The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    [BG] Liam Faol

    Partagez
    avatar
    Liam Faol

    Messages : 468
    Date d'inscription : 04/03/2013
    Localisation : HauteRoche

    Feuille de personnage
    Race: Bréton
    Guilde(s): La Bannière au Loup
    Alliance:

    [BG] Liam Faol

    Message par Liam Faol le Dim 22 Déc - 1:09

    Liam Faol



    « Par l’épée, avec honneur »


       

    • Statut : Chevalier Banneret, Commandant de la Bannière au Loup.

    • Naissance : 2E 552

    • Armoiries : D’azur à la bande d’argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées du même, au loup rampant de sable brochant sur le tout.

    • Devise : "Par l’épée, avec honneur".



    Des faisceaux de lumière qui perçaient par les interstices des volets rustiques et quelques trous dans la chaux vieillissante des murs, dévoilaient timidement la chambre plongée dans la pénombre. Le drap froissé ondulait avec le corps qui s’éveillait doucement. Un homme allongé en travers du lit après une nuit agitée, bascula la tête en arrière pour constater au dehors le jour déjà levé. Un volet grinça en s’entrebâillant sous le coup d’une bourrasque, laissant paraître le feuillage verdoyant d’un grand arbre enraciné près des écuries. Les rayons du soleil illuminèrent son visage et son torse ; L’homme, naviguant autour de la trentaine, avait un corps fort bien bâti et de beaux traits… quoi qu’ils fussent obscurcis par une profonde tristesse.

    Passant sa main sur son visage pour chasser le sommeil qui avait encore quelque emprise sur lui malgré l’heure, il repoussa ensuite drap et couverture miteuse pour laisser la fraîcheur le saisir. Il s’accouda pour saisir un gobelet rempli d’eau qui attendait sa main sur la table de nuit branlante et poussiéreuse. L’eau coula à sa bouche et déborda à ses commissures pour lécher sa peau jusqu’au cou. Il se laissa retomber en arrière, le gobelet s’échappa de sa main et roula sur le matelas tâché de moisissures où il déversa ses dernières gouttes.

    Il soupira longuement et fit craquer son cou puis, péniblement, se redressa en position assise sur le rebord du lit où il plongea sa tête entre ses mains en s’accoudant à ses genoux. Quelle heure, diable, pouvait-il être ? Il avait l’impression étrange d’avoir trop dormi et de manquer pourtant de repos.

    Qui, le voyant dans ce misérable cadre, pouvait imaginer qu’il y a quelques années encore il était promis à succéder à son père, Riagal Faol, Baron de Blanchesfalaises ? Qu’il était l’héritier de la belle et noble Maison Faol ? Que le destin n’avait pas épargné et que le poids des responsabilités aurait certainement tourmenté longuement, mais avec l’espoir d’être bien accompagné et de profiter d’une vie plus confortable que celle dans laquelle il se trouvait maintenant malgré lui. Le destin n’appartient à personne et ses desseins sont plus troubles que l’esprit d’un dément.

    Liam secoua la tête pour s’ôter de là les scènes du procès qui conduisit son père et ses chevaliers à la potence…. ne pas laisser cours à son imagination sur ce qu’avait pu être l’humiliation de ces derniers ; leur supplice et leur exécution auxquels on lui refusa même d’assister, enfermé dans un cachot lugubre dont il ressentait encore l’humidité et l’atmosphère pesante. Et si sa mère, du ciel, avait pu voir cela… la pluie ce jour-là, aurait pu prendre sa source dans ses larmes.

    Si seulement il avait plu… si seulement les Huit Divins avaient concédé aux mortels que le ciel puisse s’apitoyer avec eux. Mais même les bourreaux ont le droit à ce qu’il fasse beau, et le soleil de briller fort au dessus des échafauds… Que nul ne soit privé du spectacle dégradant réservé à des innocents. Les Dieux manquent parfois de pudeur… ce jour on en trouva même davantage chez les enfants.

    Après quoi il fut banni comme le pire des criminels… et là commença une longue errance de quatre années. Il lui fallut composer avec la cruelle ironie d’avoir à se soucier chaque jour du pain du lendemain quand auparavant il n’avait jamais eu à manquer de rien.

    Ce fut aussi pour lui, la découverte lugubre et sans détour des conséquences de l’Éruption. Les morts s’étaient relevés… des démons apparaissaient où personne ne les attendait. Des maladies jusque là oubliées, se rappelèrent à la mémoire fragile des vivants. Et les années de disette parurent abondantes à la lumière… ou plutôt à l’obscurité rampante des catastrophes qui s’accumulaient ; nourrissant chaque jour un peu plus le désespoir des petites gens de Tamriel. Au regard de ces événements, peut-être fallait-il voir dans ce qui était arrivé à sa Maison, les prémices annonciateurs des bouleversements dont allait faire les frais, Nirn toute entière.

