée par un riche tapis venant du lointain pays d'Elsweyr, royaume des Khajiits, un bureau, est collé contre le mur, plusieurs papiers s'entassant dessus, une armoire se dresse à coté. Au fond de la pièce siège un grand lit. Un Elfe Noir s'y repose.
    « Tulkhas Tar-Palantir, et Selvos Llaren, qu'Azura veille sur votre journée. Déclare l'Elfe Noir qui a ouvert les yeux à leur entrée.
    - Qu'Azura veille sur votre journée mon seigneur. Répond Tulkhas en s'inclinant.
    - Votre sommeil n'a pas été troublé par Vaermina ? Demande Selvos au Dunmer qui s'est levé pour s'habiller.
    - Mon repos a été dérangé par d'étranges rêves, rêves qui ne m'avaient pas dérangés depuis plusieurs décennies.
    - Des cauchemars ? S'enquiert Tulkhas
    - Non, je dirais des prémonitions, mais cela reste très flou, passons. Avez vous bien dormis vous au moins ?
    - Je me suis réveillé au milieu de la nuit, inquiet, mais je ne sais plus pour quelle raison.
    - Étrange, enfin, je suis prêt, mettons nous au travail. ».
    Il sort de derrière son paravent, vêtu d'une armure aux couleurs de la maison Indoril et d'une cape de lin grise, à sa ceinture repose une épée courte de verre. Il dépasse par sa taille Tulkhas et Selvos, déjà grands par rapport à leurs congénères.
    « De quoi devons nous nous occuper aujourd'hui ? Interroge Tulkhas,
    - Dans deux jours c'est la fête d'Azura, j'ai décidé de réapparaître aux yeux de tous, mais je ne veux pas que cela entraîne des conflits.
    - Êtes vous certain que le moment est arrivé ? S'inquiète Tulkhas
    - Oui, cela fait bientôt près de sept cent ans que je vis en cachant ma véritable identité. Mon heure est venue.
    - Puisque votre décision est prise, je vous écoute.
    - Nous allons au Palais de Vivec, je veux me réconcilier avec le Tribunal. Je compte voir Vivec, qui est le plus sage et le plus réfléchi du Tribunal.
    Alors, partons ! » S'exclame Tulkhas. Le Seigneur de la maison Indoril acquiesce tout en recouvrant sa tête de son capuchon.

     Le groupe traverse la cité et après avoir passé la matinée à négocier l'accès à une audience avec Vivec, ils sont enfin conduit devant sa demeure. Ils montent les marches du Palais de Vivec, une fois en haut, un Ordonnateur les accompagne jusqu'à la porte, ils entrent. Tulkhas, Selvos et le Dunmer arrivent dans une gigantesque salle sans décorations particulière, au fond de la salle reposent des notes et des livres sur des présentoirs, et au milieu de la pièce, entre trois piliers se rejoignant au plafond du palais un Elfe lévite les jambes croisées, les mains sur ses genoux. Son physique est particulier: la moitié de son corps à la couleur de l'or, tandis que l'autre à la couleur des Elfes Noirs: gris cendre, il est vêtu d'une armure d'adamentium. Il sort de sa méditation et se redresse. Les trois Elfes s'inclinent.
    « Vous avez cherché à m'entendre, Dunmers, je suis à votre écoute.
    - Seigneur Vivec, je suis venu vers vous, car je veux réparer les erreurs du passé. Déclare le Seigneur Elfe encapuchonné.
    - Les erreurs du passé vous tourmentent au delà de la mort, Général... Soupire Vivec alors que l'Elfe Noir se dévoile.
    - Le Maître de la Grande Maison Indoril, Seigneur de tout les Dunmers et possesseur légitime du trône de Resdayn est de retour. déclare alors... Indoril Nerevar
    - Le jour est enfin venu, les temps de paix sont révolus... » Répond Vivec, d'un ton mesuré et froid.

    ****************


    _________________
    Tulkhas Tar-Palantir
    "Dans des contrées lointaines, au sombre temps troublé, un monde désaxé sombrait dans ses excès..."
    avatar
    Tulkhas

    Messages : 16
    Date d'inscription : 19/11/2013
    Age : 21

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Tulkhas le Mer 20 Nov - 11:32

    Chapitre 00 de la Guerre des Alliances
    La Fin d'un Roi

    Les événements qui suivront se déroulent entre le début de la guerre des Alliances et le début de TESO
    [ 2 Ère, An 581, 10 Primétoile ]

