The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Le destin de Zanza

    Partagez
    avatar
    Heybeline

    Messages : 8
    Date d'inscription : 07/04/2014
    Age : 24
    Localisation : ardenne

    Le destin de Zanza

    Message par Heybeline le Lun 7 Avr - 18:22

    Nom: Heybeline
    Prénom: Zanzarah ou Zanzah ( diminutif )
    Race: Brétonne
    Spécialité: templière soigneuse .
    Taille : environ 1m 54.

    ~ Description Physique :

    Zanzarah est une Brétonne. Sa taille avoisine les 1,54 mètres. Ses yeux sont de couleurs Cyan et lui donnent l'un de ces regards envoûtants.
    Un bandeau lui cache l’œil gauche qu'elle a perdue peu avant l'éruption en 2E 578 Il y a quatre ans de cela.
    Sa peau est aussi blanche que de la craie. Ses cheveux, longs, sont ondulés et d'une couleur noir, aux reflets bleutés. Ses canines acérées ne sont visibles que lorsque cette dernière s'énerve pour les sortir.
    Elle est toujours habillée de couleur très sombre comme le noir ou le mauve. Elle aime la dentelle, ce qui lui donne ce côté noble et délicat. Son physique est souvent décrit comme étant charmeur par les autres. Elle s'en sert d'ailleurs pour appuyer d'avantages les contraintes qu'elle leur inflige. Lorsqu'elle se transforme, sa voix habituellement si douce sous sa forme humaine, se pousse jusqu'à des aïgus qui raisonnent, vous glaçant facilement le sang.
    Ses yeux se teinte d'un Rouge aussi Puissant que des flammes d'Oblivion .
    Quand elle fait pénétrer ses crocs dans votre chair, ses veines de nature presque invisible grossissent et se gorgent de sang à vue d’œil.

    ~ Description Psychologique :

    Depuis sa transformation en vampire, Zanzarah fait souvent, cavalière seule. Elle aime avancer par ses propres moyens. Tout ce qui lui importe, c'est de se faire craindre par ses ennemis. Lire la peur dans leurs yeux. Les voir la supplier, afin de leur laisser la vie. Elle ne peut pas se permettre d'aimer quelqu'un. C'est un principe. Pour elle, l'Amour ne sert à rien. Zanzarah pense que les sentiments sont une perte de temps. Si on l'y oblige, Zanzarah devient alors très violente.
    Pour elle, les autres vampires n'ont strictement aucun intérêt, puisque pour elle, ils agissent n'importe comment, sous la peine de se rendre eux-même à la mort. En ce qui concerne les Orques et les Elfes, qu'elle méprise tout autant, elle espère voir leur race s'éteindre et se faire complètement éradiquer de Nirn toute entière. Ces deux races sont considérées comme rivales pour elle. Selon Zanzarah les Orques et les elfes ne sont pas aussi rusés et n'ont pas le sens aussi réfléchi que les Bréton, dont elle est fière d'en faire partie.



    --------------
    La naissance et l'évolution



    Née un Middas Du mois d'Ondepluie du 2E 561. C'est à ce moment là que Zanzarah voit le jour. Elle est née de parents fermiers, dans un petit Village des Hauteroches. La mère de Zanzarah avait accouchée non sans mal, et sa mère n'a pas pu survivre.
    Tout le reste du temps, c'est son père qui s'est occupé d'elle. Enfant, elle était quelqu'un de très solitaire déjà. Elle n'aimait que très rarement la compagnie.


    Quand elle eut l'âge de se scolariser à l'école de Magie, Zanrarah n'a pas eu de parcours très brillant. Elle s'était arrêtée aux bases puis par la suite, préférait s'adonner aux plaisirs de l'école buissonnière. Lorsqu'elle ne se trouvait ni à étudier, ni à dormir, Zanzarah adorait passer ses journées et ses nuits en pleine forêt. Parcourir les paysages et observer la nature. Elle aimait cette atmosphère qui s'y dégageait. Elle s'y sentait en sécurité.
    À cette époque d'ailleurs, Zanzarah avait une fascination pour les ruines, et pouvait les admirer durant des heures entières. Son père pouvait alors s'inquiéter et la chercher partout. Au point où, dès qu'il la retrouvait, cette dernière se faisait punir de façon extrême comme les coups de ceinturon ou la privation du repas.
    Lorsqu'elle pouvait se faire mal aussi en tombant, si elle s'écorchait par exemple, elle ne pouvait s'empêcher de sucer la plaie. Ce qui plus tard, dans l'adolescence avait formé un déclic chez elle, sans qu'elle ne s'en aperçoivent.
    Aussi, son asociabilité se renforçait d'année en année. Elle détestait la compagnie des gens, préférant se retrouver seule, livrée à elle-même. Sans aucune contrainte, aucune limite imposée.


    C'était en partie pour cela que Zanzarah fuyait l'école. Les ordres donnés par les professeurs la rendait malade. L'Autorité était bien la chose qui lui plaisait le moins. Autant celle qui venait des professeurs que de son père ... De ce fait, Zanzarah devenait de plus en plus violente, de plus en plus colérique.




    La transformation



    2E 577, une nuit de Primétoile. C'est en effet lors de cette nuit là, que le changement était survenu.