    S’il est dit qu’à quelque chose malheur est bon, ce fut pour Liam de trouver sans peine comment subsister. Car ce cataclysme avait produit le déséquilibre le plus grave que le monde avait connu depuis longtemps… et ceux qui étaient encore préservés de ses conséquences, ne tarderaient probablement pas à les vivre à leur tour. Ce faisant, quelle seigneurie, jusqu’à la plus petite châtellenie, n’avait pas besoin de renfort en bras armés pour rétablir l’ordre, chasser les pillards et assurer la sécurité de ses âmes ?

    Ainsi, des Landes de Glenumbra jusqu’à Refuge, en passant par nombres de provinces, ici Anticlerc, là Alcaire, il trouva à servir comme chevalier du royaume, parfois une simple journée, tantôt plusieurs mois d’affilés. Etouffant son chagrin et sa frustration dans des causes qui ravivaient les braises de sa passion.

    Mais mis à part cette errance sans but qui n’avait confronté au destin que des gloires éphémères au goût âpre et métallique de sang mêlée à la terre, au cours de laquelle il lui semblait n’avoir jamais trouvé sens à donner à ce qu’il lui était arrivé, pas plus qu’à concevoir un projet et d’en poser même la première pierre…

    Que restait-il de sa vie passée sinon des souvenirs ? Qu’avait-il encore à perdre maintenant qu’il n’avait plus rien sinon la vie ? Et même à gagner… Si… il avait encore à perdre la dernière chose tangible qui retenait son passé de choir en monceau de cendres, comme cette bûche dans l’âtre qui rougeoyait encore et tenait fébrilement sous les assauts répétés des appels d’air de la cheminée.

    Oui… il lui restait son épouse…

    Pouvait-il cependant encore espérer quoi que ce soit d’elle alors qu’il n’avait plus rien à lui offrir ? Que les promesses qu’il lui avait faites avaient épongé le sang pour disparaître et n’avoir pas plus de valeurs que les derniers soupirs des mourants offerts à la fureur des vents. Comment allait-elle ? Voudrait-elle encore de lui ? Dans les nombreuses réflexions qu’il avait mené ces quatre années de solitude, il avait trouvé la force de se promettre de la libérer de leur union. L’Émir Al’Kadir n’en serait que trop heureux de revoir sa fille adorée… et elle vivrait en paix à défaut d’avoir un avenir. Douce illusion dont se berce l’esprit, alors qu’à l’ombre de la raison cette naïveté prête à rire.

    Liam se leva et traversa la pièce, en évitant ses habits jetés négligemment sur le sol. Le plancher craqua sous ses pas jusqu’à la fenêtre où il ouvrit grand les volets pour inspirer un bol d’air frais. Son regard vagabonda sur le panorama ; la déception était à la hauteur de sa situation ; les effluves du crottin et des détritus jetés à même le sol de la cour, que le soleil asséchait déjà, soulignaient le spectacle quelconque d’une forêt éventrée par le bûcheronnage. Il s’attarda là, le regard fixé sur l’horizon.

    Son sang bouillait d’une passion vengeresse. Souvent, ces dernières années, il avait résisté à la tentation chaque fois plus forte d’aller défier l’usurpateur en duel pour lui faire rendre gorge et enterrer avec lui sa honte… soulager sa colère… et recouvrer qui sait, sa fierté ou du moins, un peu de sérénité. Il en serait certainement mort bien avant d’arriver à lui… mais après tout, qu’importait… ? Il était le seul héritier, il était seul et ses appuis bien maigre n’avait rien pu faire mieux que de lui épargner la vie.

    Y avait-il quelque raison à fonder l’espoir de parvenir à laver un honneur qu’on avait foulé aux pieds avec tant de mépris… ? A nettoyer le blason d’une Maison qui avait tant donné pour son royaume et sur lequel on avait craché de la plus abjecte façon… ? Que pouvait-il bien faire, ainsi réduit, pour ne pas enterrer avec son père, son propre nom sous la chape de la fatalité ? Le destin était-il cruel au point de ne lui avoir accordé qu’un sursis ? Il frôlait les récifs de la résignation à chaque fois qu’il laissait son esprit aller à des divagations de marin en perdition… hypnotisant écueils sur lesquels il semblait si séduisant d’aller s’éventrer pour mettre un terme à tous ces regrets.

