The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Partagez

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Dim 1 Déc - 17:50

    _________________Contexte______________________


    Musique d'Ambiance:



    Isolé entres les montagnes fièrement dressés coupant comme une limite naturelle les bordures de la terre du nord de Bordeciel, et les plaines du centre du Cyrodill, parmi les neiges et le froid s'étendant autours de ce lieu perdu dont les flocons dansaient emportés par les vents traîtres, soit doux et calme, soit puissant et tranchant à travers les hauteurs, se trouvait une haute tour de pierre perdue depuis des conflits d'antan rendant le lieu digne des voyageurs curieux : Des ruines, une grande tour en ruine se levant aux côtés des montagnes, baignent dans sa solitude aux côtés de ses compagnons rocheux en profitant de la paix précédant les anciens massacres qui avait eu lieu ici, une bataille avait éclaté entres Nordiques et Impériaux transportant des armes de sièges à travers la neige pour tenir en respect un grand guerrier du nom de "Agamond Torserage" qui avait trouvé la mort en même temps que ses frères d'armes lors d'une semaine de siège sur le lieux, dont tout les jours étaient plus sanglant, un combat inégale à un contre trente que les Impériaux avaient lâchement menés face à ses conquérants de Bordeciel qui n'étaient renommés que par des jurons déshonorant en les traitants de vulgaire pilleur, assassin, bandit. Ce qui n'était pas totalement faux, Agamond avait jadis menés ses hommes au delà des hauteurs pour descendre en Cyrodill fracasser les innocents et les paysans, même si certains fussent des Nordique, il les passa au fil de l'épée pour avoir eu l'audace de quitter les terres du nord.




    Emplacement du Fort de Guette-Trouble.


    Tant bien que le jour où Agamond était confronté à sa fin, aucuns renforts ne lui vient de Fallaise. Tous étaient accablés par les efforts de guerre honteux du guerrier, et étaient prêt à laisser ce combattant périr dans son antre. Le Jarl de la citée ne fut jamais prévenu, et en silence, les nordiques du Pacte fêtèrent la mort du "Sans-honneur" en jurant qu'ils combleront sa perte de milles efforts, et que tous éradiquerait autant d'adversaires qu'ils auraient pu le faire avec Agamond. Et depuis, les restes de ce fort n'est plus qu'un tombeau ayant laissés les débris du bois et des boucliers fracassés, les lames perdues et les corps tombés être emportés par la neige et le vent balayant les traces de l'ancienne bataille laissant l'endroit vide de son ancienne vitalité tel un vestige du passé oublié. Pourtant, il n'était pas si vieux, et la guerre était loin d'être finie.

    Fort de Guette-Trouble.:


    Le Fort de Guette-Trouble, qui aurait du être le point de guet des nordiques à travers les hauteurs pour observer les mouvements du sud, n'eu jamais la chance jusque là d'assurer le pourquoi il avait été bâtit dans la sueur et les gelures, pourquoi il avait résisté à travers les lames et le sang. Tristement installé dans son coin, que l'on pourrait sentir les larmes de l'édifice couler devant sa futilité, trahis à ceux qui y trouvaient logis, serait désormais à nouveau complice de l'infamie de certains. La guerre était loin d'être finie, continuant dans la colère et le rejet, la légitimé du pouvoir affirmé par tous, alors que Tamriel est doucement guidé vers Hâvreglace, la crainte des Daedra ne tarît pas la conviction et l'honneur des peuples désireux de récupérer le trône de l'empire gardé soigneusement au sein d'une Cyrodill chaotique. Mais tout n'est pas grande bataille épique, déchirant les cieux de flammes ardentes, transformant la terre en marais de boue martelés par les bottes lourdes des guerriers en formation stricte. Dans ce coin perdu de Bordeciel, la tension montait entres deux groupes opposés par leurs désirs, mais tout cela ne servait à rien de croire en la domination de ses siens si l'on y perdait tous la vie.

    Le Fort de Guette-Trouble regorgeait depuis une semaine à nouveau de vie, à travers la neige battue paisiblement par le vent capricieux, des tentes protégés par du bois, des bâches recouvrants les trous dans le structure de pierre, tout laissait croire que celui ci avait été aménagé à l'improviste par des voyageurs. Ce qui était le cas, des patrouilles organisés par des hommes enroulés dans des tenues de peau et des fourrures miteuses erraient autours du campement en observant ses environs prit dans la paranoïa habituel des éclaireurs à imaginé sortir des buissons des flots de soldats armés jusqu'aux dents. Mais le temps passa sans pour autant offrir raison à la folie naissante des gardes, calmant leurs terreurs en faisant baisser doucement la garde de ses combattants improvisés, les nuits servant aux rires et à la boisson autours d'un feu de camp, ils pensaient avoir trouver une vie au calme loin de la servitude des seigneurs de Bordeciel. Mais à quel prix ? Petit à petit, le doute les pressaient quant à la cohérence de leurs actes en ce lieu reculé : Il n'y avait presque rien, la nourriture manquait, et le bois était rare à travers les montagnes. Combien de temps survivraient-ils sans partir piller les villages éloignés vers le nord comme vers le sud ? L'éclaireur observait avec avidité l'horizon qui s'étendait au loin, frottant sa grande barbe comme si elle était déjà emprunte de salive et de jus dégorgés par la chaire d'une bête dévoré avec son compagnon d'arme qui dormait à sa droite, installés contre un rocher  alors que le temps était plus docile qu’accoutumé, il profitait du calme pour fermer un instant les yeux.


    Puis ce fut le silence.

    L'autre s'extirpa doucement de son sommeil quand le craquement du bois se fit entendre, croyant qu'il s'agissait de la bûche servant de siège à son ami, il se redressa un peu en ricanant, soufflant un juron sur le temps qu'il trouva amusant, il lui fallut supporter le poids de son camarade s'écroulant sur lui, flasque. Il râlait, insultant celui ci de s'être endormi ou d'être sous l'effet de l'hydromel pourtant si rare dans leurs victuailles, il ouvra grand les yeux quand le liquide chaud lui arriva sur le visage en sortant en flux terrible à travers la flèche qui était plantée dans le crâne de son ami. Un hurlement, un sursaut, et il était debout, sa fourrure mêlé entre la neige et le sang s'éparpillant à travers les poils de sa tenue, il fit à travers la légère brume provoqué par le vent, le scintillement des armures dorées reflétés par le soleil perçant les quelques nuages rares dans les cieux, éblouissant la vue du nordique, qui ne put se délecté de l'impressionnante armure du haut-elfe qui marchait à travers la neige qu'il maudissait par dessus tout. Le Capitaine Aelnir Brille-Lance était d'une beauté rare même pour sa race, enroulé dans sa cape blanche mettant en valeur sa tenue d'or forgé par le Domaine expert dans les arts de ce type de forgeage, il marchait lourdement en sa direction en même temps que sifflèrent trois flèches se logeant dans le corps du bandit qui s'écroula à genou, balbutiant une phrase qui se perdit à travers le sang s'agglomérant dans sa bouche, et s'écrasant finalement au sol en laissant autours de sa dépouille une sinistre flaque de sang rendant la neige écarlate.

    Les combattants du Domaine s'éparpillèrent autours du petit campement de guetteur en fouillant celui ci, un guerrier Khajiit massif s'approcha de son capitaine en hochant la tête par respect vers la race envers qui il devait son allégeance. Il renifla, l'air froid lui faisait tourner la tête et les flocons le gênait à travers son pelage quand il dépassait de son armure de cuir. Pointant légèrement du doigt le nordique en remuant la tête, un air désapprobateur se lisant sur visage, et une petite moue se traduit sur celle du capitaine qui devinait déjà la réponse.


    - Aucunes traces de notre proie, et ce ne sont pas des soldats du Pacte de Coeurébène. Kar'Grasah pense que nous devrions aller vers la tour lointaine. Peut-être... Et ses mots s'arrêtèrent net quand le bruit lourd des plaques d'une troupe entière se déplaçait vers eux : Il ne s'agissait plus là de simples trappeur, mais des guerriers lourdement armés. A la tête d'entres eux, un Nordique marchait, sa cape qui l'enroulait décharnée preuve de ses maintes batailles qu'il avait pu vivre. Il tenait au creux de sa main une hache, courte mais serré fortement comme si il était contraint de la tenir ainsi, le grognement sourd du personnage traduisait son état d'agacement, et il semblait prêt à engagé les hostilités même avant de s'être dressé devant l'Aldmer qui marchait doucement à l'avant de ses compagnons s'observant tous avec une certaine quiétude, étonné de voir ce personnage faire pas vers eux sans une charge suivit de flèches et de hurlement. Le guerrier renommé comme était un furieux combattant et un brave nordique se nommait Egon Throalfgar et avait la réputation d'être un homme de valeur qui n'attaquait pas comme une bête, et se dressa face à son futur adversaire, le torse bondé, droit comme le devait son honneur en esquissant un petit sourire.

    - Que quelques malandrins, basse racaille de ses montagnes erres en ses coins reculés ne m'étonnent guère, mais que les combattants du Domaine s'en occupe ne m'inspire rien de plus que de l'étonnement. Que faites-vous si loin de vos arbres du sud-ouest de Cyrodill ? La voix d'Egon paraissait rustre, bien que ses mots ne suivait pas son intonation de voix, il avait comme une pincée de sympathie de ses paroles, qui troublait toujours les combattants du Pacte qui le suivait.

    - Je doute que votre inspiration soit plus forte que la mienne, de voir tant de respect dans les mots d'un adversaire, sans que l'on nous traître de "chien de la reine". J'ai déjà entendu des Breton railler comme un nordique, mais entendre un guerrier s'adresser ainsi... Le trouble se lisait sur le regard d'Aelnir, mais le doute lui laissait la main sur la garde de son épée, prêt à la dégainé comme il l'avait fais tant de fois, cependant, une boule se resserrait dans son estomac, celle ci le faisait légèrement quitter sa posture droite qu'il avait l'habitude de dresser devant ses amis comme ses ennemis. Il réfléchissait, dans la sympathie de ce nordique, qui n'était pourtant qu'une menace de plus pour la Reine, que devait-il faire ? Il n'était pas là par hasard, il n'était pas un de ses groupes de maraudeur perdu après leur défaite sur le champ de bataille. Il devait revenir triomphant avec la tête de leur proie, et celle ci dépassait les guerres avec le Pacte qui le mettait sur l'instant dans un conflit entres ses devoirs : La guerre ou sa quête en priorité ?

    Le nordique voulu élevé la parole, fut l'inspiration qu'il avait prit, cela aurait pu être un cri de guerre ralliant les siens, mais il ne se dressait par les rides de l'avant-bataille marquante sur le visage d'un homme tendant son corps pour fondre dans le fracas des armes. Mais avant de s’exprimer, des flèches envoya trois combattants au sol, dont deux avait perdu la vie : Un Bosmer qui n'eu pas de chance, et reçu une flèche qui traversa son crâne en éparpillant son contenu à côté de sa dépouille, et deux autres écrasèrent le thorax et la gorge d'un Argonien qui se laissa à une lente agonie de quelques instants avant de succomber. Le dernier eu bien plus de chance, mais qu'il fut privé de l'utilisation de son bras quand une flèche transperçant le muscle du nordique le laissant tomber à genou devant la douleur assourdissante. Le reste des flèches chutèrent dans la neige ou contre les boucliers dressés à temps quand les premiers sifflement des tirs furent audibles. Quinze bandits étaient dressés en ligne, et décochèrent des flots de fer de mauvaise qualité vers les combattants. Hochant la tête, Egon traduisit le cessé le feu par un hurlement finalement présent à travers sa gorge puissante qui résonne en échos à travers les hauteurs, et chargea vers les chasseurs habillés de miteuse fourrure comme une bête sauvage l'aurait fait. Le combattant du Domaine restèrent en arrière quand le combat éclata brutalement, mais leurs combattants les plus courageux mirent leurs préjugés de côté pour l'instant, et s'attaquèrent avec fureur aux bandits. Egon sursautant, et en tournant la tête, il vit l'arc d'Aelnir dont la corde n'était plus bandé, après avoir fit virevolté une flèche dans le crâne d'un guerrier souhaitant poignardé le nordique dans le dos. Un petit sourire se dessina dans cette alliance improvisé, et contre-nature de leurs serments, mais ils firent avec : L'ennemi avait l'avantage, et était nombreux, Egon pensait... lui aussi, n'était pas là pour le domaine, il avait une mission, et avait fait la promesse de rapporter la tête de sa proie.

    La bataille finie, un Khajiit avait été décapité, un jeune guerrier trop pressé d'égorgé son adversaire n'avait pas vu la hache venir lui taillader le coup, ainsi qu'un elfe noir qui avait raté son incantation, son sort crépita et le laissa vacillé un instant avant qu'une lance ne l’empala au sol lourdement, laissant la carcasse morte immobile protéger du vent par le pieux qui le traversait et arrivait jusqu'à la terre sous la neige. Aelnir soufflait un peu, et se redressa devant Egon qui posait sa hache ensanglantée contre son épaule. Les deux, presque comme si ils se l'étaient transmit par pensée, lancèrent un regard vers le Fort de Guette-Trouble au loin qui se dressait face à eux. L'accord fut passé non sans les plaintes de plus fervents défenseurs de leurs serments, mais ils se turent devant le charisme et les raisons de leurs chefs. Bien que la crainte montait un peu, et le doute de la mutinerie était présente, les deux camps dressèrent un campement  de siège face au Fort de Guette-Trouble, ralliant leurs forces pour cette bataille, et uniquement cette bataille. Tout avait été convenu : Egon reviendrait à Fallaise avec la tête de Faldrick Torserage, et Aelnir retournerait au plus vite au domaine avec la nécromancienne Kaëllia Bercelune qui siégeaient ensembles dans la forteresse improvisée.

    En attente des prochaines batailles, les deux chefs discutaient souvent des missions à effectués en tâchant de ne pas trop mêlés leurs forces. Ils doutaient, de peur d'avoir fait une erreur, de peur qu'ils devraient se massacrer au plus tôt, mais ce n'était pas dans les caractères de ses combattants. Ils n'avaient qu'une parole, et s'entendait à effectué ce qu'ils avaient convenu avec ferveur envers leurs propres honneurs, et leurs serments envers leurs chefs. Et dans la nuit bercée tranquillement par le vent, le campement illuminé par les feux des braseros profitait de ce voile nocturne pour prendre du repos, et du recul quand à cet condition particulière, restant dans leurs coins en gardant et patrouillant pour protéger les tentes et les bâches cachés derrières les pieux improvisés.

    Le conflit du Fort de Guette-falaise débuterait dans une bien étrange condition, et les mystères de ses montagnes seraient dévoilés par les efforts des protagonistes luttant contre les menaces naissantes en ce lieu.


    _______________[HRP] __________________

    Bienvenue dans le RP-Forum post-TESO ! Nous profitons de cette attente pour essayer de calmer nos nerfs et nos envies d'aventures sur ce prochain MMORPG comme on peut, et ici, il s'agit de créer les premières aventures de nos personnages à travers ses histoires que l'on pourra créer ensembles, que seront les anecdotes futurs inscrites à travers le Background de nos avatars !

    Ici, le JDR offre un Rp tendu, même si il n'y aura surement pas de batailles entres les factions, il s'agit là d'avoir un contexte pour créer des liens hors factions entres les personnages. (en espérant que les interactions inter-faction seront débloqués dans le jeu tout de même.) les forçant à coopérer devant l'adversités sans avoir de raison de s'égorger à cause de leurs buts et objectifs communs. Les règles du JdR sont simples : Concernant la pratique, nous établirons un système de roulement des tours entres les joueurs qui laisseront un post chacun des faits et gestes de leurs personnages dans le contexte offert par moi-même servant de Maître du Jeu, je donnerais un contexte qui vous permettra d'agir, et chacun pourra faire un post remplissant les actes de son propre personnage : Le résultat des actes sera transcrit par le maître de jeu selon la cohérence et certains jets de dés pour certaines choses, mais au plus possible, tout sera une histoire de logique. Une fois que tout le monde à laissé un message pour son personnage, j'établis le résultat de vos actes, et fait avancer le contexte pour vous laisser faire de nouveaux posts !

