The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Partagez
    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Dim 19 Jan - 0:41

    Malyisk Uvaris

    .
    ..

    Chapitre Un
    Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Tel Uvaris, le 19 de primétoile en 2E 582.

    L'on entendait que le sifflement de la cornue et le bruissement léger de quelque page d'un tome dans la pièce ou seul poignait un rai de lumière provenant d'une petite sphère magique. L'atmosphère était lourde et les vapeurs qui émanaient du matériel d'alchimie compliqué monté dans un coin emplissaient l'air d'une senteur discrète. Debout devant un pupitre de bois supportant un ouvrage relié de cuir, Demnvath Uvaris méditait. Les yeux fixés sur un point du plafond irrégulier, il faisait tourner les pages du livre par magie, et semblait s'imprégner de son savoir. La lueur magique ne vascillait pas, et de la scène mystique se dégageait une impression à la fois solennelle et effrayante.

    Refermant le livre soigneusement, le mage s'approcha de la cornue dont le sifflement s'atténuait imperceptiblement. Il ouvrit un petit coffre d'ébonite duquel il sortit une poignée de sels de feu, qu'il lança vigoureusement dans le creuset devant lui, créant une soudaine détonation et un épais panache de fumée rougeâtre. La préparation de potion n'était pas affaire à prendre à la légère, surtout lorsqu'il s'agissait de recherche fondamentale, et Demnvath le savait. S'écartant du matériel bullant et sifflant, il s'approcha d'une large ouverture au sol, qui semblait se refléter en une toute aussi large ouverture au plafond. Le seigneur Uvaris fit un geste précis de la main, et les pans de sa robe se mirent à onduler élégament alors qu'il s'élevait dans l'air pour se placer au dessus du puits. Il descendit, passant devant d'autres étages.

    Le premier contenait des tables et des chaises, faites de bois et scultée de motifs insectoïdes et de runes daedriques. Un esclave khajiit balayait le fond de la pièce et salua respectueusement le mage qui descendait en lévitant. L'étage suivant quelques mètres plus bas, semblait fermé par deux larges portes d'un bois vernis et presque violet. Seuls un petit rebord permettait de s'arrêter pour les ouvrir. Alors que la descente continuait, il passa devant un étage dédié semble-t-il aux dortoirs de quelque vassaux de passages, un autre était garni de larges coffres et étagères, sur lesquels étaient rangés des objets de toutes tailles.

    Demnvath se posa sur le sol fongique d'un balcon donnant sur une salle intérieure du rez-de chaussée. Des dunmers étaient là, et discutaient dans des robes simples. Il portaient tous de petites gibernes contenant sans doute quelques ustensiles, flacons ou ingrédients. Lorsque l'un d'eux aperçu le maître des lieux, en hauteur, tous se turent et le saluèrent courtoisement, avant de reprendre leurs discussions.
    Les salles inférieures étaient toujours animées de quelques mages venant discuter de leurs dernières théories, à l'abri des épaisses parois de la tour vivante. Demnvath aimait les voir ainsi, et se réjouissait du fait que malgré les dissensions récentes avec le conseil, ses protégés continuaient fièrement à échanger aus sein de Tel Uvaris.

    Le seigneur Uvaris marchait désormais au travers d'un couloir bordé de tentures aux motifs variés, parfois arborant des scarabés, ou bien des figures complexes et merveilleuses. Le corridor se terminait sur le mur d'une grande salle. deux escaliers, l'un à droite et l'autre à gauche, permettait d'y descendre. Sur des tables de pierre étaient posées des gemmes spirituelles, certaines chargées, d'autres vides. Les couleurs variées des pierres mystiques donnait à la pièce une allure de salle au trésor. Cependant, quelques toiles d'araignées s'étaient installées ça et là, et malgré le fait que tout était éclairé à l'aide de quelques sphères lumineuses, l'endroit ne semblait pas fréquenté.

    Le deuxième accès à cette salle était un énorme portail de pierre, rond, et dans lequel étaient taillées des scènes de combat contre divers ennemis, parmis lesquels ont reconnaissait les démons nédiques, des drémoras ou des hommes-serpents d'akavir, affrontant des mages dunmers lançant des sorts. Ils étaient menés dans chaque cartouche par un sorcier vêtu d'une armure, menaçant l'ennemi toujours changeant d'une épée dont l'artiste tailleur avait réussi à reproduire l'enchantement, malgré la taille des gravures. Demnvath pensa qu'un jour, il serait lui aussi représenté sur la porte du tombeau, mais menant des troupes reptiliennes au combat, ce qui lui arracha un rire nerveux. Il passa sa main sur les larges runes daedriques gravées en cercle au centre de la porte monumentale. Le nom des Uvaris avait été bien terni ces derniers temps.

