The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Partagez
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Mer 6 Mar - 0:02


                           (En attendant que le jeu sorte et que j'ai un screen de lui ^^)

    Prénom: Bogakh

    Nom Complet: Bogakh-Gro-Dumulg

    Race:Orque

    Age: 23 (Né le 12 Semailles 2E559)

    Spécialité:Armes lourdes

    Caractère: Doux, et gentil. Bogakh est quelqu'un qui n'aime pas spécialement la violence, l'enseignement fournit par sa race à la forteresse lui permet d'être un combattant raisonnable mais il n'y prend strictement aucun plaisir, il ne crache néanmoins pas dessus et n'hésite pas à s'en servir. Ses traits les plus reconnaissables sont sa malchance (Joueurs de dés, vous avez là une bonne cible) et son sang-froid lunatique. Des années de mercenariats lui ont donner des attitudes pragmatique. Élever selon la loi des forteresses orques, son honneur lui est précieux, de même que le code de Malacath.
    Contrairement au bg:
    Il est en réalité très raciste et patriotique, orque, et orque pour tous. Il considère Malauch comme une hérésie envers Malacath et ne le tolère pas.


    Apparence physique: Très grand, même pour un orque. Bogakh est plutôt imposant. Très musclé à cause d'un travail difficile au camp orque, c'est un homme bien marquer par son travail. Ces oreilles sont pointues mais plutôt petite en taille. Ces canines sont bien droites et sans aucune usure preuve d'un soin régulier. Ses cheveux sont châtain foncé et attacher de deux queues de cheval. Il dispose de deux grosses pattes hirsutes et mal entretenu, bien que l'absence de moustache laisse supposer que c'est parfaitement volontaire.
    Ses yeux sont d'un jaune vif, donnant une sensation presque de luminescence.


    Liens:

    Darzub-Gro-Dumulg: Petit frère de Bogakh, c'est un guerrier en herbe qui rêve de devenir chef, il s'entraine en douce pour pouvoir un jour vaincre son grand frère lors du duel qui les opposera lorsque leur patriarche rendra les armes et réaliser son rêve. C'est toujours un enfant, et reste très naïf. Il est persuadé que les dragons des contes pour enfants existent bien et bel et attendent le bon moment pour attaquer.
    Gart Gro-Orkulg : Découvert échouer, inconscient sur une plage sans aucune trace d'épave au loin, cet orque amnésique est vite devenu le protégé de Bogakh, s'assurant qu'il retrouve rapidement la mémoire (Et surtout qu'il s'en tire dans un monde comme Nirn, les amnésiques, orque de plus, sont vite des proies faciles pour les alchimistes mal-intentionner) . Depuis le temps, une complicité fraternel c'est instauré entre eux.

    Theme:



    Dernière édition par Bogakh Gro-Dumulg le Ven 28 Mar - 23:08, édité 19 fois
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Sam 1 Juin - 16:36

    L'avoir, s'il vous plaît, juste un sillage de jour




    Prologue:


    Pays de Bordeciel, 4E 201.


    Un rugissement de dragon venait de retentir à l'extérieur. La veille Emma sauta de son fauteuil, clairement de mauvaise humeur avant de hurler:

    "Ça suffit ! Comment voulez-vous que l'on se concentre avec cette grosse volaille volante et piaillante autour de la ferme depuis hier !

    Une femme d'âge mûr lui répondit:
    "Justinne, S'il-te-plait."

    Ceux à quoi la grand-mère s'empressa d'ajouter:
    "Quoi ? Comme si cette guerre civile ne suffisait pas, il faut encore que nous subissions ça . Et surtout, mais qu'est-ce que c'est que ce livre ?"

    La vieille dame venait de jeter le livre qu'elle lisait seulement quelques minutes auparavant au sol. Sur sa couverture était écrit en lettre d'or "La véritable histoire de Barenzhia, volume 2"

    "Et puis quoi encore . Une elfe noire avec un Kajiit ? Un kajiit !"

    La femme d'âge plus mûr, la fille de la grand-mère surement posa doucement sa main sur son visage tant la réaction de la dame âgée commençait à lui monter à la tête. Celle-ci n'en avait par ailleurs par fini et repris:

    "Mais c'est quoi ces histoires d'amour en plus ! Et il y a peu je suis tombée sur un autre outrage de ce genre ! La femme de chambre argonienne qu'il s'appelait ! Je vous jure, ces écrivains de la cité impériale, ne sont tous que des tordus"

    -"Maman...."

    Grognant un bon coup, la femme âgée s'en alla crier son mécontentement dehors, aux gardes tremblant de peur en voyant un dragon faire des arcs de ciel près de la ville.
    Désormais seule, la fille soupira un instant de soulagement. Se leva, et descendis en douceur au sous-sol. Là, ce tenait des lits de fortune, placé ici en cas d'attaque. Une petite fille se trouvait assis en tailleurs sur l'un d'eux.

    "-Clara ma chérie ? Que fais-tu encore debout ?
    -J'arrive pas à dormir..."


    La maman s'installa doucement près de sa petite fille.

    "Je peux faire quelque chose ?
    -Lit moi une histoire !
    -Très bien."


    La femme se leva doucement et pris un livre poussiéreux sur l'étagère, elle l'ouvrit doucement, et s'installa à une chaise près du lit de la jeune fille.

    "Ceci est une histoire qui remonte il y a très longtemps, c'est un livre que l'on se transmet dans la famille, il fut écrit il y a mille ans par une de nos ancêtres..."

    La petite demoiselle regardait sa mère avec une grande attention désormais. Celle-ci toussa légèrement et commença.




    Dernière édition par Bogakh le Sam 8 Juin - 13:48, édité 3 fois
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Mar 4 Juin - 22:29




    L'avoir, s'il vous plaît, juste un sillage de jour





    Chapitre 1: Le rejetons des Porcs:


    "
    ...Il y a fort longtemps, en 2E 578. La frontière entre Hauteroche et Bordeciel était verdoyante, le printemps était là et le soleil en tapait fort de ses rayons, de façon anormale...Les effets de ce que l'on nomme "L'éruption", phénomène apparut en cette année, en étaient surement la cause.

