The Elder Scrolls Online - Roleplay

Bonjour, ce forum ferme définitivement ses portes suite à son abandon complet. Vous pouvez toujours lire et éditer vos messages afin d'en récupérer le contenu. Merci de vous diriger vers http://tesoroleplay.enjin.com/home pour un forum communautaire actif.


    Chuj, background

    Partagez

    Chuj

    Messages : 2
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Chuj, background

    Message par Chuj le Lun 30 Juin - 18:47

    Chuj de Val-Boisé

    Enfant déjà, Chuj posait un gros problème à ses parents : elle n'aimait pas la viande.
    Lorsqu'elle devint adolescente, son dégoût instinctif se transforma en choix moral.
    Elle était révoltée par ce "Pacte Vert" passé par ses ancêtres avec l'esprit dominant de la grande forêt : Y'ffre. En règle générale, Chuj cultivait un septicisme grandissant pour tout ce qui touchait aux êtres "supérieurs" qui se faisaient appeler "dieux" par les naifs.
    Y'ffre, sous ses apparences de divinité protectrice, ne montrait en fait qu'un comportement égoiste, capricieux et illogique : Les Bosmers, en échange du droit de résider dans la grande forêt, ne devaient à aucun prix consommer de végétal.
    Ils regardaient les fruits pourrir sur les arbres, ou être mangés par les animaux qui, eux, pouvaient les consommer sans problème.
    Pourquoi ?
    Chuj détestait la viande, la chasse, et toute violence évitable en général. Elle considérait ses contemporains comme barbares et primitifs.
    En retour, les membres de son village la rejettaient de plus en plus, bien sûr.
    Il ne fallut pas attendre longtemps pour que la révolte de Chuj contre cette religion qu'elle jugeait obscurantiste atteigne le point de non-retour : Un jour, particulièrement dégoûtée par un massacre commis entre son clan et le clan voisin, après lequel les survivants, comme de coutume, se mirent à dévorer ceux tombés lors de la bataille, Chuj s'enfuit seule dans la forêt.
    Arrivée dans une clairière dans laquelle poussaient de nombreuses baies et arbres fruitiers, Chuj cria tout haut son défis à Y'ffre, tout en mangeant les fruits à sa porté.
    "Divinité violente et maléfique, je ne serai jamais ton esclave, je ne crains pas ton courroux, et tourne le dos à tes lois, à ce territoire que tu prétends tien, à mon peuple qui ne s'élève en rien de son état animal.
    Soit maudite, Y'ffre la cruelle, la radine, la mesquine."
    Puis, rassemblant autant de fruits qu'elle pouvait en porter dans sa musette, elle quitta la forêt de Val-Boisé, se jurant de ne plus jamais y revenir.
    Elle trouverait des civilisations dignes de ce nom, pacifiques, sages, et plus que tout, végétariennes !

    Les premiers signes apparurent quelques jours plus tard.
    Oh, ce n'était pas grand chose : une rougeur sur l'épaule gauche. Ca ne démangeait même pas.
    Mais ça ne partait pas. Pire même : celà commença, certes très lentement, mais sûrement, à s'étendre...
    Travaillant à droite et à gauche, vivotant tout en cherchant un endroit pour vivre où les humanoides seraient plus moraux, plus sages, Chuj en vint un beau jour à rencontrer un alchimiste qui cherchait quelqu'un pour récolter des ingrédients, principalement des plantes.

    Elle se sentait bien, là, elle aimait son travail et on la traitait avec respect. Mieux encore, on mettait à contribution son intelligence. Elle n'était pas une servante, elle était une collaboratrice.
    Mais la rougeur grandissait toujours. Elle couvrait maintenant toute l'épaule et menaçait son flanc gauche, ainsi que, encore plus grave, la base de son coup, ce qui ne lui permettrait plus indéfiniment de cacher cette maladie. Mais était-ce seulement une maladie ?
    Par chance, habiter la demeure d'un alchimiste, passionné de livres anciens de surcroit, eu ses avantages : Chuj put ainsi commencer à se documenter sur le mal dont elle était atteinte.
    Au début, elle ne trouva pas grand chose. Il y avait trois possibilités : une maladie provoquée par un changement de régime alimentaire, une malédiction, cadeau d'adieu de l'esprit de la forêt, ou une simple coincidence.
    Mais au fur et à mesure de ses recherches, qui lui prit de nombreux mois, les indices se firent plus précis : Ce qui correspondait le mieux à ce qui lui arrivait s'appellait le Malrouge.
    Les informations étaient très incomplètes. Il semblerait que le Malrouge etait une maladie d'essence magique qui sévit durant la première ère. C'était une punition typique que certaines divinités affligeaient aux mortels lorsque ceux-ci leur déplaisaient. Les symptômes correspondaient bien. Le problème, c'est qu'il n'était fait mention nul part d'un remède. Tous les malades finissaient par succomber après plusieurs années, comme un avertissement à leurs semblables tentés de désobéir aux dieux.
    C'est son bon maitre qui tomba un jour sur un document très ancien qui racontait comment certains malades avait survécus et même guerris.
    Malheureusement, le  parchemin était en très mauvais état, et tout ce qu'ils purent en déchiffrer, c'est que l'ingrédient principal du remède était un champignon rouge du nom de Tantrain, qui poussait dans les cavités obscures de... et là le livre était déchiré...
    Chuj décida de quitter son maitre, sa nouvelle famille bien-aimée, pour partir à la recherche de ce champignon, son seul espoir.
    Mais dans quelle partie de Tamriel poussait-il ?

    La rougeur couvre maintenant tout son flanc gauche, la partie gauche de son visage ainsi que les deux mains et avant-bras.
    Sa peau, sa chair même commencent à se boursouffler.
    Chuj, maintenant assez compétente en alchimie, explique aux gens qu'elle rencontre qu'elle a été victime d'un accident de laboratoire. Mais rester au même endroit trop longtemps lui est impossible, car comment expliquer qu'une blessure grandisse ?

      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 18:41