    De sa main droite il lança une impulsion lourde qui fit pivoter la grande porte sur elle même, séparant en deux l'entrée d'un escalier obscur, et exposant sur sa large tranche des inscriptions étranges. Demnvath entra alors dans le tombeau.


    Dernière édition par Demnvath Uvaris le Mar 25 Fév - 7:25, édité 3 fois

    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Lun 20 Jan - 0:20

    Depuis le bas de l'escalier de pierre, on distinguait la silhouette de Demnvath Uvaris qui se découpait dans la lumière qui disparaissait à mesure que la porte se refermait. Le mage, guidé dans l'obscurité par la lueur d'une torche dont le crépitement indiquait la fin de vie, descendait les marches calmement, une par une. La narthex du tombeau comportait trois portes de bois, basses, fermées à clefs. Deux autels de pierre étaient placés contre les murs, à droite et à gauche, et accueillaient quelques plantes.

    Demnvath s'approcha de la porte du centre, faisant face à l'escalier, et ouvrit la serrure à l'aide d'un sort de l'école d'altération. Il la poussa, ce qui fit tomber quelques poussières. Il dut même forcer un peu afin qu'elle s'ouvre entièrement. Un couloir obscur s'étendait vers la droite, et le mage eu encore une fois recours à la magie afin de s'éclairer, et créa une petite sphère lumineuse qu'il fit virevolter autour de lui. Il se dit alors qu'il ne devrait pas abuser de son pouvoir, il ne se rechargeait qu'au prix de longues séances de torture...

    Alors qu'il s'avançait, la lumière fantomatique créée par magie donnait à l'endroit un aspect lugubre, aspect renforcé par l'ombre mouvante du mage sur les parois étroites du couloir. Le plafond n'était pas très haut, et quelques toiles d'araignées pendaient ça et là. Après une ou deux minutes de progression dans ce tunnel oppressant, Demnvath arriva dans une salle ronde.

    Le sommet de Tel Uvaris. Du moins, le sommet de ce que Tel Uvaris était du temps de Resdayn, c'est à dire une tour vélothi, à large base ronde. Dans cette large pièce dont on devinait que le plafond était en réalité le toit de l'antique tour, quelques meubles épars, couverts de poussière. Demnvath sortit un briquet et entreprit d'allumer une torche posée sur le sol. La lueur orangée réchauffa l'atmosphère, et l'on pouvait voir de petits insectes fuir cette chaleur inconnue. Le Seigneur-mage fit le tour dans la grande pièce arrondie et alluma des torches sur son passage à l'aide des flammes que produisait la sienne. Bientôt, on vit clair.

    Le large bureau de bois placé au centre de la salle était entouré de caisses contenant divers outils de fer ou d'acier. Sur le meuble, des plans dont le papier s'effritait, des gemmes spirituelles, et des plumes. Un tome trônait au milieu de la table. Demnvath l'ouvrit avec précaution pour découvrir l'écriture de son père. Cela faisait des années qu'il n'était plus descendu ici, et redécouvrir l'entrée du site de fouille de Telvanni Rilam Uvaris l'emplissait d'excitation, mêlée à une note de nostalgie. Des effondrements avaient obstrués beaucoup d'accès, et, à partir du toit, Rilam n'avait jamais pu accéder aux salles principales, enfouies dans la roche dure de Morrowind.

    Demnvath s'était toujours demandé pourquoi le tombeau avait été construit au dessus de cette ruine enfouie. Y avait-il un tombeau plus ancien, dans les profondeurs insondées de la maison de ses ancêtres? Il s'aventura à descendre l'une des rampes d'accès. Elles menaient sous la salle, ou une autre salle, plus large, mais moins haute, accueillait elle aussi des torches, que le mage alluma. Au centre de cette nouvelle pièce trônait un antique cercle d'invocation, sur lequel étaient encore éparpillés des ossements. Une unique porte permettait d'accéder au reste de la tour, mais c'était là un inextricable labyrinthe dont l'exploration aurait pris plus de temps qu'il n'en avait à Demnvath. Tout cela pour tomber sur des culs-de-sac se disait Demnvath. Sans les plans de fouilles intacts de son aïeul, il n'irait pas loin.