    Et au bas d'une jolie prairie verdoyante se trouvait une petite ville répondant au doux nom de Jéhanna. Adorable ville bretonne a quelques minutes de la frontière.

    Et seulement à quelques kilomètres de forêts, c'était établi un petit groupe d'orque. Les tentes avaient à peine été planter, et la petite tribut ne comptait pas s'attarder plus d'un petit mois ici, avant que les Bretons ne les remarques et ne vienne essayer de les exterminer.

    Dans la ville de Jéhanna, une des maisons était tenue par les Jewelgold. Une famille de tisse-lier dont l'unique fille, Julia était dite des plus belles. Ses parents, Bradon et Roxanne, se trouvaient être très protecteurs envers cette demoiselle. Elle, ils n'en avaient que faire de ce qu'elle pensait.

    Au campement orque, se trouvait le chef Dumulg et trois de ses femmes. Avec lui ses deux fils, Bogakh et Darzub. Et quatre cousins éloignées. Une petite tribut en somme.

    Et dans chacun des deux camps ont pu entendre ceci:

    "Bogakh ! Arrête d'embêter ton frère ! En tant que futurs candidats à me succéder vous n'avez aucune raison de vous battre vous deux !"

    "Julia ! Cessez donc de faire cette tête. En tant que future héritière de notre héritage vous n'avez aucune raison de faire cette affreuse tête d'enterrement."

    Et leurs discours avait tant de similitude que l'on pouvait faire ce qui vient:

    "Quand comprendras-tu que..."
    "...je ne veux que ton bien..."
    "... Car mon enfant..."
    "... Tu es ce qui deviendra peut-être l'héritage de..."
    "...Notre famille ! Et en tant que..."
    "...candidats à notre clan..."
    "... Tu ne peux te permettre de..."
    "... Mettre des ennuis partout où..."
    "'...Ton délicieux regard se pose..."
    "... C'est compris ?"
    "....Est-ce entendu ?"


    Deux mondes si différents, ennemis et pourtant si proche d'une certaine façon.
    Mais passons, ce n'est point Julia et la famille de bréton qui nous intéresse ici., nous y reviendrons plus tard. Mais plutôt l'histoire du premier fils de la tribu orque répondant au doux nom de...




    "Bogakh ! Bogakh ! Bon sang, mais où est-il encore..."

    Dumulg plissa les yeux, recherchant son fils à travers le petit camp. Soupirant plusieurs fois, il reprit son inspiration et hurla à nouveau :

    "BOGAKH !"

    À quelques mètres de là, ce tenait un joli petit ruisseau. Allonger contre un arbre, roupillé un orque à la peau verdâtre, aux yeux d'une couleur jaune plutôt basique , aux canines droite et fière et aux cheveux totalement en pétard. Sur ses joues, commencer à pousser une barbe, bien qu'étrangement le bouc et la moustache soient absents.
    Il dormait depuis plusieurs heures vues la jolie masse d'épine de pins qui venait de s'amasser sur son front et le ronflement lourd brisant le silence de la forêt.

    Tout aller dans les meilleurs des mondes. Enfin, pour lui. Son sommeil était si lourd qu'il ne remarqua pas le petit orque s’approchait doucement de lui, tenant fermement entre ses doigts de la terre. Il s'approcha en douceur, doucement, silencieusement.

    Du rocher près de Bogakh ne dépassé qu'un petit bout de queue de cheval. La tête du petit orque apparut doucement, et voyant son camarade toujours endormi d'un sommeil profond, s'approcha encore plus près.
    Il était à quelques centimètres maintenant et fixait le grand orque. Avec un grand sourire malicieux. Il attendit avec patience que Bogakh recommence ses cycles de ronflement, puis une fois qu'il eut la bouche grande ouverte, l'enfant versa la terre droit dans sa bouche.

    L'effet fut immédiat, Bogakh ce réveillait soudainement, crachant partout, toussant. Il n'était vraiment pas beau à voir. Pendant ce temps, le petit orque riait à chaudes larmes avant de vite se cachait dans un buisson.

    "Daaarrrzzuuuub !"
    Hurla Bogakh, s'étouffant à moitié.

    L'orque se précipita vers la rivière et se lava la bouche avec l'eau qu'il pouvait absorber. Maintenant que se allait mieux, il se redressa et chercha du regard le fameux Darzub. Voyant que Bogakh ne le trouvait pas, bien cacher dans les buissons comme il était. Il se mit en tête de le narguer.

    "Toujours aussi observateur grand frère !"

    Bogakh soupira doucement avant de lui répondre.

    "Les sales petits gobelins dans ton genre c'est bon pour être enfermé !"

    Ceux à quoi Darzub s'empressa de répondre.

    "Et le petit gobelin t'apprend que le chef te cherche.'

    Bogakh écouta avec plus d'attention puis se dirigea vers le camp.

    "BOGAKH !"

    Le Chef continué de hurlait, mais à quoi jouait celui-là encore . Encore à dormir quelque part sûrement.
    Et alors que celui-ci commençait à perdre espoir. Il vit enfin au loin l'orque après qui il avait donné tant de voix.

    "-Vous m'avez demandé ."
    "-Bogakh enfin, il n'est pas trop tôt !"


    Bogakh s'inclina doucement en guise d'excuse ou interprété par certaines races comme une soumission.

    "-Je veux que tu ailles chasser avec tes frères, on manque de viande pour ce soir."
    "-Très bien."


    Darzub sautilla sur place. Il était sorti de nulle part. Enfin, façons de parlé.

    "-Je peux venir ? Je peux Venir ? Je peux venir ? Je peux venir ?

    -Petit frère...

    -...Je peux venir ? Je peux venir ? Je peux venir ? Je peux venir ?....

    -Tu sais que tu n'as pas le droit.

    --...Je peux venir ? Je peux venir ? Je peux venir ? Je peux venir ?....

    -NON !"


    Durzub se tut immédiatement et grogna dans sa barbe.

    "J'espère que tu te feras manger par un dragon..."