      Indoril Nérévar est assis à son bureau, il repense à ces dernières années. Tout d'abord il a reprit le trône de Morrowind, il y a de cela neuf ans. Après le coup d'état à la cité Impériale il avait fait envoyer des émissaires dans tout Tamriel pour créer la Grande Alliance. Huit années plus tard, cette Grande Alliance était au porte de la Cité Impériale, unis, les Peuples avaient réussi à reprendre tout Cyrodiil des mains du Daedra Molag Bal. Mais cette Alliance était plus que fragile, les intérêts de chacun étant totalement différents. La victoire était quasi certaine, les forces du Pacte, du Domaine et de la Convention encerclaient les remparts de la cité. Mais au moment où les portes tombèrent, la perfidie de Mannimarco survint. Des Hommes déguisés et infiltrés dans les armées des Factions attaquèrent leurs alliés, le champ de bataille devint subitement un carnage. Des remparts, les archers Impériaux profitaient du désordre pour détruire les machines de siège, la bataille était perdue. Mais ce n'est pas tout, c'était l'acte de trop, le Grand Moot conseil du Pacte de Coeurébène reçu des missives des autres Factions, l'Alliance était rompue, le Roi Jorunn fit affiché un appel aux armes pour assaillir Cyrodiil et détruire les factions du Domaine Aldmeri et la Convention de Daguefilante, la rage et la haine, fruit de la magie noir d'Abnur Tharn et de Mannimarco rongeait les liens diplomatiques liant les factions de la Grande Alliance. Ce qui sortit de ces miasmes de mensonges fut pire que tout, le Pacte ne devait plus se battre contre Cyrodiil mais contre tout Tamriel. Parallèlement, les pouvoirs du Roi Nérévar s'amenuisaient au fur et à mesure que ceux du Grand Moot où siégeait Almalexia augmentaient. Il sentait sa fin proche, et cela ne saurait tardé.

    ********

    « Entrez Tulkhas et Selvos » Lance t'il à la porte.
    Deux Dunmers entrent, ce sont des ambassadeurs Indorils, ils avaient participé au retour de Nérévar et avaient gagné sa confiance.
    « Les temps présents sont à la discorde et je sens que je ne verrai pas le début de la Guerre des Alliances, car cette guerre arrive, les tensions entre Factions sont à leur apogée, il ne s'agit plus seulement de mots mais d'actes de guerre délibérés contre le Pacte. Mes heures sont comptées et je crains que mon temps sur Nirn ne soit révolu.
    - Seigneur, vous ne pouvez pas laisser votre Peuple ainsi ! S'exclame Selvos
    - Comment allez vous l'expliquer aux autres ? Demande Tulkhas
    - Si je pars, cela ne sera pas entièrement par ma volonté propre. Grâce à Azura, lors de ma mort, celle ci jettera un sortilège sur les Dunmers, pour que ceux-ci oublient mon retour, ainsi il n'y aura pas de guerre civile, toutes mes actions passé seront attribuées au Tribunal.
    - Votre départ m'attriste. Répond Tulkhas
    - Moi aussi, c'est pour cela que je vais vous donner ceci. Nérévar prend une gemme posée sur le bureau et la tend à Tulkhas.
    - Cette gemme renferme une part de mon esprit, je l'ai confectionné avec l'aide d'Azura. Partout où vous irez, si vous portez cette gemme, je serais avec vous, de manière spirituelle certes, mais je survivrai dans l'esprit du porteur de la gemme.
    - C'est un très grand honneur de recevoir ce cadeau de vos main. Dit Tulkhas en s'inclinant profondément.
    - Vois cela comme un remerciement pour toutes ces années où vous m'avez aidé toi et Selvos. Je considère ma tache accomplie, j'ai préparé les Dunmers à cette Guerre, mon départ sera donc l'aboutissement de mon retour.
    - Sauf que personne ne gardera votre retour en mémoire. Pas même nous ! Déplore Selvos
    - Le porteur de gemme ne sera pas touché par le sortilège, si cela peut te rassurer... Tulkhas Tar-Palantir et Selvos Llaren, après mon départ, je vous demande de vous faire oublier, Almalexia ne t'a jamais aimé Tulkhas et il va falloir que tu rebâtisses ta réputation. Tu te souviens de cet agent de la Morag Tong qui t'as sauvé de ses griffes ?
    - Je ne vous en ai jamais parlé ! S'offusque Tulkhas
    - Je sais mais là n'est pas la question, il a versé cette drogue dont il a le secret dans un repas d'Almalexia, elle a complètement oublié qui tu es, il a aussi drogué sur ma demande le Conseil Indoril, pour eux tu n'est plus qu'un simple agent Indoril, ton rôle d'ambassadeur arrive à son terme.
    - Comment ?
    - Tu reste qui tu es, les Dwemers, tes dons d'émissaires... Mais tu vas devoir reconstruire tout cela.
    - Mais pourquoi ? S'indigne Tulkhas
    - Car comme tu seras la seule personne à me garder en mémoire, tu seras aussi la seule personne dont le destin aura été influencé par ma présence.  N'oublie pas que tu aurais du mourir dans cette bibliothèque il y a plusieurs décennies de cela. Il faudra que tu fasse comme si je n'avais jamais altéré ta destinée.
    - Je me plie donc à votre dernière volonté Seigneur.
    - Maintenant partez, Selvos Llaren ne sois pas triste, bientôt tu n'auras jamais entendu parler de moi, que dans les livres. Je te demande de rester auprès de Tulkhas, ensemble vous formez une équipe d'aventuriers très prometteurs.
    - Merci Nérévar, vous avoir connu est pour moi le plus grand privilège que les Daedras aient pu me faire.
    - Adieu mes amis, ne vous retournez pas, ceci était notre dernière rencontre. »
    Les deux Dunmers s'inclinent profondément devant leur ancien Roi et sortent du bureau. Dans les couloirs ils croisent Almalexia, membre du Grand Moot et dirigeante des actions politiques de Morrowind.