    Les interdictions sont simplement de ne pas faire d'actions forçant la main au contexte, comme abattre un adversaire important dans votre poste, vous pouvez néanmoins avoir libre-court de vos actes vis à vis les adversaires moindres, laissant à votre bon vouloir la force de votre personnage celon votre propre jugement. Il y aura un délais de 24heures entres les messages pour évité de bridé ceux qui sont inspirés par l'histoire, et pour laisser du temps aux autres de réfléchir à leurs actions, sans signes de votre part, votre tour sera sauté, cependant, il vous sera possible de reprendre à la prochaine action, votre personnage restant là, mais non actif lors du premier contexte. Si vous voulez cependant plus de délais à cause d'un soucis IRL, ou voulez passer votre tour simplement, n'hésitez pas à me prévenir par MP.

    D'ailleurs, n'hésitez pas à me MP pour toutes demandes importantes vis à vis le JDR forum quant à vos actions et vos possibilités pour une meilleure compréhension et immersion dans l'histoire. Ce JDR n'est cependant qu'ouvert pour le moment aux races liés au Domaine Aldmeri et au Pacte de Coeurébène, si j'en fais d'autres, je tâcherais de recréer des contextes en incluant l'Alliance de Daguefilante, mais pour le moment, restons en à cette histoire là !

    Sur-ce : L'histoire commence la nuit, alors que vous êtes au campement improvisé des deux factions, décidez de ce que fait votre personnage en une présentation de celui ci : Son nom, son importance, ses capacités, sa race, son caractère. Décrivez nous votre personnage à la sauce que vous souhaitez, (je passerais à la fin!) pour l'inscrire à l'histoire !

    J'espère que nous pourrons créer une belle aventure, qui sera l'une des marques de nos futurs RP en jeu, une anecdotes que l'on se racontera plus tard, quelque chose qui lie les avatars avant la sortie de notre petit MMO d'amour. N'hésitez pas à vous laisser tentez, et je ferais de mon mieux pour vous offrir un JDR agréable, sinistre, amusant et héroïque comme le veut Elder Scroll !

    Pacte de Coeurébène. (jusqu'à 5 joueurs.)
    - Faerha Aralen. (Dunmer.)
    - Shar'gorroth. (Argonien.)
    - Voldigar. (Nordique.)
    -
    -
    Domaine Aldmeri. (jusqu'à 5 joueurs.)
    - Eïffy Ventdechêne. (Bosmer.)
    - Dar'Jara. (Khajiit)
    - Ashkran. (Khajiit)
    - Faelivir (Altmer)
    -

    Si vous avez besoin d'informations pour l'inscription, envoyez moi un MP, si vous êtes sûr de vous, lancez vous en débutant le JDR ci dessous, cependant si vous avez besoin de parler du JDR, préférez créer un autre post dans une section HRP que dans ce post là !


    Dernière édition par Eïffy Ventdechêne le Jeu 12 Déc - 16:01, édité 8 fois
    avatar
    Vorenus Lumen

    Messages : 8
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Localisation : Dans un champignon.

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s): La 9èmes légion.
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vorenus Lumen le Dim 1 Déc - 19:25

    Le vent soufflait à l'extérieur de la tente, celle-ci ne parvenait pas à empêcher quelques courants d'air de venir dérangé le nordique, appliqué dans quelques bizarrerie.

    Ce dernier possédait une longue chevelure de jais, accompagné de quelques bijoux fait à partir d'os. Une cicatrice étrange attirait inexorablement le regard d'autrui tandis que sa carrure laissait largement penser qu'il ne passait pas ses journées à errer dans les tavernes.

    Le balafré tourne les pages de son bouquin, sa concentration se lit dans son regard tandis qu'il pointe son doigt en direction d'une bougie. Un fin trait de feu apparaît entre les deux, allumant d'une faible flamme la mèche du monticule de cire qui semblait déjà avoir servi auparavant.

    Il finit par ranger son grimoire et se redresse pour enfiler des bottes de cuir usagées ainsi que son épée et le fourreau qui va avec. Le vent à l'extérieur faisait danser les flocons au dessus du fort alors que le nordique se rendait en direction d'un groupe de soldats du pacte qui se turent en le voyant approcher.

    -Je cherche Egon, vous savez où il est ?

    Les soldats ne lui répondent pas, se contentant de le fixer longuement puis une nordique lui répond :

    -On parle pas aux type louches dans ton genre qui sont même pas soldat, va voir ailleurs si on y est !

    Un long soupir se fit entendre, comme pour économiser au balafré une immense perte d'énergie et se dernier se contenta de retourner dans sa tente en s'exclamant :

    -Si vous le croisez, dîtes-lui qu'Arnbjörn Tranche-nuée veut lui parler.


    avatar
    Faerha

    Messages : 29
    Date d'inscription : 20/11/2013

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Arpenteurs des Cendres
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faerha le Dim 1 Déc - 22:08

    Le chariot tressauta quand la roue percuta une pierre, manquant d'envoyer valser la marchandise qui reposait à l'arrière dans des caisses solidement fermées. L'animal qui tirait l'attelage était un de ces chevaux solides qu'élevait Bordeciel, l'oeil vif, la robe pie, les pattes puissantes aux sabots presque disproportionnés. Il poursuivait inexorablement son ascension, sans prêter attention aucune aux soldats qui escortaient le convoi. Des nordiques avant tout, peut-être quelques dunmers, cachés par les casques et les fourrures qui protégeaient leurs membres tremblotants. Tous étaient solidement armés, comme il devait être de coutume, et tous dépareillaient avec le conducteur de cette étrange équipée.

    Bien qu'enveloppé dans une cape, l'inconnu qui menait son chariot était vêtu de pied en cap d'une de ces armures de chitine épaisse si coutumière aux dunmers, un foulard enroulé autour de son col et de l'emplacement de sa bouche. Il était d'ailleurs plutôt fluet bien que l'armure rehausse sa silhouette. Il était assez grand par contre, bien que n'atteignant pas les hauteurs nordiques.

    "Il pue la cendre, ce type", lançaient assez fréquemment les autres alentours. Il était vrai, son odeur laissait penser qu'il avait fait cuire ses vêtements après les avoir lavés. Il n'était pas loquace avec ça, ce qui le rendait assez vite antipathique pour les nordiques. C'était un elfe de toute manière. Cela devait suffire à le rendre de mauvaise compagnie.

    Le convoi approchait peu à peu des tentes, et assez vite, le doute s'insinua dans le groupe. Il n'y aurait du avoir que leurs forces présentes... Que faisaient là ces satanés mers et khajiits du Domaine ?

    Si les soldats étaient dans l'incompréhension et sincèrement outrés pour certains, le conducteur ne semblait pas broncher plus que cela. Il arrêta l'animal qui le conduisait pour reposer les rênes près de lui, avant de ôter son casque de chitine, déployant une chevelure longue, qui évoquait la blancheur de la cendre plutôt que celle de la neige. Le mer était en vérité une mer, douée à la fois de grande beauté et d'une fière jeunesse, ses yeux écarlates tranchants dans le gris de son visage aux traits acérés. Elle observait distraitement toute l'agitation avant de tirer de sa sacoche en cuir de guar une pipe qu'elle calait entre ses dents après l'avoir bourrée d'une de ces herbes qui ne poussaient que dans les cendres et que seuls les dunmers fumaient.

    Soufflant un peu de fumée avec un soulagement évident, Faerha Aralen, car tel était son nom, se laissait aller contre le bois du chariot, laissant les soldats vérifier la marchandise. Ils parlaient vaguement entre eux, du moins était-elle trop occupée à savourer sa bouffée pour s'en rendre compte. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle cheminait pour amener cette cargaison d'armes et de vivres à bon port et se trouvait plutôt soulagée d'en avoir terminé avec ça. Pas que cela la dérangeait, la guerre avait cet avantage : on faisait plus fréquemment appel à elle pour conduire les marchandises à bon port, mais à mesure que le temps passait, de plus en plus loin. Et pour tout dire, c'était la première fois qu'elle venait en Bordeciel pour amener ces armes et cette nourriture, les deux ayant été produits en Vvardenfell. Un petit apport de Morrowind pour l'effort de guerre, qu'on disait. Après tout, il y avait quelques dunmers parmi tous ces gens.

    Un des soldats s'approcha d'elle et commença à parler. Elle fronça les sourcils, fit un geste pour lui demander de répéter. L'autre nordique eu un grognement et recommença sa phrase, pour finir par être arrêté à nouveau d'un geste de l'elfe noire.

    "Je ne comprends pas ce que vous dites, n'wah, ne put-elle s'empêcher de dire en dunmeri, avec son fort accent des Terres Cendres. Vous parlez trop vite."

    Elle lui fit un geste pour qu'il ralentisse en parole, ce que le nordique ne put faire sans un autre signe de mécontentement, sans doute agacé par l'attitude naturellement fière, voir condescendante, de son interlocutrice. Elle écouta néanmoins d'une oreille attentive, comprenant enfin qu'il lui demandait son nom, ce qu'elle s'empressa de lui donner, et de le suivre pour rencontrer, elle n'était pas très sûre du nom, Egon Throalfgar. La suite lui paraissait trop floue pour qu'elle puisse seulement comprendre un traître mot, mais elle le suivit sans faire d'histoire, non sans poser un bref instant sa main sur son épée courte de verre, laquelle était pendue à sa ceinture.

    On la mena près de tentes sans la faire entrer dans une seule d'entre elles, sans doute que le dénommé Egon était-il occupé. Aussi laissait-elle son regard se promener sur le camps, débusquant l'altercation d'un nordique étrange portant une balafre et les cheveux aussi noirs que la chevelure de certains dunmers, avec un groupe composé de soldats du Pacte, des humains de Bordeciel pour la grande majorité, lui semblait-il. Elle ne pouvait comprendre exactement le sens des mots qui se lançaient, mais elle présumait bien que ce nordique n'était guère apprécié des siens. Si l'échange pouvait la distraire un peu dans son attente, elle espérait surtout que tout ceci se terminerait assez vite et qu'elle pourrait aller prier par la suite. Nul ne lui semblait plus réconfortant en ces lieux que les pieuses paroles adressées aux trois tribun. Qu'ALMSIVI toujours la guide, en cette terre si loin de sa patrie.
    avatar
    Dar'Jara

    Messages : 34
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Age : 25
    Localisation : Brest

    Feuille de personnage
    Race: Khajiit
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Dar'Jara le Dim 1 Déc - 23:41

    Les lunes ne s'étaient pas levées cette nuit là. Telle était la conviction de Dar'Jara qui n'avait point l'habitude de guetter sous un ciel couvert. Un sentiment renforcé par l'absence d'horizon tout autour. Décidément ces terres sont bien curieuses se disait il ; trop hautes, trop près du ciel, des dieux. Par ailleurs, cette poudre blanche qui lui rappelait étrangement le sucre n'était pas bonne à lécher, trop froide. Elle mouillait son pelage, mordait ses oreilles et couvrait sa truffe d'une mince pellicule blanche.

    Il grogna. Perché sur un rocher rond et emmitouflé dans sa cape de loutre, le khajit veillait patiemment sur les environs qu'il distinguait comme de jour avec ses yeux bleus. Cette particularité lui avait valu le poste de sentinelle, un rôle qu'il détestait car il lui manquait le proverbe pour ironiser sur la situation. D'ordinaire c'était lui qui n'était "Pas vu pas vu"...

    Tantôt il apercevait les chasseurs rentrer de leurs explorations, seuls ou accompagnés de bêtes redoutables semblables à des loups que l'on voit plus au sud, sur la route de Cyrodiil, mais c'est avant tout le chariot mené par l'elfe accoutrée d'une armure qui retint son attention. Non pas parce qu'il était plein de "prétendus" ennemis du dominion, (un bien grand mot dans l'esprit de Dar'Jara qui considère qu'un ennemi l'est vraiment quand on l'a mordu au sang une première fois) mais plutôt parce que son propriétaire semblait riche -et donc intéressant-.

    [Tentative pour évaluer l'équipement de Faerha Aralen]

    Besogne faite, il s'accorda une maigre pause et sauta du rocher pour s'abriter en contrebas. Ramenant une fois de plus son manteau sur les épaules, il s'accroupit afin d'échapper aux rafales, les mains transies l'une sur l'autre. Un bref mouvement de tête semblable à un réflexe lui indiqua que sa bourse était toujours nouée à sa ceinture d'écailles. Encore heureux. Il laissa poindre un croc dans un mince sourire nerveux.

    Dix neuf jours plus tôt, le khajit suivait la troupe du dominion comme un charognard égaré. Peu à peu, celle ci l'avait toléré dans les environs. Après tout, un archer de plus n'était pas de refus. Dar'Jara était du même avis, au détail près qu'il comptait bien mettre la patte sur quelques pièces d'or de plus lors du périple, quitte à les dépouiller sur ceux qui en avaient "un peu trop pour leur propre bien". Ainsi il avait récupéré une belle petite somme de pierreries et de métaux précieux, chose qu'il se gardait bien de montrer pour des raisons évidentes.

    Il s'étira en ouvrant une large gueule pleine de dents... et reprit sa garde.

    Bientôt les premières lueurs matinales incendièrent les monts du levant. La neige s'était calmée, tout était désormais figé et couvert d'un manteau impeccable. Cela n'était pas sans rappeler les dunes à notre bon ami Khadjit. Il alla même faire quelques pas pour le simple plaisir d'entendre le sol craquer sous ses pattes. Plaisir... toujours cette quête... Il en fallut peu pour le mettre de bonne humeur ce matin, ce qui était rare, plutôt rare. Il ne fallait pas trop pousser ; la maigre ration sans viande du zenith lui rendit ses airs grognons, le retour des flocons, son aigreur.

    Agacé, il prit son arc et le déposa sur ses genoux. A l'abri d'une toile de tente et proche d'un feu hésitant, il ramena sa capuche sur le front. La journée allait être longue.


    Dernière édition par Dar'Jara le Jeu 5 Déc - 22:19, édité 1 fois

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Mar 3 Déc - 20:32

    ________Eïffy Ventdechêne_________

    Musique d'ambiance.:

    Ce n'est pas les feuillages qui empêchent les rayons du soleil de venir éblouir sa vision. Les nuages chatoyant de milliers de points verdâtres formant les cieux imaginaires s'étendant à l'horizon des bois elfiques. Le vent était bien différent de ses terres, celui ci était meurtrier et désagréable : elle maudissait cet endroit, ses hauteurs montagneuses à perte de vue, la froid engourdissant ses membres et lui faisait claquer les dents, et surtout la brume s'élevant à travers les roches et le sol faiblissant sa perception ce qui était intolérable pour une Bosmer qui vouait comme tant d'autres sa vie à la précision. Son arc ne l'avait cependant pas trahi, quand la flèche virevolta à travers les flocons et vint avec celle de ses camarades se planté dans le corps d'un des nordiques en fourrures qui était dressé en face du groupe du Domaine.

    Cet arc, il n'était pas bien différent de ceux des autres, si ce n'est justement sa qualité douteuse, il était SON arc qu'elle chérissait comme on apprécie avec zèle son arme qui nous servirait une fois le moment de prouver sa valeur. Cet arc se mêlait naturellement à la tenue mêlée de fourrure de bois et de cuir de l'armure de la Bosmer, une armure complète qui ne laissait à sa peau de respirer que la tête, le reste enroulé dans les lanières et le tissu la protégeant du froid et du vent. Au dessus de sa tenue, s'enroulait une fourrure qu'elle avait récupérer dans une caravane qui se traînait autours de ses épaules et tombant tel une cape improvisée derrière elle. Le tout dans des couleurs très basique, comme à la coutume des combattants du Val, son ensemble était de la couleur du bois, clair et sinueux, une type sylvestre des bottes à son capuchon voilant une partie de son visage. Hors, quand elle ne se cachait pas dans un coin sombre pour y guetter les environs, Eïffy Ventdechêne, tel est le nom de cette Bosmer servile aux Aldmer du Domaine, est dotée de long cheveux blonds en batailles, coiffés souvent rapidement quand il s'agit de ne pas troublé sa vision aux moments d'actions, et une allure renfrognée, de sa petite moue, comme si elle boudait tout le temps toute chose de son caractère reculé et méfiant. Ses yeux d’ocres comme la sève, sont enroulés par un tatouage complet descendant le long de son visage jusqu'à ses joues. Elle avait fait ça pour représenté son rôle, et diminuer l'attention que l'on pourrait lui porter, comme une peinture de guerre permanente, signe de précision, elle avait honoré cela quand elle fut enfin acceptée à se joindre aux missions variés des forces du domaine dans cette guerre rongeant Cyrodill.