    Trop fort de toute évidence puisque Bogakh ce mit a ébouriffé son petit frère en riant.

    "Un dragon ? Ahahaha, un diablotin nommée Durzub oui ! Les dragons ça existent pas petit, c'est qu'une histoire pour enfants pas sage."

    L'enfant croisa les bras et grogna de plus bel.

    Notre héros ria de plus bel et partit en direction du camp, il prit son arc et ses flèches. Et alla auprès de ses cousins, ils eurent besoin d'aucun mot. Juste d'un signe de tête et cinq orques partirent, Bogakh inclus, dans la forêt.

    Le Chef Dumulg les regardait partir, il ne put s'empêche un léger sourire bienveillant.

    Intéressant n'est-il pas ? Mais laissons un brin de coté nos charmants amis à la peau verte et retournons auprès des brétons afin de suivre la suite de l'histoire sans faire de jaloux.


    Une gifle venait de partir toute seule. Julia regardait le sol, avec une expression d'excuse.

    "Pour qui te prends-tu ? Escalader le mur de notre fille . Comme ça ? Sort d'ici vil garnement et que nous ne t'y reprenons plus où c'est mon épée !"

    Ceci dit, Bradon donna un coup de pied au jeune breton aux cheveux cendré qui repartir en course folle. Julia se mordit la lèvre, et décida de finalement parler selon son cœur.

    "Père ! Il n'avait rien fait de mal ! Il ne venait juste me décrire et raconter ses voyages rien d'autre ! Je vous jure père il n'av pas..."

    Une nouvelle gifle venait de partir, et Julia en fut la destinataire. La force était faible mais le message clair. La jeune fille regarda son père, et partit en courant vers sa chambre.

    "Julia !"

    La jeune fille ferma la porte à clef. Elle était furieuse. D'un pas décidé elle partit vers son miroir. Elle était une très jolie jeune fille, au visage fin, les yeux bleu ciel et longs cheveux blonds vénitiens. Pas une seule trace de poussière, pas une sale trace de saleté.
    Julia en avait assez, elle avait souvent l'impression d'être qu'une poupée que ses parents entretenaient pour l'exposer au collectionneur qui venait leur rendre visite. Voulez-vous du thé madame la marquise ? Non, ce n'était pas ce qu'elle voulais. D'un air déterminé, elle sortit de sa poche une petite trousse.

    Elle laissa échapper un sourire en coin, c'était une trousse de crochetage que lui avait donné son ami avant que son père ne le mette dehors.
    Elle s'approcha doucement de la fenêtre et crocheta le verrou que son père avait installé. La fenêtre s'ouvrit enfin, et un doux vent fit s'envoler les cheveux de la jeune fille. Elle était heureuse. Elle pris vite un petit panier et un drap dans sa chambre. Elle enfila le drap comme un petit voile et enjamba la fenêtre. Sa maison ne disposait pas d'étage et elle en était heureuse.

    Elle partit rapidement et prit son panier sous le bras, elle ressemblait à une simple marchande. Souriant, elle partit d'un petit trot vers la forêt.
    Et que de plaisir, les fleurs, les couleurs. Elle vit la terre au sol et les herbes. Dans des petits cris de joie, elle se jeta au sol et regarda le ciel. Elle était couverte de poussière et elle en était ravie.

    "Oups, la poupée est tombé de l'étagère comme c'est dommage."

    Puis elle se leva et s'enfonça encore plus dans la forêt. Sautillant de racines en racines, tourbillonnant comme si elle valser avec l'air.

    Enfin, elle tomba sur une petite clairière, des fleurs de mille couleurs s'apparenter au centre.
    Elle en pris une, puis deux, puis trois. Et finalement remplie son panier. Celui-ci, elle le mettrait dans sa chambre.

    Quand soudainement, un élan traversa à vive allure la clairière, et une flèche vint se planter dans un tronc, très proche de la jeune fille. Elle hurla et regarda d'où venait la flèche. Une silhouette s'approchait.

    "Mais vous êtes malade ! Qui vous a appris à tirer ? Vous trouvez que j'ai l'air d'une biche ?Vraiment, vous êtes aveugle ! J'arrive pas à le croire, comment peut-ont être aussi sot ?"

    Plus de peur que de mal certes, l'autre en face lui répondu d'une voix grave mais plus honteuse et timide qu'autre chose.

    "J...je...je suis désolé, vrai...Vraiment désolé. Je, dans le feu de l'action j'ai...Mrf...Vo...Vous allez bien ?"

    La silhouette venait de s'arrêter. Et Julia fronça les sourcils.

    "-Et vous avez même pas le cran de sortir des bois pour que je puisse voir le visage de celui qui s'excuse ?
    -Peut-être ne voudriez-vous finalement pas le voir.
    -Oh que si, allez, montrez-vous, qui que vous soyez. Vous n'avez pas une tête de braillard des falaises que je sache ?
    -Un...Quoi ?
    -Brailliard des falaises, vous savez, un oiseau cauchemardesque de la province de Morrowind, vous n'avez jamais lut de livre ?
    -Pas vraiment.
    -T-t-t. Aller, sortez, je ne vais pas vous manger vous savez."

    Finalement, la silhouette s'approcha et entra dans la clairière il était pleinement visible, un...

    "..Orque ?!
    -Bogakh-Gro-Dumulg madame."


    Julia écarquilla les yeux. Elle en avait tellement lut sur ce peuple.

    "Arrière rejetons des porcs ! Vil gobelin évoluer ! Sale monstre ! Créature de Malacath ! Enfant de déchets ! En...heu..."

    L'orque la regarda doucement, et laissa tomber son arc au sol, il leva les mains.

    "Vous cherchiez "barbares nuisibles ?"

    La jeune bretonne repris de plus belle.

    "Oui ! Barbares nuisibles, agressifs, amoraux, stupides et répugnants !"

    Puis elle se rendit compte de quelque chose.
    "
    -Attendez... Pourquoi vous m'avez pas attaqué ?

    -C'est ça qu'on dit hein ? Qu'on attaque tout ce qui bouge, pillant dès que l'on peut, violant les jeunes filles et patati et patata. Oui je sais.

