The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Un instant de répit

    Partagez
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Un instant de répit

    Message par Cleyam le Mer 12 Mar - 23:10




    25 Semailles 2E 582, Mer Abécéenne

    Le navire craquait de plus en plus, à mesure que la force des vagues se faisait plus oppressante sur la coque, mettant à l'épreuve le génie naval des altmers en matière de construction de bateaux. Il était assez surprenant que la mer Abécéenne soit aussi agitée, à cette période de l'année, qui venait de voir passer les tempêtes hivernales fassent auxquelles devaient lutter tous les ans les marins empruntant les voies commerciales du sud de Tamriel. Heureusement, ce bâtiment luxueux avait été construit dans l'un des plus imminents chantiers navales de l'Archipel de l'Automne, et sa charpente était solide, si bien que l'équipage restait assez détendu, pourvu de cette nonchalance oscillant souvent vers l'orgueil, que l'on pouvait facilement attribuer aux hauts-elfes. Il faut dire que dans un navire de guerre du Domaine, on ne pouvait pas s'attendre à moins.

    C'est ce que se répétait Cley'am, gauchement assis sur un tas de cordes, dans un coin de la cale où il avait été confiné depuis quelques jours, c'est-à-dire depuis le départ du navire. Tandis qu'il essayait de garder un équilibre à peu près stable sur son siège improvisé, il se dit qu'il ne savait guère trop quoi penser de la situation dans laquelle il se trouvait embarqué, depuis que le capitaine lui faisait du chantage quant à son identité. Comme d'habitude, son titre de « Fusozayiit », légèrement répandu au sein de la faction du sud-ouest, ne lui attirait pas beaucoup de faveurs, et il devait à présent faire face à la crainte d'être dénoncé au Thalmor, à moins d'apporter son aide bénévolement à cette escouade de soldats en partance pour le perchoir de Khénarthi. Il ne voyait pas plus ce qu'il pouvait bien aller faire sur cet îlot perdu, mais avait depuis bien longtemps fini par cesser de s'interroger sur les motivations des grandes instances de l'Archipel.

    Heureusement, et à son grand soulagement, Eïffy Ventdechêne, sa camarade de route depuis presque trois mois, avait décidé de l'accompagner, pour des raisons qu'il ne connaissait pas encore, mais qui pouvaient peut être s'avérer liées aux révélations des derniers jours. Il fallait dire que cet étrange individu au visage caché sous une capuche, qui les avait tous les deux engagés séparément pour leur contrat à Prime-tenure, avait de quoi les intriguer. Il avait réussi à faire sortir Cley'am des geôles du Thalmor a l'insu de ces derniers, et Eiffy avait sans doute de semblables anecdotes en tête. Et à présent, ce personnage atypique essayait de les tuer, quand bien même ils avaient accompli sa mission, et cela en n'usant pas des tactiques les plus conventionnelles. Le souvenir de cette terrifiante créature de brumes et des morts-vivants qui l'accompagnaient suscita un léger frisson chez le khajiit.

    Ils n'avaient aucune idée de ce qu'il leur voulait, de sa véritable identité ou de la probabilité d'une nouvelle tentative d'assassinat à l'égard de leur personne. Toujours était-il que pour sa part, Cley'am n'était pas contre un éloignement d'Auridia, où avait eut lieu leur dernière confrontation en date, probablement car il était persuadé que les cadavres ambulants n'étaient pas capables de nager. Il passa sa patte droite sur son visage, se frottant les yeux en essayant de se resituer plus précisément dans le contexte difficile de son existence, depuis sa libération et le début de ses péripétie sen compagnie de la bosmer.

    Après son échappée des cellules du Thalmor et le grabuge causé en compagnie d'Eïffy à Prime-tenure, ils avaient cherché à s'éloigner du Domaine pour se faire oublier, envisageant le passage par Cyrodiil, pour se rendre à Lenclume et notamment à Stros M'kai, une île réputée comme étant une bonne planque. Ils avaient failli réussir à rejoindre la province impériale, lorsqu'ils étaient tombés sur les premiers morts-vivants invoqués pour les réduire en charpie, ainsi que sur ce fameux monstre de brume. Malgré leur victoire, celui-ci avait fait une telle impression sur eux deux que, incapables de réfléchir de manière sensée, ils étaient retournés dans l'Archipel, terrifiés, pensant pouvoir faire profil bas à Gardeciel pendant quelques temps, et attendre que les choses se tassent en Cyrodiil.

    Ils ne savaient évidemment pas à l'époque que la Guerre des Alliances était sur le point d'éclater, et que ces monstres en avaient après eux plus particulièrement. La première nouvelle leur parvint au début de leur séjour, et c'est sans doute ce qui poussa l'homme-chat à s'associer à l'énigmatique Reniel, ainsi qu'à sa Plume Aldmeri, semblant vouloir ramener le calme dans cette situation de chaos à l'échelle continentale. Quant au retour de cet étranger à capuche, et de ses créatures effroyables, cela ne datait que de la veille de son départ, et ils n'avaient appris de sa propre bouche qu'alors ce qu'il comptait faire d'eux : de la viande froide. En y repensant, par Azurah, il comprenait en réalité très bien pourquoi Eiffy l'avait accompagné : elle devait être aussi secouée que lui à l'idée d'être ainsi traqués par un parfait inconnu aux pouvoirs si démesurés en apparence, et auquel ils n'avaient échappés que par pure chance, et par la grâce de Baan Dar.

    Jetant un coup d’œil perçant à sa voisine, également présente dans la cale dans laquelle il avait été consigné, il lâcha, d'un ton ironique se donnant des airs songeurs :

    « - Le khajiit espère que les caprices de Khénarthi ne vont pas faire perdre de temps à la nef des elfes, mrrr. A force d'être ridiculisé par les militaires, il pourrait risquer d'y prendre goût. »

    Pour accentuer son air malicieux, il ponctua sont rait d'humour de sa recherche de sa gourde au sucrelune, dont il s'accorda une gorgée, se léchant suite à cela les babines avec délice. On lui avait dit qu'il pourrait de toute manière racheter des quantités de sucre, au Perchoir, puisqu'on y trouvait des plantations, aussi ne se privait-il guère sur les doses, afin de combattre l'ennui. Il était ainsi en définitif d'une humeur paradoxalement joyeuse, ce qui le faisait trancher habituellement de l'air plus renfrognée de l'archère. Se lissant les moustaches, il chercha à s'assurer de ses réflexions précédentes :

    « - Les morts-vivants ne savent pas nager, n'est-ce pas ? Par Azurah, le khajiit prie pour qu'ils ne savent pas nager ! »


    Dernière édition par Cleyam le Lun 24 Mar - 10:07, édité 1 fois


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Jeu 13 Mar - 0:20

    Les remous du navire avaient comme un effet apaisant sur les nerfs de la Bosmer. Peut-être était-ce aussi là le calme que l’on pouvait ressentir une fois hors d’atteintes des griffes d’une entité brumeuse gigantesque. Ses derniers jours, les différentes images de ses intrigues se superposaient dans son esprit en l’empêchait de trouver un peu de paix. En soit, ce n’était pas commun qu’Eïffy se sente bien dans son crâne. Mais la torture supplémentaire à son imagination la rendait plus nerveuse. Lui donnait un air plus ailleurs. Car au lieu de subir la crainte que ses pensées deviennent réelles. Elle subissait le fardeau de cette réalité qu’elle aurait préféré imaginer. Et au final, cela occupait bien plus ses pensées que la situation actuelle.

    Etrangement, tout ce qu’elle avait pu apprendre sur le Fusozayiit n’en faisait pas un compagnon moins appréciable. En y repensant à chaque fois, elle concluait qu’elle s’en foutait. Comment après tout aurait-elle pu le jugé sur ses actes ? Le Thalmor ne représentait pour elle qu’une source de mépris zélés. Et sa pensée était vouée à des aspirations moins nobles que ce que l’on voudrait lui imposé. Survivre, avancer, découvrir, et survivre. Et malgré tout, le fait de ne pas respecter un point spécifique du Pacte Vert la torturait suffisamment pour ne pas pouvoir comprendre l’aspect rebelle des autres. Et puis, à défaut d’une petite frappe, Cley’am reste un compagnon amical. Mais en fermant un instant les yeux, elle s’imagina le chat d’Elweyr étalé au sol. Celui-ci noyé dans une mare de sang. Et immédiatement, la pensée lui fit rouvrir les yeux.

