The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    A la conquête d'Elsweyr

    Partagez
    avatar
    Glavius

    Messages : 3
    Date d'inscription : 02/02/2014

    A la conquête d'Elsweyr

    Message par Glavius le Mer 5 Fév - 21:08

    A la conquête d'Elsweyr

    Izthiss est un Argonien fort peu fréquentable. Voleur, et charmeur invétéré, notre ami Argonien vit à Stormhold, une grande ville des Marais Noir, ville, connu pour sa réputation de « Ville Poubelle », à cause des nombreuses attaques de mort-vivant, et du bordel présent dans la prison de la ville. Notre histoire commence donc, lorsque un visiteur imprévu, fait irruption dans la taverne du « Lézard guerrier ».

    Chapitre 1 - Un Dumner chétif et un peu gauche.

    Spoiler:
    Les chopes claquent sur le bois des tables, les chants de paysans et nobles éméchés assaillent les oreilles de notre malheureux Izthiss, qui tente tant bien que mal, de lire un contrat de travail… Pour un assassinat bien entendu ! La porte de la taverne s’ouvre, et rentre alors un Dumner chétif, qui semble issu de la bourgeoisie, il porte une longue robe rouge, superposé par un plastron de cuir, des sacoches jonche sa ceinture, ou sont disposés des fioles remplies de produits magiques, il porte également un imposant sac à dos, remplis de babioles. Le Dumner lève le doigt comme si il voulait interpeller quelqu’un :

    -S’il vous plait ? S’il vous plait ! Je-je voudrais à boire, ou puis-je déposer mon attirail ?

    Il passe bien entendu, inaperçu. Notre Dumner s’avance, et se dirige vers notre Argonien, plongé dans sa lecture :

    -Pardonnez-moi Monsieur, je ne suis pas assez fort pour exiger quoique ce soit ici, pourriez-vous allez me chercher une chope d’hydromel ?

    Izthiss lève la tête, et regarde le Dumner.

    -Pardon ? Vous voulez une chope ? Eh bien allez-y tout seul, accoudez-vous au comptoir, prenez un air méchant, et gueulez-lui de vous filer une chope, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je suis bien trop occuper pour perdre mon temps avec de telles conneries. Moi je ne suis pas un riche Dumner comme vous devez l'être.

    Izthiss replonge dans sa lecture, ignorant purement et simplement le Dumner. Notre Dumner, sort alors une énorme bourse contenant de l’or, Izthiss lève les yeux, l’Elfe pose vingt pièces d’or sur la table.

    -Vous voyez, ce sont vingt pièces d’or, allez me chercher une chope d’Hydromel, et elles sont à vous.

    L’Argonien, agacé, mais malgré-tout intéressé, répond tout de même par politesse.

    -Ecoutez, je peux avoir tout l’argent que je veux ici, je pourrais vous détrousser dès que vous vous aventurerez dans les ruelles. Et je ne pense pas qu’il y ait de l’Hydromel au Marais noir.

    -Mais enfin, il y a de l’Hydromel partout ! Et je suis un excellent magicien, votre couteau n’arrivera même pas jusqu’à ma gorge que je vous aurais déjà calciné ! Rétorque le Dumner.

    Izthiss, intrigué, prend les pièces, se lève, et se dirige vers le comptoir, il pose les pièces sur le bois craquelant du comptoir.

    -Une chope d’Hydromel, plus vite que ça ! hurle Izthiss.

    Le tavernier s’exécute, et Izthiss retourne à la table ou le Dumner s’est assis, avec la chope d’Hydromel.

    -La voilà votre satanée chope ! Allez-vous me laisser en paix maintenant ?

    -Si je vous ai demandé de faire cela, c’est pour voir à quel point vous êtes appâté par l’argent. Dit le Dumner.

    -Tout ça pour ça alors ? Vous savez, tout le monde l’aurais fait, vingt pièce d’or, c’est vingt pièce d’or.

    Le Dumner fouille dans son sac, et sort ce qu’il semble être un contrat, soigneusement enroulé, pour faire officiel comme disent les voleurs Argoniens qui font du recel. Le Dumner se présente.