    -Mais, pourquoi ?

    -On dit pareil de notre côté vous savez ."


    Bogakh rit doucement. Puis il regarda Julia droit dans les yeux. Ce regard, il n'était pas celui du monstre dont les autres peuples décrivaient. Pas de haine, pas de cruauté, il n'avait rien d'un monstre.

    "C'était un mensonge pas vrai ."

    L'orque hocha doucement la tête.

    "Je vois... J... Excusez-moi, j'ai été terriblement idiote."

    Bogakh la regarda avec un regard de défi.

    "-Eh bien, nous avons tous deux quelque chose à se faire pardonner hein ?
    -Oui, et pour vous, je sais déjà comment vous accorder mon pardon.
    -Qu'en est-il ?
    -Je veux que vous preniez des cours de tir à l'arc."


    Alors l'orsimer sourit en coin, un léger regard de défi lui aussi.

    "-Vous savez tirer à l'arc ?
    -Pas le moins du monde.
    -Mm... Alors..."


    Bogakh réfléchissait mais ne voyait rien de bien pertinent. Quand soudainement une cloche sonna au village, son son traversait les plaines jusqu'à eux. Julia lui sourit et lui dit avec une voix de jeu.

    "Je reviendrais ici demain, réfléchissez s'y d'ici là."

    Ceci fait elle partit en trottinant vers la ville. Souriante, et recouverte de poussière.


    Bogakh la regarda s'éloigner puis tourna les talons. Il devait trouver un nouveau cerf avant que la nuit tombe sinon, il allait être la cible de bon nombre de moqueries de la part de ses cousins.



    Il partit doucement dans les bois, tout en sifflotant.


    Dernière édition par Bogakh le Mer 12 Juin - 19:08, édité 5 fois
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Dim 9 Juin - 18:33



    L'avoir, s'il vous plaît, juste un sillage de jour






    Chapitre 2: Un bon bréton est un bréton mort.


    Le temps était à l'orage en ce jour. Le tonnerre fusait, la lumière éclairée les environs.

    Au camp orque, toute la petite tribut s'était abrité dans la tente du chef et discutait paisiblement.

    Trois des cousins étaient parti chercher des herbes afin de guérir Bogakh qui avait attrapé une belle infection après avoir avalé de la terre malpropre venue d'obscur horizon dont vous ne savez surement rien.
    Un éclair traversa le ciel et Darzub fit un bon qui lui aurait sans bien mal permis d'atteindre l'Aetherus via Magnus.

    "Un dragon ! Cette fois j'en suis certain c'est un dragon !"

    Tous ses frères de sang se turent et regarda le petit orque.

    "Ils arrivent ! Je l'avais dit ! Ils sont arriver !"

    S'ensuivit une crise de panique pour l'enfant qui se cacha derrière son père.
    Le silence continuait de régner quand soudainement...

    "Un... Dragon ?"

    Tout les orques commençaient à sourire puis... Ils éclatèrent de rire, même Bogakh, allonger sur un petit lit de fortune laissait entendre son rire agrémentait de petite toux.

    Quand un des cousins rentra dans la tente.

    "On est de retour ! Et venait voir notre petite prise du jour !"

    Ceci dit, toute la tribut s'en alla dehors voir le mystérieux cadeau. Là, au milieu du camp se trouvaient cinq cadavres de Bréton.

    "Tadaaaa."


    La petite tribut les regardait avec un léger sourire. Le Chef Dumulg s'empressa de demandais:

    "-Eh bien, que leurs aient-il arrivé ?

    -Ils fouinaient autour de notre camp. Z'avais sur eux un petit carnet et noter notre nombre, les particularités physiques et ce qu'ils nous ont vu faire. Devais surement rentrer sous peu pour annoncer à la garde notre position.

    -Quelle bande d'ordures ces brétons. Vous avez faits du bon travail. Bon, qui pour le pillage ?"

    Les orques se poussaient dans tous les coins, on entendait de tous les horizon "Prems !"
    Durzub vainquit sans bien que mal sa peur des "dragons-éclair" pour se précipiter vers les cadavres des Brétons.

    Tandis que tout le monde se battait pour obtenir tels gants, ou telle bourse. Bogakh était seul dans la tente désormais.
    Il soupirait. Il devait retrouver la jeune fille à cette heure. Profitant de la distraction que provoquait le butin. Il quitta la tente en toute discrétion. Enfila rapidement une tenue de cuir, pris son arc au cas où et partit vers la forêt. Toussant, incapable de courir bien trop longtemps. Il devait atteindre cette clairière.


    Du coté de cette charmante Julia, la situation n'était pas des plus enviables également. La petite poupée c'était bien fait remonter après qu'elle soit retourné chez elle recouverte de poussière. Désormais rechargeait comme une pierre spirituelle. Elle devait vite s'enfuir de cette maison...de poupée.
    Julia rouvrit la fenêtre avec son kit. Et partit vite en direction de la forêt. La pluie lui permettant de laver son joli teint. Arrivée à la clairière, elle ne trouva aucune trace de l'orque. Elle ne put s'empêcher de murmurer:

    "Toi peau verte, quand tu arriveras, tu me devras un service supplémentaire."

    Puis elle s'assit sous la protection d'un joli arbre. Elle ne sait combien de temps elle resta. Mais soudainement, une lueur de torche était visible au loin.

    "Te voilà enfin !"

    Julia plissa les yeux. Il y avait plusieurs torches. Trois pour être exact.
    Trois brétons se dirigeaient vers elle. Elle pouvait les distinguer maintenant, trois hommes aux tenues de bandit.

    "Eh bien poupée, que fais-tu là ? Toute seule ? Dans...la forêt ?"

    Julia ce mis les mains devant le nez. Bon sang, mais que ce bandit pouvait sentir mauvais. Même un Draugr devait sentir la fleur à coté d'eux. L'absence de bain des plus évidentes.

