The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Llewelyn Redviper

    Partagez
    avatar
    Llewelyn Redviper

    Messages : 9
    Date d'inscription : 27/12/2013
    Localisation : Nice

    Feuille de personnage
    Race: Nordique
    Guilde(s): Aucune
    Alliance:

    Llewelyn Redviper

    Message par Llewelyn Redviper le Dim 29 Déc - 22:56



    Plusieurs bruits de botte enneigé se font entendre dans la caserne de Blancherive, une porte claque et la lumière du jour laisse place à celle des torches et à la froideur de ce bâtiment en pierre. Un homme, les mains attachées par d'épaisse ficelle laisse apparaître en premier sa silhouette, suivi par deux gardes. L'un des deux porte une épée dans la main, sûrement celle du prisonnier, l'autre tient ce dernier fermement par le bras. Les autres gardes en poste dans la caserne observe attentivement l'homme puis l'un deux casse le silence : -Hé ! Qu'est-ce-qu'il à fais cuilà ? -Il a volé de la viande et des provisions sur les étagères d'une des marchandes sur la place du village. -C'est tout ?! - C'est tout.. Mais vu qu'aujourd'hui c'est calme, ce gentil monsieur va passer la nuit avec nous, histoire d'avoir un autre nom dans les registres. Tout en disant ceci, le garde tire une chaise et fait signe à l'homme de s'asseoir. -Bon écoutez bien, j'vais vous poser quelques questions et si vous coopèrez, vu ce que vous avez fait, vous ne resterez que deux-trois jours en cellule et on vous relâchera. Je sais que vous n'êtes pas un voleur, je vous ai déjà apperçus dans le coin, alors pas d'inquiètude. Le prisonnier fais un geste de la tête en guise d'acquiescement et regarde l'interrogateur droit dans les yeux. -Bon, donnez moi votre nom, votre prénom, votre taille, votre âge et votre métier même si je pense que vous n'en avez pas, vu votre acte. -Redviper Llewelyn, un mètre quate-vingt, vint ans, forgeron jusqu'à cet hiver, puis plus rien.  -Très bien. D'où venez vous ? - Faillaise, mon père a une petite maison dans les bois à côté de la ville. C'est un ancien forgeron, maintenant il pêche, sa vieille carcasse n'a même plus la force de tenir un marteau. -Et votre mère ? -Dans le jardin à côté des fleurs, sous la terre. Le garde regarde ailleur, comme si il regrettait d'avoir posé cette question. -Désolé. -Elle ne m'a jamais vraiment élevé, elle passer son temps à voyager et à étudié les anciens livres, et depuis qu'elle est morte je n'ai jamais su si je l'a regretter vraiment ou non. -C'est donc votre père qui vous a élevé ? Tout les gardes observe Llewelyn d'un oeil attentif. -C'est pour les registres tout sa ? -Non, mais continuez donc. -Elever, oui on peut dire sa, il m'a appris le métier de forgeron et quand mon apprentisage fût fini, il m'envoya travailler dans différentes villes. J'ai du forger plus de lames que toutes celles qu'il y a dans votre caserne. Sa dois faire 6 hivers que je ne l'ai plus vu, il m'envoie parfois des lettres pour me donner des nouvelles mais la dernière date de 4 mois. Les garde n'ont plus d'yeux que pour Llewelyn, il n'y a plus de bruit dans la caserne, seul la voix du prisonnier et du feu dans l'âtre se font encore entendre. -Vous avez dis avoir arrêté le metier de forgeron l'hiver dernier, pourquoi ? -Sa va un peu loin comme interrogatoire pour un simple vol de nourriture, vous ne trouvez pas ? L'interrogateur ne répond pas, Llewelyn observe les autres gardes et apperçois que tout les regards sont tournés vers lui, il continue donc dans sa lancée : -.. Je travaillais chez un forgeron, Kunthar, de RorikBourg un petit village à l'ouest. Cela faisais 2 hivers que j'y forgé, mais un matin comme un autre un cri resonna dans tout le village. Kunthar était allongé sur son lit, un poignard dans le ventre et du sang coulé sur le plancher. Dès lors tous m'accusèrent du meurtre. Je n'mentendais pas avec les gens ce village, ni avec les gardes qui m'envoyaient souvent au trou dû à mes multiples beuveries le soir. Enfin bref, les accusations venant à mes oreilles, je partit le plus vite possible de RorikBourg fuyant pendant quelques semaines les gardes jusqu'à ce que l'affaire s'étouffe et depuis je rempli n'importe quelle contrats, pour n'importe qui. Du coup, vous vous doutez que si je vous dis sa c'est que je n'y suis pour rien.. Hein ? Une fois sa phrase fini, Llewelyn sent encore plus de regards posés sur lui puis un, deux, puis trois gardes se lève et on entend un bruit de cuir, comme lorsque l'on pose sa main sur