The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Gaspar Panoit

    Partagez
    avatar
    Gaspar Panoit

    Messages : 18
    Date d'inscription : 08/02/2014
    Localisation : HauteRoche

    Feuille de personnage
    Race: Bréton
    Guilde(s):
    Alliance:

    Gaspar Panoit

    Message par Gaspar Panoit le Dim 23 Fév - 8:14



    Gaspar Panoit:

    La famille Panoit était une famille de petite noblesse, des propriétaires terriens et des marchands qui était très reconnu dans leur région. Nous ne savons pas quelle était cette région, Gaspar l'a toujours tut.
    Quoi qu’il en soit, c’était une grande famille qui avait selon certains, engagé une « Milice » privée dévoué au père de Gaspar qui était un homme qui n’était pas des plus net et des plus transparent. C’était un petit homme dégarnis sur le dessus du crâne, un peu fort et qui n’était pas très bon. Il avait pourtant une très bonne réputation dans sa région et était très respecté.
    La résidence de la Famille Panoit était une grande demeure que le grand père de Gaspar avait fait construire jadis.
    Une bâtisse de  toutes beautés ou était souvent organisé des réceptions et des repas.

    A la mort de son père , Gaspar reprit l'affaire Familiale et décida donc de devenir comme son père un grand marchand. Ils étaient au nombre de trois dans la Famille , Gaspar  l'aîné  , Caroline et enfin , George le Cadet .
    L’affaire tourna plutôt bien pendant un certain temps et les affaires se faisaient bonnes.
    La famille se remettait doucement du décès du père de Gaspar et bientôt plus personne n’en parlèrent, comme si une page avait était tourné.
    Gaspar apprit a George le métier de marchand, lui apprit à faire tourner la boutique et était fier de son travail.

    Gaspar se fit invité à dîner par Henry Dupuis , un Avocat très réputé et apprécié par la petite bourgeoisie.
    Gaspar s’y rendit donc en laissant donc pour le temps d’une journée la boutique a son frère et partit au Domaine Dupuis.
    Le repas se déroula bien et sire Dupuis présenta son Fils , Jacques Dupuis a Gaspar. Gaspar et Dupuis discutaient une bonne parti de la soirée d’affaires autour du commerce de la Famille. Pour celer l’accord qu’il avait été fait entre les deux hommes, ils décidèrent de marier Jacques et Caroline.

    Environ un mois après les préparatifs commencèrent et Caroline se vit bientôt femme.
    Le jour du mariage arriva et une grande fête célébra cette union. Les deux familles avaient vu cela en grand et voulaient que les gens se souviennent de ce moment.
    Certains diront que ce n’était qu’une manière de montrer l’argent que détenaient les deux Maisons.

    Les jours passèrent et les affairent furent meilleures chaque jours. Bientôt la Famille Panoit pourrait faire rénover l’ancienne grange et pourrait recommencer à acheter des chevaux.
    Mais quelque chose d’inattendu arriva au moment où on s’y attendait le moins. On apprit que Caroline avait trompé son époux avec un jeune aubergiste. La rumeur avait fait le tour de toutes la région et un jour , Caroline rentra à la maison de son époux comme toujours après sa balade de l’après-midi.
    Sauf que ce jour si , son époux l’attendait, il avait appris la nouvelle lui aussi et Caroline fut battu à mort.

    George lui avait trouvé une femme et restait Gaspar , seul et particulièrement démoralisé par la mort de sa sœur , il l’affectionnait tout particulièrement disparut en ne laissant qu’une lettre à son frère ou il expliquait lui léguer les rennes de la famille. Jacques Dupuis mourut dans son sommeil deux semaines après la mort de Caroline.