    ********

    La déesse vivante du Tribunal entre dans le bureau du Roi. Celui-ci se lève et annonce
    « J'attendais ta venue, sache que je ne me sacrifierais pas sans résistance !
    - Je n'en attendais pas moins de toi Nérévar, mon ancien amant... »
    Derrière Nérévar Vivec et Sotha Sil se matérialisent, le Roi de Resdayn dégaine son épée et le combat commence.

    ********


    _________________
    Tulkhas Tar-Palantir
    "Dans des contrées lointaines, au sombre temps troublé, un monde désaxé sombrait dans ses excès..."
    avatar
    Tulkhas

    Messages : 16
    Date d'inscription : 19/11/2013
    Age : 21

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Tulkhas le Jeu 21 Nov - 22:07

    Chapitre 01
    L'héritage de nos pairs


      [ 2 Ère, An 581, 11 Primétoile ]

      Une nouvelle aube se lève sur Morrowind et la cité de Longsanglot. Mais il flotte dans l'air comme un parfum, de changement. Almalexia, déesse du Tribunal ouvre les yeux, elle se sent oublieuse, comme si quelque chose d'important lui a échappé. La situation est la même dans la ville d'Otthrensis, Ervis Hlaalu tourne en rond, il s'assoit sur son fauteuil, puis se relève et se remet à marcher en se grattant le crane. Selvos Llaren, assis à son bureau de la bibliothèque de Longsanglot à les yeux dans le vague, le menton posé sur ses mains jointes. Vivec, Dieu-Roi de Vvardenfell, consulte ses notes et ses livres, il ne comprend pas ce qui lui arrive... Quel étrange phénomène peut-il remuer jusque dans l'âme même des puissants tribuns de Morrowind ?

    ********

      Dans une demeure du quartier des manoirs de Longsanglot, un autre Dunmer est debout face à une fenêtre donnant sur la rue. Il n'a pas dormit la nuit dernière et serre dans sa main, une pierre pourpre, délicatement façonnée. Une faible lueur tremblote au milieu du joyau. La porte situé à côté de l'Elfe Noir s'ouvre, un Dunmer vêtue d'une toge blanche aux fils d'or entre dans la pièce.
    « Bonjour Fadren, tu as passé une bonne nuit ? Demande l'Elfe face à la fenêtre.
    - Pas vraiment non, j'ai un sentiment étrange, comme... un trou de mémoire... et toi ?
    - Je n'ai pas pu fermer l’œil, la chaleur sans doute...
    - Tulkhas, il se passe ou s'est passé quelque chose, toute la cité est troublée ce matin, plusieurs personnes se sont déjà rendues au Temple pour demander des réponses, des explications. Et une chose encore plus surprenante s'est déroulée au Palais Royal, une partie de la bibliothèque et des appartements royaux a été ravagée par les flammes, personne ne sait d'où elles ont pu provenir.
    - Il n'y a pas eu de victimes ?
    - Non, la chambre du Roi est déserte depuis que notre dernier souverain est mort, il y a plusieurs siècles de cela déjà...
    - Tu désirais autre chose ?
    - Je passais juste pour voir si tu allais bien, si tu me cherche je suis dans mon bureau.
    - Merci, qu'Azura bénisse ta journée.
    Qu'ALMSIVI te veille.»

    Fadren quitte la pièce laissant Tulkhas seul face aux carreaux de la fenêtre. Il lève la gemme à hauteur de ses yeux et murmure ;
    « Seigneur Nérévar, la grande princesse Azura a tenu parole, vous êtes désormais mort empoisonné par le Tribunal, il y a une ère de cela. Je suis le seul à présent qui garde votre retour en mémoire. Je dois accomplir vos dernières volontés et disparaître, je vais retourner au manoir de mon père, sur les bords de la mer intérieur. J'irai seul, j'ai menacé déjà trop longtemps la vie de Selvos pour lui demander de me suivre une fois de plus. Je lui écrirai du manoir familial. »
    Le Dunmer range alors la pierre dans les plis de sa robe et prépare un sac contenant diverses affaires pour le voyage. Il sort de sa chambre, habillé de sa robe de mage blanche qui recouvre une armure légère de verre, et il quitte le manoir sans même dire un au revoir à son lointain cousin et ami proche, Fadren Indoril.