    Peut-être au fond était-ce pour ça qu’elle avait décidé de le suivre. De l’accompagner dans ses propres quêtes. Et de le voir la suivre lors des voyages de sa propre initiative. Elle revoyait en lui un nombre étonnant d’ami disparut. Nedhelorn, Derkan, Dar’Jara. Heureusement, ils ne partageaient pas tous le point commun d’avoir été tués, mais cela était suffisant pour la mettre en confiance vis-à-vis du Khajiit. Mais un autre nom l’inspirait à l’empêché d’être tué. Un nom qu’elle s’efforçait de renié. Et elle arrivait à chaque fois à faire partir cette idée de sa tête. Louant cette pensée mouvante à son esprit malade. Il est vrai que Cley’am semblait avoir des points communs avec Bronjald. Sauf peut-être la fourrure et le sucrelune.

    Prime-Tenure était loin maintenant. Et s’en approché de trop prêt aurait surement été une épreuve difficile. Cet endroit était devenu un tombeau pour les rêves d’un idéaliste dont elle avait elle-même privé un destin de combat pour ses rêves. Et tout ça, au nom d’un Empire qui n’existe même plus. Le meurtre de Gaedon était un sujet de réflexion qui lui revenait souvent. Et dans ce genre d’endroit, encore plus. Des questions sur la justice, sur la raison. Et sur le véritable sens de son geste.

    Elle se jurait avoir fait ça pour ses convictions personnel envers un Empire pour Tamriel. Mais à chaque fois revenait l’image de l’Encapuchonné qui l’observait. Malgré son visage voilé, elle jurerait voir l’aspect fantomatique d’un sourire se moquant d’elle. Après avoir agis pour cet être en croyant servir les intérêts de quelques choses la dépassant. Elle savait maintenant qu’elle ne valait pas mieux qu’une traitresse à la solde d’un scélérat l’ayant manipulé. Ça la torturait, mais au final, peut-être était-ce ça qui la poussait à se rapproché du Khajiit. Un compagnon d’arme dans me même état qu’elle, traversant les mêmes erreurs. Pour finir dans la même situation. Trop de fois, elle avait vu un camarade lui mourir. Cette fois, elle se jura intérieurement que ça n’arriverait pas.

    Mais le silence se brisa quand le Khajiit éleva la parole. Siégeant sur son trône de corde, il avait émis une phrase ironique sur son sort. Tout en s’offrant une bonne gorgée de sa gourde. Elle se questionna aussi sur ça, d’ailleurs. Comment pouvait-il boire un mélange de ses épices qui l’enverrait salué Y’ffre dans un royaume de saucisson et de fromage en habillée en femme de chambre. Une petite moue se dessina sur son visage, et elle jugea que répondre à son semblant de boutade par un haussement d’épaule était le plus sage. Au final, son regard détailla la cale du navire où elle avait été mise. Encore une fois, elle payerait pour le fardeau du Khajiit. Mais encore une fois, elle s’en moquait un peu. Tel était le destin, qu’il agisse, et elle agira. Puis son regard changea, et elle tourna la tête en observant Cley’am, étonnée. Sa dernière question avait presque l’air d’être réelle. Mais que ce soit ou pas le cas. Eïffy y répondit avec un ton amusé.


    - A défaut de nager, ils peuvent toujours être invoqués non ? Les rituels noirs, la magie daedrique terrifiante. Je dois dire que je n’y connais rien. Mais ils savent surement nagés, surtout s’ils nous voient comme tu vois une pâtisserie saupoudré d’une quantité un peu trop généreuse de sucrelune à l’autre bout d’une rive.
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Jeu 13 Mar - 20:58

    Cley'am afficha un demi-sourire, laissant deviner quelques crocs pointus sous son museau félin, tandis qu'il écoutait l'elfe lui répondre sur le même ton de la plaisanterie. Cette femme avait tout d'une énigme en définitif, à ses yeux, et s'il avait réellement accepté de faire route avec elle, cela avait d'abord été pour son aspect intriguant. Les bosmers qu'il avait appris à connaitre étaient de bons vivants, plutôt poussés par l'optimisme, et même les plus sérieux d'entre eux, à l'image de Reniel, avaient cette volonté de vaincre en lien avec leur foi en l'avenir, qu'il n'avait pas l'impression de retrouver chez l'archère. Du peu de ce qu'il avait cru comprendre, en l'espace d'à peine deux mois en sa compagnie, elle semblait sans cesse voir le mauvais côté des choses, et cela d'une manière très imagée, ce qui s'associait parfaitement à ses airs rêveurs, survenant parfois même dans les pires moments.

    Bien sûr, son tempérament le poussait naturellement à rire de cette morosité généralisée qui semblait caractériser le personnage, quitte à parfois la faire enrager de tant d'insouciance, ou la plonger dans un profond sentiment de dépit en apparence. Cela dit, la voir sourire et plaisanter, de temps à autre, avait malgré tout un aspect rassurant, et lui permettait de s'assurer qu'il restait encore un peu de joie de vivre dans cette bosmer. Il se gratta le dos à l'aide de l'un de ses doigts, dont il laissa dépasser légèrement la pointe de la griffe, en faisant une grimace d'extase, tandis que de manière simultanée, il sentait le sucrelune commencer à faire effet sur ses nerfs, le détendant comme un bout fromage trop près du feu. On pouvait parfaitement sentir la proximité avec les chats domestiques des humains, sans doute d'anciens cousins de son espèce, en cet instant où il s’étirait avec un mélange légèrement comique de langueur et d'élégance féline.

    Il lança, pour répondre à la pique à peine voilée :

    "- Si la viande froide mangeait davantage de sucre que de carcasses fraiches, elle aurait sans doute meilleure mine ! Mrrr."


    Réajustant sa position sur le sac de cordes, il croisa les pattes antérieurs, et passa les mains derrière sa tête, comme pour s'en servir d'oreiller tout en s'appuyant sur le mur formé par la coque. D'un ton nonchalant, il s'exclama :

    "- Mais au fait, Eïffy n'a pas expliqué au khajiit d'où elle connaissait ce jekosiit d'elfe à la capuche ! Il est curieux d'en savoir plus, mrrr !"


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Ven 14 Mar - 12:11

    Imaginer des revenants nagé d’une rive à l’autre. Peut-être même en miaulant comme le ferait un Khajiit, aurait été une meilleure discussion pour elle. Mais l’on ne peut pas toujours plaisanter, et c’était en plus de ça la première à le faire savoir. Malgré tout, devoir reparler de cet Altmer encapuchonné était une chose. Cela signifiait fouiller dans toutes ses étapes et difficultés pour une trahison prévue depuis longtemps. Cela signifiait avoir été l’objet d’une volonté plus obscure.

    Avoir combattu pour le Thalmor malgré ses convictions n’était déjà pas une chose facile. Alors se rendre compte qu’il s’agissait de quelque chose de bien pire. Et finalement, elle tourna la tête vers le Khajiit quelques secondes après sa question. Y répondre, oui. C’était le mieux à faire maintenant.


    - J’ai travaillé pour cet homme sous cause du « Thalmor » une bonne dizaine de fois. Ça à débuter aux abords de Bordeciel, jusqu’à Auridia. Ma dernière mission fut de trouver un sceptre dans une crypte remplie d’infecté touché par la malédiction d’un vampire. Enfin, celle-là et… Prime-Tenure…

    Puis elle remua la main. Chassant le vide. Repoussant l’air vaguement comme pour essayer de faire partir ses idées. Ses mots qu’elle avait laissé partir dans l’air sans forcément de contrôle. Une petite moue se dessina sur son visage, puis elle commença à fouiller dans sa besace pour y trouver un réconfort bien mérité. Elle n’avait pas autant d’espoir que le gros chat de trouver du sucrelune à Kénarthi.

    Elle était à la recherche d’un met parfois rare et dont elle avait développé une certaine addiction. En coupant deux morceaux à la lame de jet, elle en balançant un bout de saucisson à Cley’am. Ne sachant même pas si il l’attrapera. Elle n’était de toute façons pas encore addict au point de hurler sur un peu de sa charcuterie venait à tomber par terre.


    - Au final. C’est du passé. Xarxes nous offres parfois des destins troubles jusqu’au moment où ils s’arrangent enfin. Du moins, j’espère. Mais si je peux planter une flèche dans l’œil de ce traître, je n’irais pas m’en plaindre.