    Au milieu du cercle d'invocation, sa torche posée au sol, Demnvath lévitait légèrement, les bras tendus vers le bas, formant un angle élégant, et ses yeux fermés semblaient fixer le plafond à travers ses paupières, comme s'il voulait percevoir l'édifice. il resta ainsi pendant de longues minutes, à la lueur vacillante des flammes légères qui lêchaient les murs des ombres qu'elles créaient.

    Puis il vint. Sortant d'à travers la porte qui faisait face au cercle. Ses yeux vides fixaient droits devant, alors qu'il approchait son corps fantomatique du mage. Une sensation glacée envahit Demnvath, qui su à ce moment là qu'il pouvait cesser sa prière. Il baissa ses yeux sur le spectre, et se posa doucement sur le sol. Ce n'est qu'après avoir cérémonieusement salué la créature qu'il s'y adressa en ces termes :

    "Bonjour père"

    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Mar 21 Jan - 22:39

    L'ombre disait pas un mot. Pourtant il l'eut pu. Le fantôme ancestral de Rilam Uvaris se contentait de se tenir droit face à sa descendance. Il flottait dans les airs, immobile et effroyable. Demnvath savait qu'il ne fallait pas faire appel à un fantôme ancestral à la légère. Ces esprits d'ancêtres liés au tombeau étaient des gardiens tenaces et implacables. Rilam avait désormais l'apparence brumeuse et transparente qui faisait la caractéristique de ces spectres. Il s'adressa d'une voix grave à Demnvath :
    « -Que me veux-tu ?
    -Père, je savais que vous étiez là. Pourquoi ne gardez vous pas le tombeau ancestral ? Que faites vous dans cette ruine ? »


    Le fantôme ne bougeait pas. Rien ne pouvait laisser transparaître une quelconque émotion. Demnvath n'aurait su dire si sa question avait dérangé l'ancêtre, ou même suscité la moindre envie de réponse. Les yeux vides de Rilam fixaient toujours au travers de son fils.

    « -Qu'avez-vous trouvé dans ces ruines ? Vous pouvez sans doute traverser les parois solides désormais. »


    Devant le manque de réponse de feu son père, Demnvath commençait à perdre patience. Les fantômes ancestraux n'étaient pas liés pour leur bien propre. Ils étaient au service de la maison, et malgré qu'on leur devait le respect, il se devaient de rester dans le tombeau. Or celui ci ne protégeait pas le tombeau, mais une ruine située en dessous. Le Seigneur-mage se doutait bien qu'il devait y avoir un tombeau plus ancien, mais son père n'avait pas été lié pour garder celui ci. Il commençait à se demander si les prêtres de Necrom n'avaient pas fait une erreur dans le sort de lien.

    « Père ! Répondez ! »

    Le fantôme ancestral prit enfin la parole. Sa voix était à la fois grave et sourde, mais aussi lancinante et forte. Sa bouche ne bougeait pas, mais il articula ces quelques mots :

    « Yoo-vehseh »


    Demnvath frémit. Il n'était pas courant d'entendre de telles paroles. Il s'agissait d'un néonymique daedrique. En tant que pratiquant de l'art de la conjuration, il savait leur pouvoir et leur utilité. Mais pourquoi son père avait-il prononcé le nom d'un daedroth inconnu ? Avant même qu'il ne pu lui demander, l'ombre de Rilam Uvaris s'évanouit, comme dissoute dans l'air froid de la salle. Demnvath restait là, comme pris de paralysie. Yoo-vehseh. Ce néonymique était à l'évidence construit sur trois runes ; Yoodt Vehk Seht. Et ce n'était pas sans rappeler son propre nom au mage. Il se garda de prononcer ce mot, ne sachant le résultat que cela pourrait donner.

    Un vent parcouru la salle, faisant trembler les flammes des torches. Sans même prendre le temps de les éteindre Demnvath remonta à l'étage supérieur, et reprit l'obscur couloir qui menait au narthex. Il allait à grands pas, et son visage était barré à la fois d'inquiétude et de curiosité. Il écrasa plusieurs araignées qui n'avait pas eu le temps de s'écarter de son chemin, alors qu'il avançait dans le noir. Il retrouva la porte de bois qu'il ouvrit d'un coup sec. Il souffla un temps. Qu'est-ce que ce fantôme avait bien pu vouloir transmettre ? Etait-ce un délire de ce mort, ou bien cela devait-il être pris au sérieux. Il se retourna et lança un sort de vérouillage sur la porte. Tandis que ses doigts articulaient les flux de magie, il tourna la tête vers la porte de gauche. C'était l'entrée du tombeau. Les urnes funéraires de ses aïeuls y étaient entreposées, et il se demanda s'il devait demander conseil à quelques un de ses ancêtres. Il n'y était entré qu'une fois, alors qu'il était enfant, et une autre fois pour déposer les cendres de son père, sur un autel, quelques années auparavant.