    L'un des bandits fixait la jeune fille en se curant le nez, voyant que celle-ci était "légèrement" dégoutée, il s'arrêta et lui sourit, il lui manquait quelques dents, le reste était bien jaunâtre. L'autre bandit continua:

    "Eh chérie, tu fais quoi hein ? Ron Ron, tu fais quoi ?"

    Ce mec ressemblait plus à un cochon, surtout avec les étranges bruits qu'il faisait. Julia commençait à avoir légèrement peur:

    "Rien, passez votre chemin je vous pris."

    Le troisième bandit, celui qui n'avais rien dit jusqu'à maintenant, s'approcha doucement de la jeune fille. La langue pendante tel un chien.

    "Arrière !"

    Hurla Julia, tandis que sa main commençait à s'éclairer de lumière. De la magie.

    "-Who ho ! Doucement poulette, on ne veut juste que te voir de plus près.
    -Allez-vous en !
    -Tu es drôlement mignonne quand t'es en colère tu sais ?"

    Un bruit de flèche venait de retentir.

    "Ah bordel ! Je me suis pris une flèche dans le genou ! Bordel, BORDEL"

    Julia profita de l'occasion pour s'éloigner le plus vite possible du groupe. Elle se mis à l'autre bout de la clairière et envoya une boule de feu sur le bandit blessé. Il se fit éjecter au sol, carbonisé.

    "Attention ! La petite conne fait de la magie de destruction."

    Une nouvelle flèche survint, l'archer était visible, c'était Bogakh.

    "Bon sang peau verte ! Tu m'as bien fait attendre !"


    Elle était ravie, il venait de tomber pile au bon moment. Les deux bandits ce précipiter sur l'orque et lui mirent un violent coup de bouclier. Bogakh tomba à terre et roula dans la petite pente, il avait perdut son arc en haut. L'un des bandits le ramassa et le brisa en deux.

    "Toi, c'est fini."

    L'orque se releva, toussa un bon coup et fixa les deux agresseurs.

    "-Le porc !
    -Non mais je te l'ai dit je m'appelle... Bon, le porc, très bien."


    Julia remarqua un espadon, de qualité Akaviriènne près du cadavre du premier bandit. Usant de sa magie de télékinésie, elle souleva l'espadon à distance et l'envoya près de Bogakh.

    "-Attrape !
    -Merci !"


    Saisissant l'espadon à deux mains. Bogakh se précipita vers les deux bandits, remontant la pente. Il était en berserker, la célébre particularité de sa race. Et sa maladie n'était à ce moment plus un problème. Tandis que l'orque chargeait, il hurla en hommage à son peuple:

    "Justiiiiccce !"

    Le rejeton des porcs avait la vision rouge. Tout lui semblait à l'arrêt, dans une rage folle, il s'acharna sur l'un des bretons, le tailladant de toute part. Pendant ce temps. Julia usa de la magie de foudre pour foudroyer le deuxième bandit.

    Les deux étaient maintenant hors d'état de nuire. Julia s'approcha doucement de l'orque.

    "-Tu peux me laisser voir ça ?"

    Elle lui indiquait l'espadon ensanglanter. Bogakh lui tendit immédiatement.

    "Bien, je sais comment me faire pardonner pour hier. Retrouve-moi demain. Et, merci."


    Aussitôt, la demoiselle disparut. Bogakh rentra doucement au camp. Personne ne semblait avoir remarqué son absence. Il se recoucha et dormit jusqu'à bien tard le lendemain.

    L'orque revint à la clairière au moment indiqué. Il attendait Julia. Elle vint tenant entre ses mains l'espadon. Elle lui tendit un sourire malicieux sur le visage. Bogakh saisit le fourreau et en dégaina la lame. À peine à l'air libre que la lame de l'épée fut soudainement parcourue de flammes. Elle avait été enchanté.

    "-De la magie...

    -Elle est à toi maintenant, il lui faut un nom mm ?

    -Enchanté...

    -Moi, je pense qu'elle en a un tout trouvé."

    Julia regarda Bogakh et lui fit un clin d'oeil avant d'essayer de l'imiter.

    "Justiiiiiiiccce"

    La jeune bretonne riait. Bogakh lui sourit et reprit la parole avec une imitation de prophète.

    "Cette arme sera mon jugement dans ce cas. Et donc, ainsi sera son nom".

    Julia sourit tandis que Bogakh rengaina "Jugement". Soudainement, des voix lourdes pouvaient être entendues au loin, des orques s'approchaient.

    "S'ils te trouvent, tu risque gros. Va , on se reverra, il faut que je te montre mes progrès en archerie n'est-ce pas ?"

    La jeune bretonne lui fit un clin d’œil et disparut dans la forêt. Tandis que l'orque s'en alla rejoindre ses camarades.


    Dernière édition par Bogakh le Mer 12 Juin - 19:07, édité 1 fois
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Mer 12 Juin - 19:06

    L'avoir, s'il vous plaît, juste un sillage de jour




    Chapitre 3: Les Lunes tombent sur les inconscients dit-on.



    "Aller, viens, tu va voir ça va être sympa"

    Trois grands orques tirait un petit Bogakh âgée de seulement neuf années.

    "Mais viens ont te dit, tu va voir ça va être super drôle."

    La nuit était peu sombre, les deux lunes étaient pleines, et éclairaient Tamriel de leur douce lumière. Bogakh et ses trois cousins étaient en Bordeciel, perdu dans la forêt. C'était la veille avant que la petite tribut ne reparte vers une obscure contrée afin d'éviter de se faire repérer, et les cousins de Bogakh comptaient la célébrer comme il se doit.

    "-Où va-t-on ?
    -Quelque part Boggy, oui quelque part..."

    Bogakh s'arrêta, il était terrifié, il faisait froid, il était seul en forêt avec ses cousins, des bruits inquiétants venaient de partout.

    "-je veux rentrer...
    -Qu'est-ce que tu'à petit-cousin ? T'a peur des vilaines bébêtes des environs ? Car tu crois vraiment qu'ils vont venir t'embêter avec nous ? Ahahah"

    Bogakh se retenait de partir en courant, peut-être pouvait-il y arriver discrètement sans que ses cousins ne le remarque. Un petit pas, un deuxième plus silencieux, et un...Boom. Bogakh venait de se prendre les pieds dans une racine et de se ratatiner lamentablement par terre.