    Conclus Eïffy avec un haussement d’épaule tout en s’offrant une bouchée de cette nourriture succulente qu’elle balançait d’une main à l’autre en parlant. Il n’était pas difficile de trouver des phrases où l’on souhaite la mort d’un tel antagoniste après avoir dut trahir ses propres valeurs. Et elle avait dut choisir parmi toutes les possibilités de coups mortels à annoncer. Au final, c’est vrai qu’une flèche dans l’œil était ce qu’il y avait de mieux.

    Après avoir remis en place son dos contre la paroi de bois de la cale. Qui cela dit était étrangement plus confortable que nombre des endroits où elle avait eu le malheur de s’installer. Elle regarda à nouveau le Khajiit en lui laissant le temps d’émettre un quelconque commentaire. Mais à défaut d’y répondre, elle avait toujours l’envie de changer de sujet, plutôt que de continuer à parler d’un être qu’il la mettait plus que mal à l’aise. C’est pour cela qu’elle fini par lui demander.


    - Et toi ? Qu’est-ce que tu en penses de tout ça ? Reniel, l’encapuchonné… Et même l’Empire. Tiens dis. Qu’est-ce que tu penses de l’empire, toi ? Tout en passant sa main sur le médaillon du légionnaire Vendimus qu’elle portait au cou, sous son écharpe.
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Sam 15 Mar - 13:42

    Malgré ses dehors insouciants, Cley'am prit bonne note de toute ce que lui apprit l'elfe sur leur mystérieux antagoniste, qui semblait, d'après ses propres dires, vouloir s'assurer à tout prix de leur silence. Cela devait être d'autant plus vrai maintenant, alors qu'ils étaient au courant des implications macabres de cet individu avec le Culte du Ver, et les événements secouant le continent. Eiffy devait avoir commencé à s'habituer à cette drôle de façon d'être, chez l'homme-chat, qui bien qu'il semblait continuellement agir de manière instinctive et excentrique aux yeux d'un observateur neutre, faisait parfois des remarques ou des actes bien trop pertinents pour ne pas avoir été réfléchis. Il garda donc l'oreille dressée, à l'affut des informations transmises par la bosmer, faisant état de sa profonde implication dans certains des projets de cet inconnu, qui avait finit par se retourner contre elle, au moment où elle devait s'y attendre le moins. Il pouvait comprendre le sentiment que lui prodiguait un tel retournement de situation, et se contenta de garder un silence compatissant face à sa première réponse, lui permettant de conserver sa dignité déjà entamée par la trahison.

    Il afficha un demi-sourire, ce qui eut pour effet de légèrement soulever l'une de ses babines et, par cet intermédiaire, ses longues moustaches blanches. Une flèche dans l’œil, voilà un programme qui semblait coller parfaitement à sa camarade, parfois si prompt à décocher au moindre risque. Il se contenta d'acquiescer :

    "- C'est noté, le khajiit laissera le coup de grâce. Il n'a pas particulièrement de faire couler le sang de qui que ce soit."

    Cela pouvait paraître paradoxal, il le savait bien, lui qui était toujours et encore poursuivit par le Thalmor pour de nombreux motifs, dont plusieurs meurtres, certains de sang froid. Mais s'il ne rechignait pas à tuer pour sauver sa peau, lorsque le moment s'en faisait sentir, il n'avait nulle envie particulière de se battre et de mettre fin à l'existence d'un autre être, et préférait autant laisser ce soin à quelqu'un d'autre, d'autant plus si la dite personne semblait si impatiente de le faire. De plus, et contrairement peut être à la bosmer assise non loin, il n'avait guère de rancœur contre ce mystérieux nécromancien si neutre dans ses expressions et ses paroles. Cela faisait bien une dizaine d'années maintenant qu'une personne sur deux faisant sa rencontre finissait par souhaiter le tuer, et il était bien trop bon-vivant pour pouvoir rendre de la haine à autant de personne. Il avait réalisé qu'il valait mieux vivre ainsi grâce à une amie depuis bien trop longtemps perdue de vue...

    Il revint à la situation présente lorsque Eïffy l'interrogea de manière continue sur son ressenti à propos des événements récents. Il est vrai que l'elfe ne savait pas grand chose de lui, en définitif, puisqu'il était fort porté sur le silence et les mensonges, comme l'apprenaient les siens en suivant les conseils d'Azurah. Son passé restait un mystère opaque pour la bosmer, qui n'en connaissait que des indices laissés par l'avis de recherche du Thalmor qu'il lui avait montré une fois. Ils se connaissaient et s'appréciaient davantage l'un l'autre que par l'amitié qu'ils avaient forgés dans l'adversité que par leurs points communs qui, il fallait bien le dire, restaient assez ténus. Il se dit qu'en un sens, il lui devait bien quelques éclaircissements, du moins sur ses actes récents, en compensation de son embarquement à ses côtés pour le Perchoir. Se caressant le menton d'un air songeur, laissant glisser ses doigts griffus dans sa fourrure grise, il finit par lâcher :

    "- Reniel est un bosmer qui a des idéaux, mrrr. Il envisage le monde tel qui devrait être plus que comme il l'est vraiment, et veut changer les choses, les rendre meilleurs. Le khajiit ne dit pas que c'est une chose sensée, et pense même que c'est assez stupide et suicidaire. Mais à vrai dire, le khajiit n'aime guère les choses trop simples et ennuyeuses, et se dit que la Plume pourra toujours l'amuser, tout en lui permettant d'accomplir le Je'm'ath. Le bosmer a aidé Cley'am, donc Cley'am aide le bosmer. La parole est sacré, on ne peut pas revenir dessus."

    Il était extrêmement sérieux, à ce propos, et bien que ses justifications commencèrent sur l'air de la plaisanterie, la dernière partie fut énoncé sans la moindre forme d'hésitation. Il était sans nul doute un voleur, un menteur, un tueur, tout en niant en bloc de l'être, mais s'il y a bien une chose sur laquelle il ne brouillait jamais les pistes, c'était sur l'importance de sa parole. Le Je'm'ath est un concept sacré, et s'y substituer serait être un chat courbé, ce qu'il n'était surement pas. Les elfes et les humains pouvaient bien garder leur sens étriqué de la morale, lui et les siens avaient la leur, et n'en démordaient pas plus.

    Quand les propos se recentrèrent autour de leur principal adversaire commun, il prit le temps de se remémorer leur dernière rencontre. Après avoir échappé à la "Bête des Brumes", quoi qu'elle ait pu réellement être, ils étaient revenus à Auridia, et s'y étaient caché. Puis, après quelques temps à vivre de petits contrats, il y avait eu cette histoire de vol de cheval, et ils n'étaient restés que quelques jours de plus, puis avaient à nouveau quitté l'Archipel pour le continent. Eïffy avait peut être envisagé de revenir un temps dans sa ville natale, auquel cas il l'aurait sans doute accompagné, mais à peine quelques jours après leur débarquement, ils tombèrent nez-à-museau avec ce fameux altmer, qui les attendait au détour d'un chemin, avec le plus grande flegme du monde.

    Ce n'était pas un ennemi au sens ordinaire du terme, comme on en voit dans les histoires, et c'était peut être le plus troublant, avec lui. Il les avait salué avec un certain détachement, comme il l'aurait fait pour de vieilles connaissances vaguement intéressantes, histoire d'être poli. Il leur avait vaguement expliqué, d'un ton calme et conciliant, et sans la moindre méchanceté ou ironie, qu'ils étaient vivants, et que ce simple fait devenait problématique pour lui et "des collaborateurs", puis avait avec un détachement tout aussi notable invoqué ou appelé plusieurs cadavres, avec lesquels le duo avait lutté, avant de réussir à s'enfuir de peu, heureusement sans blessure. Depuis, ils avaient prit ce bateau, et n'avaient plus de nouvelle de cet encapuchonné, étrangement amical, en réalité. Il fit par de son étonnement à l'archère :

    "- Mrrh... A dire vrai, le khajiit ne sait guère trop quoi dire. L'étranger ne ressemble pas vraiment à ces nécromants dont on parle dans les contes, rrrr. Il dirait même que, pour un altmer, il a l'air plutôt sympathique, outre le fait que ce soit un tueur qui relève des morts..."


