The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    [Livres] Les Nains, race perdue de Tamriel

    Partagez
    avatar
    Khamsin

    Messages : 39
    Date d'inscription : 17/05/2013
    Age : 26
    Localisation : Provence

    Feuille de personnage
    Race: Rougegarde
    Guilde(s): Aucune
    Alliance:

    [Livres] Les Nains, race perdue de Tamriel

    Message par Khamsin le Sam 18 Mai - 15:30

    Les Nains, Race perdue de Tamriel, volume I : Architecture et artisanat

    par Calcelmo
    Érudit de Markarth


    J'aimerais commencer par dissiper un malentendu très répandu : le terme adéquat pour désigner l'antique race disparue de Tamriel est "Dwemers". On peut traduire grossièrement ce mot par "peuple des profondeurs" dans la langue commune, mot qui a été majoritairement remplacé dans le langage courant par "Nains". Je tiens à signaler que j'utilise le mot "Nains" en lieu et place du terme savant par pure sympathie pour mes lecteurs qui, avouons-le, ne jouissent sans doute pas du savoir que m'ont apporté 200 années d'études.

    Cette mise au point effectuée, nous pouvons commencer notre étude des Nains en nous concentrant sur les artefacts irréfutables qu'ils ont laissés : leurs ouvrages architecturaux et culturels. À l'inverse des autres aspects plus controversés de l'étude des Nains, la construction des cités et des reliques naines sont bien établies, notamment grâce à la pléthore d'échantillons que l'on a pu retrouver dans leurs vestiges. Ma propre cité natale, Markarth, était à l'origine l'une de ces ruines et en tant que témoin privilégié, je peux affirmer que les ouvrages nains partagent un ensemble de principes communs qui permettent non seulement de distinguer un artefact authentique d'une contrefaçon, mais aussi de relever des motifs et des méthodes qui définissaient le travail de leurs artisans.

    Tout d'abord, nous pouvons dire avec certitude que les artisans nains avaient une préférence pour la pierre, en tout cas dans le domaine du bâtiment. Ce n'est une surprise pour personne : sauf rares exceptions, la grande majorité de l'architecture des Nains se trouve en sous-sol ou creusée dans les montagnes. Il est possible, bien que ce ne soit qu'une théorie, que les Nains aient maîtrisé la maçonnerie très tôt, le travail du métal venant s'ajouter plus tard aux ouvrages de pierre à mesure qu'ils apprenaient l'usage d'outils plus complexes. Quoi qu'il en soit, les fondations de toutes les ruines connues sont construites sur la pierre, et la structure des maçonneries naines est affilée, anguleuse et géométrique par nature.

    En comptant grossièrement, on peut estimer qu'il y a des centaines, peut-être des milliers d'exemples de bâtiments composés de carrés précis, et beaucoup moins de maçonneries incurvées ou faiblement arrondies. Ceci nous porte à croire que les Nains des origines se reposaient sur une architecture calculée avec précision, basée sur des lignes et des angles plutôt que des arcs et des arrondis, plus risqués. Cette tradition du travail de la pierre, si simple en apparence, a néanmoins permis à ces structures d'être encore aussi stables et solides aujourd'hui qu'elles ne l'étaient il y a des milliers d'années ; s'il fallait comparer, les ouvrages de nos maçons actuels ne sont guère plus que des châteaux de cartes.

    En l'état actuel de nos connaissances, nous pensons que le travail du métal était la méthode de fabrication principale dans l'artisanat des Nains. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les matériaux moins durables comme l'argile, le papier et le verre, mais vu leur propension à préférer le durable au fragile, il n'est pas imprudent de présumer que le métal avait au moins la préférence sur le reste. À ce sujet, le métal utilisé dans toutes les reliques naines découvertes à ce jour est tout à fait spécifique à leur culture.

    Aucune autre race n'a jamais pu répliquer le processus permettant de produire le métal des Nains. Bien qu'on puisse facilement le confondre avec le bronze (et de fait, de nombreux contrefacteurs d'objets nains utilisent le bronze pour leurs répliques), il est maintenant prouvé qu'il s'agit d'un métal pareil à nul autre. J'ai moi-même observé des métallurgistes tenter de combiner différents types d'acier et de minerais rares et communs pour retrouver les propriétés singulières du métal nain, mais la seule méthode ayant jamais donné le moindre résultat positif est de fondre les chutes et fragments métalliques d'origine pour forger un nouvel objet.