    -Je m’appelle Estevius, je suis un mage, un formidable mage bien entendu, ma puissance n’a pas d’égal ! J’ai fait bon nombre de quête ! Donjon, gobelins, vasards, ragnards, personne ne me résiste ! Même les humanoïdes vous savez ? Oui, mais les gobelins sont humanoïdes me direz-vous ? Mais ils sont si stupides ! Ce qui n’est pas le cas de votre race non ? Nous ne sommes pas tous des esclavagistes vous savez ! Mon oncle disait que…

    Izthiss saisi le contrat tout en écoutant d’une oreille ce que dit « Estevius ».

    « MISSIVE A L’ORDRE DU MAGE ESTEVIUS »

    « Cher Estevius,

    La Maison Telvanni vous confie la tâche, comme vous l’aviez demandé ultérieurement dans une lettre adresser à notre Archimage, nous avons le bonheur et la joie, vous accorder la mission de vous rendre dans la Contrée d’Elsweyr, dans le village le Titriss, ou vous pourrez débuter les recherches, quant aux rumeurs concernant des rebelles Argoniens, complotant contre notre Grande-Maison, d’après nos informateurs, ces Argoniens auraient pour objectif l’assassinat de l’Archimage dirigeant notre Maison.
    Nous vous invitons à vous faire discret, je ne serais trop vous rappeler que les Khajiits sont affiliés au Domaine Aldmeri, et qu’ils sont donc nos ennemis, nous vous invitons donc à utiliser une identité autre, et à choisir un autre style vestimentaire, afin de vous faire passer pour des Contrebandiers ou je ne sais quoi.

    Vous serez bien évidemment rémunéré à hauteur de huit-mille Pièces d’Or, au vu de la dangerosité de la mission.

    Amicalement, l’Archimage. »

    -Vous voilà informer donc ! Trèves de bavardage concernant mon passé, j’aurais besoin de vous afin de me protéger, vous avez la bonne réputation d’être immoral et violent… Et fidèle tout de même, votre aide me serait précieuse !

    -Me faire commander par un esclavagiste me dégouterais au plus haut point… Rétorque Izthiss.

    -Ecoutez, je n’ai rien contre les Argoniens, n’est-ce pas une preuve de tolérance que de vous demander votre aide ? Vous serez rémunéré, par d’inquiétude, j’ai un très mauvais sens de l’orientation, j’aurais besoin de vous, sérieusement, je ne suis pas aussi habile et puissant que je ne le prétends.

    Izthiss se lève, et sort de la taverne, il lève la tête, et regarde les étoiles, songeant à ce que sa raison lui dirait de faire, que ferait un Argonien banal ? Il serait probablement contre, et ouvrirais le gosier de ce Dumner d’esclavagiste… Un Argonien raisonné, accepterais, tout en fixant des limites… Huit-mille pièces d’or… Divisé par deux… ça fait tout de même quatre-mille pièces d’or, de quoi vivre tranquillement pendant pas mal d’année, tout en ne travaillant que par intermittence… Izthiss reprend ses esprits, et re-rentre dans la taverne. Estevius est affalé sur la table, il semble pleurer. Notre Argonien lui donne une tape sur l’épaule, l’Elfe lève la tête.

    -Ne pleurez-pas, je vais vous aider, pas d’inquiétude, mais je veux quatre-mille pièces d’or.

    Le Dumner essuie ses yeux, et, la voix enrouée, répond.

    -Prenez ce que vous voulez ! Je suis dans un bien beau pétrin ! Vous savez, je ne suis pas si puissant, j’ai même du mal à lancer une boule de feu tout droit, je fais ça avant tout pour me perfectionner et explorer le monde ! J’en ai marre de ces saletés de champignons ! J’ignore même comment j’ai fait pour survivre jusqu’au Marais Noir !

    -Rejoignez-moi ici, à l’aube, le temps que j’aille chercher mes armes et autres utilitaires, allez acheter des rations…

    L’Argonien s’éloigne. « A l’aube ! N’oubliez pas ! » Dit-il tout en s’éloignant, il quitte alors la taverne, qui s’était vidé peu à peu de tous ces alcooliques argoniens tandis que nos deux compères discutaient...