    Il réfléchit un moment, puis ajotua :

    "- Quand Cley'am a été libéré, l'altmer semblait comme chez lui, dans l'enclave du Thalmor, et pourtant, ils n'étaient pas au courant de ses actes. Le khajiit a cru avoir eu une chance de se racheter, mais il n'a été qu'un jouet dans les mains de l'elfe. Au moins, il peut dire qu'il n'a pas eu à l'aider plusieurs fois, c'est déjà un réconfort-rrr."

    La conversation le conduisit maintenant à parler de l'Empire. C'était une question assez étrange, pour lui, puisque dans sa jeunesse, il n'avait pas réellement eu affaire à l'Empire, qui n'avait jamais eu le temps de conquérir Elsweyr sous la domination de la dynastie des Reman, contrairement aux altmers qui, en les sauvant de la Grippe Knahaten, s'en étaient fait des alliés par Je'm'ath. Il y avait donc eu des cas plus isolés, ayant parfois donné des cas d'amitié, comme avec sa vieille instructrice de Cyrodiil, qui à Dune, lui avait appris à lire et écrire le commun dans une cave. Quelle lointaine époque... Il agita la queue avec grâce, accomplissant une impressionnante figure de la Danse des Deux Lunes qu'Eïffy était malheureusement trop inculte pour pouvoir apprécier.

    "- L'Empire de Cyrodiil n'a jamais causé de problème à Cley'am, puisqu'il a toujours été trop occupé à devoir gérer les siens, bien plus nombreux. Le khajiit n'a rien à lui reprocher non plus, et cette situation lui convient très bien ainsi-rrr. De toute manière, Alkosh sait bien que le temps des grands empereurs est depuis longtemps révolu. Peut être que cela changera dans un avenir plus ou moins proche, et que le khajiit sera là pour le voir. Azurah en décidera, mrrr."


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Mar 18 Mar - 17:35

    Musique d'ambiance:

    Mettre à 44:08, "City of Happys Ones"


    - Oui, tu as surement raison. Mais je… Parfois, je me dis que c’est en pensant à l’Empire que j’y verrais plus que l’instant présent avec lequel j’ai pu discuter avec la trameuse. Nous avons parlé du temps, de l’instant. Pour une fois depuis longtemps, je me suis sentie… Mieux. Plus vivante. Et je voudrais que ça reste ainsi par la suite, en recherchant ce présent dans un idéal qui me convient.

    Cela sonnait étrange, venant de la bouche de la Bosmer. Comme une révélation retenue depuis un moment. Comme se soulager d’un poids en libérant ses doutes, ses craintes. Son regard s’adoucit un instant, trahissant sa pensée. Elle n’était surement pas en train de se voir servir l’Empire pour le moment. Après un petit instant qu’elle laissa coulé en reprenant quelques forces de part ce morceau de saucisson glissant dans sa bouche, elle décida remettre son dos en place. Une petite douleur venant circuler le long de ses muscles. Elle ne pouvait pas se détendre contre une paroi aussi peu confortable que celle de la cale.

    Finalement, ses pieds glissèrent contre le parquet en trouvant une manière rapide de se trouver une posture pour se redresser. S’étirant longuement dans un petit râle due à son corps engourdit par l’attente. Surement aussi à cause de son état mental encore une fois un peu trouble. Mais pas dans le pessimisme dont elle avait habitué le Khajiit à subir. Dans un état de repos et de recherche intérieur. L’effet de la trameuse avait été puissant, cette fois. Surement parce que sous le conseil de son compagnon d’arme, elle l’avait véritablement écouter.

    Depuis lors avait débuté la recherche sur elle-même. Effacé ses doutes, voir au-delà de ses peurs qu’elle n’assumait pas. Profiter du moment présent, comme elle aurait toujours du le faire. Aurait-elle souffert bien plus si elle avait profité du temps avec son mentor bien plus qu’elle ne l’avait fait ? Où aurait-elle eue le droit à un peu plus de bonheur, et envie de poursuivre ? Tout cela ne correspondait pas à sa manière de voir les choses. Ce détachement naturel qu’elle avait envers son propre bonheur aux dépends de celui des autres. Une générosité enfouie sous les moqueries et son aspect râleur. Et depuis lors, elle se demandait si elle-même ne pouvait pas devenir quelqu’un de bien.

    En tandis qu’elle recherchait une nouvelle réponse, une vague faillit lui faire perdre l’équilibre. Celle-ci jouant de ses appuis jusqu’à la stabilité. Ce qui fut difficile, jusqu’à ce que le tangage redevienne calme. En s’attendant à ce que le Khajiit rigole de son jeu artistique de danse improvisé pour ne pas se casser la figure par terre. Après un long soupir de soulagement quant à la survie de son crâne, elle s’adossa à la paroi de bois en croisant les bras. En y repensant, ce n’aurait pas été la première fois que ce genre d’instant arriva. Et que pour une fois, il n’y avait pas de mal qui traina dans son esprit. Pas d’image d’elle dans un horrible carnage sanglant n’ayant presque pas de sens. Elle conclut qu’elle fut amusée de l’instant, et c’est ce qui la fit tilté.


    - C’est peut-être ça au final. Ce que tu me rétorques si souvent. Réussir simplement à croire en ses capacités. Jouer de ce qui nous arrive en continuant à avancer, tant que l’on le peut encore… Et à défaut d’attendre quelque chose de l’Empire, faire l’inverse.

    Elle leva la tête en croquant à nouveau dans son met, accordant à l’instant de paix qu’elle avait réussi à dénicher à l’intérieur d’elle-même, comme une récompense au goût délicieux. Sur ses traits traduisant au commun de la fatigue pour ce qui l’entoure, se dessina un petit sourire tandis qu’elle s’octroya le fait de pouvoir fermer les yeux. En laissant un petit instant de pause, laissant peut-être le Khajiit émettre une quelconque suggestion, elle se senti dans l’instant l’envie de rajouté quelque chose d’étonnant venant de sa part. Comme une conclusion en prenant du recul. Comme une libération nouvelle, sur quelque chose de plus joyeux après toutes ses horreurs.

    - Tu sais quoi ? Je me fiche de l’Encapuchonné et de ses desseins. Et grand bien te fasse si tu aides Reniel, et que je suis à tes côtés. Et que l’Empire naisse, ou attente un nouveau jour pour le faire, qu’importe. Si je crois en l’Empire, je ne dois pas attendre de lui un lendemain offert comme une pâtisserie bien remplie de sucrelune qui te tomberait dans les babines. Ce serait non pas l’Empire où est Eïffy, mais Eïffy de l’Empire. Et  celle-ci se laissant guider dans les temps présent selon ce qu’ils offrent. Le rire, le sérieux. La paix, ou le conflit. Tant que l’on avance sur un chemin fait de chose à accomplir. Ça me va.

    Dire tout ça était comme une bénédiction. Elle y avait déjà pensé, sans y croire. Après Gaedon, après cette créature faites de brumes. Après tout ce que jadis, elle avait pu vivre sur les routes. Le tout n’était pas de craindre que le Khajiit périsse un jour, ou qu’elle ne meure à son tour. Le tout était de profité de ses moments à voyager avec un compagnon d’arme. Et elle se dit au fond, plus qu’un combattant côte à côte. Peut-être bien un ami.

    - Alors nous partons pour Khénarti. Et ce sera aussi le départ de la Plume de Reniel. Mais autrement, as-tu déjà une idée de ce que l’on va y faire ? Si ce n’est voir les champs de sucres.
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Ven 21 Mar - 9:51

    L'homme-chat observa le manège de la bosmer, l'air amusé. Ainsi donc, elle l'avait écouté lorsque, avant leur départ de Faneracine, il lui avait conseillé de renouer avec ses dieux envers lesquels elle semblait entretenir une relation pour le moins conflictuel. Il avait à plusieurs reprises eu l'occasion de discuter lui-même avec des trameurs. L'avantage qu'entretenaient les khajiits et les bosmers était que, bien que leurs races puissent paraître rivales de part leurs panthéons respectifs, ils reconnaissent au moins l'existence des dieux d'autrui. Après tout, Yffer, comme l'appelaient les siens, faisait partie de la mythologie khajiiti, et Baan'Dar, le glorieux chat de la roublardise, avait même une place de choix chez les elfes des bois. Ainsi donc, en discutant avec les prêtres-conteurs des autochtones de Val-Boisé, il avait appris bien des choses dont il ne soupçonnait même pas l'existence, et s'était instruit aussi bien que s'il avait lu un excellent livre. Il fallait reconnaître que sans conteste, les disciples d'Yffer sont dotés de dons d'orateurs époustouflants, capable de donner à voir à autrui ce qui chez un banal barde ne serait qu'un conte pour ja'khajiits.