    Il s'approcha doucement de la porte. Au travers, on pouvait entendre le chuchotement sinistre et presque conscient des ancêtres. Débattaient-ils ? N'était-ce qu'une impression ? Demnvath passa sa main contre le bois de la porte. Qu'avait-il d'autre à faire de toute manière...


    Dernière édition par Demnvath Uvaris le Lun 27 Jan - 8:37, édité 1 fois

    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Ven 24 Jan - 2:47

    Demnvath se tenait debout dans le narthex du tombeau. La flamme de la torche qui éclairait la pièce crépitait dans le silence le plus total. L'ombre du mage tremblait sur le mur nu de tout ornement. La porte qu'il s’apprêtait à franchir le séparait de la sépulture de ses ancêtres. Il n'était pas mer à craindre ce genre de lieu, mais il savait que ses aïeuls s'y trouvaient, et il faut toujours faire preuve de respect envers les morts. Il se décida enfin à ouvrir là porte de bois, et plutôt que d'être accueilli par la pénombre d'un lieu qui ne recevait jamais de visite, il fut baigné dans une lueur bleuté et fantomatique. Après avoir franchi et refermé la porte, il se retourna sur la source de cette lumière étrange.

    Le rempart intangible éclairait le visage du dunmer. Il était tant effrayant que beau, intimidant que dangereux. Ceux qui n'avaient pas l'accord des ancêtres liés au rempart ne pouvaient pas le traverser. Sur le contour de portail transparent, les ossements des pères des pères de Demnvath maintenaient la barrière en place. S'ils ne désiraient pas qu'il rentre, il resterait à l'entrée. Le Seigneur-mage se rappela qu'il avait lui même placé quelques os de la main de son père sur rempart intangible du tombeau, et en toute confiance, traversa la barrière magique, assailli par le froid de la volonté surpuissante des ancêtres. Une fois de l'autre côté, il eut une pensée pour ces dunmers de son clan qui avaient décidé de consacrer une partie de leur dépouille à la tâche honorable de défendre l'entrée du tombeau à quiconque n'étant pas autorisé à y pénétrer.

    Alors qu'il faisait face à la pénombre la plus totale, seule la lumière émise le rempart intangible lui permettait de discerner quelques éléments de la pièce. Il tendit son bras droit vers le mur et saisit le manche d'une torche, qu'il s'empressa d'enflammer à l'aide de sa main gauche. Le peu de lumière que le morceau de bois produisait alors lui permit de distinguer une torche en meilleur état non loin, et une fois qu'il l'eut allumé, il pu enfin observer clairement la pièce. Il régnait ici une odeur étrange ; une odeur d'os calciné, de cendre et de poussière. Le chuchotement lugubre du rempart intangible se faisait de moins en moins audible à mesure que Demnvath s'enfonçait dans le tombeau.

    Contre les parois, des autels de pierre supportait les urnes contenant les cendres d'ancêtres, ainsi que des offrandes, ou des objets ayant appartenu au défunt. Des piliers de couleur ocre séparaient les autels, disposé le long d'un couloir assez large. Arrivé au bout, seule sa torche permettait au mage de voir quoi que ce soit. Il ouvrit la porte qui lui barrait le passage, pour se retrouver nez-à-nez avec un grand marcheur d'os. La créature effroyable fit sursauter Demnvath, qui ne s'attendait pas à en rencontrer un si tôt. Ne craignant rien de ce gardien, le mage le laissa passer. D'un pas lourd faisant trembler tous les ossements dont il était composé, le marcheur d'os franchit la porte et se positionna face au rempart intangible dont la lueur permettait à peine d'en distinguer les traits. Celui là avait été préparé il y a des âges, à Necrom, à partir d'ossements d'ancêtres, comme le rempart intangible. Mu par la volonté protectrice des ascendants de Demnvath, la créature protégeait depuis longtemps la tombe, et le protégerait encore pendant l'éternité contre les pilleurs et les importuns.