    "Et tu vas où comme ça cousin héhéhé ?"


    Un des trois orques, un bon gros Orsimer attrapa le petit Bogakh et le prit façons sac à patates.

    "Repose-Mooooiiii"

    Le petit orque se débattait comme un lion, sans succès. Finalement crever, il se laissa porter. Ignorant dans quel pétrin ses idiots allaient surement se mettre.

    Le petit groupe arriva dans des ruines, visiblement d'origine nordique. Bogakh regarda les ruines et demanda presque suppliant:

    "-On ne va pas rentrer là-dedans hein ? On ne va pas rentrer là-dedans .
    -Bien sûr que si, Golburg m'a lancé un défi, et je le laisserai pas avoir raison de mon honneur."

    Le petit groupe rentra dans les ruines. Il faisait très sombre, seul quelques ouvertures dans le toit laissaient admirer les deux lunes. Le groupe avança prudemment, aucun bruit. Bogakh tremblait comme un philosophe. Son cousin le sentant, il le reposa.

    "-Q... Que. Qu'est-ce que tu fais ?
    -Quoi, je ne vais pas te porter comme un bébé toute la nuit."

    L'Orsimer Junior ce tenait bien derrière le groupe, de sorte à pouvoir s'enfuir au plus vite à la moindre menace. L'avancement dans les couloirs était agaçants, inquiétant, pesant.

    Bogakh prenait de plus en plus de recul, il ne pouvait s'empêcher de regarder dans les jarres, coffre où tout objet croisant sa route. Il finit par se retrouver très à la traine.

    Mais quelque chose attira son attention, un magnifique piédestal, dessus, une bourse qui semblait bien gonflée. Le petit orque eut les yeux brillants, il s'approcha doucement de la bourse et la saisit. Enchanté.

    Mais la bourse reposait sur un socle, et le pauvre enfant tomba dans une trappe. La chute lui semblait interminable quand soudainement il rejoint une eau glacée et profonde.

    Manquant de ce noyer, il atteint de justesse le bord. Il faisait noir, très noir. Prenant son courage à deux mains. Bogakh avança en tâtant, avant de soudainement découvrir ce qui semblait être un brasero.

    Comment était-il allumé ? Pourquoi la flamme tenait-elle ? Il ne saurait dire. Il s'approcha doucement du feu et se réchauffa. De là, il pouvait voir un poil mieux où il était, une sorte de catacombe.
    Cherchant autour de lui, il trouva du vieux tissu épais, ainsi qu'un liquide bien consistant, mais pas de bois ou de chose du genre. Il remarqua alors quelque chose, s'approcha doucement, il saisit l'étrange tube, avant de réaliser qu'il s'agissait d'un bras momifier.

    "Gwaaaaaa".

    Hurla-t-il, lâchant sa prise. Haletant, il décida de reprendre le bras, enroula le bout du tissu, le trempa dans le liquide et l'enflamma.

    Il avait créé une torche, morbide certes mais une torche.

    Ce servant de sa lumière improvisée, il partit en exploration, cherchant la sortie. Quand soudainement, plusieurs cadavres autour de lui commençaire à s'animer. Des Daugr.

    Bogakh fit plusieurs pas en arrière horrifier. Puis dans un instant de panique, fit demi-tour et courra, le plus vite qu'il pouvait, tandis que plusieurs cadavres semblaient se ranimer de tous les côtés.

    Le jeune orque courait encore et encore, s'enfonçant dans les couloirs, montant les escaliers menaçant de s'effondrer. Quand soudainement il atteignit une porte.

    "Par Malacath, la sortie, la sortie..."

    Alors il tira sur la poigner.

    "Fermer, bon sang c'est fermer !"

    Derrière lui, il pouvait entendre les gémissements des cadavres arrivaient. Paniquant de toute part. Bogakh remarqua soudainement ce qui semblait être de l'huile au sol. Les cadavres étaient visibles désormais, leur pied droit dans l'huile.

    L'orque prit sa respiration en jeta la torche improvisée droit sur la flaque avec un grand cri de peur lui tirant les larmes des yeux.

    "Hyaaaaaaaaaaaa"

    Tous les cadavres s’enflammèrent dans un spectacle morbide que seuls les Pyromanes sauraient apprécié.

    Puis, tous disparurent dans les cendres. Et seule la torche était encore au sol, allumé. Le liquide était des plus étranges certes, mais au moins, il dut reconnaitre qu'il était efficace.

    Ramassant la précieuse source de lumière. Il reprit son exploration à la recherche d'une clef.
    Il faisait maintenant un bon moment qu'il errait sans but. Pleurant, horrifier, mais son désir de survivre, son désir de sortir d'ici était plus fort.

    Il finit par se retrouver dans une sorte de salle du trône. Sur l'un, se trouvait un daugr, immobiliser encore, avec une clef autour du cou.

    Bogakh s'approcha doucement, près d'une table, et renversa accidentellement une coupe qui se trouvait dessus "Tinc-Tinc-Pok", alors l'orsimer serra les dents, mais le daugr ne bougea pas.

    L'enfant était maintenant à coté du daugr, le plus délicatement possible, il se pencha pour atteindre la clef... Doucement, tout en douceur... Mais hélas, Bogakh perdit l'équilibre et se retrouva sur les genoux du daugr, étonnamment, il ne réagit pas,

    Bogakh compris alors que le cadavre était bien mort et qu'aucune magie inconnue ne l'animer. Il saisit la clef violemment et s'empressa de rejoindre la porte précédemment rencontrée. Il l'a dévérouillia et partit immédiatement dans les nouvelles ailes qui s'ouvraient à lui.

    Il était désormais suffisamment remonté pour que le toit, ouvert en de nombreux endroits lui permettent de voir les lunes. Soupirant de soulagement, il continua avant de trébucher. Il regarda sur quoi c'était et reconnue avec horreur le cadavre d'un de ses cousins.