    Arrivé à l'écurie de la demeure Indoril, après avoir jeté un coup d’œil à l'enclos des guars il opte pour un cheval, puis Tulkhas franchit les portes de la capitale de Morrowind et fonce vers le Nord.

    ********

      Le lendemain soir, Tulkhas longe les rives de la mer intérieur, soudain il aperçoit une maison qui se découpe au loin, le soleil couchant se réfléchit sur les carreaux bleutés du manoir, celui-ci est haut de trois étages et possède une terrasse sur son toit. La propriété est encerclée par un mur, mis à part le manoir, elle se constitue de deux champs de bulbe-liège et d'une tour de guet.
    Tulkhas s'attendait à voir les travailleurs de son père dans les champs et un garde posté sur la tour mais les lieux sont déserts, un profond silence règne sur la propriété de famille des Indorils quand il traverse le portail. Il attache son cheval à un poteau puis se dirige d'un pas rapide vers la grande porte et entre dans l'habitation.

    Le hall d'entrée est plongée dans la pénombre, quelques bougies allumées brillent sur les murs, les pas du Dunmer résonnent sur le sol dallé.
    « Qui est là ? Demande une voix grave, usée par le temps.
    - Père ? Est-ce toi ? Alvor ? C'est moi, Tulkhas Tar-Palantir, ton fils.
    - Tulkhas ? J'ai connu un Tulkhas Indoril, mon fils, mais aucun Tulkhas Tar-Palantir.
    Répond la voix qui s'est rapprochée, Tulkhas distingue a présent le visage creusé d'un Dunmer aux cheveux blancs, il a beau se tenir droit sur ses jambes, les années marquent son physique, une large cicatrice lui barre le visage et descend jusqu'à son épaule gauche.
    - C'est bien moi mon père, mais pardonne moi d'avoir utilisé un nom qui n'a aucun sens à tes oreilles. Je suis bien Tulkhas Indoril, ton fils unique.
    - Je te reconnais... Les années ont passé, heureusement que Fadren m'envoyait de tes nouvelles régulièrement, sinon j'aurais cru que tu étais mort. Mais à présent tu te présentes dans la demeure de ton père après toutes ces années. Louée soit Azura, elle a exaucée ma prière qui était de te revoir une dernière fois avant ma mort.
    - Comment ça ? Pourquoi n'y a t'il personne dans la cour ? tu es seul ici ?
    - Non je ne suis pas seul, il reste encore Erevan, tu sais le forgeron, il ne m'a pas quitté même après que j'ai renvoyé tout les gardes et tout les travailleurs. Maintenant que tu es là il faut que tu sache quelque chose : je suis mourant.
    La nouvelle atteint Tulkhas en plein cœur, il tressaille.
    - Ce n'est pas possible, par Nérévar...
    - L'age m'a rattrapé et aucun sortilège ne pourra me sauver cette fois-ci, j'ai fais mon temps sur Tamriel et il est temps pour moi de rejoindre l'Aetherius. Je ne vais pas te dire de ne pas être triste, c'est ton droit, mais il me reste encore un ou deux mois avant de devoir prendre le chemin de nos ancêtres. Serila m'attends depuis déjà bien des années. Tu te souviens de ta mère ?
    Tulkhas hoche la tête, le visage crispé par le chagrin. Sa mère était morte plusieurs années auparavant lors de l'invasion Akaviroise.
    - Oui, je m'en souviens, la plus belle Dunmer de Nirn.
    - C'est aussi ce que je pensais à l'époque. Sourit Alvor
    - Comment se porte Erevan ?
    - Il va bien, il tient la maison, comme il n'y a plus personnes à part nous deux dans ces murs. - - - - Suis moi il a du préparer le dîner, je vais rajouter un couvert à notre table. Tu comptes rester combien de temps dans la demeure de tes ancêtres ?
    - Jusqu'à Hogithum au moins, puis après... j'aviserai...
    - Nous aurons donc tout le temps de discuter de ton avenir, ta chambre est toujours la même, j'ai même ajouté plusieurs livres sur les Dwemers à notre bibliothèque, Fadren m'a dit que tu étais toujours passionné par le mystère de leur chute.
    - C'est vrai, mais hélas, j'ai beau traduire des dizaines de pages, fouiller d'innombrables ruines, je n'avance pas.
    - Ne t'en fais pas, je suis sur qu'un jour tu obtiendras des réponses, mon fils. Maintenant allons dîner. »