    Demnvath franchit la porte, qu'il ne referma pas, au cas ou l'être osseux voudrait, par une volonté qui lui était propre et mystérieuse, redescendre l'escalier qui menait plus bas. Le mage emprunta ce même escalier pour se retrouver dans une large pièce au centre de laquelle la lumière de sa torche permettait de voir le large foyer où étaient incinérés les corps. Il y avait toujours de la cendre à l'intérieur, comme pour faire vivre et animer ce cercle empreint d'histoire. À son approche l'on entendait converser dans leur incompréhensible langage les âmes des morts. C'était aussi pour cela que l'on y laissait toujours une partie des cendres. Au fond de la pièce, on entendait le raclement terrifiant des os sur le sol. Un autre gardien marcheur d'os probablement. Demnvath ne savait pas combien il y en avait ici. Ce n'était pas un inventaire qui le passionnait, et tant que les créatures se montraient fidèles à la promesse des ancêtres, il ne s'en préoccupait pas. Il tourna sur sa droite et se dirigea vers une porte renforcée d'acier. Il l'ouvrit dans un grincement sourd pour se retrouver dans un nouveau couloir.

    Il progressa ainsi dans le labyrinthe de corridors du tombeau pendant de longues minutes, prenant des escaliers, traversant des pièces plus ou moins grandes. Plus un tombeau ancestral était grand et inextricable, plus il témoignait de l'ancienneté du clan, et la maison Uvaris était ancienne, à n'en pas douter. Il avait rencontré quelques gardiens de diverses tailles au cours de son exploration, s’étonnant même de voir à quel point c'était animé dans les profondeurs de la tombe, alors que la tour, des dizaines de mètres au-dessus, lui paraissait si morte par moment. « Quelle ironie » pensa-t-il.

    Il arriva enfin là où il voulait se rendre, au plus profond de la tombe. Se tenant devant la grande porte de bois qu'il devait passer, la dernière, un seigneur des ossement flottait, comme ancré à ce point précis de la tombe. Les orbites vides du crâne de la créature fixaient un point inexistant. Demnvath savait la puissance magique de cette créature faite d'os, qui n'aurait pas hésité un instant à brûler vif tout intrus ayant réussi à s'aventurer jusqu'ici. Il lui intima l'ordre de s'écarter, et pu ainsi franchir la lourde porte.



    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Sam 25 Jan - 19:22

    La pièce n'était en rien comparable avec le reste du tombeau. Ce n'était même pas une pièce à vrai dire, mais une sorte de tunnel creusé dans la roche par un ancien cours d'eau, depuis longtemps disparu. L'atmosphère était glaciale, et Demnvath ne s'était jamais aventuré dans cette partie du tombeau. Pourtant il savait très bien ce qu'il venait chercher dans cette caverne ténébreuse. Les pas du mage résonnaient et se faisaient écho dans le couloir de pierre tandis qu'il progressait lentement. Il ne préférait pas provoquer un éboulement, faisant assez peu confiance à un édifice naturel aussi ancien. Par expérience, il savait qu'il valait mieux être prudent lors d'excursions de la sorte.

    Il se souvint de ses aventures dans des ruines daedriques, dwemers ou de simples grottes. Cela lui manquait quelque peu. Le frisson de l'aventure, les palpitantes découvertes d'objets anciens ; il s'attendait toujours à tomber sur l'artefact le plus unique possible, quelque chose d'assez pertinent pour mener à bien ses recherches. Perdu dans ses pensées, il continuait cependant à progresser. Bien qu'il savait ce qu'il cherchait cette fois, il ne s'attendait pas à le reconnaître immédiatement.
    La lueur de la torche ne portait pas aussi bien que dans la partie construite du tombeau. Ici, les murs était noirs ou gris, faits de cette roche volcanique dont on aperçoit les affleurements déchirés sur Vvardenfell. Quelques champignons arrivaient à pousser ça et là, et Demnvath songea un instant à en prélever des échantillons ; il se ravisa et poursuivit sa route.

    Puis il tomba nez-à-nez avec le corps momifié d'une dunmer. La momie, en position fœtale, accroupie sur un rocher, arborait quelques ornements que Demnvath reconnut. Il venait d'arriver dans la caverne des ancêtres cendrais ; des ses ancêtres cendrais. Cette momie était beaucoup trop ancienne pour que ce soit celle qu'il était venu trouver. Il bifurqua, prenant un couloir au hasard, cherchant quelque indication dans ce labyrinthe tandis qu'il croisait d'autres corps momifiés. C'était très différent du Tombeau Ancestral. Alors que l'impression de vie était donné là bas par le mouvement sinistres des gardien d'os, ici elle était donnée par la présence des ces momies, se faisant face dans de larges couloirs, et de grandes salles naturelles. Des plantes luminescentes éclairaient faiblement les visages anciens de ces femmes. Car il n'y avait là que des femmes. Les mères des Uvaris.