    Paniquer, l'orsimer fit quelques pas en rampant et se releva. Il regarda autour de lui, ils étaient tous là, morts.

    Ils avaient été transpercer par ce qui semblait être des pics, un piège antique surement.

    Bogakh déglutit, en larmes, effondrer. Puis ils se souvent de ces orques avec qui il avait toujours vécu.

    "On veut mourir dans l'honneur."

    Ils étaient mort pour défendre leur honneur, dans un simple "même par cap de". Malgré une mort aussi faible et méprisante, ils avaient leur honneur préserver.

    Bogakh se releva, tremblant de peur lorsqu'il entendit au loin des lamentations, beaucoup de lamentation. Au moins une dizaine de Daugr étaient en train d'arriver de là où Bogakh venait.

    Dans une panique générale, il en oublia rapidement ses cousins et prit ses jambes à son cou.
    L'orsimer courra encore et encore jusqu'à apercevoir au loin des portes familières.

    "La sortie !"

    Bogakh usa de ses dernières énergies pour sprinter vers la liberté. Enfin il atteint l'extérieur et le froid de la neige. Au loin, l'aube commençait à apparaitre.

    Le jeune Orsirmer rentra à son camp, recouvert de sang, de sueur et même d'urine. Jamais il n'oubliera ce qui s'est passé. Et toujours il craindra les lunes pleines.





    Hauteroche, de nos jours.

    "-Où est Bogakh ?
    -Il est parti se cachait."

    Le chef Dumulg leva la tête vers le ciel, les Lunes étaient pleines.

    "-Je vois, il ne s'en est toujours pas remis mm .
    -S'en remettra-t-il un jour ? Il a vécu l'oblivion, une nuit semblable à celle-ci. Je crains que ce pauvre petit ne soit à jamais terroriser les nuits de pleines lunes.
    -Le simple fait de les regarder lui rappelle tout ça pas vrai ?
    -Je suppose, il n'a jamais voulu en parler.
    -Puisse-t-il être courageux..."




    Dernière édition par Bogakh le Dim 23 Juin - 23:20, édité 1 fois
    avatar
    Bogakh Gro-Dumulg

    Messages : 70
    Date d'inscription : 05/03/2013
    Age : 21
    Localisation : Midi-Pyrénées

    Feuille de personnage
    Race: Orque
    Guilde(s):
    Alliance:

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Bogakh Gro-Dumulg le Dim 23 Juin - 22:48

    L'avoir,s'il-vous-plait , juste un sillage de jour.




    Chapitre 4: Celui qui ne regarde jamais les étoiles.



    Eh oui, entre folie et traumatisme, la nuit n'est pas le moment favori de notre pauvre orque.

    Alors que les lunes continuaient leurs accensions menaçante dans le ciel noir. Près de la ville brétonne de Jéhanna, le calme battait son plein.

    Là, sur un des bords de la rivière bordant la ville se tenait un homme, les cheveux blancs, la peau bien pâle, une barbe plutôt insolite, et des yeux rouges si foncé qu'on les confondrait aisément avec du marron. Ce n'était pas un vampire, mais un enfant de la lune.

    "Maître ?"

    L'homme tourna légèrement la tête, derrière lui ce tenait quatre hommes, vêtue de peau, on les aurait cru tout droit sortie d'un récit sur les origines de ce monde.

    "...Tss."

    Répondit l'homme, avant de retourner son regard vers la ville au loin, Masser, la lune rouge était pleinement visible. L'homme aux cheveux de neige prit enfin la parole.

    "Alors, vous avez trouvé quelqu'un ?"

    Un des bandits s'essuya le front d'un revers de la main et s'approcha doucement de l'oreille de l'homme.

    "Une jeune fille, très jolie, je suis sûr que Hircine en sera ravie."

    L'homme, ou du moins ce qui devait être leurs dirigeants sourit.

    "-Comment se nomme-t-elle ?
    -Julia Jewelgold.
    -Bien..."


    D'un geste de la tête, il invita les hommes à partir. Quelques minutes s'écouler déjà, quand soudainement l'homme tourna à nouveau la tête et s'adressa à ce qui semblait à première vue le vide.

    "Dites-moi, Vous deux..."


    L'enfant de la lune dégaina soudainement son épée, tel un duelliste et la pointa vers un rocher.

    "...Qui êtes-vous ?"

    Deux orques surgirent de derrière le rocher, Bogakh et Durzub...

    "Oh... Des rejetons de porcs, je vois."

    La voix de l'homme était calme, comme s'il avait tout le temps du monde, ces mouvements le laisser penser également. Mais c'était ce sang-froid qui le rendait terriblement menaçant.

    Bogakh sentit rapidement qu'il n'avait pas affaire à une personne inoffensif.

    "-Durzub, rentre au camp...
    -Quoi ?! Pour que tu me voles la vedette !
    -Que... Durzub !"


    L'homme en blanc haussa un sourcil avant de faire légèrement preuve de sarcasme.

    "Eh bien, mais quelle preuve d'obéissance."

    Cet homme était dangereux, sans parler des mots énigmatiques qu'il avait prononcés auparavant.

     Bogakh nut d'autres choix que de lancer le regard qui veut tout dire à son frère.

    Celui-ci comprit que pour que son ainé agisse ainsi, le problème devait être de mise. Et il prit les jambes à son cou.

    L'humain siffla légèrement.

    "Comme c'est adorable... J'en aie presque envie de vomir."

    Bogakh dégaina doucement Jugement, l'arme s'enflamma aussitôt dégainer de son fourreau, le sortilège d'enchantement toujours aussi actif.

    "-Qui êtes-vous ? Et de quoi parliez-vous ?
    -Je suis ce qui subsiste, ou peut-être suis-je tout ce qui n'a jamais été. Concernant mon sujet de discussion, il est fort amusant de voir à quel point les gens sont idiots. Il suffit que je dise à ces bandes d'imbéciles que Hircine demande des offrandes pour qu'ils m'apportent sur un plateau tout ce que je demande. Un tel manque de culture est affligeant, Hircine ne demande jamais de sacrifice autre qu'animaux. Pourtant, ses idiots m'amènent sans hésiter toute jolie fille que je demande."