    Le père et le fils entrent dans une pièce adjacente à l'entrée, là devant une grande cheminée se tient une table longue de plusieurs mètres, deux chandeliers d'argent  éclairent deux assiettes qui se font face. Alvor prend une autre assiette dans une armoire et la pose à l'extrémité de la table. Un Dunmer entre alors dans la pièce, il porte un plateau où reposent des œufs de Kwama accompagnés de racines de bulbe-liège.
    « Par Saint-Véloth ! Tulkhas ! Bienvenue chez toi, je ne m'attendais pas à te trouver ici.
    - Bonsoir Erevan, le temps n'a pas de prise sur ta mémoire et tu reconnais encore le fils ingrat qui a abandonné son père à son destin.
    - Ne dis pas ça, tu dois avoir d'innombrables choses à nous raconter de tes voyages.
    - C'est vrai, je vous en ferai le récit après avoir comblé le vide que m'a laissé ces deux journées de voyage en Morrowind. »

    Ils dînent dans un silence total, seul le tintement des couverts vient le perturber. Peu après ils sont assis dans une salle couverte de tapis et de tapisseries, une lumière tamisée donne une atmosphère oppressante à la pièce. Tulkhas leur fait le récits des événements depuis qu'il a quitté le manoir familial, curieusement lorsqu'il aborde un sujet concernant Nérévar, ses mots sont transformés et à force de raconter ses actions et ses voyages, il entend la version que tout les Dunmers ont de la période qui remonte à avant l'avènement de Nérévar.
    Plusieurs heures plus tard, Secunda est déjà haute dans le ciel lorsqu'il rejoint sa chambre. Il range ses affaires dans une commode, ôte son armure et remet sa robe de mage Indoril, lorsqu'il sent contre lui la gemme. Il la sort et la tient fermement dans sa main. Après une prière à Azura pour son père il s'allonge sur son lit et ferme les yeux.

    ********

      Un mois s'écoule, Tulkhas travaille avec Erevan dans les champs, et Alvor vieilli à vue d’œil, il ne quitte plus son fauteuil près de la cheminée de la grande salle. Un soir alors qu'Erevan lit dans la bibliothèque, le père de Tulkhas l'invite à se rapprocher de lui. D'une voix faible il lui murmure :
    « Va voir la vitrine là-bas. Cela fait longtemps qu'elle est en ma possession, mais il est temps qu'elle te revienne. »
    Tulkhas obéit et voit, reposant sur le velours rouge de la vitrine, enveloppé dans une étoffe noire une épée dont la garde d'ébonite dépasse du tissu.
    « Prend là, cette épée qui était à ta mère et qui fut la mienne par la suite te reviens désormais. »
    Le Dunmer soulève la vitrine et saisit délicatement l'épée, c'est une épée longue à une main, d'après sa taille et sa garde, il enlève l'étoffe qui l'entoure pour révéler  une lame de verre striée de veines noires d'ébonite, le nom des Indorils est gravé en Dunmer sur le plat de l'arme. Tulkhas s'empare de la garde et lève la lame à hauteur de ses yeux, son regard est attiré irrésistiblement par le fil de l'épée puis soudain toute la pièce s'évanouit.

    ********

      Elle est fière et belle, une Dunmer habillée de l'armure Indoril se tient devant Almalexia.
    « Serila Indoril, vous avez ordre de mener le bataillon des Ordonnateurs de front, vous occuperez les lignes Akaviroises pendant que nos troupes Rédorans et Telvannis les prendront à revers, cette victoire est décisive, et si nous perdons cette bataille le sort de Morrowind sera funeste.
    - Bien, je suis à vos ordres Almalexia, ma déesse.
    - Je ne tolérerai aucun échec de votre part Serila, que votre vie soit sacrifiée s'il le faut, pourvu que la victoire nous soit acquise et que cette guerre soit terminée.
    - Je jure de mourir pour le Temple et pour les Grandes Maisons, si cela est nécessaire.
    - Je n'en attendais pas moins de vous. Maintenant rejoignez vos troupes et soyez prête. »

    Serila se tient devant une gigantesque armée d'Ordonnateurs dans sa main son épée flamboie à la lumière du soleil levant. En face une armée encore plus grande s'avance vers eux, un fracas d'armures et d'armes leur parvient et un nuage de poussière et de cendres s'est formé au dessus du champ de bataille. Des éclairs résonnent au dessus des armées. L’Elfe Noire prend la parole :
    « Aujourd'hui repose l'avenir de nos fils et de nos fille, c'est pourquoi je ne m'éterniserais pas, la victoire est a nous ! Pour ALMSIVI ! Pour Azura ! Pour Boéthia ! Pour Méphala ! Morts aux Akavirois ! »