    Savoir que sa camarade s'était donc en quelque sorte réconciliée avec la relation symbiotique de son peuple avec le présent, sans crainte du passé ou du futur, le rassura quant à son devenir. Il doutait sérieusement qu'elle quitte un jour ses dehors grincheux et pessimistes, mais si elle pouvait au moins être un peu moins rongée par ce qui hante ses souvenirs, il s'en contenterait amplement. Toujours avec une lueur de malice dans ses pupilles fendues, il suivit le ballet improvisé de la bosmer en train de tenter de garder son équilibre, tout en lui faisant part de son ressenti. Pour sa part, peut-être était-ce du à son habileté féline, mais toujours était-il qu'il ne semblait pas ressentir l'agitation de la mer, toujours aussi confortablement lové dans son fauteuil improvisé, dont sa queue émergeait en continuant de remuer avec une lascivité mesurée. Lorsqu'elle essaya d’interpréter les conseils qu'il lui donnait parfois par énigme, il sourit, son regard ne trahissant pas le moins du monde sa pensée profonde et, moqueur, lui lança :

    "- Le khajiit a dit ça ?"

    La valeur du silence. Azurah le lui avait enseigné, comme à la majorité des siens, et il s'y tenait plus que jamais aujourd'hui, après que ses pattes l'aient à plusieurs reprises conduit sur des voies transgressant cette règle, ne causant que son malheur. Le peuple d'Elsweyr était plein de secrets pour les autres races, et Cley'am était sans doute un excellent représentant de cela, depuis qu'il avait retenu ses erreurs de jeunesse. Qui aurait pu dire ce qu'il pensait réellement de cette histoire de profiter de l'instant présent ?

    La bosmer se lança soudain dans une tirade passionnée, où elle affirma son refus de s'en faire pour la menace qui planait au dessus de leur tête, et pour les conflits à venir, qui ramèneraient peut-être l'Empire au sommet de sa gloire. Il ronronna légèrement en l'écoutant affirmer qu'elle ne souhaitait plus qu'aller de l'avant, et trouva ce changement de comportement réconfortant, pour lui qui depuis maintenant si longtemps, ne faisait que marcher aux quatre vents pour des raisons connues de lui seul. Il se complaisait dans la compagnie, et savoir qu'il pourrait compter sur le support de l'archère pendant un bon moment ne put que le satisfaire.

    La dernière question de cette dernière l'obligea à sortir de son mutisme. Toujours porté sur son langage évasif qu'il affectionnait tant, il lui laissa entrevoir ce qu'il avait en tête :

    "- Mrrr, le khajiit s'attend à ce que Khénarthi lui soit de bon conseil, une fois arrivé à son Perchoir. C'est une terre sans allégeance, et un bon endroit pour ceux qui cherchent à se faire oublier. Avec le Domaine venant secouer la torpeur de l'île, il est fort probable d'y trouver ce qu'on espère guère plus revoir un jour."

    Se lissant les moustaches, il ajouta :

    "- Et puis il y a le sucre, bien sûr-rrr !"


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Sam 22 Mar - 10:14

    Le sucre, oui. Mais comme tout ce qu’ils pourraient trouver dans ce nouveau lieu, ce sera à quel prix ? Son côté pessimiste restait tout de même gravé à l’intérieur de sa manière d’être. Et bien qu’elle s’essaie à conserver l’idée que tout sera plus simple. Il lui était difficile de profiter de l’instant présent à se faire mal au dos dans une cale d’un navire. Bien qu’elle avait chassé la paranoïa du navire accosté par des pirates, ou faisant naufrage au milieu de rien, cela restait un voyage pénible. Pour cette fois, elle n’aurait pas réussi à gratter un endroit confortable au nom du Thalmor. De toute façon, après l’affaire de Prime-Tenure, elle n’en avait plus l’envie. Se plaindre serait bien ironique dans la situation actuelle. Avec un peu moins de chance, ils auraient été tués tous les deux à causes de la réputation du Fusozayiit.

    Mais quoi qu’il se passe, elle doutait que ses flèches restent uniquement dans son carquois. Y’avait-il un lieu en ce monde qui ne demande pas à ses voyageurs errants de combattre pour gratter un peu plus de temps à vivre ? Ce n’était pas une citadine, et il ne lui viendrait pas l’idée de le devenir. Vivre dans quelques commerces de pommes de terre. Trouver peut-être un mari, en premier lieux aimant. Puis comme tous les amis qu’elle se ferait, il deviendrait sale, gras, violent. Entres tabassage, lynchage, pillage par les petites frappes. C’était comme ça qu’elle voyait la vie des habitants d’une ville. Du moins, c’est ce qu’elle avait lu dans un récit bien sinistre. Et son esprit en avait fait un cliché commun, et ce n’était peut-être pas plus mal. Puisqu’elle avait toutes les raisons de rester déterminer à conserver des valeurs aventureuses.

    Croisant finalement les bras, en ajustant son dos contre la paroi une nouvelle fois, elle essayait de s’imprégner un peu mieux de ses beaux discourt. Ce n’était pas une chose aisée. Il y à le dire, et le penser. Mais si elle avait pu trouver ses mots au fond d’elle-même, car quand la Bosmer s’exprime de cette manière, il faut dire que ça vient toujours du cœur. Si elle avait su utiliser ses phrases là, c’est qu’une part d’elle-même le pensait réellement. C’était sûrement ça, l’effet d’une bonne trameuse. Elle avait déjà eue la chance de se débarrasser de sa phobie des Orsimer à cause de cette vieille folle qui l’avait plongé elle et bien d’autres jeunes Bosmer dans les limbes de la peur et du doute. Peut-être que le reste partira un jour. Ou elle disparaitra avec ses fardeaux une fois morte.

    Revenant petit à petit à la réalité, elle tourna son regard vers le Khajiit. Bien installé dans son trône de corde, tel un petit seigneur de la cale. Sans actions à menés, il n’y avait pas toujours matière à discussion. Bien que ce fût plutôt à cause de ses différences raciales, leurs chemins s’étaient croisés après des sentiers qui n’avaient surement que peu de similitude. Alors comment faire pour mieux connaitre cet homme-chat venant des sables chauds d’Elsweyr ? Celui-là même qui l’accompagnerait, et réciproquement, à travers des histoires qu’ils découvriraient en errant sur ses terres dangereuses.


    - Nous sommes bien loin de Morrowind. Et de ses autres terres au-delà du Val-boisé. Là où pourrait errer en va-nu-pied ou bien en quelconques aventuriers, père qui n’est jamais revenu voir sa famille. Je me demande si seulement, la raison lui donne crédit. Ou si il nous à abandonner pour ses rêves d’histoires et de quêtes. Et si c’était le cas… Puis-je vraiment lui en vouloir, de rêvé d’aventures et de destinés à découvrir ? Nous autres, Bosmer, sommes tellement avides de connaitre la finalité d’une histoire….

    Elle ne continua pas sur cette lancée qu’elle jugea désagréable. Parler d’un membre de sa famille disparu était une conversation qui venait de sortir spontanément. Elle n’y avait pas réfléchit, pas donner de thème, de raison. Et pourtant, voilà qu’elle s’interroge sur la crédibilité de son père à être disparut lors d’un voyage vers Morrowind. Mais comme pour changer de sujet, elle remua doucement la même, et acheva sur une nouvelle question.

    - Et toi, Cley’am, tu recherches quelqu’un en particulier à travers les chemins que l’on emprunte ?
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Mar 25 Mar - 9:49

    Cley'am plissa légèrement les yeux, attentif, tandis qu'elle laissait échapper la réelle raison de toutes ses pérégrinations. Cela eut pour cause de légèrement réduire l'éclat que prenait son regard bestial, dans la pénombre de la cale. Sa queue eut un léger pic d'activité, tandis qu'en son for intérieur, il s'imprégnait de cette nouvelle tangente jusqu'à alors inconnue de lui. Il paraissait logique, à vrai dire, que la bosmer ne voyage pas uniquement par plaisir de voir du pays, sinon quoi elle se serait sans doute trouvé une activité un peu moins dangereuse que celle qui était encore aujourd'hui la sienne. En Tamriel, par ces temps troublés, il n'était jamais simple de prendre la route, tant il fallait composer avec des difficultés croissantes au fur et à mesure de sa progression. Entre les vivres difficiles à trouver, l'argent cause de toutes les envies, le racisme latent et commun à quasiment toutes les espèces, les escarmouches qui en naissait en temps de guerre, les morts-vivants qui déambulaient un peu partout et, depuis peu, ces terrifiantes ancres émergeant tout droit de l’abîme pour asservir le monde.