    Gaspar fuyait donc sa région Natale tel un vagabond rongé par la haine et le dégout, il n’emporta qu’avec lui la Bague de sa la Maison Panoit qu’il dissimulait toujours dans une poche, ainsi que ces armes, sa cape et de l’or.
    Il vagabonda ainsi dans les villes et villages pendant près d’un an , faisant le tour des tavernes et noyant son chagrin dans la boisson.
    Un jour, il tomba sur un groupe de Mercenaires qui vagabondaient tout comme lui, mais pour accomplir des petits contrats à droite a gauche du territoire pour de misérables récompenses.
    Gaspar s’engagea dans cette petite troupe, il voulait affronter la mort, c’était la seule manière de faire le deuil de sa sœur. La troupe l’accepta sans problèmes, ces mercenaires étaient de vaillant compagnons dira plus tard Gaspar. Ils effectuèrent un bon nombre de petits contrats pendent une durée d’environ un an jusqu’au jour où un contrat leur avait était donné pour exécuter une troupe de bandits se trouvant sur la route de Blanchesfalaises.
    Blanchesfalaises n’était que d’ici à trois ou quatre jour de cheval et la compagnie se mis vite sur le chemin de la cité.

    Trois jours après les compagnons empruntés déjà les routes menant à Blanchefalaises , paisiblement , prenant le temps de regarder la faune et la flore qui les entourait.
    Soudain, un cri se fit entendre puis bientôt, une troupe de dix brigands prirent en embuscade la troupe.
    Les mercenaires n’eurent presque pas le temps de descendre de cheval que les flèches pleuvaient déjà.
    Ils se mirent à l’abri derrière un talus et sortirent eux aussi leurs arcs pour se défendre, qui sais ce sont peut-être les brigands que la troupe recherche !    
    Il s’est avéré que oui, c’était bien eux , les flèches fusées de partout et les brigands ne tardèrent pas à se mettre a découvert pour pouvoir viser plus aisément la compagnie , c’est alors que Gaspar put atteindre leur chef en pleine tête , ce qui donnât l’élan à la troupe qui fit pareil aux brigands
    restant. Personne ne fut lourdement blessé du côté de la compagnie a part Gaspar qui ne manqua pas de se faire arracher l’œil au couteau par un malfrat. Il en garda une belle cicatrice.
    La baronnie de Blanchesfalaises  n’était alors plus très loin et les mercenaires décidaient d’aller y passer la nuit.
    Ils étaient épuisé du combat de l’après-midi et pour se détendre partirent à la Taverne adjacente à l’Auberge de la baronnie.
    Gaspar trouva d’ailleurs la cité très belle et très vivante, il avait l’impression de revoir sa région natale.
    Gaspar éprouvait maintenant une envie de se poser à un endroit et d’y faire pousser quelques choses, redoré en quelques sortes le blason familial.
    Le soir même à la Taverne, Gaspar entendit parler deux hommes au sujet de la Garde d’Alba qui engagerait des hommes expérimenté pour défendre la cité.
    Il vit là l’occasion de se poser et de déposer ces bagages dans cette cité.
    Gaspar annonça la nouvelle a ces compagnons qui comprirent sa décision et ils le remercièrent pour tout ce qu’il avait fait pour eux.