    Assise contre un tronc d'un arbre qui avait été surement massacré il y à peu par les bandits du Fort qu'ils assiégeaient, elle était à l'opposé de Dar'Jara qu'elle n'avait su comprendre depuis le début de ce voyage à travers Cyrodill en compagnie de ce capitaine Aldmer... Aelnir Brille-lance était un mystère pour elle, comment un haut-elfe pouvait -il ne pas être aussi arrogant et pernicieux qu'une bonne partie des autres ? Son comportement dépassait l'elfe qui arriverait bientôt à sa trentième année, et de toutes ses années passés sur les terres du Val, elle n'avait vu les Aldmer que comme des hauts-êtres dangereux à cause de leurs comportements hautains. Mais celui ci... celui ci était différent, rien que pour le faire d'avoir épargné ce maudit Nordique qu'était Egon...  Tournant en rond autours de sa souche d'armure, et rabattant finalement sa capuche sur sa tête, la Bosmer rejoignit le campement en laissant son poste de garde à un Khajiit venant de s'extirpé de son sommeil, détaillant le nordique aux cheveux si sombre raillé par les deux gardes, sa vue s'arrêta ensuite quelques instants sur la Dunmer et ses compagnons arrivés par caravane, et doucement sa main se glissa sur la longue dague qu'elle portait à sa ceinture. Mais sa main était invisible sous la fourrure, d'autant qu'elle ne dégainerait pas, laissant les combattants du Pacte attendre leur chef, restant à leur arrière pour entendre d'une oreille voyageuse les conversations de ses derniers : Elle craignait la trahison, avait du mal à croire que le domaine puisse affronter un ennemi commun avec de tels races inférieurs.


    _______Contexte________

    Musique d'ambiance.:

    Les activités du campement allaient de bon train, même si l'ambiance était lourde, cela donnait plus de volonté aux efforts des troupes pour en finir avec cette mission. Pour la plus part des soldats, il n'y avait que deux conclusions : Vite fait, bien fait; ou un massacre entraînant le carnage des trois forces présentes.  Cependant, une bonne partie comprenaient la dévotion de leurs chefs à revenir victorieux de leurs missions, il n'y à nulle gloire à périr dans l'échec, et nulle ne sait ce que se préparait à Fort de Guette-Trouble, et les conséquences de l'alliance d'une nécromancienne Aldmer, et d'un bandit Nordique. Qu'est-ce que tout cela pouvait signifié ? Est-ce que le scénario serait simple à imaginé, ou plus difficile à comprendre encore que des fables anciennes ? On s'interrogeait beaucoup sur le sens de cet bataille, et pour l'heure, aucunes réponses ne vint aux combattants des deux factions présentes.

    Le froid gênait les membres du Domaine, ils étaient là, supportant la neige qui tombait à intervalle irrégulier sans prévenir, passant d'un calme plat et agréable, à une petite tempête emportant quelques tissus et peaux oubliés dans des coins du campement, éteignant les feux non-protégés, et engourdissant les combattants qui n'y sont pas habitués. Cependant, par delà la température et l'environnement difficile, naissait au pied de la tour de pierre lointaine, un sentiment d'aventure et de devoir qui réchauffait le cœur et maintenait les ambitions des combattants comme si le symbole de ce qu'il défendent se dressait derrière eux en les poussant à l'action. Cela aurait pu faire un effet catastrophique, en contraignant les troupes à se mutilés pour la gloire de leurs serments en massacrant leurs alliés éphémère, mais il n'en fut rien. Rien de plus que quelques railleries, installés dans leurs campements au calme en profitant de cette maigre trêve pour observer l'ennemi de prêt sans lui enfoncé une hache dans le crâne.

    Le campement était divisé en deux, mais les troupes se mêlaient malgré la tentative de séparer le tout : L'équipement, les ravitaillements, le grand feu de camp. Il fallait partager tout ça par manque de ressource pour bâtir un grand campement, ce n'était après tout que deux expéditions, pas deux armées. En centre se trouvait une grande tente nordique, abordant les couleurs du pacte, que Aelnir avait su toléré pour y siéger avec son ami d'infortune qu'il apprenait à découvrir. Egon, Egon l'amical, Egon le rieur. Il ne lui trouvait pas les défauts des nordiques, et en retour, le guerrier ne voyait pas l''Aldmer comme l'un de ses misérables elfes que l'on aimerait taire immédiatement à coups de haches. Ils s'étaient prit quelques fois à rires ensembles, et quand il venait le moment des doutes, il n'avait pas de haine ou de suspition dans le regard de l'un et de l'autre : Juste de la fatigue, et de la peur. Non pas d'affronter l'ennemi, mais d'abattre un ami. Un ami... Aelnir se choquait lui même de pensé ça, et il voulait finir le plus vite possible avec cette mission. Il ne pouvait pas se lié avec un nordique, juste s'empêché de l'affronter, et souhaitait de tout cœur ne plus le revoir ensuite. Ses gardes avaient été prit par un Khajiit à douté de la santé mentale d'Aelnir, et deux nordiques avaient été retrouvé dans un coin de garde à pensé à une mutinerie pour abattre les forces du domaine. L'un avait pu retrouver son poste, et l'autre était encore en geôle, hurlant à sa libération à travers le campement, en chantant qu'il était le seul véritable enfant de Bordeciel.

    Egon repoussa d'un coup brusque la peau qui recouvrait l'ouverture de la grande tente, celle ce se secouant en emportant une petite brume de neige poussé par le geste sur un des gardes gênés par celle ci qui s'infiltrait dans son armure - Fallaise était épargnée de trop de neiges, pourquoi devait-il ainsi la subir ? Maudite mission, pensait ce jeune garde nordique, qui aurait préférer continuer sa groupe vers Cyrodill y massacrer quelques impériaux. Et les elfes présent, il ne pouvait même pas les... Ses pensés fut interrompu par le regard d'Egon qui lui adressa un sourire amical, avant de placer sa main sur l'épaule de l'autre garde en la secouant un peu, lui adressant une grande tape dans le dos ensuite, et avançant vers le feu de camp. Autours de lui, se dégageait quelque chose, comme une aura, que l'on aurait pu croire magique, mais ce n'était que sa prestance mise en valeur par son équipement lourd qui donnait l'impression de voir un guerrier des histoires. Il souriait, écoutant rapidement ce qu'avait à lui dire un Argonien lui servant d'aide de camp, et fit convoqué Faerha Aralen ainsi que Arnbjörn Tranche-nuée, quelques soldats du pacte partant à leurs rencontres, sous les regard des fervents du domaine observant le capitaine sortir à son tour, partant vers l'une des tentes du campement de son groupe, parlant avec ses compagnons et les érudits des dernières nouvelles.

    Une fois la Dunmer et le Nordique rassemblé autours d'Egon, celui ci tendit les bras, chaleureusement, avant de les croisés, dans le claquement des plaques qu'il portait, nombreuses et éparpillés sur tout son corps, esquissant un sourire fier et assuré. Il dit, d'un ton amical grossièrement traduit par les sons graves sortant de la gorge puissante du Norn, s'exprimant doucement, le dialogue devenu un appel aux compagnons du Pacte entourant le feu de camp, ses mots portaient et résonnaient si bien que les autres pensaient qu'il pouvait s'adresser aussi à eux.


    - Faerha, Dunmer des terres de Morrowind, et toi Arnbjörn, guerrier à la balafre. Vous avez fait appel à Egon Throalfgar, et en ses lieux je vous réponds. Posez un par un vos questions, et quand vous aurez fini, j'y répondrais. Mais prenez gare à ce que vous dites. Tout les mots ne sont pas fait pour être entendu et évoqués en ses temps si trouble, dans un lieu si tendu. Si vos paroles mènent à la mutinerie, je vous ferais moi même décapité bien avant que l'on me tue... Il ricana, détendant son discourt, en esquissant un sourire. Du moins, si on y arrive ! Je vous écoutes, compagnons du Pacte.

    De son côté, Dar'Jara voyait l'aube parvenir doucement à éclairer à travers les tissus nuageux des cieux les environs, renvoyé après avoir pu profiter de la maigre nourriture que pouvait se permettre les siens, il faut dire que malgré toute la tolérance de ses Aldmer là, ils restaient des Aldmer pensant que les Khajiit et les Bosmer devraient restés à leurs places : Fervents de leurs causes. Surtout que Dar'Jara n'était guère apprécié des autres Khajiit du campement, ils se plaignaient parfois, les Bosmer le raillaient dans le dos en se demandant quand il planterait une dague dans le dos d'un camarade pour fuir avec ses fripes et sa bourse. Cependant, alors que doucement la neige revenait recouvrir le petit coin perdu au delà du campement qui surveillait le passage étroit qui longeait les montagnes vers le sud de Bordeciel - en direction de Cyrodill, un autre Khajiit approcha doucement Dar'Jara, et lui tendit une ration de son propre attirail : Ce que tout les autres de sa race n'avait pas, lui, l'avait gardé en coin pour sa propre réserve, venait de la partager avec un compagnon rejeté et envoyé s'isolé en coin pour surveiller le tout.

    Toi aussi, tu aurais bien besoin d'un peu de viande. Lui dit-il vaguement, en agitant la boustifaille devant lui avec un petit ricanement, celui ci n'était pas moqueur, enfin... il l'était, pas lui ricanait à cause des autres Khajiit qu'il jugeait lui même emmerdeur dans le campement.

    Au delà de la brume matinale, cependant, s'étendait quelques silhouettes. Dix minutes après que le Khajiit du nom de Drem'Kajnar avait rejoint Dar'Jara, quatre sombres personnages lointain était maigrement visiblement par derrière se voile grisâtre. Quelques secondes passèrent seulement, et une flèche siffla, arrivant finalement jusqu'à l'épaule du Khajiit, perçant celle ci en laissant une petite giclée de sang virevolté au delà de la blessure de Drem'Kajnar. La menace venait elle aussi, de les voir...


    _______HRP________

    Précision : Vous pouvez bel et bien encore rejoindre le JDR en route, l'intrigue commence, la première partie va démarré, mais il reste un bon petit morceau et le terrain est libre ! n'hésitez pas !

    Pour Faerha et Arnbjörn : Vous êtes libres de posés les questions que vous voulez, et avant cela, faire une petite animation/contexte de votre personnage quand les gardes vont le cherchés, tout est permit -dans la mesure de la logique- et vous pouvez faire très court comme très grand. La suite du contexte répondra à vos questions, et vous donnera une ouverture vers le début de la première intrigue.

    Pour Dar'Jara : Tu es libres de faire ce que tu veux face aux adversaires, selon l'estimation de la force de ton personnage, mené un affrontement contre les agresseurs au loin dans la brume, contre la montagne, ou alors partir informé rapidement le campement en abandonnant le blessé. C'est ton choix, cependant, prévient moi avant via MP si tu choisis de combattre la menace, et je t'enverrais un MP contexte en retour sur l'identité de tes cibles pour que tu puisses faire réagir ton personnage correctement !

    A vos plumes !
    avatar
    Dar'Jara

    Messages : 34
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Age : 25
    Localisation : Brest

    Feuille de personnage
    Race: Khajiit
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Dar'Jara le Mar 3 Déc - 22:38

    Cette flèche était passée près, une aubaine. Dar'Jara ne se fit pas prier de reculer, laissant l'autre homme bête s'écrouler avec lui derrière le rocher qui leur servait de perchoir. Ils étaient quatre, tels des fantômes dans la brume sans doute n'iraient ils pas s'approcher davantage. Risquant un maigre coup d'oeil pour confirmer sa pensée, le khajit aperçut quelques minces silhouettes parmi les volutes de brouillard baignées par la lueur matinale. Ce dédale de roches et de neiges éclataient d'une blancheur immaculée au point qu'il dût rétrécir le regard de douleur.

    Réprimant un grognement, il se laissa glisser sur le dos. Drem'Kajnar s'acharnait à fouiller ses chairs avec les griffes pour dégager la pointe barbelée que lui avaient tiré les agresseurs. Il était mal en point, très mal en point. Quand Dar'Jara voulu l'approcher, il feula en ouvrant une gueule hérissée de crocs, les yeux emplis de détresse. Visiblement, il n'en aurait pas pour longtemps... restait à savoir ce qu'on pouvait en tirer.

    L'arc à demi bandé, Dar'Jara tendit l'oreille tout en réfléchissant vite à la situation ;

    "-Ils n'ont tiré qu'une fois... hmr... Ils savaient qu'on était deux... l'odeur... c'est un piège..."

    Hérissé de tout poil, il se pencha vers son compagnon d'infortune et lui donna un coup d'arc sur le front. Chtoc ! Incrédule, ce dernier cessa de geindre et le fixa de deux gros yeux ronds. De biais, Dar'Jara lui marmonna entre les dents :

    "-Toi tu restes ici, je ramène les autres. hmr... Ne joue pas au chaton et à la souris, tu vas te vider de ton sang...."

    Drem'Kajnar cracha un glaviot mêlé de sang avant de s'étendre contre le rocher. S'assurant une dernière fois de ses arrières, l'autre Khajit remit son arc en bandoulière, posa une main au sol, se vouta et... partit en trombe vers le campement, filant à travers bois pour semer l'oeil de ses assaillants. Il parcourut une bonne vingtaine de mètres, non sans prendre de bons nuages de poudreuse détachée des arbres, avant d'atteindre les abords bardés de pieux de la position. Souplement il enjamba le fossé et couru en direction de la tente principale dont il écarta les bord, y laissant deux belles traces noires de plus.

    L'elfe en armure le toisa brièvement ;

    "-Que faites vous ici khajit ?"

    Peu accoutumé aux manières, Dar'Jara se contenta de saluer et de répondre sur un ton bourru en plissant un oeil à demi ;

    "-Quatre rôdeurs en bas... là, sur le versant d'en face... Drem'Kajnar est blessé. Hmr. Il sert d'appât."


    Dernière édition par Dar'Jara le Jeu 5 Déc - 22:18, édité 1 fois
    avatar
    Vorenus Lumen

    Messages : 8
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Localisation : Dans un champignon.

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s): La 9èmes légion.
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vorenus Lumen le Mer 4 Déc - 20:07

    Le nordique était toujours dans sa tente, vêtu d'une armure en cuir de misérable facture quand deux gardes vinrent l'interrompre dans sa lecture.
    Le premier aux allures de nordique éméché s'approcha d'Arnbjörn, le nez rouge de froid et lui tint ceci.

    -Hey le balafré, Egon te fait demander auprès de lui, tu vas devoir nous suivres sans discuter.

    Le nordique poussa un petit soupir de satisfaction puis se rendit sans autres mots là où on l'attendait.

    Arrivé devant "le chef", c'est un regard surpris qui s’immisça sur le visage du nordique. Il n'avait pas pour habitude qu'on le menace en faisant de l'humour, néanmoins le comportement d'Egon avait fait apparaître sur son visage un rictus amusé.
    Arnbjörn ne pouvait s'empêcher de fixer la dunmer, les yeux attirés par cette représentante de morrowind.

    - Je laisse le soin à l'elfe de poser sa question en première, la mienne peut attendre pour l'instant.

    Le balafré croisa les bras à ses mots, se contentant d'écouter ce que l'elfe avait à dire.
    avatar
    Faerha

    Messages : 29
    Date d'inscription : 20/11/2013

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Arpenteurs des Cendres
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faerha le Mer 4 Déc - 23:38

    Comment en était-on arrivé là ? Jadis race fière et opiniâtre, que rien ne pouvait enchaîner, devenus vulgaires guars de trait de ces mens rustres et de leur seigneur skaald... Certes, volonté de leurs dieux, loué soit ALMSIVI, qui les guidaient pour empêcher le futur joug du Roi du Viol , mais à croire que les argoniens comme les nordiques n'en avaient que faire et préféraient harceler Cyrodiil pour en faire leurs conquêtes... Idiots de n'wahs...

    C'était là tout le problème avec ce mélange d'herbes qu'elle prenait plaisir à fumer : il rendait vite philosophe, mais ce n'était pas un mal en soi. Faerha était pragmatique de nature de par sa volonté de simplement vivre, voir s'enrichir, grâce à la protection de caravanes et un peu de commerce plutôt qu'en devenant simple troupier. La paye était maigre pour des risques bien plus conséquents à son gout. De fait, elle avait grande faculté à s'adapter, obéir sans trop se poser de questions quand il le fallait, mais s'éveillait en nombre d'occasions cette personne qu'elle aurait pu devenir si elle avait persévéré dans la voie de la servitude envers les Tribuns, tel Vivec montrant tour à tour visage de poète ou de guerrier redoutable. Il fut un temps, elle avait désiré se faire exalté, garder la Porte des Âmes, mourir en suivant la voie de Vehk, mais ce rêve d'enfant, elle n'avait pu l'accomplir, devenant plutôt simple garde de caravane. De toute cela, elle ne gardait que ses réflexions qui s'éveillaient en même temps que la fumée blanchâtre de sa pipe.

