The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Pladoyer funeste

    Partagez
    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Pladoyer funeste

    Message par Demnvath Uvaris le Jeu 16 Jan - 20:33

    Sadrith Mora, Palais du Conseil de la Baie de Zafirbel, fin 2E 581
    Naril Vamaron mangeait rapidement son coutil sur un pain de riz. La faible lueur émise par une chandelle dans ses quartiers lui permettait de lire en même temps des notes. Posés sur la table, des livres de droit, quelques drakes et deux gemmes spirituelles ordinaires. L'atmosphère qui régnait dans la pièce était pesante. Vêtu d'une large robe ocre et pourpre, le mage telvanni s'apprêtait à sortir de la pièce quand son attention fut retenue par un autre dunmer, devant la porte:

    «-Vous êtes en retard Naril, dépêchez-vous un peu.
    -Veron, que faites vous là à me dire ce que je sais déjà au lieu d'être là où vous voudriez que je sois?»

    L'autre ne dit rien, et se contenta de sourire. Naril referma la lourde porte en bois de sa chambre et les deux mages se mirent à marcher à grands pas dans les couloirs obscurs des souterrains du Palais. Leurs robes colorées bruissaient lourdement et balayaient le sol dont l'odeur caractéristique de champignon envahissait la structure. Les quartiers de résidences ne se trouvaient pas dans les étages le plus bas et ils ne tardèrent pas à sentir le vent qui s'engouffrait par la porte grande ouverte du bâtiment tandis qu'ils gravissaient les rampes d'accès.

    Quelques gardes se trouvaient là, dans l'entrée, et surveillaient nonchalamment l'étroite racine qui servait de pont d'accès au Palais du Conseil.

    «-Bonne chance Naril, je serais plus haut.
    -Vous n'êtes pas convié?
    -Non, on n'a pas jugé bon de me convoquer.»

    Naril semblait inquiet. Si le conseil n'avait pas demandé la présence du greffier du palais Veron Romaran, ce la ne pouvait vouloir dire que deux choses : l'affaire était bénigne et on l'avait fait venir pour rien, ou bien c'était si grave que l'on ne préférait pas que cela soit enregistré, et Naril Vamaron ne pouvait s'empêcher d'avoir un mauvais présentiment.

    «Nous verrons bien.» finit-il par lâcher en soupirant.

    Il entra dans la salle du Conseil d'une allure fière. Il savait qu'il ne fallait jamais montrer un seul signe de faiblesse dans des moments pareils, et surtout face à de telles personnes. Tout était beaucoup plus lumineux que dans les rhizomes du palais ici. L'immense sphère bleutée qui constituait la pièce était mise en lumière par des dizaines de sphères lumineuses, et les branches qui la soutenait s'entremêlaient élégamment jusqu'au sommet où l'on devinait des couloirs pour les éventuels spectateurs.

    «Serjo Uvaris Naril Vamaron, héraut du Maître Telvanni Demnvath Uvaris, Seigneur-Mage de Tel Uvaris, pour le Conseil de la Baie de Zafirbel» scanda l'huissier qui se tenait discrètement près de la porte avant de sortir et de la refermer derrière lui.

    «Vous êtes en retard héraut. Bref, commençons, nous n'avons pas la journée.»

    Naril lança un sort de lévitation et se plaça sur un plateau, au centre de la pièce. Contre les parois de la salle, tout autour, sur des plateaux similaires, se tenaient les hérauts des Seigneur-Mages qui formaient le Haut Conseil de la Baie de Zafirbel. C'était un conseil régional, mais le statut de leurs maîtres, Grands Mages de la maison Telvanni, leur donnait une importance plus qu'impossible à remettre en cause. Naril se surprit à penser qu'il aurait mieux fait de se mettre au service d'un de ceux là, il aurait pu avoir accès à cette position de force, plutôt que de se retrouver au centre, sous les regards inquisiteurs de ses pairs, et pourtant bien supérieurs.

    « -Vous savez pourquoi vous êtes là je suppose" lança un des dunmers, "cette affaire ne peut pas vraiment être traitée à la légère !
    -Tel Uvaris doit se justifier pour ses actes !"
    cria un autre "nous ne pouvons tolérer de telles libertés avec nos lois. »

    Le héraut de Demnvath Uvaris pris son mal en patience et entreprit d'écouter des phrases dans le genre pendant quelques minutes. C'était clair désormais, il allait devoir défendre son maître dans ce qui s'apparentait à un procès expéditif. L'issue de cette séance ne lui présageait rien de bon. D'habitude, il faisait tout pour représenter au mieux son maître. Mais un dilemme se présentait à lui. Tenir ses engagements et honorer son nom en défendant le point de vue de Demnvath Uvaris, au risque que sa famille perde tout crédit dans la société telvanni, ou bien se déshonorer, ne pas suivre la voie de son maître, suivre les règles de la maison telvanni, mais déshonorer sa maison en trahissant son maître. Alors que les héraut des Grands Mages continuait d'énoncer des faits, il réalisait que quel que soit le choix qu'il faisait, il était fichu.
     