    Dans une salle, il eu presque l'impression que les corps sans vie étaient vivants. Positionnées en hauteur, les mères des Uvaris semblaient converser, chacune entourée de quelques objets et attributs. Des assemblages de branches de plumes et de pierreries se tenaient debout, tels des épouvantails, ou des gardiens aux pouvoirs inconnus. C'étaient là des totems cendrais, que Demnvath imagina protéger les esprits des Ancêtres d'autres esprits, mauvais ceux-là. Mais ce n'était la que supposition. Ce qui préoccupait le mage, c'était l'évidente absence des esprits de ses ancêtres. Ne conversaient-ils pas comme ceux du tombeau ? N'avaient-ils pas un lien avec cette grotte ? Demnvath ne savait pas quoi penser de tout cela. Il se décida à entamer un rituel d'invocation, pour peu que cela soit efficace, espérant ne pas s'attirer les foudres de ses aïeules.

    Il avait choisi un endroit dégagé, pas trop près des momies, dans une salle ou le plafond était plus haut et moins garni en stalactites. Comme il avait invoqué le fantôme ancestral de son père un peu plus tôt, il s'apprêtait maintenant à solliciter la présence de l'esprit de sa mère, disparue il y a longtemps. Pourquoi le faisait-il ? Il n'en avait aucune idée, sa défunte mère n'étant probablement pas au courant des arcanes mystiques de son père, ou de son grand père, ou d'un quelconque autre Ancêtre. Mais il avait eu le sentiment, devant le manque de clarté de l'esprit de son paternel, qu'il y avait une possibilité pour que sa mère puisse l'aider à comprendre ce que signifiait le néomnymique qu'il avait obtenu plus tôt.

    Les bras écartés, la tête légèrement inclinée vers le haut, il commençait le rituel. Le lien qu'il devait établir entre lui et un esprit exigeait une grande concentration, d'autant plus qu'il ne savait pas ce qui allait bien pouvoir se passer. Mettant ses incertitudes de côté, il psalmodia très bas quelques mots innaudibles, et commença à doucement s'élever du sol. N'importe quel dunmer voulant invoquer un ancêtre aurait trouvé cela excentrique que de léviter, car il n'y avait nul besoin de le faire afin d'y parvenir. Les Ancêtres sont parmi les dunmers, pas dans un lieu éloigné. Mais Demnvath savait que même s'ils étaient là, il fallait se couper d'un plan d'existence afin de communiquer avec un autre. La lévitation, au-delà de la simple technique de l'école d'altération, était un formidable outil pour les sorts de l'école du mysticisme. Et les mystiques Telvannis le savaient tous très bien.

    Mais au bout de quelques minutes d'efforts et de tentatives de communication, aucun résultat concret ne se fit sentir. Rien. Demnvath se sentait bien seul au milieu des dépouilles des mères de ses pères. Il mit fin au rituel, sentant bien que quoi qu'il fasse, il n'y arriverait pas. Une trop grande barrière culturelle s'étalait entre son monde et celui des cendrais, et même si sa propre mère en était une.

    Le clan des Uvaris, maître de la maison Uvaris, avait toujours eu une relation privilégiée avec les cendrais. Les Seigneur-mages, touchés de manière irrémédiable par l'Atronach, étaient incapables de régénérer leur potentiel magique par la méditation ou le simple repos. Boire des potions aurait pu être une solution, mais l'abus de substances alchimiques aurait fini par détériorer leur constitution et les rendre malades plus qu'autre chose. Ce fut sans doute un mage à l'esprit perspicace qui eut l'idée de mélanger le sang des Uvaris au sang de guérisseuses cendraises. Ces femmes connues pour leurs talents en magie curatives étaient, entre autres choses, capables de contrer la malédiction de l'Atronach à l'aide de puissants sorts de regain. On avait espéré alors qu'un croisement serait envisageable et permettrait, à terme, d'enrayer la malédiction de source inconnue.
    Demnvath était sceptique à cette idée. Cela faisait des siècles, et les Seigneur-mages devaient toujours recevoir des sorts de regains ; il étaient toujours incapable de la moindre auto-régénération de magie.

    Il observa la salle. Sa torche s'était éteinte, mais il voyait plutôt clair, aidé par la lumière que produisaient les plantes et autres champignons des profondeurs. Il n'osa même pas les prélever, comme s'ils faisaient partie à part entière du sanctuaire. Et il éprouvait désormais du respect pour ce lieu, où il n'avait pas réussi à invoquer un simple ancêtre.