    A l’aube, ils partiront à l’aube.

    Chapitre 2 -Seigneur ! Serait-ce un âne ?

     
    Spoiler:
    Izthiss se lève, après une courte nuit, le soleil n’est pas encore levé, il lui reste à peine une heure, pour se préparer à la folle aventure qui l’attend. Il saisit ses dagues, son épée longue, s’habille et met son armure en cuir, il sort de sa petite maison de Stormhold, dans le quartier du Stormkrysh, un quartier malfamé. Il s’aventure dans les ruelles, se dirigeant alors vers l’auberge ou l’attend Estevius, le Dumner.

    Et notre Dumner est là ! Debout, devant l’auberge, cherchant du regard Izthiss, qui se dirige vers lui.

    -Une bonne nuit ? Demande Izthiss.

    -Oh ! Je n’ai pas dormis de la nuit ! L’excitation sûrement, j’ai fait les boutiques, et j’ai pris ceci, j’ai pris le temps de tout noter sur une liste.

    « Liste :
    5 côtes de Bœuf
    10 chairs de vasard (Je l’avais avec moi, c’est du Vasard de Morrowind, le MEILLEUR au monde) .
    4 épées longues de fer
    2 Espadons de fer
    2 Arcs en Acier
    200 flèches d’acier
    10 Bouteilles d’Hydromel Nordique
    16 000 pièces d’or (De ma réserve personnelle !)
    20 Gourdes d’eau
    5 Pommes
    5 Aubergines
    »

    -Mais ou avez-vous mis tout ça ? Demande Izthiss un peu étonné.

    -Oh, j’ai acheté une charrette aussi, juste là. Estevius pointe du doigt une charrette aux roues en acier.

    -Mais vous vous rendez compte que le voyage ne prendra tout au plus pas plus de 2 semaines à cheval ? Si on omet la présence de bandit, de créatures, et tout le bordel qui rôde près des routes ? Vous allez vite vous faire piller avec un tel merdier.

    -Deux semaines ? A cheval ? Ah ah ! Je vais vous montrer la fière monture que j’ai achetée, vous allez être étonné.

    Les deux compères sortent de la ville, et se dirigent vers l’étable, ou sont attelés quatre beaux chevaux, et un âne de bataille en armure Dwemer.

    -Oh ! Les beaux chevaux ! Mais qu’allons-nous faire de quatre chevaux ? S’esclaffe Izthiss.

    -Les chevaux ? Quels chevaux ? C’est l’âne de bataille qui va nous accompagner ! Le vendeur me ventait sa capacité à enfoncer les portes, et à empaler les bandits.

    -Un âne… De bataille ? Sérieusement ? Vous vous foutez de moi ? Qu’est-ce que vous voulez qu’on foute d’une saloperie d’âne en ARMURE ! Déjà que ça va pas vite ces saletés, avec une armure d’une tonne sur le dos, on y est dans quatre mois à Elsweyr ! Mais vous avez payé combien cette merde ?! Hurle Izthiss.

    -Beh-eh, j’en ai eu pour cinq mille pièces d’or, il m’a dit que c’était le meilleur âne de tous les Marais Noir ! Dit Estevius, tout jovial.

    -Mais bordel, c’est un âne ! UN ÂNE ! UNE ÂÂÂÂNE !

    -Oui, c’est un âne, et un gentil âne ! Dit-il tout en caressant le pelage gris de l’Âne.

    -Bon, calmons-nous, il a quel âge votre âne ? Les jeunes sont assez toniques… Dit Izthiss.

    -Oh ? Celui-ci ? Il a trente années.

    -Bon, prenez votre… Âne guerrier, de bataille, ou de je ne sais quoi… On part tout de suite…

    Estevius attèle l’âne de bataille Dwemer à sa charrette remplie de babiole, et commence à avancer lentement.

    -Qu’est-ce que vous faites ? Demande Izthiss un peu étonné.

    -Je pars en Elsweyr, n’est-ce pas ce que l’on avait convenu ?