un fourreau et qu'on le serre fermemant. Le garde qui l'interrogait n'a plus son regard amical mais fais mine de continuer son interrogatoire tout en faisant un discret geste de la main, adressé aux gardes se tenant derrière Llewelyn : - Ah, oui ce fameux meurtre, vous disiez que.. Avant qu'il ne puisse terminer sa phrase, le prisonnier pousse la table qui le sépare de l'interrogateur vers ce dernier qui s'écroule au sol, tire du fourreau d'un garde une épée et la lui passe sous le cou. -Vous bougez et je le tue. -Comme quand tu as assassiné ce pauvre Kunthar ?! -Foutaise ! Kunthar était un ami, peut-être même le seul que j'avais. Tout en parlant, Llewelyn recule doucement vers la sortie, toujours en tenant le garde en otage, il ouvre la porte de la caserne et d'un coup de pied le projette vers les autres qui n'attendent que le moment où ils pourront dégainer. Le garde tombe au sol, les autres le relèvent et partent en courrant vers la sortie, Llewelyn s'est échappé.
    ---------------------------------------------------------------------------------
    Quelques jours plus tard, dans la fôret près de Faillaise, Llewelyn marche en direction d'une cabane où une fumée noire s'échappe de la cheminée. En marchant, il imagine son père faisant cuire les poissons qu'il aurrait attrapé lors de sa pêche et le bon repas qui l'attendait. Llewelyn arrive devant la porte pose son sac et toque trois fois sur cette dernière qui aussitôt s'entrouve, laissant appaître un visage argonien. -Bonjour.. Euh.. Excusez moi mais je ne m'attendais pas à voir quelqu'un d'autre que mon père chez lui.. L'argonien l'observe puis ouvre entièrement la porte et lui répond : -Vous devez être Llewelyn, entrez, je vais vous servir une boisson chaude. Sur ces mots, le nordique interloqué entre sans un mot et l'argonien ferme la porte derrière lui. -Déposez vos affaires et asseyez vous, j'ai plusieurs choses à vous conter. Un feu et une douce odeur de plantes donne une atmosphère reposante à la bâtisse, Llewelyn s'assoie et ne dis rien. -Par où commencer.. Votre père est décédé le mois dernier de vieillesse.. et personne n'est venu à son enterrement. Je vous ai envoyé une lettre à RorikBourg mais vous n'avez pas dû la recevoir. - Oui je.. J'ai dû quitter le village. -Je vois. Avant sa mort il m'a demandé de vous donner cette lettre si jamais vous reveniez par ici et aussi de vous donner ceci. L'argonien se lève, attrape une clé en acier sur une étagère et se dirige vers un coffre d'un aspect ancien, le bruit de la serrure le confirme. Le coffre ouvert, il sort un long objet emballé dans du tissus et le dépose sur la table devant Llewelyn. -C'est ce qu'il m'a demandé de vous donner, ouvrez le. Le nordique se lève et attrape lentement l'objet, enlève le tissu qui le recouvre et laisse apparaître une épée en acier avec un pommeau ornée de différentes écritures. -Je ne sais quoi dire.. -Je comprend. L'épée est à vous, et n'oubliez pas la lettre. -Mais qui êtes vous ? -Un ami de votre père, le seul je pense, je lui ai promis de vous remmetre ces objets et ceci est fait. Vous pouvez rester un moment ici si vous voulez, après tout, c'était aussi votre foyer. -Non.. non je vais partir.. je.. j'ai des choses à faire.. -Très bien. Vous serez toujours le bienvenue ici, Llewelyn, ne l'oubliez pas. -Merci pour la boisson et l'acceuil, merci.. Sur ces mots, le nordique s'empare de sa besace, range l'épée dans un fourreau qu'il accroche à sa ceinture, attrape la lettre de son père et s'en va de la maison, avec pour aurevoir un signe de tête à l'argonien.

    Dans la lettre, Llewelyn découvrit les circonstances de la mort de sa mère ainsi que le regret de son père de ne pas l'avoir élevé comme il aurait dû. Il y apprit aussi que la lame était un présent pour se pardonner, elle fût forgée pendant plusieurs années dans divers matériaux et représente la famille, qui aujourd'hui ne compte plus que pour seul membre Llewelyn.

    7 ans plus tard, à 27 ans, Llewelyn se retrouve au millieu de la guerre pour le trône  qui fais rage, et continue de remplir des contrats de mercenaires dans les 4 coins de tamriel et de bordeciel, toujours en compagnie de sa lame..

    [HRP] Bon, voilà le bg tout neuf de mon perso, sa fais un moment que j'ai plus créer d'histoire, j'ai essayé d'éviter le bg de l'enfant orphelin qui veux venger/retrouver ses parents donc voilà, j'espère que sa vous plaira !  Smile

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 22:46