    Après s’être habillé, il rangea ses affaires et ne laissa rien derrière lui ; à l’évidence il ne passerait pas une autre nuit dans cette auberge. Il s’attarda néanmoins une dernière fois à la table de la grand salle qui faisait office de taverne le jour et de dortoir, la nuit, pour les maigres bourses. Une tranche épaisse de pain qui avait perdu en fraîcheur, accueillit un morceau de fromage dont l’odeur évoqua l’arrière cour à Liam. Il grimaça en le recouvrant d’une tranche d’un pâté à l’aspect douteux que l’appétit, même amputé, lui ferait tant bien que mal oublier. Mais pour mieux en faire passer le goût, il noya cela tout du long de son repas avec un lait de chèvre qui, à son étonnement, avait dû être tiré du matin.

    Le repas fini, il avait ceint son baudrier d’arme auquel pendaient une épée et une dague qui dormaient chacune dans leur fourreau. Une fois dehors, il gagna l’écurie où il récupéra un coursier à la jolie robe bai qu’il monta après avoir harnaché deux sacoches de cuir, lourdement remplies et son écu aux armoiries dissimulées par une étoffe blanche. Liam guida sa monture jusqu’à la grand place déjà bien animée par la vie quotidienne. Son regard vagabonda des uns aux autres et il médita sur ce qui fondait la nécessité de leur existence, à son père, à lui, à tous ceux qui avaient porté leur nom ; protéger ceux dont ils avaient la responsabilité, entretenir la mémoire et l’écho de leur histoire… agir avec droiture, combattre avec détermination, protéger et administrer avec justice. Et malgré l’abattement il ne pouvait se résoudre à laisser derrière lui, tous ceux qui attendaient d’eux qu’ils assument ce devoir en souffrant le joug de la traîtrise. En avait-il seulement encore la légitimité… ?

    Le bagage du déchu était-ce la honte ou l’espoir ? Et s’il avait à choisir, pouvait-il se permettre de fouler aux pieds même sa dignité que nul n’avait su lui enlever ? Les certitudes étaient un luxe que plus personne n’allait bientôt pouvoir s’offrir… et quitte à partager ce qui serait bientôt le mieux dispensé, il valait encore mieux parier sur ce qu’il y avait à conquérir plutôt que ce qu’on avait vu mourir.

    Pourvu qu’il brûle de s’élever avec honneur, le chevalier ne pouvait renoncer à affronter son destin quel qu’en fut le coût pour lui-même. Car aussi sûr que celui qui porte l’épée au côté doit être prêt à s’en servir, il doit l’être d’en souffrir. Et tant qu’il peut la serrer fort entre ses mains, il n’y a nul sanctuaire à espérer avant la mort.

    Alors demain, peut-être mourrait-il aussi, mais la tête haute sous sa bannière… car il avancerait par le monde jusqu’à ce que son destin le ramène aux portes de sa Maison pour la reprendre ou la faire renaître de ses cendres, ailleurs, là où son épée le mènerait.

    A l’ombre de la Bannière, il y a un loup qui marche vers sa destinée…



    [HRP]

    Vous trouverez, en cliquant sur le lien suivant, une fiche de présentation du personnage contenant les informations que tout le monde peut savoir et/ou apprendre facilement sans avoir besoin de parler avec Liam. Ces éléments sont donc exploitables en rolelay.



    .


    Dernière édition par Liam Faol le Lun 27 Jan - 22:22, édité 7 fois


    _________________
    avatar
    Daric Frey

    Messages : 264
    Date d'inscription : 10/12/2013
    Localisation : La campagne en Bretagne ça vous gagne

    Feuille de personnage
    Race: Bréton
    Guilde(s): Confrérie Errante
    Alliance:

    Re: [BG] Liam Faol

    Message par Daric Frey le Dim 12 Jan - 23:59

    Background riche et intéressant en plus d'un style d'écriture agréable, j'espère vraiment te croiser en jeu. Wink
    avatar
    Liam Faol

    Messages : 468
    Date d'inscription : 04/03/2013
    Localisation : HauteRoche

    Feuille de personnage
    Race: Bréton
    Guilde(s): La Bannière au Loup
    Alliance:

    Re: [BG] Liam Faol

    Message par Liam Faol le Mar 21 Jan - 11:08

    [HRP]

    Merci pour ton message Daric. Smile
    avatar
    Liam Faol

    Messages : 468
    Date d'inscription : 04/03/2013
    Localisation : HauteRoche

    Feuille de personnage
    Race: Bréton
    Guilde(s): La Bannière au Loup
    Alliance:

    Re: [BG] Liam Faol

    Message par Liam Faol le Jeu 23 Jan - 19:35


    • [23/01/14] MàJ.



    [HRP]

    Vous trouverez, en cliquant sur le lien suivant, une fiche de présentation du personnage contenant les informations que tout le monde peut savoir et/ou apprendre facilement sans avoir besoin de parler avec Liam. Ces éléments sont donc exploitables en rolelay.



    .

    Contenu sponsorisé

    Re: [BG] Liam Faol

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 7:58