    -Mais vous allez marcher si lentement ? Il va falloir se démener un peu plus si l’on souhaite arriver en Elsweyr  rapidement ! Dit Izthiss

    -Bon bon…

    Les deux compères marchent alors au pas, suivi du terrible âne de bataille, ils suivront la route principale, une route de commerce, connue pour être peu sécurisée, à cause des troupes de Nagas, de formidables pillards aux allures de Cobra.
    La route est longue, droite, peu de virages, la lumière du soleil a du mal à traverser les épais feuillages des arbres, ils marchèrent toute la journée, Estevius n’arrêta pas de raconter sa vie, Ô que sa famille est grande ! Ô que les Telvannis sont merveilleux ! Ô que les Dumners ne sont pas des esclavagistes ! Ô que les Argoniens devraient-être reconnaissant, voilà à quoi se résumait les longues tirades d’Estevius, d’un coup, Izthiss s’arrête, et fait un mouvement de bras, faisant comprendre au bavard qu’il faut se taire.

    -Chut, j’ai entendu un bruit… Chuchote Izthiss.

    Le Dumner saisi son bâton de mage et se cache derrière l’âne de Bataille.

    -Mais qu’est-ce que vous faites ?

    -Je me mets à couvert ! Il faut élaborer une stratégie ! Chuchote l’Elfe.

    Izthiss lève les yeux au ciel, et dégaine son épée longue en fer. Des formes noires sont visibles dans les buissons, qu’est-ce que c’est ? Des Nagas ? Ce ne serait pas étonnant. Des Loups ? De même, ce ne serait pas étonnant, d’un coup, une des créatures saute sur notre Argonien.
    C’est un bandit Naga en armure d’acier, il pointe son épée sur la gorge d’Izthiss, et somme Estevius de poser son arme…
    Dans un ultime hourra, notre Dumner tire une semence de boule de feu avec son bâton, mais il finit par se faire désarmer, après avoir par chance, tuer un Naga. Les Nagas rassemblent nos deux compères autour de leur charrette, les mains et les pieds liés.

    -Bon bon bon… Que voilà… Dit le chef Naga, lisant le contrat d’Estevius. Huit-mille pièces d’or ? Ma foi, c’est fort beaucoup pour des êtres si insignifiants… Et imprévisible. Dit-il en ciblant du regard Estevius.

    -Allons mon bon seigneur, je me nomme Izthiss, je suis des vôtres, relâchez-nous, j’allais justement tuer cet esclavagiste de Dumner.

    -COMMENT ? Hurle Estevius. Mais enfin, nous étions si bon amis !

    -SILENCE ! Peut-être pouvons-nous nous arranger, enfin, ce n’est pas comme si vous aviez le choix. Dit le chef tout en rigolant.

    -C’est encore une histoire d’or ? Soupire Estevius.

    -Entre-autre… Je serais ravi d’alléger la cargaison de votre Âne en armure… Quel idée au passage d’armer un âne. Répond le Naga, faisans les milles pas devant nos deux aventuriers.

    -Bon, eh beh prenez les pièces d’or… Répond Estevius.

    Le Chef Naga ordonne à ses hommes de détacher les deux prisonniers, et vide ensuite la charrette, ils avaient prévu d’alléger la cargaison, eh beh ce fût chose faite, il ne restait plus que l’Hydromel Nordique d’Estevius. On laissa, par chance, l’armure Dwemer à l’Âne. Les Nagas partirent ensuite se réfugier dans la forêt.

    -Nous voilà dans de beaux draps ! Dit Estevius tout en rigolant.

    -Effectivement, dans de beaux draps, on est sur la route la plus dangereuse de tout Tamriel, on a plus de nourritures sauf vos bouteilles d’Hydromel… Comment allons-nous faire ?

    -Montons le camp et dormons, la nuit porte conseil !

    Izthiss acquiesce, l’embuscade aura eu au moins un point positif… Ils pourront dormir dans la charrette…

    Chapitre 3 - Vous avez demandez un flèche ?