    Finalement, on lui indiqua qu'elle était attendu, si bien qu'elle suivit à nouveau des soldats sans faire d'histoire, marmonnant tout de même un peu de temps à autre en dunmeri qu'elle n'avait pas toute la journée. Elle arrivait bientôt, presque en même temps que le nordique balafré qui avait attiré son regard. Elle lui jeta un vague coup d'oeil et sembla aussitôt s'en désintéresser, toujours dans cette attitude naturellement hautaine qui était la sienne. Ouis, Egon, le meneur en tout cas, commença à parler... Par Véloth le Prophète, ce nordique parlait aussi rapidement que les autres, elle ne comprenait que des bribes... Pourquoi demandait-il à écouter ? ... Question ?

    Elle retroussa au final son nez, levant la tête fièrement dans le même temps pour poser son regard sang sur Throalfgar d'une manière qui exprimait clairement que chef ou pas, elle était dunmer, peuple élu, et se voyait de fait bien supérieur à lui. Néanmoins, son dédain ne semblait sonner que dans son maintien, alors qu'elle parlait avec l'hésitation dû au maniement d'une langue étrangère, son accent des Terre Cendres s'exprimant par la manière dont ses consonnes vibraient, avec des roulements et des hachures parfois sèches, presque impromptues :

    "Je suis ici... On m'a dit que vous... Voulez me voir. J'ai amené le... Convoi d'armes ici... Pourquoi questions ?!"

    Intimement, elle se sentait plus qu'agacée de ne pouvoir s'exprimer comme elle l'aurait voulu. Sa maîtrise de cette langue humaine qu'impériaux, nordiques et brétons partageaient était une de ses lacunes, bien qu'elle puisse s'exprimer heureuse de réussir à se débrouiller avec les bases. Outre cela son autre sujet d'agacement venait tout bonnement de cette déclamation du nordique. Pourquoi aurait-elle des questions, par le Tribunal ?! On l'avait fait mander, sans doute pour qu'elle raconte comment cela s'était passé en chemin, ou pour lui demander quelque chose, elle ne savait pas, mais elle n'était pas là pour poser des questions à des imbéciles.

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Jeu 5 Déc - 16:55

    _____Eïffy Ventdechêne_____

    Musique d'ambiance:

    C'était presque amusant. Dans son esprit qui ne tournait plus très clair depuis qu'ils étaient présent dans ses terres gelés, Eïffy avait su trouver le quotidien des habitants amusant pour une habitante de Val-Boisé, tant de chose qui lui sautait au visage comme des nouveautés distrayantes entres le devoir et les instants de pression où elle n'aurait plus le droit d'avoir une autre pensée que celle que l'on lui réclamait : Tue nos adversaires, que tes flèches trouvent leurs routes à travers l'air glacial jusqu'à fendre les chaires et se logé dans nos ennemis. Et pourtant se sont ses instants de calmes qui la comble à travers ses contrés enneigés, quand elle peut savourer ce que la nature fait de ses terres : La couche neigeuse devenant une toile blanche éparpillé à travers le sol et ses hauteurs, éblouissant les lieux d'une vision magique, embellissant les pierres, les quelques derniers arbres assassinés par les bandits et ses propres compagnons pour en faire des outils à leurs desseins.

    Pour une Bosmer, il était toujours difficile à avalé que les compagnons de sa patrie, les maîtres de ses pairs voués au Domaine, saccageaient ainsi ses êtres majestueux pour s'en servir de barricade. Le pire restait de toléré aussi ses nordiques ivrognes, ses répugnants argoniens, et ses infâmes Elfe noir qui la rebutait toujours quand elle les observait, c'est bien pour ça qu'elle choisit ce poste de garde éloigné. Errant à travers la neige craquant à ses pieds dans un bruit de fêlure caractéristique qui sonnait agréablement à l'oreille de l'elfe, s'approchant en repensant à ses propres aventures, son mentor, sa "ville" natale de Boisfoyer isolée à travers les arbres. C'était presque amusant, ce qui l’hypnotisait ainsi, rien d'autre que la fumée qui s'extirpait de sa bouche quand elle expirait en se projetant en petit nuage s'éparpillant rapidement à travers l'atmosphère autours d'elle, rejoignant le froid et le vent. Sa conscience vaguait à l'admiration, ce qui aurait pu lui être milles fois reproché alors qu'elle était censée garder les alentours du campement, Eïffy s'amusait avec l'environnement avide d'en faire un jeu qui passerait le temps.

    Cependant l'ombre qui se dessinait à travers la brume lui ôta de la tête l'envie de vagabonder dans ses propres délires enfantins, passant doucement une main à son carquois pour en extirpé une flèche, elle laissa cependant le projectile quand elle vit que hors du voile grisâtre s'extirpait un Khajiit qu'elle n'avait pu que difficilement reconnaître : Depuis le début de ce voyage à travers Cyrodill, entres les bosquets et évitant soigneusement les Impériaux comme les champs de batailles, elle n'avait jamais fait attention réellement à ce personnage intrigant qu'elle avait jugé vicié par l'avarice. Mais maudit soit ses préjugés, et que Y'ffre l'emporte à jamais hors des étreintes de ses forêts si elle n'allait pas comprendre pourquoi Dar'Jara se précipitait silencieusement à travers la neige vers le campement. Sans un mot, elle se mit en marche à une distance plus que raisonnable à sa gauche, après avoir prit soin d'ajusté sa cape en fourrure qui la recouvrait pour ne pas être dérangée.

    Arrivés au campement, elle laisse une branche de son arc contre la neige comme pour s'appuyer à celui ci, observant ce que le Khajiit avait à dire, tandis que la foule de garde s’amassait autours d'eux...


    _____Contexte______

    Musique d'ambiance:

    Egon tapait dans ses mains brusquement en souriant. La nouvelle de la Dumner l'avait ravi, autant qu'il s'y attendait de toute façons, il préférait cela à ce qu'elle n'apporte de mauvaises nouvelles on ne le comble de questions toutes aussi dérangeante les unes que les autres. Son air hautaine l'avait en premier lieu secoué, et l'envie mordante d'ajusté le regard de l'elfe noire à même le sol du poing gantelé de plaque qu'il possédait s'était vite échappée - son caractère retenait les pulsions habituelles que possédait le guerrier, et il se contraint à accepté les air supérieurs de son interlocutrice.

    Hochant la tête, en remerciant Faerha, il s'apprêtait à se retrouver vers le nordique balafré, celui que l'on nommait Arnbjörn, et dont certains des soldats du Pacte avait déjà murmurer dans son dos des rumeurs accablantes. Certains imaginait que ça ne pouvait être qu'un de ses nordiques dégénérés errant à travers Bordeciel désireux d'aventures et de conquêtes faciles, d'autres étaient plus acerbes, le traitant de brigand ou de vermine grouillante des routes. L'un avait même déliré après avoir abusé de l'Hydromel en titubant à travers le campement improvisé sur la route vers le sud en quittant Faillaise, hurlant à tue-tête que le balafré n'était rien d'autre qu'un Loup-garou.

    Ses rumeurs faisaient doucement rire Egon, le nordique était plus conciliant que ses guerriers, rien que par le fait qu'il arrivait à envisagé combattre aux côtés d'un Aldmer et de ses troupes, il avait été surnommé "Le tolérant" par les siens comme exemple de sa trop grande générosité quel qu’en soit le prix. Le prix là, était la crédibilité envers les siens et le fardeau du doute que certains aimaient colporté aux citadins et aux autres troupiers quant à son attachement envers son serment qu'il respectait pour le Pacte de Coeurébène. Et ce n'est pas ce nordique hurlant à la mort qu'ils étaient tous des traîtres envers Bordeciel qui aidait ses hommes à continuer de croire en se chef nordique. Cependant, Throalfgar savait que son Jarl n'en serait que plus fier le moment où il reviendra en levant la tête du traître, Faldrick Torserage, en lui laissant comme trophée et symbole de son dévouement envers ses terres.

    Mais à l'instant où il souhaitait entendre le balafré, qu'un lourd fracas secoua les terres environnantes, le sol bougeant lourdement quand un souffle emporta la brume en les noyant à l'intérieur de la poudreuse projeté par ce qui semblait être un éboulement proche. Le bruit résonna longuement après , et engourdissait les guerriers dont l'ouïe déréglé ne percevaient plus correctement les sons environnant. Faerha fut bousculé, de manière pratiquement volontaire - car les manières des soldats à titubés étaient clairement exagérés et tournés vers la Dunmer que les trois nordiques avaient jugés important de la faire tomber au sol par pure arrogance. Les membres du Pacte, sous le regard des forces du Domaine perturbés et sans réponse de leur capitaine, s'agitaient dans le campement et dans ce qui semblait être une lointaine ligne de front improvisés contre des buttes de neige. En face se trouvait les bandits de Guette-Trouble, une vingtaine farouchement installés à côté de pierre éparpillés, et montant ce qui semblait être une catapulte, petit à petit celle ci se dressait dans les cieux bien attaché à mené la vie dure à leurs adversaires.

    Une bataille allait commencé, Egon hurla, en laissant le balafré et la dunmer secouée à leurs propres occupations, tandis qu'il secouait les troupes en beuglant des positions. Nulle ne savait si l'ennemi menait un siège, mais ce qui était sûr, c'est qu'ils protégeant désormais l'immense trou béant à même le sol qui s'était ouvert en même temps qu'il accompagnait le hurlement du nordique qui était tombé quand celui ci c'était ouvert à ses pieds. Plongé dans le vide, dans le néant projeté par la grotte souterraine dans lequel il était tombé.


    ______________

    Musique d'ambiance:

    Du côté de Dar'Jara, bien avant que le fracas ne se produise, les membres du Domaine se regardaient, s'interrogeaient, mais beaucoup doutaient de la crédibilité du Khajiit qu'ils avaient apprit à reniés pendant ce long voyage. Des insultes réprimés par quelques paroles au ton haussé de plus en plus, comme si les troupes s’entre-déchiraient à savoir qui avait raisons ou pas. Cependant, l'avis fut tranché quand l'Aldmer en armure scintillante arriva, imposant le silence seulement de sa prestance qui attira tout les regards et tût toute les bouches injuriantes de ses compagnons. Il leva le bras vers le sorcier qui hocha la tête, répétant mot pour mot ce que le Khajiit apportait comme nouvelles, et s'approcha de lui d'un pas lourd, se dressant en face de lui, son air lui donnait un aspect amical, mais sa carrure lui offrait à ses dépends une image hautaine propre à sa race, et propre à son rang. Le Capitaine Aelnir était en face de son éclaireur après avoir prit quelques instants pour réfléchir à la situation.

    - Bien, Dar'Jara, n'est-ce pas ? De tous, ils douteront de ta vision, et même de ta parole. Mais de tous, je ne suis pas aussi restreint aux superstitions oiseuse. J'irais avec toi. Et derrière ses mots, un flot de réprimande et d’indignation suivit les paroles des combattants outrés par le comportement de celui qu'ils attendaient être un Aldmer restant à sa place de chef : Supérieur à ses hommes et méprisants ceux qui doivent être méprisés. Et vous resterez ici à soutenir le Pacte comme nous avons fais la promesse face à l'adversité. Nulle nécromante ne sera vaincue, et nulles desseins ne seront empêchés si nous échouons en jouant les prétentieux attardés. Les cadavres ne sont pas dotés d'honneur quand ils périssent pour rien. Et à ses mots, la foule se tût un peu plus, laissant à la place l'échos de quelques jurons et autres tirades surement stupides qu'Aelnir se laissa ignorés pour le moment.

    - Nous irons ensembles, avec vous. Dit-il, en désignant Eïffy Ventdechêne qui se dressait à la droite de Dar'Jara sans un mot, elle avait été l'une des seuls à ne pas se plaindre ni douté de la parole du Khajiit, ainsi que vous. Acheva t'il avant de désigné Clendil et son aide de camp, un médecin Khajiit qui était particulier pour sa race, Kur'Drom'Gartar aurait du être l'un de ses guerriers massif née d'un parent qui n'était qu'une brute de musculeuse derrière ses poils qui régulièrement été tâché du sang dégoulinant de ses adversaires, la nature avait fait de l'aide de camp un Khajiit frêle et fragile qui suivait Clendil, un Bosmer enroulé dans une cape de sorcier mêlée d'une couleur d'or et d'argent saccadés par la neige et l'usure.

    Un immense fracas résonna, Aelnir et Clendil se retournèrent, inquiets de la survie du campement, cependant la main plaqué d'or de l'armure d'Aelnir retint l'épaule de Clendil qui s'élançait déjà dans le sens du campement : Ils avaient une mission à effectué, et si des ennemis projetaient quelconques maléfices en suivant leurs maudites nécromanciennes, il avait déjà perdu trop d'affrontements en sous-estimant les puissances magiques infligés par deux ou trois hommes laissés pour des tâches plus importantes, son erreur, il ne la recommencerait pas.

    Traversant la neige, Kur'Drom'Gartar s'arrêta pour s'agenouillé contre un peu de bois en observant Drem'Kajnar dont la conscience tangente entres le réveil et le coma lui donnait l'air d'une ivrogne ou d'un drogué ayant consommé trop de sucrelune qui remuait la tête en croyant vers des dragons virevolté dans les cieux en chantant des chants de scaldes les plus grossiers. Tandis que l'aide de camp s'empressait de faire en sorte qu'une simple flèche ne laisse mourir une guerrier de sa race, content de devoir soigné un Khajiit plutôt qu'un elfe, car il avait plus l'habitude de remué la chaire de ses pairs, Aelnir guida les autres, suivit d'un Clendil au pas mal assuré, qui leva son bâton suivit de sa magie qui dissipa le voile brume quand un souffle glacial parcourut le dos du groupe, avant de fondre contre la roche en dévoilant l'endroit où les antagonistes dont parlait Dar'Jara avaient toutes les chances de pénétré : Un porte, colossale et antique, oubliée contre la montagne qui était verrouillée et qui se dressait désormais devant le groupe, dans des allures d'ancien mausolées interdit...


    ______HRP______

    Vous pouvez toujours donc rejoindre le JDR en route pour ceux qui souhaitent s'intéressés à l'aventure, il suffit de suivre la faction voulue, et l'introduction est libre !

    Pour Faerha et Arnbjörn : Le contexte est établit, et une bataille va faire rage. Vous êtes libres d’interprété la suite comme vous l'entendez, et votre participation au conflit, tant que vous ne massacrez pas l'intégralité des forces adversaires : Les blessures, difficultés, tensions et actes sont à votre libre choix concernant vos actions - La suite du contexte tracera vos actions en y mêlant celle de vos compagnons PNJ en y ajoutant Egon, et finira à l'entrée de la grotte par le trou dans le sol, vous pouvez choisir d'y pénétré - et la suite du contexte vous fera poursuivre à l'intérieur, ou rester devant à attendre les actes d'Egon et les siens.

    Pour Dar'Jara et Eïffy : La suite trace votre voyage et vos impressions quant à votre groupe, ce que vous faites quand le fracas arrive à vos oreilles, et finis devant la grande porte devant le mur de la montagne. Pour Dar'Jara, n'hésite pas à essayer quoi que ce soit si tu le souhaites envers la porte, crochetage et autres... si tu le fais, cesse ton récit à la tentative vis à vis la porte, et la suite du contexte nous fera plongé à l'intérieur de ce cache l'endroit.

    Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me MP sur forum ou alors à venir m'en parler sur skype, via mon pseudo "Coqualier", pour parvenir à créer votre suite avec le plus de cohérence possible vis à vis le contexte, et savoir ce que vous pouvez faire selon vos envies ! A vos plumes !
    avatar
    Dar'Jara

    Messages : 34
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Age : 25
    Localisation : Brest

    Feuille de personnage
    Race: Khajiit
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Dar'Jara le Jeu 5 Déc - 22:06

    Ce mage n'avait même pas prévenu. Dar'Jara grommela en ramenant à la hâte sa cape sur le visage. Un vent surnaturel ébouriffa son pelage et fît claquer les pans de sa tunique. Transi comme l'ensemble du groupe, le khajit reprit lentement ses esprits. De minuscules stalactites à peine formés sur ses larges sourcils lui occultèrent la vue quelques secondes de trop à son goût. Agacé, il passa le dos de la main sur son visage constellé de givre. Ses yeux s'élargirent comme deux lunes lorsqu'il vit la porte posée là, seule contre la montagne. En vain, il cligna à plusieurs reprises, espérant que sa vision lui joue des tours. Nullement. La porte était bien là, toute de bronze noirci par les âges.