    Il se dirigea vers la sortie, reprenant ses pas, songeant qu'il n'avait toujours pas pris de femme chez les cendrais, et qu'il devait s'infliger mille souffrances pour regagner un niveau correct de puissance. Il jeta un dernier regard en arrière et sourit, pensant que sa mère était peut-être là, à l'observer avec ses paires. Il salua respectueusement le vide et partit.

    avatar
    Demnvath Uvaris

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 15/01/2014
    Age : 28

    Feuille de personnage
    Race: Elfe noir
    Guilde(s): Tel Uvaris
    Alliance:

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Demnvath Uvaris le Lun 27 Jan - 9:46

    Le seigneur des ossements était toujours dans les parages lorsque Demnvath referma la lourde porte derrière lui. Il était revenu dans le tombeau, sans lumière. Comptant sur sa seul ouïe et sa mémoire, il progressait alors dans le noir, cherchant la sortie. En dehors du bruit de ses pas sur le sol poussièreux, on entendait le raclement des gardiens d'os, et les lointains murmures des ancêtres. Contrairement à ce qu'il avait pensé alors de la caverne, c'était bien plus "vivant" ici. Son pied heurtait quelque chose.

    Ralenti par la rencontre innatendue de son pied avec un obstacle, il s'était arrêté ; accroupi, il tâtait le sol afin de voir ce qui avait pu entraver sa route. Il finit par mettre la main sur ce qui lui sembla être une urne de céramique, sans doute contenant les cendres d'un quelconque Ancêtre. Soucieux de remettre l'illustre personnage à sa place sur un autel qui devait être non loin, il s'empara de l'objet. Mais dans la pénombre la plus totale, il avait bien du mal à savoir d'où avait pu tomber l'urne. sans doute un gardien maladroit l'avait fait tomber dans un de ses déplacements aléatoire. Décidé à remettre l'ancêtre en place, il prit l'urne à une main et de l'autre il incanta un sort. Tant pis pour ses réserves magiques, il devait bien ça à son aïeul. Une flamme jailli de sa main, et il s'en servi comme d'une torche.

    Cherchant du regard un autel vide, il ne put que constater que tous étaient garnis de leurs urnes respectives. Un marcheur d'os regardait fixement Demnvath depuis les orbites vides du crâne qui lui servait de tête. Qu'est-ce que cet individu faisait avec un ancêtre dans les bras? Le mage lui rendit son regard, lassé, comme pour lui faire comprendre que tout était normal ; et la créature reprit sa lente route. Ne trouvant toujours pas l'autel, Demnvath décida qu'il était peut-être judicieux de demander directement à l'ancêtre qui il était, où il devait être posé, et par la même occasion, ce qu'il faisait par terre.

    Il avait atteint le cercle crématoire emplit de murmure. La main droite toujours enflammée, il s'accroupit pour poser l'urne qu'il tenait dans le creux de son bras gauche. Il en profitait alors pour trouver une torche non loin, qu'il allumait. On y verrait tout aussi bien et il n'épuiserait ainsi pas sa magie à des fins aussi triviale que voir dans le noir. Il entama le rituel d'invocation. A son habitude, il lévita légèrement, et bientôt un fantôme ancestral apparut. Il avait l'apparence d'un dunmer aux traits fatigués. Ses cheveux, du moins ce qui avait l'apparence de ses cheveux, étaient tirés en arrière, formant un chignon serré. Cela lui donnait une apparence sage. Demnvath ne se confondit pas en cérémonie, bien qu'embarrassé de devoir convoquer un ancêtre uniquement pour savoir où devait être posé son urne funéraire.

    "-Ju'rohn card. Os e Demnvath Uvaris.

    -Je sais qui tu es, c'est toi qui ne sais pas qui je suis. Pourquoi me convoque-tu?"

    Rassuré que son ancêtre semble plutôt lucide, Demnvath se détendit. On n'était jamais vraiment sûr de l'état mental d'un fantôme ancestral, à moins de le connaître, et il arrivait que certains se rebellent quelque peu.

    "-Mon Ancêtre, vous me voyez navré d'avoir à vous convoquer, surtout avec des méthodes aussi peu orthodoxes. Mais j'ai trouvé votre urne au sol, et je m'inquiétais de savoir votre identité afin de la reposer sur votre autel.

    -Os e Atheron Uvaris. Je suis le frère du Seigneur-mage Threvul Uvaris."