    A vrai dire, il paraissait logique que la famille soit encore l'une des rares sources de motivation suffisantes pour encourager les personnes encore douées de raison à quitter leurs terres. La question ne se posait guère, pour lui, hélas. Il était un exilé, et il avançait d'un pas dansant, un peu partout sur le continent, depuis près d'une décennie. Le Fusozayiit n'avait plus eu la moindre nouvelle de sa propre famille depuis bien longtemps et, pour autant qu'il le sache, l'une de ces failles de l'Oblivion avait bien pu conduire à la destruction d'Ehpak'Krin, son hameau natal. Se perdant légèrement dans ses pensées, il se remémora l'espace d'un instant les visages et les noms de ses parents et de ses innombrables frères et soeurs, aussi différents les uns des autres que les phases du Ja'kha-jay. Il se rassura en se disant que, comme toujours, il n'en oubliait jamais un seul, malgré les affres du temps, et il ne doutait pas que l'inverse était tout aussi vrai.

    La mention de Morrowind ne manqua pas de faire remonter d'autres souvenirs également, bien moins encourageants pour leur part, et qui lui laissaient un arrière goût de cendre et de sang dans la bouche. La province des dunmers avait beau lui sembler d'une grande beauté, et leurs membres d'une grande sagesse, il avait néanmoins fait les frais de leurs penchants les plus sombres, et savait à quoi s'en tenir. Il préféra éviter de parler de ce qu'il se remémorait de son séjour, car cela n'aurait sans doute pas donné d'idées très positives à sa camarade, quant à ce qu'il avait pu advenir de son paternel perdu. Il n'eut heureusement pas à le faire puisque, sans doute après l'avoir vu réfléchir à ses paroles, la bosmer avait eut la curiosité de lui demander ce qu'il cherchait lui-même.

    Cela lui arracha un ricanement amusé et ronronnant, tandis qu'il repensait à cette époque depuis longtemps révolue où une autre bosmer lui avait à peu près demandé la même chose, il y a bien longtemps. Son rire fut ponctué par le fracas lointain du tonnerre, signe avant-coureur d'une tempête à venir. Il ne s'en formalisa pas, néanmoins, puisqu'il ne s'agissait pas de la première intempérie à laquelle ils faisaient face depuis le début de leur voyage, et ils étaient jusqu'à présent restés bien au sec sous le pont. Pour se donner un peu de temps pour réfléchir, il retorqua à Eiffy, avec sa malice habituelle :

    "- Le khajiit, bien qu'il respecte la curiosité des bosmers, préfère la sienne-rrr ! Il trouve bien plus intéressant le voyage que le but, et la finalité lui parait un peu trop... définitive-mrrr."

    Jouant négligemment avec l'un des anneaux d'or pendant à l'une de ses oreilles, il regarda avec amusement la réaction qu'avait pu avoir une telle fausse réponse auprès de Ventdechêne. Il était devenu maître dans l'art de ces réponses qui n'en étaient pas, et trouvait toujours hilarant de voir les visages déconfis des mers et des humains qui essayaient de démêler le sens de ses propos. N'étant pas forcément cruel au point de laisser la femme de Val-Boisé se contenter de cela, il ajouta :

    "- Les pas de Cley'am ne sont pas si imprévisibles qu'il n'y parait. Il y a bien des empruntes qui le précède, et à condition que Baan Dar le juge opportun, il viendra un jour où il en rattrapera la source. Mais il s'agit là de choses qui ne se décident pas par quiconque d'autre que la Fortune, et elle peut être capricieuse. C'est pour cela que le khajiit a appris à apprécier le fait de calquer ses pattes sur les traces de pas. Cela rend la recherche plus joyeuse et plus intéressante ! Mrrr."

    Par l'ouverture conduisant au pont, un premier éclair éblouit l'espace d'un instant la cale, suivit après un temps de silence par le second grondement de tonnerre.


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Mar 25 Mar - 14:13

    Ce souvenir d’un père qu’elle n’avait pas vu depuis sa tendre enfance était souvent mêlé de quelques réflexions intérieures. Ce qui était l’une des nombreuses raisons pour laquelle ont dit qu’elle est tête-en-l’air.  Au fond, ce n’était pas un mal. Dans ses moments-là elle n’était pas en pleine réflexion sur des scènes macabres avec elle comme décoration principale. A la place, elle se demandait vraiment quel était le sens de cette recherche. Pourrait-elle seulement s’en souvenir, et réciproquement ? L’on lui a vanté jadis la force des liens entre père, et sa fille. « Dès que tu le verras, ton cœur saura ». Une phrase clichée dans ce genre, qu’elle trouvait particulièrement stupide d’ailleurs.

    Elle avait peut-être déjà vu son père, sans le reconnaitre. Si du moins il était encore en vie. Mais elle n’avait pas à déplorer l’absence d’un être paternel à ses côtés comme les nombreux orphelins dans ce monde en guerre. Comme cet enfant à Prime-tenure, de type Impériale qui errait dans la basse-ville non loin de ce débit de boisson. Il n’avait sûrement jamais ce qui lui avait permis à elle de grandir correctement. Un mentor, un tuteur. Et elle se souvient que jadis, elle avait pensé à Nedhelorn en l’appelant son « père ». Avec un peu de recul, Eïffy trouvait ça trop enfantin à son goût. Bien qu’elle ne pouvait renier l’aide de toutes ses personnes à la trainé dans leurs pattes en la laissant grandir et faire sa vie.  Si elle n’avait pas pu vivre avec un père, au moins, elle avait eue tout le reste. Alors s’en plaindre serait ironique.

    Mais c’était toujours un but comme un autre. Sans vouloir l’avoué, et malgré ses penchants à fuir la difficulté en première, la Bosmer n’en avait pas moins la volonté de découvrir. Connaitre ce qui anime les terres lointaines à Val-boisé dont elle écoutait les échos à travers les histoires des voyageurs et ce qui était écrit dans ses livres. Depuis son enfance, et malgré les doutes et la peur de ses scènes morbides dont elle craignait un jour être la victime, dans l’histoire il n’y avait pas juste la mort et l’horreur. Il y avait aussi une morale un peu naïve, mais entrainante. Un objectif, et un voyage aux nombreuses découvertes et péripéties. Et l’ensemble de ses évènements forgeait une histoire dont l’on tire des leçons et une expérience certaines. Qu’elle-même devienne celle qui écrit des histoires, en s’inspirant de son propre vécu.

    Laissant passer le fil de la discussion, elle écouta le Khajiit d’une oreille distraite en premier lieu. Toujours penché sur sa réflexion sur elle-même. Eïffy fini néanmoins par se retourner vers le Khajiit en ayant pour réponse une réflexion un peu floue. Peut-être ne voulait-il pas répondre, ou il n’avait que ça à en redire ? La suite, elle le découvrirait de toute façon plus tard. Accompagnant sa réponse d’un haussement d’épaule, elle se tourna vers la sortie de la cale avec une petite moue. Un éclair, prémices d’une tempête, laissant gronder le tonnerre puissant qui engourdit son ouïe quelque instant. Elle ne savait pas si c’était à cause de la puissance du bruit émis par celui-ci, ou par la peur que ça lui provoquait. Se laissant le temps de reprendre ses esprits avec un morceau de saucisson, elle écouta néanmoins la fin de la réponse du Khajiit.

    Réponse toujours aussi floue pour elle. Du moins, sur son objectif, mais cela laissant entrevoir un peu du caractère du Khajiit qu’Eïffy avait du mal à cerné. Le mystère autour des hommes-chat d’Elsweyr était toujours quelque chose de difficile à comprendre. Mais elle pouvait au moins se vanté d’avoir un soupçons de compréhension sur leurs manières et modes de vies. Et si il le fallait, elle prendrait son temps pour découvrir ce que Cley’am, le Fusozayiit avait à lui faire découvrir sur les longs chemins de quêtes et d’aventures. Et puisse-t-il ne pas périr à son tour.