    Dar'Jara s'attendait à beaucoup de choses dans ces contrées, il avait aperçu quelques trolls des glaces partager les restes d'un grand cerf, des tempêtes balayer un ou deux imprudents du haut des falaises, de sombres forêts où dit on rôdaient les loups garous... mais l'ironie de la situation le dépassait. Une porte ? Et puis quoi encore ? Il ne pût s'empêcher de pousser un grognement sarcastique en se redressant. Un bref coup d'oeil lui indiqua que ses compagnons étaient toujours d’aplomb, un bon point déjà.

    Toujours alerte, le Khajit fît signe à l'elfe sauvage qui répondait au nom d'Eiffy. Cette dernière était peu bavarde, un bon point de plus songea t-il, catégorique. Son esprit étroit le poussait à trancher rapidement dans ses opinions ; Dar'Jara n'avait pas grand monde en estime, il était d'une humeur perpétuellement aigrie, pessimiste. Pas au point d'en vivre mal toutefois, simplement, cela lui procurait la sensation de ne dépendre de personne, rester tranquille... et de fait survivre plus longtemps.

    D'un coup de menton, il désigna la porte tout en encochant une nouvelle flèche. Ensemble, les archers se précipitèrent dos voûtés, soulevant de la poudreuse à chaque pas. Arrivés au pied de l'édifice, ils l'encadrèrent chacun de leur côté, puis restèrent figés l'espace d'un instant, guettant chaque bruit aux alentours. Le temps lui aussi semblait arrêté, seuls les murmure du vent dans les hauteurs et les gémissements plaintifs du blessé ponctuaient le voile glacé de l'hiver.

    Dar'Jara referma un oeil à demi ; il n'aimait pas ce silence, aussi il tendit l'oreille contre la porte tout en dressant une patte pour qu'Eiffy reste en retrait. Le contact du bronze était brûlant, au point que le khajit eut un mouvement de recul en sentant sa peau attacher au métal gelé. "Une porte qui ne parle pas" songea t-il en lâchant un soupir. De toute évidence, elle était fabuleusement épaisse, même pour un bélier. Mais la force n'était pas dans les mœurs du khajit, aussi son oeil brilla d'une lueur chafouine lorsqu'il distingua une serrure ornée qui lui taquina la curiosité.

    Sans un bruit, il se pencha sur la petite merveille de ferronnerie, lui adressa un sourire laissant poindre un croc minuscule avant de finalement y poser les pattes. Sa main gauche trouva naturellement la poche où il rangeait ses outils favoris et sa fiole de sucrelune, des biens autrement plus précieux que son arc dont il reconnaissait les formes au simple touché. Mais sa main s'arrêta brusquement. Il tourna la tête et se rappela qu'Eiffy l'observait.

    Ses pupilles noires fixèrent celles de l'elfe un bref instant qui en disait long. Cela ne lui arrivait qu'en de rare occasions avec les étrangers ; peu étaient à même de comprendre la bête, ne faire qu'un avec elle, partager ses secrets, régir l'instinct. Eiffy appartenait à cette catégorie d'elfes qui avaient renoué. Sans doute comprenait elle les moindres de ses gestes... les mimiques si étranges qu'affublaient les races déviantes comme la sienne.

    Dar'Jara nota ce détail pour lui même et adressa un imperceptible mouvement de paupière à son alliée tout en se penchant un peu plus...

    "~ Je sais ce que je fais"

    Un grognement plus tard, le khajit enfonçait déjà l'une de ses griffes et un crochet dans l'énorme serrure ...


    [Tentative pour déverrouiller]


    Dernière édition par Dar'Jara le Ven 6 Déc - 13:01, édité 1 fois
    avatar
    Shargorroth

    Messages : 38
    Date d'inscription : 11/06/2013
    Localisation : Dans le bide d'Akatosh

    Feuille de personnage
    Race: Argonien
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Shargorroth le Jeu 5 Déc - 22:57

    ____Shar____


    Shar observait le petit camp nordique, le Jarl avait besoin d'hommes pour cette mission, et l'argonien lui avait besoin d'argent pour aller au sud, les bons comptes font les bons amis...

    Hélas le chef de l’expédition l'avait collé à la garde des prisonniers, dont un nordique braillard, qui ne cessait de hurler un truc sur les "vrais fils de bordeciel", encore un imbécile raciste... il aurait du naître Dummer, dans la maison Drès, il se retourna et s'agenouilla devant l'homme et il lui parla

    "silence, je dois te garder en vie, pas te garder entier"Dit-il en lancer un éclair sur le nordique

    C'est alors qu'il entendit un bruit sourd et se tourna vers la tente de commandement, il assomma alors d'un coup net sur la tempe. il alla ensuite jusqu'à la fameuse tente.



    _____Ash_____

    le khajit connu sous le nom d'Ashkran, se tenait au sud du camp dans son armure dorée, dans le froid, son pelage sablonneux taché par la neige, il observait la vallée... Même si il n'aimait pas les nordiques tant que ça, il devait reconnaître qu'ils étaient courageux de supporter un tel temps, il s'en retourna au camp quand il vit passer le capitaine, il prit alors sur lui de suivre son capitaine et empoigna son fidèle marteau de guerre avant de les suivre.


    _________________
    avatar
    Faelivir

    Messages : 51
    Date d'inscription : 01/12/2013

    Feuille de personnage
    Race: Haut elfe
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faelivir le Dim 8 Déc - 15:53

    L'ordre d'Aelnir avait été clair. Les troupes du Domaine devaient retourner aider celles du Pacte contre le siège qui semblait s'amorcer.
    Toutefois, Faelivir trouvait que la situation était quelque peu injuste, à la fois pour le Khajiit qui en plus de chercher de l'aide pour un allié recevait insultes sur insultes et commentaires sur commentaires, mais aussi pour les troupes qui n'avaient rien ou n'approuvaient pas ces propos, et qui se faisaient également "renvoyer" au camp, pour aider un groupe qui pourrait probablement se retourner contre eux une fois le Fort repris et les ennemis vaincus.
    L'Altmer se retourna vers le camp, marchant plus lentement que ses camarades de manière à ce qu'ils prennent de l'avance, puis se retourna vers son supérieur, et inspira profondément. Légèrement plus grand que la moyenne des Altmers, et davantage musclé que cette même moyenne, humble recrue en armure lourde avec un espadon dans le dos, encore novice en matière de magie de destruction, il lança, quelque peu gêné :


    - Capitaine, s'il vous plaît, laissez-moi me joindre à vous. Ce n'est peut-être qu'une question de temps, mais je souhaiterais vous aider à trouver ces rôdeurs. Je ne le fais pas pour éviter les troupes au campement, mais car je crois véritablement ce Khajiit, et que je ne soutiens pas les provocations des autres. Je ne vous gênerai nullement, et il est possible qu'une lame supplémentaire simplifie l'opération. Si toutefois, vous n'y consentiez pas, laissez-moi au moins porter vos instructions au campement sur la stratégie à adopter.

    Sans que Faelivir sache pourquoi, ni comment il avait bien pu convaincre son commandant, il eut le droit de demeurer avec les Bosmers, les Khajiits, et Aelnir. Deux personnages de chaque race du Domaine Aldmeri, finalement. Était-ce une sorte de signe pour mages ? L'Altmer guerrier n'avait pas de réponse, et n'en cherchait pas vraiment.
    Il mit donc toutes ses forces en œuvre pour ne pas gêner les autres personnages impliqués dans cette expédition, gardant les yeux ouverts, pour ce qu'il voyait avec son heaume. Son armure lourde ne rendait pas ses mouvements discrets, mais ses couleurs se fondaient assez bien avec la neige et la roche. Il y avait donc un avantage à cette maudite poussière glacée qui ralentissait tout les mouvements.

    En voyant le corps à terre, le novice grimaça. Il n'avait jamais vu véritablement de personne entre la vie et la mort, et il eut de la peine en voyant le Khajiit à terre, puis une sorte de mélange entre admiration et intérêt lorsqu'il vit son confrère racial s'occuper de la flèche barbelée. Mais il n'était pas ici pour regarder comme un carnassier l'animal mourir, et reprit le chemin que le commandant leur indiquait.

    Il fut encore davantage surpris lorsque le mage dégagea le chemin jusqu'à une porte au style ancien. La première découverte à laquelle assistait l'Elfe.
    Voyant que le Khajiit avait la situation en main, il se tourna, dos à la porte, de manière à surveiller d'éventuels poursuivants qui arriveraient pas un autre chemin.
    Avait-il fait le bon choix ? Pourrait-il véritablement se rendre utile ici ? Il l'espérait, même s'il était vrai que ses compétences se limitaient en très grande partie à lancer de basiques éclairs, ou à lutter à l'espadon.
    De tout son cœur, il essaya de ne pas penser à la bataille qui devait faire rage vers le trou nouvellement formé, entre le camp et le Fort.



    __[HRP]__

    Voili voilou, j'aimerai juste préciser avoir eu l'autorisation d'Eïffy pour placer mon personnage ici, et ne pas avoir fait parler Aelnir car ne connaissant pas assez son caractère.

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Jeu 12 Déc - 12:52

    ______Eïffy Ventdechêne________

    La troupe s'amassait, et se plaisait dans les plaintes et les injures raciales que les Altmer se permettaient. Le temps s'écoulait doucement, alors que les troupes du Pacte s'agitaient à partir affronter un ennemi qu'il leur était commun, ça n’empêchait pas de constater que certains proposaient d'attaquer les guerriers d'Egon par derrière pour abattre leurs deux adversaires d'un coup. Et la voix monta, indignation - jusqu'à en venir aux mots les plus forts : Parjure ! Traître ! Dans un instant de folie, tout aurait pu s'écrouler, et pour quoi ? Eïffy tourna doucement la tête vers le "fauteur de trouble" qui avait involontairement provoqué ce chaos verbale. La fatigue montait dans son esprit n'arrivant plus à se balader dans ses rêveries quotidienne, le doute resserrant, tiraillant ses boyaux comme une alerte provenant de son corp lui-même en lui sommant de fuir loin d'ici. Loin de ses fous hurlants aux idées dangereuses, loin de la guerre qui éclatait à quelques foulés d'ici, loin d'une quête hors des terres de Val-Boisé qui lui manquait déjà. Est-ce toujours ainsi, alors que nous n'étions qu'à la lisière de Bordeciel, ses terres s’imprégnait déjà de la tension et des hurlements levant les êtres à combattre entres eux pour la gloire, pour leurs serments. Et ce pauvre Khajiit au milieu de tout ça.

    La Bosmer passa son regard sur Dar'Jara, alors qu'il ne venait que pour annoncer ce qu'il l'avait vu, il était ainsi blâmé par ses pairs du Domaine en le traitant comme si il venait de surgir en levant la tête décapité d'un de ses alliés. Mais plus que le châtiment injuste qu'il allait subir, elle s'inquiétait de ce qu'il venait d'annoncer - Car elle le croyait, ce Khajiit ne serait pas revenu si c'était pour une farce, une diversion ou autres futilités. Il était revenu, car il avait vu quelque chose, et l'envie d'en savoir plus rongeait désormais l'esprit de la Bosmer se voyait resserrer fermement sa main contre son arc, l'autre jouant de ses doigts contre son carquois nerveusement dévorée par l'idée d'en sortir une flèche pour savourer l'instant de tension suprême : La visée, se voir mettre en joug un adversaire braillant ses inepties ou meuglant son râle de bataille déformé par la rage et la fatigue s'accumulant dans ses poumons.

    Le début de cet instant de folie s'échappa quand Aelnir arriva à grande enjambée, sa première action fit de faire taire l'un de ses détracteurs qui hurlait à plein poumon en sa direction jusqu'au moment où le poing enlacé dans cette alliage de pierre de lune digne des haut-elfes rejoint la mâchoire de cet autre Altmer beuglant son envie de voir la tête de Dar'Jara sur une pique pour avoir osé annoncer une mauvaise nouvelle, le vieux scribe rejoint le sol, dévorant un peu de boue mêlée à de la neige qu'il recracha rapidement en toussant - ce qui ressemblait à une toux joint à ses jurons étouffés dans sa gorge. Aelnir imposa le silence par ce geste barbare, ainsi, et surtout par la prestance qui s'en dégageait. Eïffy admirait cela, l'enviait pour ce talent naturel à se présenter comme aspect du commandement à ses pairs juste en faisant acte de présence. Annonçant la suite des opérations, c'est avec plaisir qu'elle joint les forces de son chef en partant vers l'endroit désigné par le Khajiit.

    Le chemin fut difficile, entres la neige, et les remous de ce fracas infernal qui faillit nous dissipé vers une autre tâche, la peur envahit un peu plus la Bosmer qui vint lui tordre un peu plus les tripes quand l'échos se dissipait doucement de l'éboulement lointain, l’adrénaline chuta doucement en laissant sa perception douteuse et encombré par ses pensés macabres reprendre le dessus. Et ses problèmes de gestion de soit furent renforcés par la vision du Khajiit au sol dont le sang souillait la neige à flot modéré alors que l'aide de camp trifouillait ses chaires après y avoir ôté la flèche qui s'était logé dans son épaule. Il avait l'air misérable, dans ses haillons simples ornés de quelques protections dans un cuir de qualité douteuse, celui ci ne donnait pas un sentiment supérieur à la Bosmer, mais un sentiment de pitié, elle avait du mal à observer ce guerrier souffrant, et préférer guetter les lieux.

    Un genou à terre, elle dut couvrir son visage avec ses bras enroulés dans du tissu et des fourrures amples, mais cela ne la protégea pas de ce sentiment glacé qui lui traversa le corps dans un long tremblement quand le sort du magicien guida les vents pour dissipé la brume, une insulte lui traversera l'esprit, mais elle préféra chassé celle ci pour le bien de sa mission, peut-être aurait-elle le luxe de cogner plus tard ce maudit Bosmer qui n'avait guère prévenu de la venue de sa magie ayant secoué tout le groupe, mais son impression de lassitude se perdit en voyant la grande porte ouvragée contre la montagne, et des milliers de question se bascula dans sa tête, mais aucune ne se voyait accorder une quelconque réponse, se redressant ses deux pieds, elle ne saurait que dire, et son avance fut arrêtée quand Dar'Jara lui fit un signe de main. Elle guetta le Khajiit, sans un mot, détaillant tout ses gestes comme il lui été commun de faire dans ses moments d'attentes, et sentit que son regard presque inquisiteur gênait celui ci, quand les mots de Dar'Jara s’extirpèrent de ses canines comme un souffle tempéré, pendant qu'il s'apprêtait à agir avec ce qui lui semblait être un crochet.


    " ~ Je sais ce que je fais."

    Ses mots résonnèrent avec doute, une sorte de peur incontrôlé de l'imaginaire. Et si la porte était piégé ? Non, le Khajiit l'avait déjà sauvé des pièges tourbillonnant de ses flammes ardentes dans ce vieux mausolée en Cyrodill, il fallait lui faire confiance. Confiance. Dans un esprit rarement clair comme le sien, ce mot était apaisant comme si l'espace d'un instant, une flamme lui réchauffait le cœur en extirpant sa peur, celle qui lui rongeait les entrailles trop souvent à son goût. Préférant se retourner vers les guerriers de cette équipe, Faelivir et Ashkran, elle détaillait leur équipement sans réellement le faire, occupant son esprit à une autre pensée que celle ce sont équipié en proie avec une action dangereuse. Et ses mots finirent de résonné une dernière fois, comme si le vent lui même répétait ses paroles qui auraient pu être les dernières venant d'un ami.

    " ~ Je sais ce que je fais."