    Demnvath connaissait ce nom. Son père lui avait révélé il y a des décennies que le nom du dernier Seigneur chimer des Uvaris se nommait Threvul. Ainsi il avait là affaire à un esprit très ancien, au moins deux mille huit-cents ans, si ce n'était plus.

    "Atheron, excusez moi d'avoir eu à vous invoquer pour si peu, mais je ne peux laisser votre urne au sol --il désignait l'urne-- ce ne serait, à mon sens, pas très respectueux.

    -Je comprends jeune Uvaris. Mon autel est dans l'entrée, tu es passé près de moi lorsque tu es arrivé."

    Demnvath frémit. Comment l'urne, située presque à côté du rempart intangible, avait pu se retrouver quasiment devant la porte de la caverne cendraise ? Devant l'évident regard interrogateur de son descendant, Atheron s'exprima de sa voix d'outre tombe:

    "-Tu as été suivi, voilà tout.

    -Mais par qui ? Seuls les membres de notre clan sont autorisés à franchir le rempart intangible. Vous même devez en être le gardien, non?

    -Effectivement."

    Cela ne plut pas à Demnvath. Si les Ancêtres avait permis qu'il soit suivi, il n'y avait qu'une explication. La personne qui s'était introduit après lui était de sa famille. Or il était le dernier descendant de la lignée. Son père n'avait pas de frère ou de sœur, et lui non plus. Il n'avait jamais eu d'enfant, et n'était même pas marié. Il pensa à un moment que l'esprit devant lui pouvait être détraqué, et racontait n'importe quoi. Mais lui vînt une pensée toute autre.

    "Atheron, connaissez vous Rilam Uvaris, Seigneur-mage de Tel Uvaris, mon père?

    -Oui.

    -Savez vous pourquoi il ne garde pas le Tombeau Ancestral? Il devrait être lié à cet endroit, mais au lieu de ça, il baguenaude dans une vieille ruine dans les profondeurs. Son esprit est-il fou?

    -T'a-t-il révélé le néonymique?"

    Demnvath se tut. Il repensa au nom que lui avait dit l'esprit de son père. Yoo-vehseh. C'est pour ça qu'il était là après tout. Il regardait le fantôme ancestral de Atheron Uvaris. C'était clair maintenant qu'un secret était bien caché dans les ruines vélothi qu'explorait son père, et il sut qu'Atheron ne lui en dirait pas plus. Saluant son ancêtre, il mit fin au rituel de convocation, et Atheron s'évanouit dans les airs, comme rejoignant ses pairs pour un éternel débat dont les tenants et aboutissants échappaient au Seigneur-mage.

    Il se saisit de l'urne ainsi que de la torche et entreprit de remonter les escaliers vers l'entrée du tombeau, désormais inquiet d'être suivi par un mystérieux membre de sa famille. Il avait encore du mal à y croire. Et encore plus étrange, ou absurde, cet individu s'était amusé à trainer une urne depuis l'entrée de la tombe jusqu'à un des endroits les plus perdus du sanctuaire. Il arrivait en haut des escaliers. La porte qu'il avait laissé ouverte pour le marcheur d'os l'était toujours, et le marcheur d'os en question était toujours présent, regardant le rempart intangible. Demnvath repéra l'autel d'Atheron Uvaris et y posa respectueusement son urne. Son regard se tourna alors vers le gardien d'os. Celui ci aurait certainement vu un quelconque individu s'introduire dans le tombeau. Le marcheur d'os n'avait pas bougé. Demnvath s'en approcha et s'adressa à lui.

    "-Si jamais tu vois quelqu'un d'autre que moi ici, tu dois l'empêcher d'entrer. Mais ne le tue pas. Préviens juste Atheron Uvaris. Il saura me trouver."

    Le marcheur d'os ne bougeait pas, mais les mots du mage avaient été entendus. Demnvath se dirigea vers le rempart intangible qu'il franchit sans sourciller malgré le froid qui l'envahissait, scruté par les Ancêtres qui le formaient. Ouvrant la porte du tombeau, il se retrouva dans le Narthex, toujours éclairé par la même torche. Il referma la porte derrière lui.

    Voilà qui avait été une journée bien chargée en mystères.

    A lire ensuite:
    La suite de ce chapitre est le chapitre intitulé Un Mal Nécéssaire, disponible sur ce forum


    Contenu sponsorisé

    Re: Malyisk Uvaris. Chapitre 1 : Le Tombeau Ancestral des Uvaris

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 18:35