    Avant de pouvoir lui répondre, la Bosmer fut interrompue par le flash de lumière typique d’un éclair, puis un grondement plus proche encore. Se tournant doucement, elle sentait aussi ses appuis être de plus en plus instables contre le parquet. Tournant un peu la tête vers Cley’am, une mine inquiète, assumant le remous des vagues de plus en plus fortes, elle lui dit avec une voix pas du tout rassurée.


    - Dit, Cley..’am.. Tu as peur toi, des tempêtes… Et encore plus quand on est… dedans.. sur les flots ?

    Eïffy tremblait un peu, préférant reprendre une position assise en attrapant les bordures de la cale comme si elle allait s’envoler d’un moment où un autre. Son esprit parti dans des délires imaginaire divers. Allant même jusqu’à croire qu’un monstre marin gigantesque pourrait venir attaquer ce navire. Le saucisson ne pouvait venir à bout de ce stress, comme le sucre remettait d’aplomb le Khajiit. Tremblante, elle se frotta les bras, tandis que l’ouverture de la cale s’ouvrait brusquement, laissant un des membres de l’équipage descendre en toute hâte.

    C’était un Altmer, portant une tenue typique des recrues du domaine Aldmeri. Dans son visage, se traduisait comme un effroi certain .Ce qui n’était pas visible pour les deux camarades avait été sûrement observé au loin sur le pont par ce jeune mer. Il essaya de dire quelque chose, conscient que la peur l’empêchait de trouver une réplique cohérente, et fini par dire.


    - Je…

    Puis une nouvelle secousse bordée de coups de tonnerres le fit chuté au sol, sa tête cognant contre le mur, à semi-assommé par le geste tandis qu’un fin filée de sang coulait le long de sa fraiche blessure qu’il venait de s’infligé sans le vouloir, le navire remuant de plus en plus fort.
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Ven 28 Mar - 10:08

    Le khajiit commençait à trouver difficile, même pour lui, de conserver l'équilibre, tant  le bateau tanguait avec une violence accrue à chaque instant. Il semblait que bientôt, ils seraient obligés de s'accrocher à ce qui leur passerait à portée de la patte, pour éviter que le roulis des vagues ne les envoie traverser la cale comme des projectiles improvisés. Il ne s'alarma pas, en premier lieu, de l'intensité que commençait à prendre les intempéries au dehors, s'attendant à ce qu'il ne s'agisse que de l'une de ces averses un peu rudes, telles qu'ils en avaient déjà eu parfois durant leurs voyages maritimes. De plus, il n'avait jamais voyagé à bord d'un bâtiment aussi massif, et il doutait fortement qu'il soit possible qu'une simple vague puisse renverser un tel mastodonte. Il était bon de savoir, néanmoins, qu'en plus d'être d'un optimisme parfois démesuré, l'homme-chat n'avait absolument aucune connaissance de la navigation, ce qui faisait de ses suppositions autant de coquilles vides.

    Il regarda sa compère se débattre avec les forces centrifuges, en se demandant pourquoi, par Namiira, les elfes devaient-ils sans arrêt gesticuler ainsi. Il n'y avait pas à dire, Yffer avait fait une sérieuse erreur en ne leur donnant pas une queue qui, chez les khajiits, servait entre autre de balancier pour leur assurer un équilibre bien plus performant. Entre ça et leur humour exécrable, les bosmers n'étaient décidément pas aidés, s'amusa-t-il a penser. Il dressa l'oreille lorsque Eïffy lui demanda s'il avait peur de l'orage. Il trouva la question assez cocasse, elle aussi. Il était vrai que l'archère n'avait encore guère eu l'occasion de le voir à l'oeuvre, puisqu'il n'avait pas les moyens de s'acheter un bâton pour canaliser sa magicka et que, le reste du temps, il préférait dissimuler ses compétences pour faire croire à sa faiblesse pour tromper ses adversaires. Pourtant, quand il s'agissait de magie, il savait faire des étincelles, dans tous les sens du terme.

    Ricanant, il lâcha :

    "- Khénarthi a plus souvent tendance à donner des coups de patte au khajiit qu'à l'envoyer par le fond. C'est une bonne déesse, bien qu'elle soit un peu capricieuse, parfois ! Mrrr..."

    Comme pour ponctuer ses paroles, la recrue altmer descendit à la cale et s’assomma de manière accidentelle, ce qui, du point de vue de Cley'am, paru être un très mauvais coup. Il prit le partit de se lever de son siège improvisé et, sans réelle difficulté malgré l'environnement mouvant, il se fraya un passage jusqu'au malheureux. Profitant de sa carrure et du poids dérisoire du jeune garçon, il le tira en grognant et, dans un dernier geste peu délicat, le jeta dans le sac de cordes où il se trouvait lui-même peu avant. Se retournant vers Eïffy, les pattes sur les hanches, il ajouta :

    "- En voilà un qui va avoir l'impression d'avoir pris une cuite, demain !"

    Comme pour lui signifier le mauvais goût de son trait de sarcasme, la cale se mit à grincer tandis que le navire encaissait une vague plus grande que les précédentes. L'orage s'approchait et, sur le pont, on pouvait entendre les cris d'agitation de l'équipage luttant contre la tempête.


    _________________

    Vendimus

    Messages : 626
    Date d'inscription : 28/11/2013
    Age : 25

    Feuille de personnage
    Race: Impérial
    Guilde(s):
    Alliance: Pacte de Cœurébène

    Re: Un instant de répit

    Message par Vendimus le Sam 29 Mar - 21:20

    Musique d'ambiance:


    Comment y parvenir ? Comment affronter le monde autour d’elle ? Dans son esprit maladroit, Eïffy avait déjà imaginé de nombreuses fois que celui-ci ne soit fait que de flot nécromantiques fait de morts-vivants enragés. De guerriers noirs, des monstruosités daedrique. Mais là, c’était loin de ce qui pouvait être affronté par une arme. A quoi servirait de décocher une flèche sur une vague ? Existe-t-il une lame pouvant fendre les mers et les vents en deux ? Peut-être chez les divinités. Ici, il n’y avait qu’elle, Cley’am, et les autres « quelconque » comme elle aimait les nommer. Peut-être qu’à défaut d’une puissance venant des légendes, leurs talents de navigateurs sauveraient la situation. Mais si tous les efforts du monde ne suffisaient pas à maintenir ce tas de bois flottant sur les mers ? Difficile de maintenir son sang-froid, dans une telle impuissance. Et la Bosmer se mordit la lèvre inférieure en regardant le Khajiit foncer vers le soldat au sol. Bien qu’elle se fichait un peu qu’il se soit explosé le crâne au sol. ; Mais son imaginaire remplaçait ce guerrier mit à terre par elle-même. Et elle ne voulait pas finir comme ça.

    Cley’am s’essaya à l’ironie. Dans une telle situation où il était fort probable qu’ils aient le même triste sort que celui qui était allongé à ses côtés, elle eue du mal à savouré sa tirade. S’essayant tout de même à un sourire, ressemblant plutôt à un rictus inquiet, elle se redressa. Deux fois, il lui fallut se reprendre alors que les bourrasques étaient de plus en plus fortes. Frappant contre le bois, émettant un bruit de craquement inquiétant. L’impression désagréable que ceux-ci cèderaient d’un moment à l’autre lui resserrerait les entrailles. Elle se voyait déjà dans un amas de bois fracassés être balancée dans tous les sens par l’agitation des eaux. Mais au final, elle voulait voir ce qu’il se passait. Comprendre à quel point le monde autour de ce navire étant chaotique. Connaitre les raisons des hurlements des marins au-dessus de sa tête. Etait-ce de peur, voir même, de douleur ? Y avait-il déjà des vies perdues ?


    - Je… je vais voir ! Fit finalement la Bosmer, sa voix tremblante. En vérité, elle n’en avait pas la moindre envie. Son instinct de préservation lui hurlait de rester dans la cale. Et même de se caché dans une caisse quelconque. Mais pas sa curiosité. De toute façon, son pessimisme lui affirma qu’elle était foutue.