    ________Contexte__________

    La bataille était furieuse, les membres du Pacte de Coeurébène avait répondu à l'appel sanglant du combat qui ôta enfin l'attente énervante qui rongeait l'habitude des soldats désireux d'en finir avec leurs adversaires, toutes ses armes sorties de leurs fourreaux, épées dressés vers leurs ennemis fièrement laissant l'éclat du soleil arrivant à travers les nuages illuminés leurs équipements comme si la lumière accompagnait le pas des braves nordiques, mêlés à ses sorciers Dunmer et ses argoniens en arrière garde jouant de leurs arcs pour couvrir les mastodontes enroulés entres acier et fourrure. La neige rapidement commença à être souillé par les méandres d'un conflit : Le fluide sanguin virevolta à travers les blessures de ses nordiques maigrement couverts, dans leurs haillons qui ne les protégerait pas, leurs vies éphémères extirpés par la puissance de guerriers fiers et entraînés.

    L'affrontement ne dura que vingts minutes, vingt minutes intenses constituant la charge aventureuse des forces du Pacte guidés par Egon en première ligne, levant sa hache en émettant se râle constant et rauque sortant de sa gorge puissante qui ralliait ses forces en leur offrant ce qu'un cri de guerre apportait aux guerriers partant bravé la mort, et lutter pour ce qui leurs étaient cher : Le courage, l'envie de vaincre, tout ça surmontait ce qui aurait pu faire reculer ses compagnons dans le doute d'y perdre la vie pour rien, et au final, seulement quatre combattants du pacte perdirent la vie pour un total de vingts de ses maudits bandits éliminés avec une effroyable efficacité. Le dernier fut achevé par Egon, quand sa hache traversa la garde du bâton de bois qui se brisa en deux quand il rencontra l'acier du nordique se logeant à travers la gorge de son adversaire, la tête de celui ci s'envolant et finissant son chemin en roulant un peu plus loin, les rires d'Egon s'achevère dans un hurlement victorieux en levant son arme en l'air se joignant à celle de ses compagnons. Seuls les Dunmer et les quelques membres du Domaine ne se joignirent pas à ses exclamations d'une victoire sur une petite bataille - ils étaient loin d'en avoir fini, mais qu'il savoure ce premier combat, qu'ils s'en délectent autant qu'ils le peuvent, tant qu'ils le peuvent encore.

    Le cratère était là, béant, ouvert dans le vide... Egon fut le premier à rentrer à l'intérieur après quelques minutes d'attentes, glissant contre la roche, il n'y avait pas d'adversaire dans la salle en dessous : Il n'y avait que des ruines, ancienne et étrange ainsi que deux portes. L'un était très simple, faite de bois, s'encrant parfaitement dans le mur en laissant quelques ouvertures vers une autre salle illuminés par une douce lueur, celle d'un brasero, dont quelques murmures s'échappait, ceux ci étaient bien humain, quelques ricanements et des plaintes provenant de guerrier bourru partageant leurs hydromels. Ceux ci, flânant à leurs tâches n'ayant pas encore constaté qu'une équipe du pacte ayant eu le courage de suivre Egon avait pénétré l'intérieur des ruines. Et l'autre porte... elle était massive, une grande porte de fer antique, oubliée dans un coin, celle ci éclairée maigrement par deux torches lui donnant un aspect inquiétant.


    ___________________________

    La serrure ne résista pas, celle ci était déjà vaincue depuis longtemps, et à plusieurs reprises, le travail de Dar'Jara ne faisait qu'offrir des traces de crochetage de plus sur cette antique porte qui s'ouvrit doucement dans un crissement lourd, résonnant à travers les grands escaliers qui s'étendait devant le groupe, le vent s'engouffrant à l'intérieur en bourrasque gelée, la lueur du jour dévoilant les roches taillés et les marques sur les murs improvisés derrière les racines étendues à travers les parois, la nature reprenant ses droits petit à petit, des traces d'herbes gelés et de la pourriture infestait les lieux dans une puanteur notoire. Aelnir inspira longuement, l'air encore pure de l'extérieur, avant de faire signe aux signes de prendre la route. Dar'Jara fut désigné comme tête de file pour son expertise et son regard vif, suivit de Faelivir, Ashkran, Aelnir, Eïffy, Clendil, Kur'Drom'Gartar et finissant par Drem'Karjnar qui se traînait misérablement en s'aidant de l'aide de camp.

    Ils passèrent en décrochant des torches sur le côté pour pourfendre les ténèbres rongements ses lieux, marchant d'un pas léger pour laisser le temps à Dar'Jara de signaler au groupe si il y avait un piège ou non : Bien qu'il n'y en avait pas, ce manque d'information normal gênait alors le groupe, mais c'était comme d'habitude quand l'on découvre un nouveau lieu où le danger guette.

    A la fin de la route à travers le grand escalier, une salle commune établie de quelques tables, autours desquels sont installés une dizaine de ses bandits nordiques festoyant et s'empiffrant de mêt gras et difficile à trouvé même dans la région - surement des réservés importés dans le doute, le doute que ce genre de guerre n'explose. Et il avait bien fait car désormais, cette avant-garde profitait de la bonne bouffe, de l'alcool à grande quantité, ceux ci rigolait et insultait leurs opposants de divers nom charmant. Ceux savoir que ceux ci étaient proche, alors que la venue de la salle s'approchait de plus en plus, Aelnir avait ordonner d'éteindre les torches à ses compagnons, étalé dans les ombres le plus possible, le haut elfe donna l'ordre final.


    "Éliminez les tous."

    Et ils purent se rué sur ses bandits, des nordiques tous autant qu'ils sont, équipés de quelques haillons et fourrures maigres, certains ne pouvaient même pas chercher leurs armes oubliés dans une autre salle ou laissé tombé dans un coin, hors d'atteinte de leurs membres quand l’intervention se déclencha, ils étaient toujours à festoyer bêtement, et les rires devint hurlement de surprise, de peur. Certains connaissaient pour la première fois, la peur : Désarmés face à un adversaire effrayant, sortant des ombres tels des fantômes se ruant de leurs ennemis armes aux clairs. La sinistre condamnation qui fonçaient vers eux les terrifiaient, et ils se battraient jusqu'à la mort. Ils n'avaient pas d'autre choix.


    ________HRP_________

    Groupe du Pacte : Vous pouvez décrire votre participation à la bataille, vos impressions, et ce que vous faites par rapport à la grotte avec Egon. N'hésitez pas à me MP pour me demander des précisions pour vos actions !

    Groupe du domaine : Vous pouvez décrire vos impressions sur la tournure des événements, sur le voyage improvisé à l'intérieur de la caverne, sur l'architecture etc... et au final, décidez vous même de vos actes de combat sur le groupe de bandit festoyant devant vous ! N'hésitez pas à me MP aussi pour plus de précision.

    A vos plumes !

    Voldigar/Gundrash

    Messages : 93
    Date d'inscription : 08/12/2013
    Age : 27
    Localisation : Québec

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s): Le Poing d'Orsinium
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Voldigar/Gundrash le Jeu 12 Déc - 15:44

    Quelques jours avant la charge contre les bandits.


    Un vieux guerrier de plus de 2 mètres marchait lentement, dans une armure en acier avec une couche de fourrure en dessous, un énorme marteau à deux mains dans les mains et une épée au fourreau... il marche tranquillement vers Guette-Trouble.

    L'âge ne semble pas l'avoir achevé encore, toujours constant sans s'arrêter. Le marteau appuyer sur son épaule droite. Il finit par arriver au camp du Pacte quelques heures plus tard.

    Il fut surpris que des membres du Domaine soit si près de leurs camps... il se dirigea ensuite vers le centre du camp du Pacte. Les Nordiques le saluèrent tout bonnement sur son passage, les Elfes Noirs se décalèrent ou le regardaient avec défi et les Argoniens le voyaient avec indifférence.

    Il prit des nouvelles sur la situation, attendant patiemment l'heure.

    *La Charge d'Egon*

    Lançant un puissant cri de guerre, Voldigar s'élança avec les troupes du Pacte contre les bandits. Il en cueillis un avec un féroce coup de marteau qui lui arracha presque la machoire inférieur, il propulsa son poing dans le visage d'un deuxième le laissant choir sur le sol, achevé par un autre combattant. Cherchant un autre adversaire... il entendit un cri derrière lui... se retournant un bandit orc le chargeait avec une hache... il fut cueillit par deux flèches en plein torse.

    Le combat dura 20 minutes, quand la victoire fut acquise et qu'Egon acheva son adversaire se fut une véritable frénésie de cri de victoire.

    Egon allant dans le trou béant, Voldigar suivit le groupe à sa suite.

    Regardant les deux portes il dit tout bas : "Peu importe où on va... Sovngarde est au bout du chemin... "
    avatar
    Shargorroth

    Messages : 38
    Date d'inscription : 11/06/2013
    Localisation : Dans le bide d'Akatosh

    Feuille de personnage
    Race: Argonien
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Shargorroth le Jeu 12 Déc - 22:14

    __Ash__

    Ash avançait derrière Faelivir levant sa torche assez haut pour essayer d'apercevoir le plafond... qu'il ne distingue pas. L'édifice était ancien et avait connu des glorieux jours sans aucun doute, cela ressemblait à un temple sous la pierre, emmurés dans la montagne les prêtres étaient coupés du monde extérieur et naturel, une idée stupide au vu de l'endroit magnifique qu'était la montagne à l'extérieur... Il y avait d'antiques gravures sur les murs dans un ancien dialecte que le khajit ne comprenait pas. Ne pouvant traduire les glyphes, Ash reporta son attention sur les alentours, lorsqu'il entendit les bruits des brigands... la ruine devait sans aucun doute donner sur le fort ou se terrait la nécromancienne... qui avait sans doute relever les anciens habitants...

    Il attendit patiemment que le capitaine donne l'ordre de l'assaut, et lorsque ce fut fait il bondit hors des ombres pour se précipiter sur le brigand le plus proche et lui saisit la tête pour lui envoyer un sort de froid mordant alors qu'il tenait toujours sa tête... cette dernière devint un beau glaçon... l'homme n'avait pas survécu, Ash saisit son marteau de guerre et commença la sinistre tache qu'on attendait d'un soldat, abattre son ennemi.


    ___Shar___
    Shar rejoignit le cratère alors que la clameur d'une bataille s’élevait... il n'irait pas rejoindre le groupe du pacte... une belle occasion s'offrait à lui, il allait pouvoir peaufiner son rituel, il retourna chercher le prison inconscient et l’entraîna avec lui dans le trou en traînant sa hallebarde ... Se concentrant malgré la clameur de la bataille il canalisa le flux magique à travers son corps puis égorgea le prisonnier... La première flamme apparut et l'épée invoquée aussi.... Un mélange de ... chose carbonisée et de flammes vives s'enfonce dans les ténébres... deux portes, d'un coté des brigands de l'autre... une ruine sans doute... l'argonien prend la porte lourde... elle coulisse lentement... mais il n'entend plus le bruit du combat... refermer la porte pour qu'ils ignorent... vite! la flamme s'engouffre juste avant qu'elle ne se referme... le temple est sombre mais la flamme éclaire le chemin... un sifflement, un bruit de métal, la créature carbonisée s'avance... l'argonien suit avec un peu de recul... plus de sifflement... il n'y a plus qu'un roi  dans ce qui semble être une tombe, et ce roi... c'est le silence... Flamme et argonien avancent ensemble pas de cadavre dans ce tombeau... bizarre... l'argonien dit que les elfes cherchent une nécromante... Flamme veut la trouver avant eux et la consumer.

    Lorsqu'Egon descendit, un petit tas de cendres au milieu duquel trônait des fers de prisonniers se trouvait dans un coin à coté d'un charbon ardent


    HRP

    Eiffy j'espère que tu ne comptais pas utiliser le prisonnier... si il est essentielle j'éditerais et je trouverais un moyen de le remplacer

    Les autres si l'un de vous(ou vous tous) prenez le même chemin que Shar sache que "Flamme" se cachera et vous ne pourrez la voir... merci d'avance de respecter cela


    _________________
    avatar
    Dar'Jara

    Messages : 34
    Date d'inscription : 30/11/2013
    Age : 25
    Localisation : Brest

    Feuille de personnage
    Race: Khajiit
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Dar'Jara le Dim 15 Déc - 18:55

    Curieusement épaulé contre la paroi, Dar'Jara ne prêtait plus vraiment attention au reste du groupe. La griffe et le crochet entamaient un ballet maintes fois répété dans la serrure. Au simple bruit il se rendait compte que cette dernière avait déjà été abîmée par d'autres tentatives de passage en force. Le crochet rencontra bientôt quelquechose de dur. Le khajit grogna brièvement en imaginant quel imbécile avait pu casser son instrument dans un mechanisme aussi simple. Un tour de main le rassura ; en raclant la gorge il se rendit compte que celle ci était en fait rouillée. En raclant cette dernière, il parvint à détendre le ressort défectueux et le caler ensuite. Le déclic se produisit, doux à l'oreille du voleur qui fît joyeusement tournoyer le crochet entre ses doigts avant de le glisser dans on ne sait quelle cachette de sa tunique.

    Le vent s'engouffrant lui coupa la joie et faillit lui expédier la centaine de kilos de la porte ouverte dans la figure. "Il faut toujours que ça tourne mal" se dit il en haussant les épaules. Remis sur patte, il se recentra sur le couloir béant face à lui. Quelques torches léchaient les murs de la grotte et vacillaient dans les ténèbres. De toute évidence, les nordiques empruntaient régulièrement ce couloir, sûrs d'eux. Un peu trop au goût de Dar'Jara, qui, méfiant, attendit que les ordres soient suffisamment clairs et insistants pour s'engager le premier. Il se savait talonné de près mais ne se faisait guère d'illusion sur les intentions du groupe à son égard ; seule l'elfe lui donnerait un coup de patte si cela tournait mal. Hors cela allait forcément tourner mal dans l'esprit de Dar'Jara.

    La moue sceptique sur le visage il entama la longue descente dans les ténèbres. Le hall était vide de toutes présences. Prenant le temps de parcourir les lieux, le khajiit tournait sans cesse la tête pour s'assurer que tout le monde suivait et accessoirement s'assurer qu'il n'avait pas laissé échapper de pièges derrière lui... Après tout si ces nordiques étaient malins, ils avaient prévu l'éventualité d'être suivis Ce n'était pas gagné au fond, car en plus d'être dénués de fourrure, ces hommes manquaient cruellement de ruse ; pas de stratégie, non, simplement ce brin d'instinct qui coulait naturellement dans les veines des hommes chats. "Et puis ils ne voient pas dans la pénombre... hmr" ; A chaque virage, Dar'Jara éteignait soigneusement les torches avec le bock d'argent qu'il gardait sur lui. Une veille technique qu'il trouvait fort utile et amusante. Par précaution d'une part, mais aussi pour ne pas louper l’immanquable grimace de ses compagnons lorsque la lumière disparaissait comme ça, en un clin d'oeil terrible.

    La peur du noir. Une canine vint poindre du sourire sarcastique du khajit. Il concevait mal cette crainte, à vrai dire il éprouvait grand mal à concevoir quoique ce soit. Tout ce qui le préoccupait allait nécessairement dans l'instant ; contrairement à l'esprit rêveur d'Eiffy, au labyrinthe d'intelligence des mages ou encore la tactique aiguisé du capitaine. Au fond, il se sentait plutôt bien entouré. Son groupe n'était pas composé des chairs tendres qu'il n'avait que trop rencontré lors de ses voyages. Lentement il jeta un coup d'oeil par dessus l'épaule afin de jauger une fois de plus les visages moins familiers... Un tintement infime parvint à son oreille. Par habitude, il se déporta d'un bond véloce contre la paroi. Le remue ménage derrière lui cessa aussitôt. Le calme revint, le silence, placide, s'installa. L'attente d'un prédateur face à sa proie.

    Sauf que cette dernière ne venait pas au grand agacement du khajiit qui sentit son coeur ralentir. Au bout de cinq longues minutes il rabaissa son arc et reprit la marche en gardant la tête levée, à l'écoute du moindre bruit. Sa pire crainte était qu'ils aient déclenché une alarme à leur insu, aussi s'efforcait il de ne pas montrer son expression perplexe aux autres qui auraient sans doute eu tôt fait de le rabrouer. Les regards interrogatifs posés sur lui avaient le don de l'irriter. Les soldats avaient cette fâcheuse habitude de jauger fièrement - et honnêtement- les gens. Se montrer évasif à leur égard était jouer avec le feu. Dar'Jara le savait. Il lui fallait leur donner du consistant, de l'avoine pour les bourrins comme il se disait. Et c'est précisément ce qu'il trouva au fond de la galerie, au pied d'un large escalier : les rires d'un bon peloton de nordiques parvinrent à ses oreilles. Les odeurs d' "alcool au miel" et de saucisson (il ne comprenait pas comment Eiffy pouvait aimer cette viande grasse et vidée de son sang) lui saturèrent la truffe avec une intensité telle qu'il s'en pourlécha les babines. "De la nourriture... gratuite."