    L'homme s'approcha avant d'esquisser un sourire en coin.

    Bogakh hoqueta avant de murmurer.

    "Vous les... Vous êtes un monstre !"

    L'homme se contenta d'un léger sifflement tout en relevant la tête.

    "Tss... Et que vas-tu faire ? Le crier sur tous les toits . Allons, allons, aux yeux du monde entier, c'est toi le monstre."

    C'en était trop, Bogakh chargea en direction de l'humain, Jugement en avant. Un premier coup en avant, mais l'adversaire avait compris l'intention et chargea lui aussi, les deux épées s'entrechoquèrent dans un bruit d'acier avant que les deux combattants ne reculent d'un léger saut.

     Bogakh ne se laissa pas faire et réenchéna d'un coup circulaire, paré par l'adversaire qui tenta une contre-attaque en diagonale, paré également.

    L'enfant de la lune tenta alors diverses attaquées afin de s'approcher au plus près de l'orque, voyant son adversaire trop proche, Bogakh s'empressa de lui mettre un coup de pied, qui contraignit l'homme à reculer.

    "Pas mal du tout le porc..."

    L'humain fit un léger bon en arrière.

    "Mais je n'ai pas de temps à perdre."

    L'humain leva sa main gauche, une légère lumière y apparut. Bogakh reconnut la couleur, vert, de la magie d'altération.

    "Merde !"

    La petite boule verte partit rapidement de la main de l'humain vers le sol, et un nuage en éclata.

    Un sort de paralysie Majeur. Bogakh tomba, figeait, incapable de quoi que ce soit.

    "C'était bien essayé l'orque."

    L'humain lui sourit en coin, puis rengaina son épée avant de repartir doucement vers la forêt.
     
    Pourquoi avait-il laissé Bogakh en vie ? Vous le saurez plus tard.

    En attendant, Bogakh s'empressa de rejoindre le camp orque, il vérifia que Dumulg était bien là, puis il partit en courant vers la ville de Jéhana.


    Du coté de Julia...

    Ça faisait maintenant presque une heure que les parents de Julia lui casser les oreilles:

    "Ecoute-moi bien jeune fille, ce soir vient diner chez nous un puissant sorcier de la guilde des mages, il s'est montré très intéressé par vous, et meurt d'envie de vous rencontrer. Imagine donc le prestige sur notre famille si tu réussis à le charmer, et à l'épouser. Je comprends que ça te répugne, mais véritablement Julia, tu dois faire ça pour nous, pour ta famille, à quel prix te coute l'amour de ta famille ?"


    Cette fois s'en était trop, Julia riposta.

    "Et puis quoi encore ? Que j'embrasse un kajiit ?"

    La jeune brétonne folle de rage, rejoignit sa chambre. Elle s'empressa de regarder par la fenêtre.
     
    Plusieurs mois s'étaient écoulés depuis sa rencontre avec Bogakh, et ils étaient devenu de bon amis. Ils avaient même trouvé un procédé pour que la jeune fille sache quand celui-ci serait dans la forêt.

    En effet, depuis la fenêtre de Julia, on pouvait voir un magnifique pin qui se trouvait au centre de la clairière chérie par la brétonne.
    Lorsque Bogakh s'y trouvait, il accrochait à ce pin une lanterne, dont la lumière était à peine visible depuis la fenêtre de Julia.

    Et cette Lanterne était présente ce soir-là. Enchanté, Julia s'empressa de crocheter sa serrure, de s'enfuir par sa fenêtre et de rejoindre en courant la clairière.

    Bogakh l'y attendait, il était terrifié.

    "-Que... Bog... Qu'est-ce qu'il y a ?
    -Julia ! Bon sang, écoute-moi bien.
    -Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu n'as pas pris de Skooma rassure-moi ?
    -Non non, je viens de rencontrer un fou, ce psychopathe kidnappe les jeunes filles, et il a des vues sur toi.
    -Que... Quoi ? Bogakh tu es...?
    -Parfaitement clair, ce type te vise Julia, un de ses types a même dit ton nom en entier.
    -B... Bon sang, à quoi ressemblait-il ?
    -La peau très pâle, les yeux très foncés, des cheveux blancs et très long, une robe noire. Plutôt petit en taille, ah et une barbe vraiment étrange.
    -Étrange comment ?
    -Très anormal, j'en ai jamais vu des comme ça.
    -Heu... Okay ?
    -Écoute-moi bien, rentre chez toi et restes y, si jamais je découvre autre chose, je te fais signe. Mais surtout fait très attention à toi.
    -Oui Bog, ne t'inquiète pas.
    "

    Ceci dit, l'orque adressa un dernier sourire à la jeune fille avant de repartir vers le camp orque, il lui fallait plus d'informations sur ce personnage.

    Quant à Julia, elle rentra chez elle, mais à peine arrivé dans sa chambre qu'une voix tappa contre sa porte.

    "Julia ! Viens donc, notre invité est là."


    La jeune bretonne pris une grande inspiration, puis ouvrit la porte, et descendit les marches.

    "Bonsoir..."

    Un homme ce tenait là... Les cheveux blancs, les yeux rouges très foncé, une robe noire de mage, et une barbe bien étrange...

    "Mademoiselle Julia, je suis Abraham Whiteiron, c'est un plaisir de rencontrer une aussi belle fleur."

    Julia prit une grande inspiration tout en écarquillent les yeux, la ressemblance était trop évidente, non, c'était bien ce type dont Bogakh lui avait parler....


    (A suivre)

    ------------

    Hrp: Gardez en tête que ce bg est un livre de quatrième ère, et comme tout livre de l'univers de TES, il comporte son lot de faits véridique mais aussi...Son lot de mensonges présent uniquement pour rendre le récit plus "croustillant".

    Autrement dit, le seul moyen de vraiment savoir ce qui c'est passé, se sera de demander à Bogakh directement en jeu, eh oui Wink

    Contenu sponsorisé

    Re: [Orque] Bogakh-Gro-Dumulg

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 16:56