    Le lendemain, Gaspar laissa donc ces compagnons repartirent et alla donc s’acheter une maison.
    Il trouva une belle bâtisse dans le centre de la cité et alla le lendemain se présenter à la Caserne pour se faire recruter.
    Il se fit engager en tant que sergent d’arme par la Garde D’Alba et commença son travail de militaire.
    ...
    Cela faisait dix ans maintenant que Gaspar servait la baronnie et il était maintenant marié et avait deux enfant.
    Sa femme se nommait Arlette, elle était assez grande, avez de beaux cheveux blonds et ondulé qui lui arrivés jusqu’au niveau des hanches, un visage ovale d’une grande pâleur, un magnifique sourire qui illuminait son visage et de beaux yeux bleus.
    Gaspar l’a rencontra lors d’une petite patrouille de routine sur la place du marché et l’a remarqua de suites.
    Elle faisait ces courses en discutant avec les commerçants, son panier d’osier en main.
        Gaspar ne fit rien ce jour-là, il ne fit que la regarder discrètement et se dit que si ils étaient fait l’un pour l’autre, les dieux les réuniraient une nouvelle fois.
    Pendant bien un mois Gaspar ne fit que croiser la Dame et à chaque fois, les sentiments qu’il éprouvait pour elle ne faisaient qu’accroitre.
    Jusqu’au jour où elle vint à lui en courant alors qu’il gardait la caserne.
    Des malfrats lui avaient volé son sac et s’étaient enfui.
    Gaspar saisit alors l’occasion et se lança à la poursuite des brigands, Arlette lui avait donné leur position.
    C’est à la suite de cette aventure ou Gaspar finit par rendre le sac à Dame Arlette qu’ils finirent par se marier.
    Le père de Dame Arlette était un riche notable de la région et accepta sans trop de problèmes leur mariage.
    Arlette emménagea donc chez Gaspar et ils firent deux enfants, deux garçons, des jumeaux.
    Arlette était une femme forte et surmonta l’accouchement très facilement.
    L’un se fit appeler Ewen et l’autre Gregor.
    Les deux frères furent initiés à l’escrime et Gaspar leur compta l’histoire de la famille Panoit donc il n’avait plus peur de montrer le Blason.

    Un jour , on apprit le départ du Seigneur de Fier-Roc et de son fils pour la « terre Rougegarde » , la famille Panoit ne savait pas trop pour combien de temps et pourquoi y aller ils, Gaspar lui avait été chargé de partir en reconnaissance dans une cité voisine pour voir ce qu’il ci passait.
    Il laissa donc ses garçons de quinze ans prendre soins leur mère et partit.

    Quand Gaspar revint de sa mission, quelque chose avait changé, il lui semblait que le blason qui flottait sur sa cité n’était plus les mêmes,  Gaspar pensa que c’était la fatigue et l’épuisement qui le faisait halluciner.
    Quand il arriva au pied de la cité avec son cheval , Gaspar vit de nombreux hommes de la Garde D’Alba pendu à l’entrée de la cité.
    Puis, des Gardes vinrent le chercher, le désarmèrent et lui expliquaient que la cité était maintenant aux mains de Ykalon.
    On dit à Gaspar que le Seigneur de Fier-Roc avait été exécuté et que son fils bannit.
    On lui dit aussi qu’il lui restait deux solutions, servir Ykalon ou être tué.
    Gaspar pensa d’abord à sa famille et devint donc sergent d’arme sous les ordres d’Ykalon.
    Sortit de la caserne avec son nouvel uniforme, Gaspar était peu fier et avait juré de servir la famille Faol mais c’était ça ou bien alors toute sa famille aurait été exilé et lui aurait était tué.
    Il arpenta donc les rues étroites de la « nouvelle cité » pour rentrer à son logis, impatient de retrouvé sa femme et ces enfants. Sur la route, il ne croisa aucun garde, aucun militaire.
    De nombreux commerces avaient été pillés et/ou brulé.
    Les fenêtres des maisons avaient été cassé et les portes cassés à coup de hache, c’était désormais une ville hanté par les voyous et il ne faisait plus bon y vivre en déduis Gaspar.
    Il arriva devant sa maison, la porte de la maison n’était plus et toutes les fenêtres non plus.Il entra dans sa maison main au fourreau, criant le nom de sa femme et de ses enfants en les cherchant dans la maison.
    Il les retrouva à l’étage, Arlette était allongée sur le lit conjugal, la gorge tranchée et à moitié nue.
    Les deux fils de Gaspar étaient quant à eux dans leur chambre, chacun dans son lit, une demi-douzaine de flèches au niveau de l’abdomen pour chacun.
    Il s’effondra au pieds du lit conjugal et pleura toutes les larmes de son corps, il pleura pendant au moins deux jours sans cesses, c’était la deuxième fois qu’un drame arrivait dans sa famille et il ne s’en remettrait pas.


    _________________
    Sur les voies de la destinée.
    http://www.youtube.com/watch?v=i5Kwf_nNmGI

      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 23:10