    Au bas de l'escalier, attablés devant un sanglier rôti et deux bons tonnelets d'hydromel, des bandits se livraient au festin. Gerund, du clan Fortehache, soulevait une chopine à une boutade dite un peu plus tôt. Elle l'avait d'hors et déjà oubliée, mais qu'importe, tout est occasion de boire quand la mort est proche. Il faut dire que malgré ses deux mètres dix et ses cent vingt trois kilos, la guerrière pouvait se permettre d'avaler de l'hydromel à un tonneau près. L'oeil sceptique de Berwulf, son ainé de deux hivers n'était point pour la contrarier. Les frères Ayden à sa droite, trop occupés à se livrer au bras de fer pour l'empêcher de trop s'énivrer avant la bataille.Les autres silhouette qu'elle entrevoyait au bout de la table ne l'embêteraient pas plus. Non, car son attention était centrée sur la chopine et elle s'en contentait bien. L'ardant désir d'alcool la consumait depuis sa cavale. Cette dernière lui frappait rudement le morale, mais quand bien même : elle aimait se battre. Et puis l'hydromel avait cette teinte qui lui rappelait le soleil au dehors, cet arôme de victoires, cet arôme doux comme la fourrure qui ornait ses épaules. Quant à l'ivresse, cela n'avait rien de terrible ; elle avait l'alcool rude, certes, mais pas au point de se laisser effondrer, jamais.

    Elle n'eut alors pas vraiment le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait lorsque une masse la fît tomber de sa chaise. Abassourdie, le dos en flammes, elle rejeta la tête sur le côté : les frères Ayden avaient cessé le bras de fer, le vieux Berwulf était plus borgne que jamais quand une chose lui rentra dans l'orbite. Les cris de liesse laissèrent place à un carnage sans nom. Subitement, la guerrière roula de côté et empoigna la hache du nordique tombé raide mort. Plusieurs personnes venaient d'entrer, des elfes... et puis ce khajiit tout droit sorti de la pénombre, qui la visait de son arc. Furieuse, elle bondit alors que la flèche effleurait son épaule. Sa hache fendit l'air...
    avatar
    Faelivir

    Messages : 51
    Date d'inscription : 01/12/2013

    Feuille de personnage
    Race: Haut elfe
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faelivir le Dim 15 Déc - 22:58

    Cette porte demeurait une merveille en ces terres belles mais froides et cruelles. Si la neige n'était qu'une caresse qui pouvait s'avérer mortelle, les ennemis l'étaient, eux, assurément. Mais Faelivir était plus motivé encore. L'excitation se mêlait à la curiosité, à l'inquiétude, et à la tension.
    Tant de sentiments l'assaillaient lorsqu'il se demandait ce qu'il verrait de l'autre côté de cette porte que le Khajiit semblait pouvoir ouvrir sans trop de difficultés. Enfin, c'était tout de même un Khajiit, pas un Orque, c'était compréhensible !

    Il fut déçu. En effet, à l'intérieur, on y voyait peu. Qu'est-ce que c'est angoissant, d'avancer dans les ténèbres, à se demander si l'on va heurter quelqu'un ou quelque chose. Si ce quelque chose est un piège mortel, si ce quelqu'un est un ennemi tout aussi désorienté ?
    Mais cela restait exagéré, les torches produisaient quand même un peu de réconfort -et de chaleur, les dieux soient loués.

    L'air sentait le renfermé, et -après un long moment- cet ignoble alcool que les Nordiques boivent en quantité, plus pour l'ivresse que le goût. A croire vraiment qu'ils étaient des sauvages.
    Mais si l'alcool se sentait d'ici, c'est bien car des gens en consommait. Des bandits, d'ailleurs. Qui d'autres boirait ici, surtout en braillant et festoyant bestialement ? Ils manquaient tant de raffinement... Au moins, la salle était éclairée.

    Leur distraction leur coûterait cher. Car si les troupes du Domaine voyait leurs ennemis, l'inverse n'était pas vraie, manifestement. Ils avaient l'avantage de la surprise, et cela plaisait à Faelivir. Quelques soldats un peu plus expérimentés lui avaient dit plus tôt que l'effet de surprise pouvait faire tourner l'issue d'une guerre. Alors pour les quelques ennemis -désarmés et passablement saouls- présents, ça ne serait qu'une formalité.

    Lorsqu'Aelnir lança son ordre, l'Altmer se concentrait déjà. S'il y avait des bandits ici, il y en avait probablement d'autres non loin, dans une salle suivante, par exemple. Le but était donc de les faucher le plus vite et silencieusement possible. La magie reposant sur les flammes était donc à éviter, les brûlures faisant largement crier. Cela étant, ces vauriens devaient être accoutumés au froid de Bordeciel, et utiliser un sort de glace n'aurait aucune utilité. Ca n'était pas plus mal, l'Elfe n'en connaissait pas encore. Il s'était bien plus intéressé aux maniements des armes.
    Restait donc les sorts de foudre.
    Faelivir joignit ses mains, laissant partir un arc électrique vers l'une des "victimes". Si la cible fut atteinte et tomba, il fallait tout de même faire remarquer qu'une partie de la foudre fut déviée perpendiculairement au -et sur le- sol quelques mètres avant, sans que l'elfe comprenne pourquoi. Son assaillant était probablement à terre pour un moment, vu que la décharge lui avait atteint le torse.

    Il attrapa son espadon elfique à deux mains, prêt à se ruer en avant, lorsqu'il vit une énorme Nordique se jeter à l'assaut du Khajiit ayant ouvert la porte -dont il n'avait pas retenu le nom.
    Il n'eut que le temps de faire une large frappe partant du sol, en biais, vers l'arme, dans une tentative de désarmement.
    La hache ennemie se bloqua contre la lame de l'espadon, aux deux tiers vers la pointe, arrachant un grognement à l'Altmer, résolument décidé à ne pas laisser l'homme-félin prendre un coup pareil.



    _____HRP_____

    Dar'Jara, si tu souhaites que je modifie mon message, n'hésite pas. Je ne suis pas encore trop à l'aise pour me permettre de manipuler les personnages des autres, un peu timide sur ce point. (qui inclue aussi les PNJ ^^')
    avatar
    Knut

    Messages : 13
    Date d'inscription : 04/12/2013

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Knut le Sam 21 Déc - 14:12

    Knut, son casque blanc, usé, accroché à sa ceinture, entra dans Faillaise en traînant un  peu les pieds, son voyage avait été long et sa nuit courte, quelques loups avait osé le déranger pendant son profond sommeil. Faillaise était plus chaude que Vendeaume, cela se voyait aux jeunes femmes qui se permettait de porter des tenues plus légères. Les yeux de Knut se baladèrent sur les belles formes ainsi que la peau douce de ces nordiques.

    La taverne était grande et bien bâtit, c'était la seule de Faillaise. Knut passa le seuil boueux pour se reposer autour d'une table et d'une belle chope d'hydromel. Il y avait des argoniens, des elfes-noirs ainsi que des nordiques, parfois rigolaient-ils ensemble mais la plupart du temps il parlaient entre confrères, de choses que le brouhaha couvrait tranquillement.
    Knut pris place au comptoir du grand et gros tavernier barbu puis commanda une chope d'hydromel, il fixa pendant quelques moments l'âtre où le feu crépitait joyeusement puis demanda des nouvelles de la Brêche, ce qui se passait, s'il y avait des bandits qui dérangeait des paysans, des trolls qui mangeaient des troupeaux...

    Apparemment, un fort du nom de Guette-Trouble était assiégé par Egon Throalfgar, un nom connu à la Brêche, le but était de tuer un des chef du fort infesté de bandits et malandrins sans aucun sens de l'honneur, des nordiques qui ne rejoindront jamais Sovngard. Knut choisit de faire part au combat, pour sa patrie et aussi pour honorer son père, mort il y a quelques temps, tué par un groupe qui voulait voler son cheval et sa bourse.

    Trois jours plus tard, Knut empoigna son casque blanc et se dirigea vers le fort de Guette-Trouble, sa hache aiguisé et son armure remise en état. Deux autres guerriers le rejoignirent après que le tavernier ait conseillé Knut afin qu'ils ne voyagent pas seuls. Ainsi, un elfe noir mage marcha à ses côtés, plutôt renfermé sur lui même, évitant trop de contact, puis un argonien aux écailles rouge, un archer plutôt habile portant des dagues très aiguisés.
    Les trois aventuriers arrivèrent au fort de Guette-Trouble cinq heures avant la charge des bandits, ils s'installèrent dans le camp ensemble et prirent des nouvelles de personnes qu'ils connaissaient. Peu de temps après, les bandits chargèrent.

    Le combat fut rude, Knut tua deux bandits grâce à sa hache en acier alors que l'elfe en tua trois avec un sort de feu, la chair brûlé empesta. L'argonien rouge avait fait preuve d'une extrême habilletée et avait tué deux ennemis avec deux dagues, en même temps.
    Le trio se retira par la suite dans la tente pour nettoyer leurs blessures et raconter leurs exploits, toutefois pas très grandiose.

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Mar 31 Déc - 20:20

    [Suite Jeudi 2/01/2014, pour ceux qu'il manque, ou veulent rejoindre le JdR, vous pouvez toujours vous lancer avant la suite. Ce message sera au choix effacé ou modifié à la date échéante !]
    avatar
    Faerha

    Messages : 29
    Date d'inscription : 20/11/2013

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Arpenteurs des Cendres
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faerha le Jeu 9 Jan - 16:18

    Au milieu du chaos tinté du bruit de l'acier entrechoqué et des pas piétinant, émergeait difficilement la conscience bousculée d'une dunmer. Faerha n'avait pas eu le temps de comprendre ce qu'il se passait, elle s'était retrouvée à terre bien avant et ses oreilles tordues souffraient autant que sa tête de quelques chocs. Elle se rappelait néanmoins avoir été bousculée par certains nordiques d'une manière qui ne lui semblait aucunement accidentelle.

    Les quatre coins de la Maison des Troubles les torturent et consument, ces maudits n'wahs...

    Elle se releva non sans autres injures, tirant au passage son arme courte pendue jusqu'ici à la ceinture. Préférant ne pas se mêler à la bataille, elle se mit à courir, rasant les toiles des tentes pour atteindre son chariot, lequel n'avait pas encore été déchargé. Sans se préoccuper des caisses, elle ouvrit un coffret long qui se cachait juste sous le siège du conducteur.

    Te voilà, mon tout beau...

    C'était son bien le plus précieux avec sa dague. Un engin qui se passait de génération en génération dans sa famille : une arbalète dorée et toute articulée d'engrenages et pièces amovibles. Au premier regard, on en était assuré : elle était de conception dwemer, et c'était ce qui en faisait sa qualité.

    Tirant dans le même temps son carquois de carreaux d'acier qu'elle plaçait à la ceinture de quelques gestes vifs, elle laissait le coffret ouvert, reprenant son chemin. Du temps de perdu visiblement, puisque la bataille était déjà terminé, mais cela convenait bien à la dunmer, qui comptait bien économiser ses carreaux. Les nordiques étaient plus adeptes de l'archerie classique que de ce genre de conceptions originales.

    Les cris de victoire résonnèrent en surnombre, accompagné par le silence glacé et hautain des elfes. Faerha, elle, observait la béance du cratère. L'obscurité qui en émanait avait des allures semblables à certaines tombes oubliées du peuple de Veloth, l'odeur de cendre en moins... La poussière, elle, était bien présente. L'elfe retroussa son nez par une moue méfiante, pointant son arbalète vers les ténèbres. Egon semblait plus... Apte à la bravoure ? Toujours était-il qu'il s'était engouffré dans le cratère avec quelques hommes.

    Ce n'est pas ton combat, Faerha... Tu le sais... Ta curiosité soit maudite...

    La dunmer les suivit en silence, sachant que trop bien qu'à part les membres de son peuple, personne ne la comprendrait. Elle marchait à pas silencieux, respectueux et prudents, comme il était d'usage dans les sépultures ou les temples, jusqu'à arriver près de deux portes. Délaissant aussitôt celle d'acier, elle se concentra sur l'autre porte, posant sa main sur la poignée pour tenter de l'ouvrir le plus silencieusement possible et aviser de ce qu'il se trouvait à l'intérieur, non sans auparavant armer son arbalète.

    Que la furie de Vehk ne te monte pas à la tête, deviens l'ombre plutôt que le guerrier...

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Vendimus le Ven 17 Jan - 14:51

    ______Eïffy Ventdechêne_______

    Musique d'ambiance:

    Le vent s’engouffrant dans la grotte profonde la fit défaillir un instant. Un bref instant, où ses appuis n’étaient plus stables dans un vacillement qui l’obligea à reprendre lourdement sa position d’un grand coup de botte à travers la neige craquelant sous le poids de la plaque reliée au cuir. Quelques secondes à peine avaient l’air d’une éternité dans la perturbation et l’incompréhension, avant que la clarté ne revienne dans un calme agité par les bourrasques de vent redevenue calme. Ses yeux s’ouvrirent doucement à nouveau pour observer le gouffre plongeant à l’intérieur des tréfonds de la montagne, les portes pourtant si lourdes avaient été vaincues par l’habilité du Khajiit dont elle reconnaissait le talent, bien que ses sourcils se froncèrent tout de même un peu : La Bosmer ne croyait pas en ce que l’on nomme « facilité », et le doute lui rongea petit à petit la conscience tandis que défilait dans son esprit comme à l’habitude devant une nouvelle apparition d’un danger potentiel, les scénarios les plus sinistres, et remplaçant sa maigre bravoure, l’égoïsme la rongeant petit à petit lui hurlant de quitter les lieux en vitesse – L’on parlait de magie noire, destructrice, de bandits nordiques ivrognes et répugnants. Elle se voyait chuter, vaincue, détrousser, torturer, jusqu’au moment où comme à chaque fois que la peur grimpait outrageusement, la discipline et sa volonté prenait le dessus sur ce sentiment ingérable qu’est la tension avant l’affrontement.

    Dar’Jara entamait le voyage en premier, ses yeux félins pourfendant les ténèbres maigrement combattue par quelques torches… Cherchant un regard rassurant, malgré que le sien ne traduisait rien de son état mental, elle lançait un regard vers Faelivir, toujours le même air fatigué et blasé sur son visage, sa main gantelée vint remettre en place la fourrure l’enroulant, celle-ci s’échappant un peu depuis que le vent l’avait secouée un peu trop brutalement, et en même temps son visage se détournant pour faire face aux ombres dansantes sur les murs ouvragés de l’ancienne ruine. Les lieux préférés de ce genre d’adorateurs de Daedra ou de magie profane, jouer avec les cadavres pour en faire des sbires serviles, tout cela rappelait de mauvaises expériences dans l’esprit de la Bosmer, en fermant doucement les yeux, elle revoyait la foudre s’abattre à côté d’elle en fracassant la pierre et les livres poussières dans cette vieille crypte où Ren'Darjiim avait trouver la mort face à un nécromant, vouant sa vie à Molag Bal.

    Cependant, ses rêvasseries s’estompèrent rapidement en même temps que les lumières des torches du groupe s’éteignirent devant la vision de ce qui semblait un obstacle : Difficilement, alors que les pas continuait plus doucement et qu’il fallait prendre soin d’ajusté sa marche pour qu’elle soit silencieuse, sans faire claquer la plaque et le bois contre la pierre et les craquelures bruyantes au sol, une lumière plus lointaine se faisait voir accompagné de quelques rires, exclamations, et autres sons qui lui fit remonter l’estomac, surtout le rôt le plus résonnant qui fait s’esclaffé dans un élan de rire et moquerie la camaraderie nordique qui festoyait dans la grande salle éclairé de quelques torches. C’était une vision immonde pour la Bosmer, détaillant ses êtres qu’elle trouvait gras, grotesque, si lointain de la poésie et l’harmonie du Val, si elle devait encore manger de la chair humaine ou celles de mers, ça ne serait surement pas du nordique. Bien que ce genre de pensé fut vite chassé à nouveau dans un grand effort de concentration, elle vie Dar’Jara quitter les ombres, et fondre sur ses adversaires dans les talents incontestables d’un Khajiit bondissant sur sa frêle proie, abattant ses attaques avant qu’elles ne comprennent pourquoi le sang se mettait à couler.