    Passant en courant rapidement, et profitant que la cale ait été ouverte par ce jeune soldat inconscient désormais. Elle n’accorda pas un regard au Khajiit. C’était pour une raison qui néanmoins, devait être connue par l’homme –chat d’Elweyr. Elle n’avait pas envie de lui faire supporter son air abasourdie par les évènements. Ce visage qu’elle affiche si souvent. Grimpant brusquement les dernières marches, elle passa en bousculant quelques fuyards courant vers une destination illogique. Visiblement, tous avaient perdu ce qui anime un équipage généralement. La cohérence dans leurs actes. Et comment affronter une tempête avec un équipage qui ne sait même plus ce qu’il doit faire ? Peut-être étaient-ils informés de ce qu’ils avaient à faire. Mais l’espoir que ça réussisse s’était évanoui depuis longtemps. Poussant brusquement un dernier jeune mousse Bosmer qui vint s’écrouler sur le dos, dans un râlement sonore, Eïffy arriva sur le pont.

    Là-haut, il y avait encore quelques courageux marins qui n’avaient pas été emportés par les immenses vagues bousculant tout ce qui n’était pas protégé par la coque. Une nouvelle vague, trempant Eïffy qui ne pouvait pas être emportée, toujours à la porte vers l’intérieur. Elle vit néanmoins un marin trop lent pour s’être mit à l’abri, hurleravec une singularité étonnante. Mais la vision d’un être vivant dévoré par ses flots marins. Prenant son courage à deux mains, elle se redressa, observant les environs. Le ciel était devenu si sombre, éclairé parfois par la foudre puissante et éparpillés partout autour d’elle. Comme si le monde n’était plus que des vagues immenses et des flashes lumineux effrayants. Au loin, elle jura voir des typhons, mais ce n’était que son imagination qui lui jouait des tours. Rendant encore plus effrayante la vision de la tempête qui agitait le navire. Jusqu’à ce qu’une immense vague se leva à l’horizon, emportant celui-ci pour ne laisser plus que cette montagne d’eau fonçant vers eux.

    Descendant à toute hâte, elle arriva dans la cale. Apercevant à peine le Khajiit, elle essaya de lui parler. L’avertir, la panique la faisait s’emballer, mais à l’instant où un son allait sortir de sa bouche. La vague emporta le navire, et tous ses l’occupant. Remuant ses décombres en direction de Khénarti.

    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Sam 29 Mar - 23:36

    Musique d'ambiance:

    A peine cessait-il de s'intéresser au son désagréable que venait de produire la charpente du navire, le chat remarqua que sa compère avait l'air livide, quand bien même elle avait essayé de prendre avec le sourire sa remarque. Il s’apprêtait à ajouter quelque chose de rassurant, quand elle lâcha un commentaire à mi-voix, et fonça vers l'extérieur, à la manière de quelqu'un de soudain pris d'un malaise, cherchant à s'esquiver aux regards d'autrui. Clignant des yeux, il observa son manège, les mains toujours sur les hanches, en s'interrogeant sur l'excentricité de toutes ces peuplades elfiques avec lesquelles il avait passé tant de temps sans jamais complètement comprendre leurs manières. penchant son regard aiguisé sur le pauvre gamin à terre, inconscient, il constata que le mousse devait être plus jeune que lui, quand bien même il était un altmer. Quelle idée de se couper de toute liberté si tôt, et de s'enfermer dans les rangs de l'armée, vint à penser le khajiit, qui proche de la trentaine, refusait obstinément de se voir arracher sa propre mobilité.

    S'étirant légèrement pour se défaire des ankyloses causées par sa posture avachie qu'il avait conservé presque toute cette fin de journée, il s'apprêtait à faire quelques pas pour rejoindre Eïffy sur le pont, lorsque la bosmer redescendit à la cale, déjà trempée par son court séjour à l'air libre, et l'air hagard. Il la vit le fixer et s'apprêter à parler, mais avant même qu'elle n'y parvienne, il comprit à son regard que quelque chose n'aller pas. C'était ce même genre de regard qu'il avait vu, des années plus tôt, lancé par des yeux verts, peu avant que sa vie bascule à nouveau. A l'époque, il était jeune et insouciant, et cela l'avait transi d'effroi. Aujourd'hui, il était moins jeune et son insouciance était plus souvent feinte que réelle, et quoi qu'il devait lui arriver, il était prêt à l'accepter. Il était en paix avec lui même, ainsi qu'avec les dieux dans lesquels il croyait.

    Qu'il advienne ce qu'ils avaient décidé pour lui.

    Il entendit l'elfe des bois esquisser un son, puis tout ne fut plus que chaos. D'abord, le son tonitruant de l'orage, comme si Khénarthi était venu hurler dans ses oreilles, emplit ses tympans délicats. Ensuite, ce fut le craquement sinistre du bois ployant sous la force d'une masse colossale d'eau, absolument impossible à stopper. Ensuite, les soleils bourdonnantes, il sentit ses repères lui échapper, tandis qu'il réalisait en retard qu'il voyait son environnement sans dessus dessous, comme si on l'avait gardé sur un point fixe de l'espace et du temps, et qu'on s'était amusé à faire tourner le monde trop vite pour lui. La réalité reprit ses droits, tandis qu'il s'écrasait contre un mur de bois, protégé de la fracture par la couche de plate couvrant son torse, l'un des rares éléments lourds de son armure khajiiti, plutôt prévue pour la mobilité. Tout autour de lui, le monde lui sembla éblouissant, bien qu'il ne sache définir s'il s'agissait de la conséquence du choc qu'il venait de prendre à la tête, ou d'un nouvel éclair plus fort que les précédents.

    Toujours sonné, il distingua la forme floue d'Eiffy, qui avait volé en suivant une trajectoire à peu près similaire à la sienne, ainsi que le corps toujours inerte de l'altmer, qui jonchait le sol en suivant une courbe désagréable à l'oeil étant de mauvaise augure. Il esquissa un geste pour se redresser quand, sous ses yeux, la paroi de la cale lui faisant face se brisa net, dévoilant le ciel dans toute sa violence, dans un silence terrifiant du à sa surdité temporaire. Il vit la fresque sublime et apocalyptique des cumulus obscurs qui, au dessus de lui, servaient de toile à un combat acharné entre des éclats de foudres tous plus imposants les uns que les autres, qui tombaient à intervalle régulier sur la mer. Tout cela paraissait trop fou pour pouvoir être une tempête naturelle, c'est la seule chose qu'il parvint à se dire, dans un instant de lucidité, tandis qu'il recevait un torrent d'eau sur la tête, dans lequel se mêlaient pluie battante et vagues en furie. D'après sa position dans l'espace, comprit-il, il se trouvait dans une partie du bateau en train de sombrer peu à peu, après que le navire se soit brisé en deux partie. Ce fut la dernière chose sensée qui lui traversa l'esprit.

    Ensuite, ce fut une bourrasque de vent démesurée, qui l'envoya, lui et le reste des survivants, rouler le long de la carcasse du navire les plaçant à présent à ciel ouvert. Il sentit son poil hérisser malgré l'humidité, tandis qu'il sentait la foudre tomber non loin d'eux, puis ce fut le vide, pendant quelques instants. Il agita les bras, par réflexe, simple créature insignifiante dans la tourmente, puis sombra dans l'eau. Il chercha à lutter contre la violence de l'eau, du mieux qu'il pouvait, mais même ses quelques talents de nageur ne suffirent pas à lutter contre la force du courant. Il heurta plusieurs débris, et tandis qu'il se sentait perdre prise, il parvint tout juste à avoir quelques éclats de pensée. Il sentit son cœur battre follement, et toutes ses fausses idées de paix s'estompèrent. Il ne voulait pas mourir. Il eut l'image de ses dieux bien aimés. Il ne voulait pas mourir ! Une image d'Eiffy, sans doute en train de se noyer comme lui... pas mourir ! Pas mourir ! Puis une vision éphémère de Rayven, avec ce regard apeuré, le dernier qu'il avait eu d'elle avant de la perdre. Puis...

    ... Rien.


    _________________
    avatar
    Cleyam

    Messages : 538
    Date d'inscription : 08/01/2014
    Age : 24

    Feuille de personnage
    Race: Altmer
    Guilde(s): Museum
    Alliance: Domaine Aldmeri

    Re: Un instant de répit

    Message par Cleyam le Sam 29 Mar - 23:46



    _________________

    Contenu sponsorisé

    Re: Un instant de répit

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 22 Mai - 12:09