    Alors que comme à son habitude, Zanzarah, âgée maintenant de 20 ans, était sortie en pleine nuit pour se balader dans le bois avoisinant le village, elle entendait des voix, des soupirs et des ricanements des plus inquiétants. Des bruits à vous en glacer le sang et vous paralyser les membres. Quelque chose de vraiment atroces. Elle avançait prudemment, bien que l'inquiétude était présente en elle ... Au moment où elle avait pu sentir une main se déposer avec force sur son épaule droite, Zanzarah s'était débattue pour courir, encore et encore. Tout ce que la jeune Brétonne voulait, c'était fuir cette présence démoniaque, qui inspirait la peur.
    Alors qu'elle continuait de courir, elle entendait des bruits semblable au vent la poursuivre. Cette créature était là. Toujours là. Cette ombre la poursuivait sans relâche. Au bout d'un moment, Zanzarah avait commis l'irréparable dans sa course : en se retournant elle n'avait pu éviter la chute, en se prenant le pied dans une souche d'arbre. Ce bruit des plus affreux qu'était ce souffle, était toujours là. Il se rapprochait. Pétrifié par la peur, elle n'osa bouger. Jusqu'au moment où elle avait senti cette force l'extirper du sol, mettant son visage à la portée d'un visage quasi inexistant. Des yeux d'un rouge perçants la fixait. Elle voulu crier, cependant, elle n'avait pu le faire.
    Des crocs s'était plantés dans sa chair, et du sang qui n'était pas le sien lui avait été administré de force... Quelques secondes plus tard, la bête l'avait relâchée. Elle était toujours agenouillée sur le sol. Ce sol froid et humide. Soudainement, un énorme mal de tête lui avait broyé le cerveau. Plus les secondes passaient, plus se mal de tête persistait et se montrait de plus en plus coriace. Sa chaleur corporelle, quant à elle, diminuait peu à peu, tandis qu'une douleur intense au niveau de ses canines, se faisait ressentir. Son champ de vision, d'abord envahi par une sorte de lumière blanche, s'était ensuite plongé dans les ténèbres les plus profondes. Tandis qu'elle était maintenant morte, le destin de la jeune femme était scellé, avec cette transformation en vampire ...




    L'indomptable Zanza



    Cela faisais bien des semaines que Zanzarah était enfermée dans cette grotte sombre , poussiéreuse et humide. L'Ombre qui l'avait mordue se faisait omniprésente à l'intérieur. Tout était calme, silencieux ... Elle ne le savait pas encore, mais son destin de Vampire allait lui réserver bien des surprises.
    Au bout de quelques instants, Zanzarah sortait petit à petit de son inactivité. De son état léthargique, elle retrouvait ses sens ... Dans un souffle sourd, elle s'était réveillée. Elle entendait alors l'Ombre lui intimer l'ordre d'ouvrir les yeux.
    L'Ombre s'était donc approchée du tombeau, dans lequel Zanzarah reposait. Le tombeau se trouvait dans l'une des pièces les plus sombres et les plus malodorantes de la grotte. Même si cette dernière était petite.


    Cela allait justement s'arranger, puisque lOmbre allait sortir la « jeune femme » de son sommeil. En s'approchant du corps de Zanzarah, l'Ombre avait commencé des incantations, en joignant ses deux mains sur la poitrine de cette dernière. Des incantations dans un langage assez particulier d'ailleurs. Un langage propre aux Deadras.


    Zanzarah était épuisé physiquement et mentalement. Alors qu'elle finit de se débattre, l'Ombre vint l'attraper au visage de son écœurante main droite et lui serra les joues, les faisant remonter. Elle serrait tellement fort que la mâchoire de Zanzah commençait à lui faire sérieusement mal. L'Ombre la renifla bruyamment, puis la lâchant, toujours sans le moindre mot. La jeune femme poussa un petit gémissement. Soulager de la douleur qu'il venait de lui faire endurer et désespérée de ce qui l'attendait.
    Zanzarah sentit son cœur se remplir de désespoir. des larmes commencèrent à couler sur le côté de ses yeux, puis se déposer sur la table où elle est allongée. En silence, elle observa de regard, involontairement, suppliant sur le nouveaux venus. Même si elle risquait de finir en repas... Mais elle se fiait à ce qu'elle avait entendu sur ces êtres de la nuit, il n'y avait que très peu de douleur lorsqu'il vidait leur victime de leur sang. Tandis qu'un sacrifice était long et douloureux, sans compter le plaisir de L'Ombre à torturer la pauvre victime. Mais Zanzah remarqua que le Vampire, semblaient affecté de la voir ainsi. Elle ferma alors les yeux, faisant couler quatre ou cinq larmes en même temps.


    *Aidez-moi... Je vous en supplie* Se dit-elle, comme s'elle espérait qu'il l'entende.



    Zanzah n'écoutait plus les paroles qu'échangeaient l'Ombre et le vampire. Elle se contenta de rester silencieuse, ouvrit les yeux, fixa le plafond et se mordit la lèvre inférieure.


    *Patience ma petite, la transformation est longue et douloureuse* Dit le vampire d'une voix agréable.


    L'Ombre se r'approcha du visage de la jeune femme , Zanzah ferma les yeux de peur sans douter un instant de ce qu'il va lui faire. Il lui ouvrit les yeux et essaya  tout pour ce débattre des griffes de cette chose. l'Ombre , pour calmer cette jeune femme, enfonçait une dague à la cuisse de cette jeune Brétonne, si lentement que la douleur fut longue, L'Ombre devait surement se satisfaire de cette torture.
    Une fois calme ; où l'envie de mourir serais la plus agréable des échappatoires. L'Ombre remit la main sur le visage de Zanzarah, s'approchant du globe oculaire gauche . Quand il commença à arracher l’œil de sa propriétaire , Zanzah perdit connaissance et a toujours du mal à recouvrer la mémoire qui fut perdu en même Temp que son œil.

    ( à suivre...)

      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 16:51