    Spoiler:
    Par manque d’évènement sur la route vers la frontière de Cyrodiil, votre cher narrateur décide donc de faire une ellipse, vous épargnant les longues tirades de notre Dumner.

    Nos deux compères approche donc de la frontière de Cyrodiil, un panneau le leur rappelle :

    «Attention, vous pénétrez en Cyrodiil, terre sous contrôle du Seigneur Daedra Molag Bal »

    On peut apercevoir non loin de la route, dissimulé dans la forêt, des troupes du Pacte de Coeurébène. Heureusement, personne ne vint retenir nos deux héros de passer la frontière !

    Les voilà en Cyrodiil !

    -Ce n’était pas si difficile ? Ou sont donc les fameuses ancres dont on conte les apparitions dans les tavernes ? Rigole Estevius.

    -C’est probablement cette chose la bas, qui semble flotter dans les airs. Répond Izthiss, le regard porté sur le ciel.

    -Ah oui, ma foi, ne restons pas là.

    -Je n’ai jamais été aussi d’accord avec vous… Répond Izthiss.

    Nos deux héros, accompagné de leur fidèle Âne de Bataille Dwemer. Ils empruntent une petite route de montage, menant probablement à Elsweyr… Enfin, d’après les panneaux, quand tout à coup un sifflement aigu caractéristique d’une flèche se fait entendre, et un cri se fait entendre. Oh damnation ! Izthiss est touché au bras !

    -Replis tactique ! Hurle Estevius, détachant l’âne de la charrette, et saisissant son bâton de feu.

    L’âne part en trombe, sous les ordres d’Estevius, l’encourageant à attraper ce sauvageon qui attaque Izthiss, Estevius tire quelques boules de feu en rafale, mettant le feu à l’herbe au passage.

    Après au moins dix bonnes minutes de combat sans riposte, notre Dumner rappelle l’Âne de Bataille, qui a bien empalé deux moutons et un lapin durant l’escarmouche sur ses cornes dwemers qui orne son casque.

    Mais alors que notre Argonien se vide de son sang et gémis, et que nos deux soldats sont enfin calmés, un Altmer décide de sortir, les mains en l’air, un arc dans une main, et une flèche dans l’autre.

    -Je-je-j’me rend ! Hurle l’Altmer un peu apeuré.

    -Vient donc ici scélérat ! Répond Estevius.

    L’Altmer s’approche, et on distingue enfin le Haut-Elfe, en armure lourde de Templier. Il ôte son casque, et on distingue alors le magnifique visage d’un Altmer qui ne doit pas avoir beaucoup de problème avec les femmes.
    Izthis hurle alors en crachant du sang :

    -Oh mais non ! Pas encore toi ! Mais tu vas me suivre jusqu’en Havreglace ? Mais par Azura ! Il va me coller aux basques longtemps ?

    -Oh ! Mais qui voilà, serait-ce notre cher Izthiss ? Répond l’Altmer moqueur.

    -Mais oui c’est moi ! Pourquoi tu me tires dessus vieux croutons ?

    -Ah ah ! Je savais bien que j’avais touché un ragnard crevé ! Quand je touche un Argonien, d’habitude j’ai des frissons ! Mais là c’était des frissons comme quand je tue un ragnard ! Rigole l’Altmer.

    -Je te hais Alvarëz ! Tu le sais ça ? JE TE HAIS ! On était bien amis avant !

    -Avant quoi ? La fabuleuse offensive du Domaine sur Cyrodiil ? Répond Alvarëz, plus sérieux.

    -Mais j’m’en fous de ton Domaine Aldmeri ! Moi je veux juste allez en Elsweyr finir une quête ! Répond l’Argonien souffrant.

    -Allez, fait pas ton vasard ! Je t’ai juste toucher au bras, regarde…

    L’Altmer saisi la flèche, et l’arrache violemment de la chair d’Izthiss, notre Argonien hurle à la mort comme une fille qu’on aperçoit nue dans des vestiaires « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! ». Pour finir ça jusqu’au bout, Alvarëz saisi une bouteille d’Hydromel d’Estevius, et la verse sur la plaie de l’Argonien, et pour finir, lui fais un pansement.