    Dernière édition par Khamsin le Sam 18 Mai - 15:40, édité 1 fois
    avatar
    Khamsin

    Messages : 39
    Date d'inscription : 17/05/2013
    Age : 26
    Localisation : Provence

    Feuille de personnage
    Race: Rougegarde
    Guilde(s): Aucune
    Alliance:

    Re: [Livres] Les Nains, race perdue de Tamriel

    Message par Khamsin le Sam 18 Mai - 15:31

    Les Nains, Race perdue de Tamriel, volume II : Armes, armures et machines

    par Calcelmo
    Érudit de Markarth

    Dans notre précédente discussion au sujet des Nains (ou "Dwemers" dans la terminologie savante, plus exacte), nous avons étudié les caractéristiques de leur architecture et du travail du métal. Pour poursuivre notre plongée au coeur de l'univers de la race perdue de Tamriel, nous allons examiner comment ils faisaient la guerre et repoussaient les envahisseurs. Les Nains construisaient et utilisaient des machines toujours plus compliquées pour un grand nombre de fonctions martiales ; on ne retrouve cette particularité chez aucune autre race de Tamriel. Comparativement, les armes et armures créées uniquement dans le but d'être portées par les guerriers nains affichent une évolution technique beaucoup moins riche.

    Commençons par nous intéresser à ces armes et armures basiques. Tous ceux qui ont un jour pris en main une hache naine, ou porté un heaume, peuvent témoigner de la solidité et de l'aspect inaltérable de l'artisanat nain. Les armes ne dévient que très peu de leur fonction première : les épées naines transpercent les armures légères avec une efficacité incroyable, notamment grâce au tranchant remarquable de leur métal trempé et, dans une moindre mesure, à leur tranchant double.

    Si l'on compare une dague naine anguleuse et affilée avec une dague elfique courbée, on peut déduire que les forgerons nains avaient pour but premier de créer des armes de qualité avant tout, et que leur forme était alors dictée naturellement et exclusivement par la fonction intrinsèque de l'objet : tuer des gens.

    Pour une civilisation s'étant développée presque exclusivement en sous-sol, il n'est pas surprenant de constater que les armures des Nains sont conçues pour recevoir des chocs d'une grande violence. Encore une fois, le fait qu'elles résistent à la perforation des flèches ou des petites lames est à mettre à l'actif de la supériorité de la métallurgie naine plutôt qu'au travail du métal lui-même ; néanmoins, ce serait une erreur de conclure que les forgerons prenaient la fabrication des armes et des armures à la légère. Tous les échantillons que j'ai pu observer montrent un niveau de détail et de personnalisation que l'on retrouve aujourd'hui chez les artisans les plus chevronnés.

    L'art d'un forgeron nain découlait sans doute d'une longue tradition, se distinguant par exemple par le relief de la poignée d'une masse, ou le motif d'une pointe de flèche. Cependant, l'absence cruelle de vestiges culturels en dehors des armes et armures ne nous permet que de faire des suppositions.

    Pour conclure ce volume, nous allons aborder l'un des sujets les plus emblématiques quand il s'agit d'étudier les Nains : leurs machines. Ils ont conçu et fabriqué des milliers d'appareils mécaniques plus ou moins complexes, le plus simple étant "l'araignée" dont le but est de chasser les intrus. Nous ignorons encore comment les Nains sont parvenus à donner la vie à ces automates incroyablement intelligents, mais j'ai vu de mes yeux l'une d'elles suivre discrètement un voleur expérimenté pendant plusieurs heures, pour enfin fondre sur lui alors qu'il crochetait une serrure. J'admets avoir oublié le détail de ce qui s'est passé après qu'elle ait commencé à faire pleuvoir des éclairs sur sa victime.