    « Telvanni Demnvath Uvaris, votre suzerain, et que vous représentez ici, a délibérément désobéi aux consignes du présent conseil. Nous ne prenions pas aux sérieux ses revendications il y a quelques années, lorsqu'il nous parlait de ses esclaves, mais il nous a désormais habitué à la plus grande prudence lorsque nous devons mener une affaire le concernant »

    Naril n'était pas encore au service de la maison Uvaris à cette époque, mais il savait qu'alors Demnvath Uvaris était le héraut de Telvanni Rilam Uvaris, son père, et qu'il avait défendu avec brio une décision complètement folle de son maître, à savoir l'affranchissement de dizaines d'esclaves argoniens. Mais ce qu'allait devoir défendre le dunmer, bien que dans le même thème, dépassait l'entendement, même pour lui. Il se décida à prendre la parole, profitant d'un moment de répit:

    "-La maison Uvaris a toujours suivi les règles de la Grande Maison Telvanni. Les Seigneurs-Mages de Tel Uvaris dirigent depuis de nombreux siècles avec droiture et fermeté, défendant la place forte au nom de la Grande Maison Telvanni. Mais les événements récents dans la politique de Morrowind ne peuvent pas passer inaperçus, même pour nous autre et...

    -Nous n'avons pas rejoint se stupide pacte!»
    cria l'un de ses interlocuteurs, avant de reprendre plus calmement,«Nous devons peut-être obéir aux Trois, gloire à leur Nom, mais cette décision a été prise à l'inverse de notre avis !

    -Nous n'allons pas débattre de cela ici, et ce n'est pas notre rôle »
    dit calmement l'un des hérauts, resté silencieux jusqu'à présent.

    « -Je suis parfaitement conscient de cela »répondit Naril,« et ce n'est effectivement pas le sujet. »

    L'intervention du dernier héraut l'avait un peu rassuré. Il s'agissait du héraut de l'Archimage pour la Baie de Zafirbel. Bien que ce dernier ne partage pas vraiment l'avis de la maison Uvaris, il avait le mérite de réfléchir calmement aux problèmes. Il fut tiré de cette réflexion par les vociférations qui s'élevaient alors des plate-formes sur lesquelles étaient posés tous les mages: 

    "-Il a permit a un argonien d'entrer dans notre Maison » s'exclama l'un d'eux, c'est inimaginable ! Intolérable !"

    Un silence se fit alors. Naril était conscient que ce fait peu honorable, il devait le défendre. Il avait atteint le point de non retour. Il devait désormais défendre à tout prix son maître, sacrifiant au passage l'honneur de sa famille. Malgré l'ambition qu'il nourrissait pour cette dernière, de la hisser au rang de maison, il allait se condamner à ne plus pouvoir oser mettre les pieds dans le Palais du Conseil. Mais c'était ça ou bien discréditer la maison Uvaris, son maître, et perdre son honneur de héraut.

    Il s'engagea alors dans un long plaidoyer...

    .
    ..

    On retrouva les restes de Naril le lendemain. Il s'était donné la mort en s'immolant par le feu, dans ses quartiers. On retrouva près de lui une lettre adressée à Demnvath Uvaris.

    "Maître,

    La maison Uvaris est sauve. Mes arguments ont été entendus, et votre décision, bien que n'ayant pas été approuvée, ne relève plus d'un crime. Tel Uvaris conserve son titre de place forte, et vous, votre rang de Seigneur-Mage. Cependant, ce ne fut pas une victoire facile, et les liens qui vous lient à la Grande Maison Telvanni sont désormais ténus. Je n'ai eu d'autre choix que d'invoquer l'ancienneté de la maison, et votre éternelle fidélité. Le Conseil pour la Baie de Zafirbel se range aux côtés du Conseil de Port Telvanni, et votre attachement à ne pas rejoindre le Pacte de Coeurébène vous sauve pour cette fois. Les choses changeront peut-être un jour, mais je ne serais plus là pour les voir.
    Attendez vous cependant à recevoir des attaques personnelles de la part de vos pairs. Ce qui est arrivé à votre père il y a quelque années ne doit pas échapper à votre mémoire. Il ne faudrait pas que cela vous arrive également.

    Si j'avais des dernières volontés à formuler, ce serait d'avoir un place dans le tombeau de Tel Uvaris. Jamais ma famille ne voudra de mon corps.

    Naril Vamaron"


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 22:42