    L'armée se met alors en action, les soldats courent vers leurs adversaires, les masses d'ébonites des Ordonnateurs tournoient dans l'air. L'armée ralentit quelques mètres avant le front Akavirois et les guerriers du Temple envoient des sphères enflammées sur l'envahisseur. Les soldats Akavirois s'effondrent, leurs corps meurtris par les flammes, mais l'armée continue son avancée inexorablement. La troupe Indoril reprend sa marche pour venir percuter les lignes ennemies. Les deux camps sont déchaînés, le sang se répand sur la terre de cendre, Serila quant à elle transperce et découpe les Akavirois qui tombent à ses pieds, à ses côtés un Dunmer armé d'une épée longue abat sa lame à tour de bras. Mais l'armée Akaviroise est dix fois plus nombreuse et bientôt les Ordonnateurs reculent face aux lances de l'ennemi, les renforts tardent.

    Les deux Dunmers côte à côte sont obligés de reculer, quand soudain un Akavirois deux fois plus grand que les autres se dresse face à eux, son armure noire à épine et sa lame barbelée ruissellent de sang. Serila se lève face à lui et s'engage alors un duel d'une violence sans précédent dans la bataille. Mais la Dunmer trébuche et tombe devant l'Akavirois, celui-ci prend son épée à l'envers dans ses mains et l'abat sur le torse de Serila. Le Dunmer qui se battait à ses côtés hurle et se précipite sur le corps de la commandante Indoril, il se tourne vers le soldat Akavirois, écarte les bras et une vague d’électricité déferle sur le guerrier d'Akavir, la rage et la colère amplifiant l'effet dévastateur du sortilège, l'Akavirois est désintégré. Au loin le son de deux cors se font entendre, un millier de cavaliers Rédorans se précipitent sur l'ennemi pendant qu'à l'autre bout de l'armée, les mages de guerres Telvannis balaient de leur magie et de leurs lames les défenses Akaviroises. L'armée Indoril reprend alors du courage et se jette sur le front adverse avec à sa tête le Dunmer qui a abattu le meurtrier de Serila. Deux heures plus tard, les derniers Akavirois battent en retraite, la victoire est acquise.

    Le Dunmer cherche le corps de Serila parmi les cadavres, il la trouve gisant seule, son épée traînant dans la boue de cendres et de sang séché qui s'est formée. Il s'effondre sur le corps de la Dunmer, un général Rédoran s'avance vers lui,
    « C'est une grande perte pour nous tous. Je suis désolé pour toi, Alvor.
    - Pourquoi ? Pourquoi les renforts ont ils tardé ? Dit le Dunmer dont la voix s'est transformé sous le poids du chagrin et de la haine.
    - Lorsque nous nous apprêtions à partir à l'assaut, Almalexia nous a ordonné de garder nos positions, elle pensait que l'armée  Indoril pourrait contenir les Akavirois mais hélas, elle s'est trompée, si nous étions partit plus tard, toute votre  troupe aurait été balayée.
    - Almalexia... Je te hais et ma descendance te haïra autant que je te hais, qu'Azura soit témoin de cette malédiction ! Maudit soient les faux-dieux ! »

    ********

    La vision s'estompe et le salon réapparaît autours de Tulkhas, son père le regarde inquiet.
    « Tulkhas ? Qu'as tu ? Répond moi !
    - Excuse moi père, j'ai eu... une vision.
    - Qu'as tu vu ?
    - J'ai vu la bataille où Serila est morte, et aussi ton serment de haine envers le Tribunal.
    - Hum... Almalexia devrait être à la place de ta mère... Certes c'est un Akavirois qui l'a tuée mais si Almalexia avait envoyé les troupes au bon moment, elle serait encore vivante.
    - Je te jure père qu'un jour les faux-dieux périront, et ce jour là, je serais là pour assister à leur chute.
    - Prudence mon fils, nous pourrions être considérés comme des blasphémateurs par n'importe qui et il ne faut pas que notre désir de vengeance se mue en suicide, à cause d'une phrase mal placée. Azura nous protège.
    - Je vengerai la mort de Serila par tout les moyens qui seront mis à ma disposition je te le garantis.
    - Je suis fier de toi Tulkhas, tu es devenu un Dunmer brave, tu me fais penser à ta mère, et aussi à moi-même, je suis sur que ton avenir sera glorieux. Garde l'épée, elle est à toi, et donne lui un nom, depuis la mort de Serila je ne l'ai pas renommée. Tu devrais passer voir Erevan qu'il l’affûte et lui rende son éclat d'antan.
    - Bien père, bonne nuit. »

    ********

    Une semaine s'écoule durant laquelle la vie du manoir continue son rythme tranquille, un soir Tulkhas descend avec Erevan dans la forge du manoir.
    « Voici l'épée de ma mère, qui est désormais à moi, peux tu me l'arranger un peu ?
    - Bien sur, donne la moi.
    Tulkhas lui tend l'épée de verre, Erevan s'en saisit, il actionne une meule, puis il passe l'épée dans les flammes de la forge, pendant l'opération Tulkhas triture la gemme spirituelle qui contient une partie de l'esprit de Nérévar, quand soudain une idée lui vient.
    - Peux-tu ceindre cette gemme dans la poignée de l'épée ?
    - Voyons voir... Oui, ça a l'air faisable, attends moi cinq minutes je reviens.