    -Oh que vous faites ça bien ma foi ! S’étonne Estevius.

    -Oh, l’aventure m’a appris je ne sais combien de choses pour survivre ! Répond Alvarëz.

    -T’es encore à ton compte ? Demande Izthiss, tâchant de se relever péniblement.

    -Eh oui, tantôt j’aide le Domaine, tantôt je fais autre chose, ouais, à mon compte comme tu dis, pas d’obligation, juste la liberté ! Là, je m’ennuyais, donc je tire sur les passants.

    -Ah, mais c’est un passe-temps intelligent ça ! Ironise Izthiss.

    -Je m’ennuie, je fais ce que je sais faire le mieux : Tuer. Mais bon, si t’a un contrat de disponible je ne dis pas non. Répond Alvarëz.

    -Oh mais vous tombez bien ! Justement, nous nous rendons en Elsweyr, afin d’accomplir une formidable quête que le domaine Telvanni m’a confié ! Des fourbes Argoniens qui complotent ! Ah ah ! Venez avec nous ! La récompense sera grande ! Huit-mille pièce d’or ! Dit Estevius tout content.

    L’Altmer saisi le contrat qu’Estevius lui tend, et lis vaguement.

    -Ouais… Telvanni… Domaine… Argonien… Ah ! Des Argoniens en Elsweyr ! C’est une blague ? Ils ne passeraient même pas la première ville qu’ils se feraient déjà arrêté par le Thalmor. Dit Alvarëz.

    -C’est pourtant ce qu’il y a sur le contrat… Répond Izthiss.

    -Mais vous ne vous rendez même pas compte que c’est impossible ? Et ce village « Titriss », est tout simplement fictif, regardez-donc ma carte d’Elsweyr…

    L’Atlmer sort une carte détaillé d’Elsweyr, et la montre à nos compagnons.

    -Vous voyez ? Aucun village du nom de « Titriss »…

    -Ohlala ! Mais pourquoi m’envoyer dans un village qui n’existe pas ? S’inquiète notre Dumner.

    -Probablement pour se débarrasser de vous. Vous l’avez dit vous-même, vous n’êtes pas bon en magie… Ni en orientation… Ni en réflexion… Ni en rien en fait. Dit Izthiss.

    -Ne soyez pas si dur Izthiss, il doit y avoir une raison bien plus logique ou autre pour organiser la mort d’un membre de la Maison Telvanni. Réfléchis Alvarëz tout en faisant les milles pas.

    Après un silence de quelques minutes, ayant laissé le temps à Estevius de pleurer un peu. Izthiss finit par rompre le silence.

    -Il doit bien y avoir quelque chose à cet endroit indiqué sur votre contrat… C’est illogique de perpétré votre mort, puis c’est apparemment votre première mission, pourquoi vous envoyer directement à la mort ?

    -Vous pensez qu’il faut y allez ? Répond Estevius.

    -Le ragnard crevé semble quand même réussir à utiliser son crâ-

    -La ferme Alvarëz, oui, il faut y allez, de toute manière, vous n’y perdrez rien, si vous retournez à Morrowind, vous vous ferez de toute manière tuer si tel sont leur attentions, allons-y, reprenons notre route. Ravis de t’avoir revue sale Atlmer. Répond Izthiss.

    -Je viens avec vous dans ce cas ! Mais je ne voyage pas gratuitement. Dis Alvarëz.

    -Nous n’avons pas besoin de toi saleté. Répond Izthiss.

    -Je ne suis pas contre. Répond Estevius à Alvarëz.

    -Mais…

    -Vous n’y arriverez pas sans moi de toute manière, je connais Elsweyr comme ma poche, en deux semaines on y sera ! Dis Alvarëz.

    -Deux semaines ? Tu te fous de notre gu-

    -C’est d’accord ! Allez, prenez donc place dans notre charrette grand luxe ! Répond Estevius tout jovial.

    Et c’est alors que nos deux… Euh trois compères reprennent leur route, afin de s’aventurer en Elsweyr, la contrée de Khajiits.

    C'est ma première "histoire", soyez indulgent !

      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 5:25