The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Lhyonidas et l'Ordre du Lion

    Partagez
    avatar
    Lhyon

    Messages : 97
    Date d'inscription : 26/01/2014
    Age : 32
    Localisation : Daguefilante

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s): L'Ordre du Lion.
    Alliance:

    Lhyonidas et l'Ordre du Lion

    Message par Lhyon le Jeu 27 Fév - 22:42

    Cyrodiil, le berceau de l’Empire est devenu le fief de Molag Bal. Corruption, nécromancie et complots sont aujourd’hui sa  seule véritable et fidèle Légion. Toutes les autres, celles qui représentaient des valeurs, qui incarnaient force et dignité sont vouées à disparaître.
    Les quelques nobles et gradés qui montrent un temps soit peut leur désapprobation sur  le virage qu’a prit l’Empire sont les premiers à être sacrifiés. Ils disparaissent, sont victimes d’accidents et parfois même, on ne se cache même plus pour les assassiner  devant tous afin de montrer l’exemple.
    Restent alors ceux qui baissent la tête, qui rentrent dans les rangs, ceux qui voient des manières de profiter de la situation actuelle et les serviteurs de Molag Bal.


    Ma Centurie de la Légion et moi-même n’étions pas de ceux là. Nous en avons payé le prix et ceci est mon témoignage :


    En 2E 581, trois ans après l’explosion ésotérique, on nous informa qu’un regroupement de rebelles qui saccageaient les villages s’était formé à l’ouest de Chorrol, non loin de la frontière d’Hammerfell et qu’il grandissait de jours en jours, devenant une menace pour la sécurité de l’Empire. C’est à moi, le centurion primipile Lhyonidas ainsi qu’à la Première Centurie que fut confié la charge de traquer les chefs et de ramener la paix sur cette partie du territoire. Je savais que mes fidèles Légionnaires et moi étions parmi les derniers Impériaux traditionalistes à ne pas accepter les nécromants et la nouvelle direction de l’Empire, mais je ne me doutais pas alors que la corruption était si bien enracinée et que les choses étaient déjà allées si loin ; je ne pensais pas qu’une Centurie entière de Légionnaires serait sacrifiable.

    Sur notre route, misère, famine et maladies étaient beaucoup plus présentes qu’elles n’auraient du mais pire encore étaient les regards des citoyens que nous croisions, beaucoup baissaient la tête comme s’ils avaient peur, et les rares qui osaient nous regarder semblaient nous accuser de tous leurs maux. Que se passait-il par ici ? Ce spectacle ébranlait le moral de mes hommes et nous plongeait dans une évidente perplexité, or, plus nous avancions, plus la vie semblait avoir déserté les terres. Le soleil semblait avoir disparut, le sol était dur, le froid mordait notre chaire, les arbres étaient morts et les cadavres d’animaux jonchaient le sol.

    Finalement, nous avons fait halte sur une clairière pour établir notre campement en voyant un épais brouillard et des nuages menaçant s’amonceler au dessus de nos têtes ; il me déplaisait de nous arrêter là mais en plus d’être arrivés à destination nous étions tous fatigués, certains Légionnaires commençaient d’ailleurs à être fiévreux et montrer des signes de maladie à cause de cet environnement hostile. Je ne pouvais pas forcer davantage la marche sous ce temps. Soudain, le sol trembla…Une fois…. Deux fois et une troisième fois encore à quelques secondes d’intervalle. Dans cette obscurité opaque, il était difficile d’évaluer la distance à laquelle s’était produit le phénomène et plus difficile encore de savoir de quoi il s’agissait.  Une sombre magie semblait à l’œuvre dans ce paysage macabre et ce qui était sûr, c'est que s'il y avait eu des rebelles un jour par ici, ils avaient depuis bien longtemps disparus.


    Beaucoup n’ont pas vu le soleil se lever.


    Le silence de la nuit était rompu par des gémissements de douleur, des quintes de toux mais plus tard virent les premiers cris, des cris de terreur puis des bruits de bataille. Attrapant mon glaive à la volée, je suis sorti de la tente pour contempler le fléau qui s’abattait sur nous : une horde de morts et de Golems de chairs nous avaient envahit sans que l’alerte ne puisse être donnée. La peur était parmi les rangs, une peur viscérale qui semait le chaos. Chaque Soldat tombé se relevait sans vie pour attaquer ses frères, nous n’avions aucune chance, ils étaient trop nombreux trop, trop affamés, ils étaient partout.

    Devant cette abomination qui décimait mes Soldats, il fallait agir vite, j’ai donc rassemblé suffisamment des derniers braves encore debout pour manœuvrer une formation en pointe pour tenter de nous sortir de là. Dans une phalange bien rangée, nos boucliers et la force de nos bras nous ont permis de progresser encore et encore, reprenant espoir à force de percer leurs rangs et après un long acharnement nous y sommes finalement parvenus. C’est à ce moment là que pour la première fois j’ai vu une Ancre qui ouvrait les cieux, malgré sa distance, sa taille était indéniable et pire encore, elle vomissait sans cesse des sbires de Molag Bal. Le brouillard et les nuages la masquaient tout ce temps, c’est ce qui expliquait pourquoi nous avions si facilement été encerclés et débordés.

    Sous le regard de cette lune blafarde, après des heures de poursuite, nous avons pu semer les non-morts mais nous ne nous sommes pas arrêtés, nous avons continué de marcher et marcher encore jusqu’à l’épuisement, jusqu’à franchir la frontière d’Hammerfell. La fureur ne m’a pas quittée quand j’ai compté le peu des nôtres qui avaient survécus et après ça, plus rien. Les blessures que j’avais subies pendant la bataille prirent finalement le dessus, me plongeant à nouveau dans l’obscurité. Je me suis réveillé quelques jours après dans un paisible hameau, vidé de mes forces, maladif et il m’a fallu de longs mois pour retrouver toutes mes forces grâce à l’aide des survivants et des villageois locaux. Nous avons revêtus des vêtements civils et pendant un temps, nous avons songé à ce qu’il convenait de faire. Je n’ai pas pu retenir certains de retourner à Cyrodiil pour qu’ils servent leur désir de vengeance puisque tout autre sentiment les avait quittés. A vrai dire, peu sont restés avec moi après un tel évènement.

    Enfin  clairvoyant sur la situation actuelle de l’Empire et l’étendue de sa corruption, j’ai comprit qu’aux grands maux les grands remèdes, quand servir l’Empereur revient à desservir l’Empire, il est temps d’agir. Notre devoir était plus grand que notre vengeance, si puissant soit ce désir, notre devoir était de restaurer les valeurs originelles de l’Empire, de le purger de sa gangrène et c’est pourquoi nous avons rallié Daguefilante sous une nouvelle bannière : « L'Ordre du Lion », car nous, si amoindris par le nombre, si affaiblis que nous étions, nous n’avions pas oublié le rôle de la Légion : Servir l’Empire, un Empire gouverné par l'Emblème du Lion.



    Lhyonidas


    Dernière édition par Lhyon le Mar 25 Mar - 2:02, édité 1 fois
    avatar
    Lhyon

    Messages : 97
    Date d'inscription : 26/01/2014
    Age : 32
    Localisation : Daguefilante

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s): L'Ordre du Lion.
    Alliance:

    Re: Lhyonidas et l'Ordre du Lion

    Message par Lhyon le Mar 25 Mar - 1:52

    (Petite mise à jour du texte afin de le rendre plus pertinent, j'ai également changé le titre, vous m'en excuserez !)

      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 21:23