    Erevan va dans la pièce voisine, plusieurs sons parviennent à Tulkhas, puis quelques instants plus tard Erevan est de retour avec l'épée et la pierre mêlée à la garde.
    - Elle est prête, il ne te reste plus qu'à lui donner un nom. »
    Tulkhas prend l'épée et il sent le contact subtil de la gemme spirituelle contre sa main. Puis sa vision se brouille.

    Il se voit terrassant un dragon noir Nordique, puis affronter des armées de Haut-Elfes, puis trancher la gorge d'Almalexia. Ces images ne viennent pas de lui mais de l'épée, les esprits de sa mère et de Nérévar assemblés forment assez de matière spirituelle pour donner une âme propre à l'arme. Il rouvre les yeux et dit : « Daeljuhn »

    « Cette épée se nommera Daeljuhn. Répond Tulkhas en regardant Erevan dans les yeux.
    - Choix intéressant, c'est du vieil Indoril qui signifie « ami » n'est ce pas ?
    - En effet, cette épée est plus qu'une arme, c'est une amie fidèle.
    - Qu'il en soit ainsi. Conclu Erevan. »

    ********


    _________________
    Tulkhas Tar-Palantir
    "Dans des contrées lointaines, au sombre temps troublé, un monde désaxé sombrait dans ses excès..."
    avatar
    Tulkhas

    Messages : 16
    Date d'inscription : 19/11/2013
    Age : 21

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Tulkhas le Jeu 21 Nov - 22:27

    (Suite du Chapitre 01)

     Deux semaines passent encore durant laquelle Tulkhas passe la majorité de ses journées à travailler dans la bibliothèque de famille. Un jour, il sort de la propriété et marche le long du sentier menant à la Mer Intérieur. Il arrive enfin devant une porte de bois qui se trouve dans un renfoncement de pierre lisse, il s'agit d'un tombeau familial, il pénètre dans le mausolée. Là, plusieurs cercles de sables se tiennent devant lui, situés près des murs, il s'agit des emplacements des corps de ses aïeux, la crypte forme une large croix avec, à une extrémité, la porte d'entrée, et de l'autre une obélisque dédiée à Azura. Tulkhas marche dans le chemin tracé entre les tombes, il arrive devant celle de sa mère, il est écrit en Dunmer, « Ci-gît Serila Indoril, épouse de Alvor Indoril, morte au combat. ».

    Le Dunmer reste un moment devant la tombe de sa mère, soudain une voix s'élève dans sa tête.
    « Les temps changent Tulkhas Tar-Palantir, le Pacte est en marche et part en Guerre à nouveau, les armées Dunmers franchissent les Montagnes Vélothi par le Passage et avancent sous le soleil en Cyrodiil, les tambours du Pacte résonnent.
    - Nérévar, est-ce vous ? Demande le Dunmer à voix haute
    - Oui, c'est moi, depuis que tu as mêlé l’âme de ta mère à la mienne, je peux parler à ton conscient et non plus à ton subconscient.
    - Comment ça, vous me parliez déjà ?
    - Bien sur, je t'ai poussé à retourner au Manoir de ton père, et c'est moi aussi qui ai fait en sorte que tu mélanges l'épée et la gemme.
    - Mais où êtes vous à présent ?
    - Loin d'ici, mon âme s'est envolée vers les pays oubliés. Maintenant sache que ton père est au devant de la mort, il ne passera pas la nuit, rend toi le plus vite possible à son chevet. »
    ********

    En entendant cela le Dunmer se précipite vers la porte de la sépulture des Indorils et coure vers le Manoir. Arrivé dans le hall il croise Erevan.
    « Tulkhas viens vite, je te cherchais partout ! Ton père se meurt ! »
    Les deux Dunmers courent alors vers la chambre d'Alvor et trouvent celui-ci allongé sur son lit. Sa respiration est difficile mais il tient bon.