    Les machines militaires naines vont de la "sphère" guerrière à taille humaine, qui patrouille dans les couloirs sous forme de boule innocente avant de se déployer en automate armé jusqu'aux dents, au très redouté "centurion" dont la taille varie entre deux à plusieurs centaines de fois la taille d'un homme, selon la crédibilité des divers témoignages.
    avatar
    Khamsin

    Messages : 39
    Date d'inscription : 17/05/2013
    Age : 26
    Localisation : Provence

    Feuille de personnage
    Race: Rougegarde
    Guilde(s): Aucune
    Alliance:

    Re: [Livres] Les Nains, race perdue de Tamriel

    Message par Khamsin le Sam 18 Mai - 15:33

    Les Nains, Race perdue de Tamriel, volume III : Culture et histoire

    par Calcelmo
    Érudit de Markarth


    Dans cet ultime volume de nos discussions sur les Nains (une fois de plus, les plus académiques d'entre vous préféreront se référer au terme "Dwemers"), nous allons tenter d'étudier la culture et l'histoire si particulières de la race perdue de Tamriel. Toutefois, un avertissement s'impose : à l'exception de rares faits indiscutables et contrairement à ce que certains cercles d'étude aimeraient vous faire croire, il n'y a à ce jour aucune preuve venant étayer l'une ou l'autre théorie quant aux usages, coutumes, mythes, légendes, lois et systèmes de gouvernance des Nains, pas plus que leur implication dans des événements historiques majeurs.

    Si l'on peut dire par exemple avec la plus grande certitude que la disparition de la race des Nains tout entière a été très soudaine, seul le plus paresseux des aspirants à l'érudition oserait prétendre que cela s'est passé à une heure ou un jour précis. Aucune preuve ne vient réfuter la théorie selon laquelle les Nains ont disparu de Tamriel de manière progressive, sur plusieurs années voire plusieurs décennies.

    De même, rien n'indique que cette disparition est imputable à des morts collectives, pestes, contaminations magiques, expériences sur la nature de l'Aetherius ayant mal tourné, ou encore une téléportation en masse dans l'un des plans d'Oblivion. Les Nains n'ont tout simplement rien laissé qui pourrait expliquer la nature de leur grande extinction, et nous connaissons la même frustration pour tous les aspects de leur structure sociale et de leur histoire.

    Le peu que nous savons nous est suggéré par les traces écrites laissées par d'autres races, qui ont eu des contacts avec les Nains avant qu'ils ne disparaissent de Tamriel. Les Elfes noirs ("Dunmers"), par exemple, enseignent que leur grand prophète Nerevar a aidé à unifier les Nains et les Elfes de Morrowind contre les armées d'occupation nordiques venues de Bordeciel dans l'ère Première ; cependant, des textes nordiques et orques indiquent également que les Nains ont été leurs alliés à différents moments de l'histoire et dans diverses batailles légendaires.

    Malheureusement, aucun de ces contes et légendes ne prend la peine de décrire les Nains en détail ; nous savons juste qu'ils étaient un peuple discret et que s'allier avec eux était assez rare pour être digne d'être raconté. Après l'ère Première, aucune race ne fait plus mention de la moindre rencontre avec les Nains. Ce vide est encore aggravé par le fait que nombre des textes des Elfes noirs sur leurs relations avec les Nains ont été perdus lors de la tragique éruption de Vvardenfell pendant la crise d'Oblivion, il y a deux cents ans. Tous les secrets qu'ils auraient pu nous révéler sur la race perdue sont maintenant enterrés à jamais sous des couches de pierre fondue et les ossements de nombreux Elfes noirs malheureux.

    Ainsi, notre discussion devra s'achever sur une note bien sombre. Comme dans toute recherche savante, nous nous retrouvons avec davantage de questions que de réponses ; la preuve que nous recherchons si désespérément est toujours hors de portée, se dérobant même aux plus fervents efforts.

    En ce qui me concerne, les mystères que les Nains nous ont laissés pourraient aisément justifier un autre siècle ou deux d'étude, et il est bien possible que plusieurs millénaires d'excavation de ne serait-ce qu'une seule cité naine en ruines seraient insuffisants pour dresser un portrait crédible de ce qu'ils étaient. De ce que nous pouvons déduire des rares fragments dont nous disposons, nous retiendrons que les Nains étaient un peuple prudent, intelligent, ingénieux et à la culture extrêmement avancée ; nous, étudiants et enseignants de leur oeuvre, ne pouvons qu'espérer en découvrir un jour toute la portée.

    Contenu sponsorisé

    Re: [Livres] Les Nains, race perdue de Tamriel

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 22:26