    Sur qui dois-je décocher, ne vais-je pas toucher un allier ? Qu’aurais-fais mon mentor dans une telle situation ? Les questions dans l’esprit d’Eïffy se bousculèrent sans gêné sa visée, elle avait l’habitude du chaos, aussi bien devant ses yeux que dans sa tête, cependant, elle vit une lame fendre l’air, alors qu’elle avait déjà décocher deux flèches dont seulement une avait atteint l’épaule d’un Nordique trop lent, un battement de cœur lui parut une éternité quand elle constata que la lame de la hache d’arme d’une Nordique arrivait vers Dar’Jara, mais un élan d’espoir et de détermination, de ceux qu’elle gagnait quand un événement dramatique se changeait en scène qu’elle aurait apprécié voir sur une peinture ou lire dans un écrit quelconque sur l’héroïsme des soldats : Faelivir bloquait l’arme de sa propre épée, protégeant le Khajiit d’un coup peut être fatal, elle connaissait désormais sa cible, et en quelques instants, une flèche virevolta à travers la pièce, pour se logé dans le crâne de la nordique, éparpillant les morceaux de la tête un peu partout dans la zone d’impact, la flèche rudement plantée contre le bois plus loin.


    « Mentor, je crois que j’ai encore bien trop forcé sur la corde de mon arc. »


    _______Contexte________

    Egon observait sombrement les cendres au sol, agenouillé, il passa doucement sa main sur les fers qu’il essayait de reconnaitre, mais son esprit guerrier ne s’était pas arrêté sur de tels détails, c’est alors qu’il recherchait plutôt la signification, mais le temps lui manquait. S’affirmant qu’il ne s’agissait surement que d’une expérience macabre des magiciens présents en ses lieux, ce qui lui tira néanmoins une grimace : Peut-être était-ce la raison pour laquelle un trou s’était formé dans le toit de la grotte ? Une explosion ? Le nordique remua doucement la tête, et fit un signe de tête à Voldigar pour ensuite lui indiquer de défoncer de son arme à la porte en bois.

    « Ecrase moi ça, l’ami. Ne laissons rien au hasard, et encore moins les ennemis qu’il pourrait y avoir derrière. »

    Lui, s’intéressait cependant à la grande porte face à lui. Sa main vient en chercher la poignet, mais il ne lui fallut attendre que quelques secondes avant qu’un bruit étrange ne se manifeste, il recherchait d’abord à reculer, jusqu’à ce qu’il dû constater que c’était la porte qui s’ouvrit doucement, offrant la vision d’un passage sombre, maigrement éclairé par quelques torches, mais il s’attarda plutôt sur l’être encapuchonné enroulé dans un drapé noir poussiéreux et mal entretenu. Un râlement gras émana de la gorge d’Egon, et il ne lui fallut pas attendre pour que sa hache n’arrive vers le visage du jeune acolyte qui se fendit en deux dans un cri d’exclamation qui s’éteignit très rapidement en même temps que la vie de l’être qui venait de recevoir le coup. Cependant, à ce même moment, tout s’emballa…
    De la porte défoncée, des mercenaires et autres bandits nordiques quittèrent leurs sièges dans l’alerte, se ruant vers la l’entrée en comprenant rapidement que la situation leur échappait, les troupes d’Egon se joignit rapidement à Voldigar pour se tenir à ses côtés face aux nombreux adversaires, des soldats du Pacte seulement, ceux du Domaine restaient quant à eux en haut du trou, observant les environs et préférant limiter les contacts entres les armées tant qu’ils le pouvaient.

    Egon avançait doucement vers le passage en pierre menant vers une destination qu’il trouvait urgente de découvrir, beuglant à ceux qui le pouvait de le rejoindre, avant de s’engager lourdement dans le couloir, suivit de quelques argoniens et deux nordiques. Quelques ombres bougèrent, et sortant d’un sortilège, deux personnages sinistres se tirèrent des ombres, enroulés dans les mêmes drapés et armés de dagues ou lames courtes, l’un se figea quand sa tête fut tranché par un nordique derrière lui, cependant l’autre eu plus de chance, et s’arrêta devant Faerha, envieux de fondre dessus pour la frapper de ses armes, bien que troublé, la peur grimpait quand il vit l’arme que détendait la Dunmer, celle-ci dépassant l’entêtement du jeune Bréton encapuchonné.

    Et continuant dans les couloirs, bien que les râlements d’Egon se firent entres derrières lui, quatre personnes équipés de plaques noircies se trouvaient devant une porte toujours aussi impressionnante, dans des armures extrêmement lourdes à première vue, les casques de ses guerriers massifs se tournèrent vers Shar et Flamme pour les détaillés, prêts à quitter leurs états d’inactions pour s’attaquer à l’Argonien…

    Puis la terre se mit à trembler…


    _______________

    Le combat dura quelques instants, où tous purent faire leurs propres exploits, bien que ce qui marqua le plus Aelnir fut la camaraderie de Dar’Jara, Eïffy et Faelivir qui fut suffisamment efficace pour limité les dégâts sur ses troupes en abattant leurs adversaires, Ashkran ayant aussi pu abattre de nombreuses fois son marteau, notamment pour achever les blessés aux balafres difformes sur leurs allures. L’ancien lieu festif devint un bain de sang immonde, l’alcool se mêlant aux fluides corporelles des défunts, seul Clendil au final fut légèrement blessé, voyant un peu de sang quitter la plaie qu’il avait reçu au bras quand un nordique trop entreprenant lui avait bondit dessus, il y avait cependant un nouveau bruit inquiétant. La terre tremblait un peu, une secousse remua les troupes légèrement, dans un instant qui ne semblait pas du tout naturel. L’inquiétude grimpa dans la poitrine de l’Altmer, mais il ne put réellement juger de la situation, avant que sa détermination ne prenne le dessus pour aller le découvrir de lui-même, il fonça vers la lourde porte qui menait vers une direction qu’il lui était inconnu, « Tout, tant que j’avance », c’était-il dit, il ne laissera pas le Pacte triompher seul sans que le Domaine n’agisse dans sa mission.

    La porte glissa doucement, et laissa voir un sinistre couloir menant vers l’inconnu. Au même instants, quatre personnages quittèrent les ombres, l’un vint directement abattre sa lame vers le plus faible, Drem’Karjnar qui était restait en retrait vit la lame lui ressortir de la poitrine, avant de s’effondrer au sol dans un râlement rauque, proche de la mort, il gisait au sol parmi les autres victimes de la bataille précédente, en se retournant, Aelnir maudit son inattention, mais aussi la situation, il lâcha un ordre rapide avant de partir en vitesse vers la destination avec Clendil qui le suivait difficilement.


    « Ceux qui le souhaite, occupez-vous d’eux, l’on DOIT avancer ! »

    La cruauté de son ordre lui déplut, il s’en mordit la lèvre, mais il était un Altmer. Le Thalmor l’avait forgé comme étant un meneur à la poigne de fer, et il montrerait que pour le bien de la mission, il serait capable d’entaché l’aura de confiance pour faire de lui ce que l’on voit comme un « salaud sacrifiant ses hommes », mais une pulsion lui fit quitté ce genre de mauvaise impression, et il réagit plus simple : « Non. Ce sont mes troupes, ils reviendront en vie. J’ai confiance. », et il continua sa marche rapide vers la destination inconnue, la conviction et la volonté le portant vers sa tâche.

    Ceux restant en arrière étant confronté à quatre assassins habillés dans des tenues sombres, poussiéreuses, et décharnés, ne laissant voir qu’une partie de leurs visages ayant l’air de tous les goûts : Deux mens, un Khajiit et un Orc. En ligne à côté de la dépouille du compagnon Khajiit lâchement embroché par derrière qui agonisait doucement, Kur’Drom’Gartar s’était rapidement reculé en s’agitant, comme des feulements difficilement contrôlés devant la peur inspiré par les sinistres personnages dressés devant eux.

    Aelnir s’arrêta plus tard, quand se dressant devant lui, quatre grand chevaliers enroulés d’armures lourdes les rendant massifs, protégeant une porte, son regard admirant les guerriers comme si ils auraient pu être des combattants d’un prince Daedrique, il était cependant volontaire pour affronter ses êtres pour réussir sa mission.

    Une nouvelle secousse fit trembler la terre, quelque chose de grave se déroulait…


    _______HRP________

    Côté Pacte : Vous pouvez choisir de lutter contre les adversaires, ou continuer rapidement la route avec Egon (ça vaut aussi pour Snorri, tu peux esquiver le combat ou l’abrégé en éclatant ton adversaire pour continuer ^^) – Pour Shar, la route est bloqué par des adversaires puissants, qu’il faudra affronter – Tu peux commencer à te battre, choisir d’en abattre un ou deux, mais attention – Pas sans sacrifice, ils sont très très fort, et ceux suivant Egon peuvent soutenir Shar à arrivant aux guerriers.

    Côté Domaine : Vous avez le même choix, suivre Aelnir et affronter les guerriers ou alors rester en arrière pour protéger le groupe en affrontant les assassins (et sauver Kur’Drom au passage !)

    Côté Alcoolique : Le campement est calme pour toi, Knut, tu choisis de faire ce qui t’y plait, mais tu ressens les secousses, et tu vois le fort de guette-trouble s’agité !

    N’hésitez pas à faire des descriptions de vos impressions sur le décor, les environs, c’est libre de ce côté pour que vos personnages voient ce qui peut les touchés, leur faire ressentir les sentiments que vous aimeriez qu’ils ressentent.

    Voldigar/Gundrash

    Messages : 93
    Date d'inscription : 08/12/2013
    Age : 27
    Localisation : Québec

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s): Le Poing d'Orsinium
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Voldigar/Gundrash le Ven 17 Jan - 20:36

    RP : Voldigar "Porteguerre" Pacte de Coeurébène. Équipement : Armure d'acier (Complète hormis Cache oeil cuir) + fourrure sous l'armure. Marteau (2 mains), Épée (1main), Bouclier accroché dans le dos.

    Attrapant son marteau à deux mains, prenant une forte inspiration avant de lever l'arme et de l'abattre dans un geste rapide et puissant, faisant tomber la porte en bois de ses gonds.

    Profitant de l'effet de surprise, Voldigar attrape un des bandits et le lance dans le tas de combattant, attrapant un autre de la main gauche, tenant le haut du manche de l'arme dans l'autre main pour lui fracasser la machoire avec.

    Rejoint par les Soldats du Pacte le combat s'engagent. Ruant coup et esquivant, bloquant rarement, peu de place pour des grands moulinets de marteau avec tout les autres combattants du Pacte autour de lui. Il saisit son marteau de la main gauche pour faire dévier les coups de ses adversaires, dégainant son épée de sa main droite pour riposté.

    Il observe un instant ce qui se passe avant de poursuivre le combat.

    Il pousse un haut et fort : PORTEGUERRE EST ICI ! ET IL VOUS ENVERRA À SOVNGARDE !!!


    HRP : J'attend que l'action se poursuit. J'ajouterai autre chose si nécessaire.
    avatar
    Shargorroth

    Messages : 38
    Date d'inscription : 11/06/2013
    Localisation : Dans le bide d'Akatosh

    Feuille de personnage
    Race: Argonien
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Shargorroth le Ven 17 Jan - 22:11



    ____Shar____

    Shar et flamme s'arrêtèrent devant les quatre statues, les observant, ignorant si c'était une roche, ou de l'ébonite, les statues étaient parées d'armures anciennes et ornementés. Si ces ancestraux guerriers avaient été un jour de grands héros, ils n'étaient aujourd'hui plus, le lézard dit alors, plus fort qu'il ne l'aurait pensé puisque la phrase résonna dans les halls obscurs:

    "épée dans la vie, bouclier dans la mort

    Flamme observa les guerriers... L'argonien, l'observait, il savait ce qu'elle voulait, mais ceux là n'étaient pas de simples mens ou mers... ce n'était que de la pierre ou du métal... Flamme mettrait trop de temps... il fallait les vaincre et avancer... avancer pour ne pas être rattrapé, ainsi donc le reptile enfonça sa hallebarde aussi fort qu'il put dans le crâne du premier guerrier avant de se servir de l'épée invoquée un peu avant. Comme il l'avait pensé la première statue ne bougeait plus... pauvre gardien qui n'avait pu exécuté sa tache... et le combat contre les trois commençant tandis que flamme, bien caché derrière un pilier tentait d'aider Shar. Une fois le combat fini Shar continuerait sa route sans même se soucier de ceux qui auraient pu arriver entre temps... et une forme sombre s'engouffrerait rapidement avant que la porte qu'il aurait traversé ne se refermer en un claquement


    __Ash__

    Une fois le combat fini Ash ressortit son marteau du crâne dans lequel il était enfoncé, il fut un peu déstabilisé par le tremblement de terre et observa Aelnir... était-ce un piège ancien déclenché par l'ouverture de la porte... et si ils finissaient tous emmurés là-dessous. Ash ne voulait pas de cette fin... il la rejeta de son esprit, il mourrait vieux, dans un lit, après avoir assis le dominion sur le trône rubis... Il remarqua seulement à cet instant que le commandant avait disparu par la porte et qu'un de ses frères khajits était étendu au sol...

    Il saisit son marteau et s'avança vers les quatre hommes, il tourna légèrement la tête pour voir ses compagnons, le temps de leur dire:

    "Que l'un d'entre vous reste ici... les autres rejoignez le commandant

    Ash bondit alors sur la créature lâche qui avait tué un guerrier dans le dos, et il fit rapidement rejoindre ses ancêtres avant de se tourner vers ses camarades...


    Une fois le combat fini, il suivrait sans doute la piste de son commandant






    _________________
    avatar
    Faelivir

    Messages : 51
    Date d'inscription : 01/12/2013

    Feuille de personnage
    Race: Haut elfe
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Faelivir le Sam 1 Fév - 15:47

    Faelivir rendit son repas.
    Il savait qu'un jour, il verrait des cadavres, et même qu'il serait responsable de la mort d'ennemis, bandits, nécromanciens, Nordiques, ou autres... mais ça restait quelque chose de voir ce carnage, où se mêlaient des odeurs de sang, de chair brûlée, d'alcool de piètre qualité...
    C'était surtout cette flèche qui fit gicler la cervelle du Nordique qui avait contribué à sa "perte de contrôle de l'estomac".
    Il n'eut pas à rattraper ses camardes, ce qui l'apaisa quelque peu. Il ne se sentait ainsi pas un maillon faible, mais un élément de cette expédition vers l'inconnu.

    Et vint l'embuscade.
    Quatre assassins venaient de sortir des ombres, et de poignarder ce malheureux Khajiit. Ils ne pouvaient le laisser là, mais Aelnir leur lançait un ordre qui lui semblait incohérent, et le plongea dans le doute.
    « Ceux qui le souhaite, occupez-vous d’eux, l’on DOIT avancer ! »

    Il fallait avancer... C'était là toute la priorité de l'objectif, et Aelnir était leur supérieur. Il ne devait pas désobéir, il n'y avait pas le droit. Le souhait est secondaire, les ordres en premier.

    Et l'autre Khajiit au marteau de guerre semblait effectivement approuver ces propos. Il fallait se diviser. Que quelqu'un soit seul, fasse face contre ces assassins.
    Qui ? Aelnir était parti, et il voyait mal ses autres camarades s'en sortir à quatre contre un, non faute de techniques et d'habileté, mais car leurs armures n'était pas qualifiées comme lourdes, et qu'il ne se voyait pas laisser la tâche à cet autre Khajiit.

    Il forma des flammes au-dessus de ses mains.


    Je vais m'en charger. Emmenez si vous le pouvez notre ami, je ne pourrais rien pour lui...

    Il sentit sa propre amertume dans sa voix. Il ne connaissait pas la magie de guérison, et il ne pourrait pas l'apprendre avant des mois voire des années, s'il souhaitait apprendre à lancer correctement des sorts de destruction.

    Son idée était simple. Une fois que ses alliés seraient à distance respectable, il créerait un flash suffisamment puissant pour éblouir une seconde ces vauriens, après quoi ses flammes les brûleraient.
    La seule inquiétude de l'Altmer était qu'ils le laissent en plan. Il n'aurait pas leur rapidité, et ne pourrait plus les toucher sans magie au bout d'une certaine distance.


    Contenu sponsorisé

    Re: Conflit du Fort de Guette-Trouble.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 13:22