    « Viens ! Souffle t'il à Tulkhas qui s'approche aux côtés de son père.
    - Non père... Pas maintenant.
    - Mais quand alors mon fils ? On ne peut pas repousser la mort indéfiniment, nous autres Mers avons déjà la chance de vivre trois fois plus longtemps que les Hommes, mais vient le jour où il nous faut nous aussi périr.
    - Ne dis pas ça.
    - Tais toi et laisse moi parler. Je veux passer mes derniers instants sur Morrowind à régler mes affaires, de sorte que je puisse partir serein. Sur la table à côté de moi se trouve mon testament, tout est indiqué quand au devenir du Manoir et de mes biens. Maintenant écoute moi, nous sommes tous deux des mages de foudre, lorsque j'ai appris que tu maîtrisais ces arcanes, j'étais on ne peut plus heureux, tu me ressembles à un point... Tu vois la couronne qui repose sur mon front ?
    - Oui père.
    - Elle te revient, cette couronne est la couronne Indoril qui passe de maître de famille en maître de famille depuis la mort de Nérévar Indoril au Mont Écarlate et les différentes séparations et élargissements de notre Grande Maison, tu es dorénavant le chef de la sixième famille Indoril, avec le pouvoir de siéger au Conseil de notre Maison. Cette couronne a quelque chose de particulier, son porteur devient plus réceptif aux forces de l'Aetherius et voit ses performances magiques augmentées.
    - Merci infiniment mon père.
    - Erevan, à toi je te lègue ce Manoir, tu en es dorénavant l'Intendant et le Gérant tant que le maître des lieux Tulkhas Indoril sera absent. Je te lègue toutes mon armurerie et mes armures. En particulier cet arc qui est posé contre l'armoire là-bas, il tire des flèches plus vite que tout arc et paralyse ses cibles. Il est à toi.
    - Merci seigneur Alvor, je ne trahirais pas votre confiance.
    - Bien, si vous avez d'autre question concernant l'héritage vous trouverez les réponses dans mon testament. Je dois donc vous faire mes adieux, ma dernière volonté sera d'être enterré auprès de ma femme Serila. Tulkhas Tar-Palantir, tu es mon fils et tu me fais honneur, je suis très fier de toi, et toi, Erevan merci pour ta fidélité au fils des années, tu auras toujours été auprès de moi, même lorsque j'ordonnais à tous de quitter les lieux. Mon fils, adieu, et n'oublie pas ton Serment, qu'Azura vous bénisse et vous guide à travers les temps troublés, je m'en vais à présent.
    - Au revoir Alvor Indoril, seigneur de la Grande Maison Indoril, héros de la Deuxième Ère, que les Daedras te mènent en des lieux où tu pourras trouver le repos. » Termine Tulkhas en contenant sa peine.

    Le Seigneur Dunmer ferme les yeux puis sa poitrine cesse de se soulever. Alvor Indoril a vécu.
    ********

      Durant les jours qui suivent Tulkhas et Erevan entèrent Alvor selon ces volontés, près de sa femme, puis Tulkhas envoie un parchemin à Selvos et un autre à Fadren pour leur annoncer la nouvelle de la mort de son père.
    Il reçoit le lendemain la réponse de Fadren exprimant sa tristesse et son amitié pour Tulkhas, celle de Selvos arrive quelques jours plus tard ;

    «    Pour Tulkhas Indoril,

      Tulkhas, ta dernière lettre était signée de « Tar-Palantir », j'en conclu que tu as repris le nom que t'a donné ce mystérieux inconnu après que tu ais regardé dans le Parchemin des Anciens.

    Il se passe des choses étranges à la bibliothèque, plusieurs patrouilles des Gardes de Ses-Mains sont venues fouiller les lieux. Il sont à la recherche de quelque chose, ou de quelqu'un, si tu reçois ce parchemin à temps, je te conseille de t'enfuir, je ne sais pas pourquoi mais j'ai le pressentiment que le Tribunal te cherche.

    Toutes mes condoléances pour Alvor, il aura eu une vie honorable.

    Au revoir mon ami et prend garde à toi. Évite si tu le peux Longsanglot pour le moment.

                        Selvos Llaren »

    Tulkhas repose la lettre sur son bureau puis après avoir repensé aux paroles de Nérévar dans la crypte, il prépare ses affaires et sort dans la cour, Erevan ramasse les racines de bulbe-liège.
    « Adieu Erevan je m'en vais, je pars pour l'Ouest, il se peut que des soldats du Temple viennent perquisitionner ma demeure en mon absence, laisse les entrer.
    - Entendu, bon vent et qu'Azura veille sur toi. »
    Tulkhas Tar-Palantir monte sur son cheval et s'éloigne au galop, laissant le manoir familial Indoril derrière lui.

    ********


    _________________
    Tulkhas Tar-Palantir
    "Dans des contrées lointaines, au sombre temps troublé, un monde désaxé sombrait dans ses excès..."

    Contenu sponsorisé

    Re: [BG] Tulkhas Tar-Palantir

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 21:33